Accueil > Actualité > Nous y étions > Actualité de Robbie Williams > Robbie Williams : concert (presque) best-of et revue clinquante à l'Accor Arena de Paris
mardi 21 mars 2023 15:45

Robbie Williams : concert (presque) best-of et revue clinquante à l'Accor Arena de Paris

Par Théau BERTHELOT | Journaliste
Passionné par la musique autant que le cinéma, la littérature et le journalisme, il est incollable sur la scène rock indépendante et se prend de passion pour les dessous de l'industrie musicale et de l'organisation des concerts et festivals, où vous ne manquerez pas de le croiser.
Robbie Williams faisait escale ce lundi soir à l'Accor Arena de Paris pour célébrer ses 25 ans de carrière. Très en forme, la star anglaise a proposé un concert best-of réunissant ses tubes, même s'il en manquait quelques-uns à l'appel, et de (très) nombreux interludes humoristiques. Purecharts y était, on vous raconte.
Crédits photo : Abaca
Robbie Williams fête ses 25 ans de carrière. Enfin 27 ans, si l'on prend en compte la date de sortie de son premier single solo. Voire même 33 ans si on remonte à la formation de Take That... Qu'importe la vraie date, la fête était de mise hier pour la superstar anglaise, qui donnait l'un des derniers concerts de sa tournée européenne dans une Accor Arena de Paris archi-comble, avec bon nombre d'Anglais dans la foule. A l'image de la pochette de son disque "XXV", où il rejoue "Le penseur" de Rodin dans le plus simple appareil, Robbie Williams a offert une entrée triomphale. S'il ne fait pas la dentelle avec ses grosses guitares et un son extrêmement fort, "Hey Wow Yeah Yeah" ouvre le bal avant le traditionnel "Let Me Entertain You" qui fait lever les gradins. Et donne le coup d'envoi d'un show à mi-chemin entre concert et revue de Las Vegas avec ses danseuses, son décor sobre mais clinquant et ses nombreuses interactions avec le public.

Le player Dailymotion est en train de se charger...


Entre revue à Las Vegas et one-man show


Car oui, Robbie Williams parle beaucoup durant le concert ! Un peu trop par moment, lorsque ses interludes prennent des airs de one-man show. Dans l'autodérision la plus totale, Robbie Williams raconte ses débuts avec le groupe Take That (avec lequel il règle ses comptes et montre le premier clip en faisant une pause sur ses fesses en gros plan) ou ses problèmes d'alcool et de drogues, son insécurité permanente, célèbre celles qui ont compté dans sa vie (sa femme ou Geri Halliwell), évoque certains fans qui lui touchent les parties et discute souvent avec le public parisien. Il taquine notamment ceux qui ont des « places de merde » situées pratiquement derrière la scène. Grand seigneur, il fait descendre deux spectatrices pour les placer juste devant l'avancée, avant de les faire monter sur scène en fin de concert. A un autre moment, il invective une autre spectatrice grillée en train d'aller aux toilettes. Des interludes très drôles... mais qui sont répétées à chacun de ses concerts. Et qui ont donc tendance à trainer en longueur, totalisant une grosse demi-heure sur deux heures de concert.

Certains tubes manquent à l'appel


Le reste du show ? Il est plutôt en dents de scie. Certes, Robbie Williams fait le show comme personne, mais il ne remplit pas totalement sa part du contrat de concert best-of. Sur la première partie du spectacle, mis à part "Come Undone" et "Strong", il se lance dans des reprises quelque peu inutiles de Wilson Pickett ou Oasis ("Don't Look Back in Anger") au profit de nombreux tubes totalement oubliés. Où sont les "Millenium", "Supreme", "Bodies" ou "Tripping" qui ont pourtant caracolé en tête des charts du monde entier ? Il faudra donc attendre la fin du concert pour voir Robbie Williams enchaîner "Candy", "Feel", "Kids" et "Rock DJ" pour le plus grand plaisir du public.



Si les fans attendent de vibrer sur le rappel, le rythme sera ralenti avec trois ballades : "No Regrets", "She's the One" (dédiée à une spectatrice, Nicole, qui semblait ne pas vraiment connaître Robbie Williams) et bien sûr l'inévitable "Angels" repris en choeur par plus de 18.000 voix. En robe de chambre à son effigie, Robbie Williams finit son show sur un medley a cappella, là aussi pas très utile, où il reprend les refrains de "Let Me Entertain You", "Feel" ou "Angels") (déjà chantés plus tôt donc) avec le public, avant de s'éclipser. Pour son grand retour à Paris après six ans d'absence, Robbie Williams a donc offert un concert jukebox qui n'en était pas entièrement un. Toujours charismatique et proposant un show clinquant façon Las Vegas, le chanteur anglais a néanmoins beaucoup trop privilégié les blagues aux tubes, en en laissant un bon nombre de côté. Mais avec une carrière qui dure depuis trois décennies et un public toujours au rendez-vous, Robbie Williams peut se targuer d'avoir réussi son pari d'avoir charmé Paris une fois de plus...





Setlist du concert de Robbie Williams à Paris


Hey Wow Yeah Yeah
Let Me Entertain You
Land of 1000 Dances (reprise de Wilson Pickett)
Monsoon
Strong
Come Undone
Do What U Like (clip diffusé sur les écrans)
Could It Be Magic (un extrait seulement)
Don't Look Back in Anger (reprise d'Oasis)
The Flood (reprise de Take That)
Love My Life
Eternity
Candy
Feel
Kids
Rock DJ

Rappel :
No Regrets
She's the One
Angels
Pour en savoir plus, visitez robbiewilliams.com, ou son Facebook officiel.
Écoutez et/ou téléchargez la discographie de Robbie Williams sur Pure Charts.
Robbie Williams en interview
06/11/2016 - C'est dans l'antre luxueuse de l'hôtel Meurice, à Paris, que Robbie Williams a donné début octobre une conférence de presse pour présenter son nouvel album "Heavy Entertainment Show". L'occasion pour la star britannique d'évoquer en toute décontraction sa carrière, sa collaboration avec Ed Sheeran, ses sec...
Plus de Robbie Williams
A lire sur les forums :
Dans l'actu musicale
Derniers clips :

Charts in France

Copyright © 2002-2024 Webedia - Tous droits réservés

  • A propos de Pure Charts
  • Publicité
  • Politique de cookies
  • Politique de protection des données
  • Nous contacter