vendredi 10 février 2023 17:04

Victoires de la Musique : ces artistes qui refusent d'être nommés !

Par Yohann RUELLE | Journaliste
Branché en permanence sur ses playlists, il sait aussi bien parler du dernier album de Kim Petras que du set de techno underground berlinois qu'il a regardé hier soir sur TikTok. Sa collection de peluches et figurines témoigne de son amour pour les grandes icônes de la pop culture.
A l'occasion des Victoires de la Musique 2023, Purecharts revient sur les coulisses de la célèbre cérémonie. Pour certains, décrocher une nomination est un gage de reconnaissance mais pour d'autres, c'est un non catégorique. De Mylène Farmer à Indochine en passant par Daft Punk, retour sur ces artistes qui refusent d'être nommés.
Crédits photo : Bestimage
Ce soir, depuis la Seine Musicale près de Paris, tous les regards de l'industrie seront braqués vers la 38ème édition des Victoires de la Musique, retransmise en direct sur France 2 avec Laury Thilleman à la présentation. Qui de Stromae, grand favori avec quatre nominations en poche, Angèle, Orelsan, Juliette Armanet, Pierre de Maere, Bigflo et Oli, Pomme, Izia, Grand Corps Malade, Jeanne Added ou Clara Luciani repartira de la soirée les bras chargés de trophées ? Pour l'essentiel des catégories, les jeux sont déjà faits : le panel de votants, composé de 600 professionnels du secteur (artistes, producteurs, journalistes...), 100 jeunes détenteurs du Pass Culture et 100 candidats lambda tirés au sort après candidature, a choisi son artiste ou titre préféré lors d'un scrutin digital. Un seul tableau est en revanche soumis au vote du public : celui de la Chanson originale, qui départagera "Un jour je marierai un ange" (Pierre de Maere), "Coeur" (Clara Luciani), "Flamme" (Juliette Armanet), "La quête" (Orelsan) et "L'enfer" (Stromae). Une volonté d'inclure les spectateurs dans un événement qui se veut de plus en plus populaire, alors que la cérémonie a longtemps été critiquée pour sa dimension élitiste. Certains artistes refusent d'ailleurs catégoriquement de figurer dans la liste des nominations...



Mylène Farmer


Le 19 novembre 1988, Mylène Farmer, alors propulsée au sommet de sa popularité grâce aux tubes "Sans contrefaçon" et "Pourvu qu'elles soient douces" (un texte au sens caché), est présente au Zénith de Paris où se tient la 4ème édition des Victoires de la Musique, présentée ce soir-là par Patrick Sabatier. La chanteuse reçoit le prix de l'Artiste interprète féminine de l'année mais l'expérience est pour elle un supplice... « J'ai passé des heures en coulisses pour les répétitions de cette soirée télévisée. Tout le gratin du show-business était là et ces gens m'ont écoeurée. Ils se détestent tous. J'étais triste d'avoir été récompensée et reconnue par ces gens-là. Ce sont les victoires de l'hypocrisie ! J'ai failli m'enfuir, mais je suis restée pour faire plaisir aux gens qui regardaient l'émission. Ils n'auraient pas compris... » avait-elle affirmé l'année suivante dans les pages du magazine belge Télémoustique. Depuis, Mylène Farmer n'a plus jamais remis un pied aux Victoires et refuse de figurer dans la liste des prénommés, même si elle a remporté deux autres récompenses par la suite : la Victoire de l'album francophone le plus exporté en 1996 pour "Anamorphosée", et la Victoire de la musique de l'artiste interprète féminine des 20 dernières années en 2005, pour les 20 ans du show.

Daft Punk


Peu d'artistes ont réussi à alimenter le culte du secret comme Daft Punk. Fuyant tout phénomène de starification, les deux prodiges français de l'électro ont adopté le look et l'identité de deux robots casqués dès que la notoriété est arrivée avec leur premier album "Homework" en 1997. Avec cet incroyable coup marketing, son univers visuel ambitieux et une tripotée de morceaux mythiques ("Around The World", "One More Time"...), le duo s'est imposé comme le vaisseau amiral de la french touch et a conquis le monde entier. En 2014, Guy-Manuel de Homem-Christo et Thomas Bangalter décrochaient les étoiles en remportant le prix de l'Album de l'année aux prestigieux Grammy Awards. En revanche, pas de trace des interprètes de "Get Lucky" au palmarès des Victoires de la Musique. La raison est simple : pour être nommé, un artiste doit voir son nom être soumis par sa maison de disques. Or, Sony n'avait pas inscrit Daft Punk... à la propre demande du duo. « C'est leur libre choix, on ne force pas les artistes. Quand Julien Gracq refuse le Goncourt, il s'exprime sur ses raisons. Apparemment Daft Punk ne souhaite pas s'exprimer » avait expliqué Gilles Désangles, le directeur général des Victoires, dans le Nouvel Observateur. Nul ne veut être prophète en son pays ?



Indochine


9 nominations, un sacre. Voilà le (maigre) palmarès d'Indochine à la cérémonie française, quand bien même ses tubes font rêver des millions de mélomanes depuis plus de 40 ans. Pour preuve, le spectaculaire "Central Tour" a rassemblé 417.000 spectateurs sur 6 concerts à l'été 2022. Autrefois en bonne relation avec les organisateurs des Victoires de la Musique, Nicola Sirkis a été quelque peu échaudé par le système de votes, et par un conflit autour du prix d'honneur reçu en 2011 par Indochine à l'occasion de ses 30 ans de carrière : l'organisation n'aurait guère apprécié que la formation redistribue le trophée au public... « Ils l'ont assez mal pris » commentait Nicola Sirkis en 2017. Résultat ? « J'ai téléphoné à Stéphane le Tavernier [PDG de Sony Music France, ndlr] et je lui ai dit : "Ne nous mets pas dans l'agenda des Victoires de la musique, je ne veux plus figurer dans les Victoires de la musique". (...) Je trouve que cette mascarade a assez duré. C'est que les maisons de disques qui votent, et on voit qu'elles votent pour leurs poulains donc je lui ai dit que je voulais plus participer à ça ». D'ailleurs, à l'approche de la cérémonie, Nicola Sirkis vient de publier sur les réseaux sociaux une photo de cette fameuse soirée où il a remis le trophée à un membre du public.

Lomepal


Où est Lomepal aux Victoires de la Musique 2023 ? Aux abonnés absents. Le rappeur de 31 ans a pourtant emballé public et professionnels avec son dernier album "Mauvais ordre", resté quatre semaines numéro un du Top en France et qui affiche aujourd'hui 193.000 ventes au compteur. Quatre de ses titres, "Mauvais ordre", "A peu près", "Tee" et "Decrescendo", ont d'ailleurs été certifiés singles d'or. Déjà nommé en 2020 dans la catégorie Artiste masculin et Album de l'année, Lomepal aurait donc pu tout à fait concourir pour cette 38ème édition. Mais Le Parisien a récemment levé les coulisses de cette curieuse absence dans son récap' des nominations. « Quant à Mylène Farmer et Lomepal, qui ont publié deux disques à la fois réussis et populaires ces derniers mois… Ils ont demandé à ne participer aux Victoires » a-t-on pu lire dans le quotidien. En 2018, le rappeur s'était étonné de l'absence de Damso qui venait de cartonner avec "Ipséité". « Ça n'a pas de sens qu'il ne soit pas là » avait-il plaidé sur France Inter. Le manque de considération des Victoires pour les musiques urbaines, sujet brûlant qui revient régulièrement sur le tapis et a mené à la création des Flammes, la première cérémonie rap, y serait-elle pour quelque chose ?

Le player Dailymotion est en train de se charger...


Bénabar


Entre 2004 et 2007, Bénabar a été sacré à trois reprises aux Victoires de la Musique. Mais depuis plusieurs années, le chanteur a expressément demandé à sa maison de disques de ne plus soumettre son nom à la présélection puisqu'il ne veut plus être associé à une cérémonie qu'il trouve « injuste ». « Tous ces gens qui prétendent faire la pluie et le beau temps, qui ne font que tricher sur la météo, qui ne sont qu'entre eux. Là, c'était tellement visible. Les Victoires de la Musique est une cérémonie corrompue, tout le monde le sait » fustigeait l'interprète de "Chez les Corses" avec Renaud sur les ondes de RTL en 2021, ne mâchant pas ses mots : « On savait tous - et ceux qui vous disent le contraire sont des menteurs - quel serait le palmarès des Victoires de la musique un an avant, à deux noms près. Cette année était encore la preuve d'un petit groupe qui a pris le contrôle et confisque en disant "ça c'est la musique" ». Des critiques très cash qu'il avait réitérées l'an dernier dans l'émission "En aparté" sur Canal+. « Pour être primé maintenant, il faut négocier en sous-main pendant six mois avant, donc ce n'est pas possible que je le sois » avait-il expliqué.

Charts in France

Copyright © 2002-2024 Webedia - Tous droits réservés

  • A propos de Pure Charts
  • Publicité
  • Politique de cookies Politique de cookies
  • Politique de protection des données
  • Nous contacter