Accueil > Actualité > Histoire d'un tube > Actualité de Florent Pagny > Florent Pagny : pourquoi son tube "Ma liberté de penser" lui a "créé pas mal d'emm*rdes"
vendredi 30 décembre 2022 15:40

Florent Pagny : pourquoi son tube "Ma liberté de penser" lui a "créé pas mal d'emm*rdes"

Par Yohann RUELLE | Journaliste
Florent Pagny est à l'honneur du documentaire "Un homme libre", diffusé ce dimanche sur TF1. Un film rempli d'anecdotes qui revient notamment sur les démêlés du chanteur avec le fisc, dont il avait tiré la chanson "Ma liberté de penser". Retour sur l'histoire de ce tube qui continue de lui coller à la peau !
Crédits photo : YouTube
« Quitte à tout prendre, prenez mes gosses et la télé »... En 2003, sur un petit air ensoleillé, Florent Pagny règle ses comptes en musique avec ce qui deviendra l'un de ses tubes les plus emblématiques : "Ma liberté de penser", récit de ses démêlés avec l'administration fiscale. A l'époque, l'interprète de "Savoir aimer" est accusé d'avoir artificiellement réduit, via un montage financier, ses revenus sur la période 1996-1997 et de ne pas avoir payé de TVA. Il sera d'ailleurs condamné en 2006 par la justice à 15.000 euros d'amende et six mois de prison avec sursis pour fraude fiscale. Mais lorsque le parolier Lionel Florent griffonne, trois ans plus tôt, « des mots légers sur un sujet comme un autre » à bord de sa voiture, cela devient « une chanson pour rigoler, pour le plaisir ». « Je savais que Pagny aimait bien surprendre et être surpris, alors ça pouvait passer » racontera-il dans les pages du Monde, une fois son titre rebelle devenu un succès monstre. Sortie en mars 2003, la chanson reste six semaines en tête des meilleures ventes de singles en France et décroche une certification de platine pour plus de 500.000 exemplaires écoulés. Et entre dans la postérité, comme l'album "Ailleurs land" (1 million de ventes).

Le player Dailymotion est en train de se charger...


A LIRE - Florent Pagny de retour dans "The Voice" en 2023 ?

Le documentaire "Florent Pagny, un homme libre", diffusé ce dimanche sur TF1, revient sur cet épisode qui laissera des traces, dans lequel un troisième homme joue un rôle d'importance : Pascal Obispo, le compositeur de "Ma liberté de penser". Ami proche de Florent Pagny, c'est à lui que Lionel Florence envoie ce texte au vitriol, teinté d'ironie mordante, pour qu'il le mette en musique. Un banjo, un accordéon, une guitare d'enfant, « la plus pourrie du magasin de musique à côté du studio » et hop, l'affaire est pliée très simplement. « Obispo m'a tout de suite dit qu'il sentait le tube. J'étais incrédule. Mais il a toujours eu du flair, moi jamais... » se remémorait le célèbre auteur... qui songeait au départ à appeler la chanson "Quitte à tout prendre". Une fois la maquette enregistrée, Florent Pagny l'écoute depuis la Patagonie sur un iPod. « Ça roule » lance-t-il, enclenchant alors une machine infernale dont il ne soupçonnait pas la portée.

"Je suis devenu le type qui ne payait pas ses impôts"


Car si le titre, matraqué sur les ondes et à la télévision, rencontre une fulgurante popularité, il fait basculer le chanteur sur un terrain glissant, la catégorie décriée des "artistes qui refusent de payer leurs impôts". Du moins, c'est comme ça qu'une partie du public le perçoit. « Si au début cette chanson a plu, elle m'a ensuite créé pas mal d'emm*rdes. Je suis devenu le type qui ne payait pas ses impôts. C'était n'importe quoi ! Les gens ont fait une fixette là-dessus, dans la rue on me lançait : "Va payer tes impôts !" Je n'ai jamais osé répondre : "Payes-en comme j'en paye, on en reparlera coco !" mais j'aurais dû » s'agace-t-il dans les colonnes de Paris Match en 2016. Un an plus tard, une nouvelle polémique éclate lorsqu'il annonce son exil fiscal au Portugal. « Quand un mec a bossé toute sa vie en payant des impôts, le jour où il est mort, on lui reprend encore la moitié. C'est pas une honte ça ? » vocifère-t-il, en balayant les critiques : « Ils n'ont qu'à gagner beaucoup d'argent. Et après on verra comment ils se comporteront ».



Quelques semaines plus tard, agacé des critiques, il fait volte-face devant l'ampleur de la controverse. « On ne me parle que du pognon, du fisc » se désole-t-il alors, en rétablissant la vérité : « Je ne pars m'installer nulle part. Pour la simple et unique raison, c'est que je suis depuis déjà des années en mouvement perpétuel (...) et pourtant je suis toujours là ». Quant à la liberté de penser qu'il prônait, Florent Pagny estime qu'elle n'existe plus vraiment. « Avec les réseaux sociaux et les chaînes d'info, un mot de travers et tu es mort. Aujourd'hui, la liberté de penser, tu la gardes pour toi. Il n'est vraiment pas bon de l'exprimer » analysait-il début 2022. Reste à savoir si la chanson fera partie de la setlist de sa prochaine tournée !
Pour en savoir plus, visitez florentpagny.fr ou son Facebook officiel.
Ecoutez et/ou téléchargez l'album "L'avenir" sur Pure Charts.

Charts in France

Copyright © 2002-2024 Webedia - Tous droits réservés

  • A propos de Pure Charts
  • Publicité
  • Politique de cookies Politique de cookies
  • Politique de protection des données
  • Nous contacter