Accueil > Actualité > C'est dit ! > Actualité de Christine and the Queens > Christine and the Queens (Redcar) a mal vécu le succès de son premier album
samedi 05 novembre 2022 16:58

Christine and the Queens (Redcar) a mal vécu le succès de son premier album

Par Théau BERTHELOT | Journaliste
Bientôt de retour avec un nouvel album, Redcar évoque le début de sa carrière. L'artiste, qui se faisait alors appeler Christine and the Queens, dit avoir mal vécu le succès de son premier disque "Chaleur humaine". Il se désole également du côté "commercial" de la musique d'aujourd'hui : "Ce genre de musique n'est plus encouragé".
Crédits photo : Apple Music
Christine and the Queens est de retour. Mais c'est sous le nom Redcar qu'il faut maintenant appeler l'artiste qui se genre au masculin. Un changement d'identité survenu en réaction au décès de sa mère en 2019. La thématique de la voiture rouge est apparu comme « un signe ». « C'est devenu un signe dans ma vie que quelque chose de positif allait arriver. C'était comme un encouragement, une ponctuation dans mes journées, dans mes monologues intérieurs, à chaque fois il y avait une red car, une voiture rouge qui arrivait à un moment crucial de ma pensée. (...) C'était l'espoir qui était ponctué comme ça pour moi par des petites voitures rouges » explique le chanteur dans une interview accordée à Apple Music. Attendu le 11 novembre, son nouvel album "Redcar les adorables étoiles" risque de dérouter les fans puisque Redcar y opte pour des sonorités très années 80, et loin de l'univers électro minimaliste qui a fait son succès en 2014 avec "Chaleur humaine".

Le player Dailymotion est en train de se charger...


"Des gens qui ont des attentes très figées"


Seul le titre "Rien dire" rappellera au public la Christine and the Queens des débuts. Une volonté de se détourner de ce premier album ? En interview pour Apple Music, le chanteur nantais révèle avoir mal vécu le succès du disque "Chaleur humaine", véritable carton surprise de 2014 depuis vendu à plus d'un million d'exemplaires dans le monde. « C'était incroyable le succès de cet album, mais moi (...) je le reçois pas vraiment, parce que j'étais déjà dans un questionnement. Je suis trop préoccupé par ce que je fais pour savourer ces choses-là » révèle-t-il aujourd'hui, ayant eu « peur que ça abîme le rapport charnel à [son] travail ». Le chanteur a eu peur d'être « enfermé par ça » alors qu'il voyait en cet album « un premier geste de liberté » : « D'ailleurs, il y a des gens qui ont des attentes très figées une fois qu'ils t'ont connu et qui t'ont aimé d'une certaine façon, ils ont du mal à ce que tu évolues. Moi, je suis obsédé par l'évolution ». Mais l'interprète de "Je te vois enfin" assure néanmoins que ce succès lui a donné « un luxe incroyable d'avoir une carrière encore » même s'il reste toujours méfiant « du succès, des pouvoirs, du flash des photographies, de la prolifération des flashs du pouvoir de l'argent, du pouvoir de la réputation, du pouvoir, en fait ».

"On a attendu que je reproduise cet album"


Dans une autre entrevue pour le magazine Numéro, Redcar évoque également son rapport assez complexe à l'aura rencontrée par son disque, qui lui a amené une popularité internationale. « Après avoir rencontré le succès avec "Chaleur humaine", on a attendu de moi que je reproduise cet album comme on déclinerait une formule qui marche » regrette l'interprète de "Saint-Claude", qui se dit « frustré » : « Ce qui m'intéresse d'abord, c'est d'écrire des morceaux qui font surgir une émotion. Si j'écris des chansons, c'est pour me connecter à des émotions, et souvent pour gérer un sentiment que je ne comprends pas ». Ainsi, écrire des titres « dans lesquels les autres arrivent aussi à se reposer » est un véritable « terrain de rencontre » qui lui permet de « créer un havre de paix dans une société qui peut être difficile ».



"En 2022, on ne miserait pas sur Freddie Mercury"


« Touché » par les « démarches très personnelles » d'artistes comme Prince ou Björk, celui qui a signé un tube en 2014 avec "Christine", ou "Tilted" en version anglaise, dit avoir eu « peur d'abîmer [son] art » au moment où il a commencé à avoir du succès à cette époque : « C'est pour ça que je parais parfois erratique, parce que je ne calcule rien et que je suis dans une démarche avant tout très émotionnelle et personnelle. (...) Pour moi, ce travail est une expression d'amour, pas quelque chose de marketing ». Mais Redcar se désole qu'aujourd'hui, « le côté commercial prime sur la qualité des chansons » : « Aujourd'hui, les tubes, c'est une approche machinale : on ne privilégie que de la mélodie quasi publicitaire et le son s'uniformise à cause de choix liés aux gérants des plateformes de streaming. Quand les gens des radios disent qu'on connaît la valeur d'une chanson dès ses dix premières secondes, c'est inquiétant ».

D'autant plus que, comme le rappelle l'ex-Christine and the Queens, on ne peut pas prévoir à l'avance quelle chanson deviendra un tube. Il prend d'ailleurs pour exemple les Rita Mitsouko. « Il y a des tubes aux airs d'exception. La personnalité prime souvent sur le reste. (...) C'est difficile de comprendre rationnellement pourquoi elles sont devenues des tubes. Ce que j'adore, depuis le début de ma carrière, ce sont les anomalies, les bizarreries » explique-t-il, saluant au passage le retour en force de Kate Bush grâce à "Stranger Things" : « Ce genre de musique n'est plus encouragé aujourd'hui. En 2022, on ne miserait pas sur des gens comme Freddie Mercury, et c'est dommage ». Une prise de parole passionnante.
Toute l'actu de Christine & the Queens sur son site officiel et sur sa page Facebook.
Ecoutez et/ou téléchargez l'EP "La vita nuova" de Christine and the Queens.

Charts in France

Copyright © 2002-2024 Webedia - Tous droits réservés

  • A propos de Pure Charts
  • Publicité
  • Politique de cookies Politique de cookies
  • Politique de protection des données
  • Nous contacter