Accueil > Actualité > C'est dit ! > Actualité de Angele > "On me répétait que c'est contre-nature" : Angèle à coeur ouvert sur sa bisexualité
samedi 04 février 2023 12:45

"On me répétait que c'est contre-nature" : Angèle à coeur ouvert sur sa bisexualité

Par Yohann RUELLE | Journaliste
Branché en permanence sur ses playlists, il sait aussi bien parler du dernier album de Kim Petras que du set de techno underground berlinois qu'il a regardé hier soir sur TikTok. Sa collection de peluches et figurines témoigne de son amour pour les grandes icônes de la pop culture.
Angèle fait la couverture du nouveau numéro de Vogue France. Dans cet entretien, la popstar belge se livre sur son rapport complexe à la notoriété, l'évolution de sa carrière, de sa vie de femme aussi, et ses insécurités. La chanteuse, ouvertement bisexuelle, raconte combien elle a longtemps eu "honte" de son attirance pour les filles.
Crédits photo : Bestimage
« Je n'ai pas à avoir honte de me sentir belle, de me sentir fière ». Nommée à trois reprises aux Victoires de la Musique 2023, Angèle fait la couverture du numéro de février de l'édition française du magazine Vogue pour lequel elle prend la pose devant l'objectif d'Oliver Hadlee Pearch et se confie à l'écrivain Arthur Dreyfus dans un entretien titré "L'art des paradoxes". Il y est question de sa chienne Pépette, de sa famille d'artistes, de sa passion pour l'art déco ou de sa relation conflictuelle avec la célébrité. Le succès monstre de son premier album "Brol" (un million d'exemplaires vendus) a été source de nombreuses angoisses pour la chanteuse belge. « Au début, c'était chaotique. Parce que j'étais quand même hyper jeune. À 20 ans, certains savent peut-être gérer ça, moi je n'avais pas vraiment les épaules, et mon entourage n'était pas tout à fait solide » confie l'interprète de "Démons", sincère sur ce début de carrière étourdissant jusqu'à l'extrême : « Je détestais l'idée d'être promue parce que j'avais la chance de correspondre à la définition contemporaine d'une "jolie fille", d'être enfermée dans ce sexisme basique. C'est parce que j'ouvrais ma gueule que je voulais me distinguer ».

Le player Dailymotion est en train de se charger...


"L'attirance pour les filles, c'est un truc que je réprimais"


A 20 ans, Angèle n'était toutefois « pas prête à assumer ces questions ». « Le rapport à ma sensualité et à ma sexualité a radicalement changé » concède l'artiste aux 3,6 millions d'abonnés sur Instagram, qui évoque les souvenirs douloureux de son passage dans un collège catholique lorsqu'elle avait 13 ans et éprouvait ses premiers émois. « J'ai tout de suite compris que j'y avais pas ma place. Déjà, les profs me regardaient avec pitié parce que mes parents étaient artistes, soit pour eux des saltimbanques. Et ils nous répétaient que c'est contre-nature d'être homosexuel » déplore celle qui se sentait « aussi attirée par les filles ». Poussée par la presse people, Angèle avait fait son coming out bisexuel en août 2020.

A LIRE - "Je suis chanceuse d'en gagner pas mal" : Angèle sans tabou sur l'argent

Prudemment interrogée sur « la honte liée à ses désirs » qu'elle a pu ressentir, Angèle a confié qu'elle y était « malheureusement » confrontée au quotidien. « Il n'y a rien à faire : tu marches dans la rue, à l'aéroport, tu regardes les publicités… Quand on te montre un couple, c'est toujours un couple hétéro, et si c'est un couple gay, c'est le sujet. Donc, au départ, l'attirance pour les filles, c'est un truc que je réprimais, bien sûr. Mais étant bi, ça m'arrangeait d'être aussi attirée par les mecs - car j'aime vraiment les garçons, autant que les filles. Ça faisait que c'était plus simple de le dissimuler, enfin de me le dissimuler » explique la chanteuse de 26 ans, qui a fini par accepter son identité lorsqu'elle s'est mise en couple avec une femme : « Quand j'ai éprouvé des sentiments pour une fille au point de vivre une relation, je n'ai plus pu considérer les filles comme une parenthèse. Je me disais à l'intérieur : "Angèle, toute ta vie t'as essayé de garder cette porte close, maintenant qu'elle est ouverte, on y est" ».

"Il y a mille choses qui te rappellent que tu es en marge"


Et même lorsqu'on est une star adulée, apprendre à s'aimer telle qu'on est est un combat de tous les jours. « Dans ma vie personnelle, c'est triste à dire, [la honte n'a pas disparu] à 100 %. J'ai beau avoir pris la parole sur l'homosexualité, avoir écrit "Ta reine" et pas "Ton roi", être devenue une icône bisexuelle pour certains, il y a mille petites choses de la vie quotidienne qui te rappellent que tu es en marge » regrette la nouvelle Falbala du film "Astérix et Obélix", consciente que le chemin est encore long dans la lutte pour les droits des personnes LGBTQ+.



Elle indique par exemple avoir été « choquée » quand les paroles de son hymne féministe "Balance ton quoi" ont été « détournées sur des banderoles par des supporters de foot pour leur donner un sens réellement homophobe ». Son emploi de l'insulte "enc*lé" sur le refrain de la chanson était pourtant fait à dessein. « C'était mon but, d'intégrer un cliché homophobe ! Car je m'adressais à un misogyne - qui dans ma définition, est forcément homophobe. Parce que qui se fait enc*ler ? Les homosexuels et les femmes. Donc qu'est-ce qu'on fait ? Comme avec le mot queer, on retourne contre lui l'insulte la plus homophobe » précise Angèle, qui voyait dans cette réappropriation un parallèle avec « le "Fuck you" de Lily Allen ».
Angele en interview
13/10/2018 - Avec plus de 10.000 ventes pures au compteur en une semaine, Angèle est assurée de signer un carton avec son premier album "Brol". Pour Pure Charts, la chanteuse s'est confiée sur la peur de l'échec, les raisons derrière son côté décalé ainsi que sa relation avec son frère, Roméo Elvis. Regardez notre vidéo !
Dans l'actu musicale

Charts in France

Copyright © 2002-2024 Webedia - Tous droits réservés

  • A propos de Pure Charts
  • Publicité
  • Politique de cookies Politique de cookies
  • Politique de protection des données
  • Nous contacter