Accueil > Actualité > Interview > Actualité de Ophélie Winter > Ophélie Winter en interview : "Je suis ringarde mais je l'assume"
dimanche 28 mai 2023 13:30

Ophélie Winter en interview : "Je suis ringarde mais je l'assume"

Par Julien GONCALVES | Rédacteur en chef
Enfant des années 80 et ex-collectionneur de CD 2 titres, il se passionne très tôt pour la musique, notamment la pop anglaise et la chanson française dont il est devenu un expert.
La star des années 90 Ophélie Winter est de retour à l'animation ! Elle présente l'émission "Dance Machine, 30 ans : la soirée événement", diffusée ce dimanche 28 mai à 21h05 sur W9. L'artiste se confie en interview à Purecharts sur ce comeback, la préparation de son prochain album et pourquoi elle refuse de faire des tournées revival.
Crédits photo : M6
Propos recueillis par Julien Gonçalves.

Qu'est-ce que ça vous fait de revenir à l'animation de "Dance Machine", 30 ans après ?
C'est fou, ça fait hyper plaisir ! C'est une émission que je sais faire donc je n'ai pas l'angoisse d'un nouveau plateau etc. C'est enregistré dans les conditions du direct sans que ce soit en direct, donc c'est tout bénéf'. Là, je viens juste de voir les Worlds Apart, ça fait un vrai truc bizarre. Ils n'ont pas changé, c'est un truc de malade ! J'ai hâte de voir tout le monde et j'ai demandé à filmer toutes les rencontres car ça va être énorme.

C'était assez légitime que je sois là
Vous avez dit oui tout de suite ?
Oui, tout de suite. C'est horrible de dire ça mais c'est la première fois de ma vie que je n'ai pas demandé le salaire avant d'accepter. La première fois ! Donc je commence une nouvelle vie télévisuelle. (Rires) D'abord, on m'a proposé de chanter et j'ai dit : "Mais il faut que je l'anime !". Et ils m'ont répondu que ce serait génial. C'est un vrai plaisir !

Pourquoi ça vous tenait tant à coeur ?
C'est la mode de revenir aux années 90, que ce soit en mode ou en musique. Quand j'allume ma radio dans ma voiture, je n'entends que des samples des années 90 que, nous, on avait déjà samplés des années 70. C'était assez légitime que je sois là et de refaire cette émission. J'espère qu'ils ne vont pas en faire qu'une et qu'on va la refaire tous les mois comme avant.

C'est un appel à la chaîne ?
Je crois que les gens ont besoin de se changer les idées, même de chez eux. C'était une bonne émission où les gens faisaient la fête comme des mabouls. Il n'y avait pas de qui est la star ou quoi... On était tous endiablés ! Et on était insouciants. Tu sais qu'on m'a fait commencer sur M6 au "Dance Machine", c'était mon premier plateau. Ils m'ont jetée comme ça sans rien me dire, j'avais un micro, ils m'ont mis un écran, et j'étais avec Laurent Boyer dans une voiture. Je me suis dit qu'après avoir fait ça, devant 17.000 personnes sans rien savoir, j'allais forcément y arriver par la suite !

Le player Dailymotion est en train de se charger...


Vous aviez conscience à l'époque d'animer une émission culte ?
Pas du tout. Il y a des gens qui se la racontent, moi j'ai toujours tendance à minimiser, à dire que c'est de la merde, quand c'est moi qui le fais. (Sourire) Jamais je n'aurais pu imaginer... Et à 20 ans, tu ne penses pas à quand tu auras 50 ans, tu vis quoi. Donc là c'est une belle surprise, je suis trop contente.

J'ai refusé énormément d'argent
Vous êtes nostalgique de cette époque ?
Non, je n'y pense plus. Je vis au jour le jour. Je n'ai plus envie de me prendre la tête. Ça ne sert à rien de faire des plans car le bon Dieu est facétieux et quand tu en fais un, il te le flingue. (Rires) C'est aussi pour ça que je suis partie vivre à la Réunion. Les jours sont courts, il faut se lever super tôt car le soleil se lève à 5 heures et se couche à 17 heures. A midi, j'ai déjà fait 3 heures de sport, marché dans la mer pendant une heure, et ma journée est finie. Et ça réénergise le corps je trouve ! J'ai 50 ans mais je suis excitée comme si j'avais 20 ans !

Vous aviez gardé des contacts avec les artistes des années 90 ?
Pas trop. Des mecs comme 2 Unlimited oui car il est hollandais donc on se voyait à Amsterdam. Mais je n'ai pas fait les tournées nostalgie. Je n'avais pas envie... J'ai refusé énormément d'argent pour être la star du show des années 90.

Pourquoi ?
Parce que je ne me sentais pas en phase avec les gens qui étaient invités. Moi j'ai fait d'autres choses que chanter, j'ai fait des films, de la télé... Je trouve que ça fait ringard. Même si je suis ringarde, je l'assume ! Mais ça fait ringard, et je préfère être ringarde toute seule que d'être entourée de ringards. (Rires)

Ce n'est pas l'argent qui me guide
Pour avoir vu le show "Born in 90", on passe un super moment !
Oui, il parait que c'est génial. Maintenant, peut-être que je le ferai... Mais je n'ai pas envie d'être assimilée à d'autres gens. Et pour être très claire, mon père fait "Age tendre et tête de bois", on ne se parle plus et quand j'ai vu ça à la télé, je me suis dit : "Jamais de la vie". J'essaie de ne surtout pas refaire ce qu'ont fait mes parents. Et encore mon père c'est le mieux... Je me suis toujours promis de ne pas faire comme ma mère ou devenir comme ma mère. Mais, maintenant, ce serait le bon timing. Il y a dix ans quand on m'a proposé, je ne me sentais pas. C'est débile parce que les autres se sont éclatés et ils ont pris plein de thunes. Mais ce n'est pas l'argent qui me guide. Je préfère m'auto-respecter.



Ça vous donne envie de revenir à l'animation ?
Mais grave ! J'espère que Nicolas de Tavernost et Thomas Valentin vont voir ce que je fais ce soir. (Rires) En tout cas, si je refais de la télé, ce sera sur M6. Il y a eu "Ophélie Street", "Coming Next", "Dance Machine", "Hit Machine"... Ça m'énerve d'ailleurs quand on dit que le "Hit Machine" c'est Charly & Lulu. C'est mon émission, putain !

Comme les NRJ Music Awards ?
Alors ça c'est un vrai doss ! La dernière cérémonie, c'est la première année que je regarde, sinon je ne regarde jamais car ça me fout les boules. Camille (Combal) je l'adore, je trouve que c'est le meilleur en ce moment à la télé, et puis il est tellement normal, il ne se prend pas la tête. Là, ça ne m'a pas énervée, j'étais contente. J'aimerais bien la récupérer ou la co-animer avec lui. C'était mon émission ! Personne ne voulait y aller, personne ne voulait essuyer les plâtres. Un direct de deux heures au Palais des Festivals, avec des artistes américains, personne ne voulait le faire. J'aimerais bien récupérer ce que j'ai semé !

Et des projets musique ?
J'en ai plein ! J'ai jeté un album avant "Résurrection" (2009) et c'était débile car quand j'ai retrouvé des trucs dans mon studio, je me suis dit que c'était vachement bien. J'ai un souci avec les phases, si je ne suis pas en phase avec ce que je fais... Et en général, je suis toujours en avance donc je l'ai dans l'os. Mon patron chez Warner me disait toujours que j'étais précurseure. Moi je m'en fous, je veux juste faire des trucs. Mais c'est vrai que c'est chiant !

Je vais faire des trucs avec Juliette Armanet
Un album arrive ?
Là, il y en a un en préparation. On a fait des morceaux avec Organiz pour rigoler. J'ai 2.000 titres dans mes machines, avec là un bon refrain, là un bon couplet. Il faut que je trie. Donc là je repars, et je vais commencer à vraiment bosser. Là, il le faut... Et j'ai vraiment des bonnes chansons. A chaque fois que je fais écouter mes titres, on me dit : "Mais putain, qu'est-ce que tu fous ?!". Et c'est un peu la flemme aussi car on ne gagne pas beaucoup d'argent avec la musique aujourd'hui. Je trouve ça frustrant. L'album "Résurrection" m'a coûté 100.000 euros, j'ai été numéro un et j'ai gagné 5.000 euros.

Je l'avais acheté !
Merci d'avoir fait partie de ces gens-là ! (Rires) Mais si tu es numéro un et que tu gagnes 5.000 euros... Et on n'est pas toujours numéro un en plus. Donc il a fallu que je m'adapte à ça. Je parlais avec le patron de Believe pour d'autres trucs et je lui ai dit que je devais le voir pour lui parler de mon prochain album. Donc à suivre !

Qu'est-ce que ça vous fait quand Camille Lellouche, Juliette Armanet ou Julien Doré reprennent vos chansons ?
Ça me fait trop plaisir. On va faire des trucs ensemble, notamment avec Juliette. J'échangeais des messages avec elle sur Insta l'autre jour. Je l'adore. Elle est tellement rafraîchissante dans la musique française, un peu Véronique Sanson mais super branchée, elle est gentille, humble. Elle est vraiment géniale ! Sur scène, elle a une énergie, c'est une pile électrique. Je devais faire un album de duos avec Warner mais ça ne s'est pas fait. Peut-être qu'on va reprendre l'idée et le faire avec quelqu'un d'autre... Mais ça fait super plaisir, ça donne du sens à mon travail, et je ne pensais pas qu'un jour on me dirait : "J'ai grandi avec ta musique". Surtout que ce sont de super artistes !

Dans "Dance Machine", vous allez rendre hommage à Coolio en reprenant "Gangsta's Paradise"...
Ça va être super dur... Quand Coolio est mort, je n'ai pas voulu réécouter. C'est comme pour Prince, si j'écoute ses chansons je ne suis pas bien pendant trois heures. Quand Phylly d'Organiz m'a envoyé l'instru qu'il avait retravaillée, j'étais à la Réunion... J'ai chialé comme une malade. Et je suis sûre que je vais chialer sur scène. Mais j'étais obligée, Coolio a beaucoup compté pour moi.
Pour en savoir plus, visitez ophelie-winter.com, ou sa page Facebook officielle.
Ecoutez et/ou téléchargez le dernier album d'Ophélie Winter, "Résurrection".

Charts in France

Copyright © 2002-2024 Webedia - Tous droits réservés

  • A propos de Pure Charts
  • Mentions légales
  • Publicité
  • Politique de cookies
  • Politique de protection des données
  • Nous contacter