Accueil > Actualité > C'est dit ! > Actualité de GIMS > Gims arnaqué pendant la Sexion d'Assaut ? Le producteur Dawala lui répond !
jeudi 30 mars 2023 12:44

Gims arnaqué pendant la Sexion d'Assaut ? Le producteur Dawala lui répond !

Par Théau BERTHELOT | Journaliste
Passionné par la musique autant que le cinéma, la littérature et le journalisme, il est incollable sur la scène rock indépendante et se prend de passion pour les dessous de l'industrie musicale et de l'organisation des concerts et festivals, où vous ne manquerez pas de le croiser.
Dans une récente interview, Gims a accusé son ancien producteur Dawala de l'avoir arnaqué au moment où la Sexion d'Assaut était en plein succès. Ce dernier a souhaité donner sa version des faits en revenant sur l'histoire du groupe.
Crédits photo : Bestimage
Gims a-t-il été arnaqué ? Dans une récente interview sur la chaîne YouTube "Oui Hustle", le rappeur a affirmé qu'à l'époque de Sexion D'Assaut, il a été escroqué par son producteur Dawala, avec lequel il est en froid depuis des années. « Les poches n'étaient pas remplies. Je chantais "Désolé" j'étais en club, je prenais 200 euros. (...) Je faisais Paris-Quimper en viano [un van Mercedes] pour aller me chercher mes 250 euros. Et je le faisais parce que je n'avais pas le choix » s'est souvenu l'interprète de "Bella", assurant qu'il n'a touché que 900 euros après un concert complet au Zénith de Paris : « C'est lui qui est responsable [des tensions dans le groupe]. Derrière quand tu parlais aux bookeurs, ils me disaient "Mais je vous ai vendu 16.000 euros !", mais tu regardes ton porte-monnaie et il y a 250 euros ».

Le player Dailymotion est en train de se charger...


"Faut pas me dire qu'ils avaient pas d'argent, c'est pas vrai"


Des accusations auxquelles Dawala a indirectement répondu. Le producteur, pointé ouvertement du doigt, a donné sa version des faits dans la même émission, qu'il assure avoir enregistré le 16 mars sans avoir « connaissance des propos tenus à [son] encontre » par Gims : « Quand vous vous êtes mis avec Dawala, c'était pas votre producteur, c'était votre grand frère (...) Une fois que les contrats sont finis, si t'es pas bien chez Dawa, pourquoi tu restes chez Dawa ? (...) Faut pas me dire qu'ils avaient pas d'argent, c'est pas vrai ! Peut-être ils géraient mal. (...) Personne peut me dire "On n'a pas touché d'argent", c'est pas vrai ».



"Sur les contrats, je me suis trompé"


Dans une autre interview pour Booska-P, il rappelle que quand il a commencé à travailler avec la Sexion D'Assaut, « il n'y avait pas de conflits » : « J'étais un peu plus que leur producteur, j'étais leur grand frère. Dans tous leurs problèmes, j'étais là. Quand il y avait des problèmes de logement, quand il fallait ramener de l'argent à la maison, j'étais là ». Celui qui compare le label Wati-B à « un centre de formation » assume néanmoins des maladresses : « En tant que producteur, tout le monde fait des erreurs. Moi, je suis le premier à faire mon auto-critique. On est des humains, on fait tous des erreurs, faut pardonner. J'ai été trop gentil parfois, avec beaucoup de gens. Parfois sur les contrats je me suis trompé, j'ai mangé, j'assume ».

Durant l'entretien, le producteur du groupe 4Keus s'est longuement confié sur le cas de la Sexion D'Assaut. Aujourd'hui, Dawala confirme que l'album "Le retour des rois", attendu depuis 2012, est prêt à sortir : « Après, les artistes trouvent qu'ils ne sont pas à la hauteur mais les morceaux existent. Donc demain s'ils arrivent à trouver une solution entre eux, je serai le premier à être content ». Rappelant que « ça n'a jamais bloqué de [son] côté », Dawala est revenu sur la conception mouvementée de l'album "Le retour des rois", mis sur pause à cause du départ de Gims : « Chacun fait son solo donc c'est un peu compliqué de les réunir. A un moment donné, il faut refaire la Sexion D'Assaut. Les années passent, les contrats qu'on a faits en 2012, ce n'est plus la même chose. Il y en a qui veulent partir. Donc pour partir, ils trouvent un système en disant "libère-nous" ». Selon lui, certains ont voulu récupérer le projet en l'évinçant, ce qui n'était pas de son goût : « C'était "libère la Sexion D'Assaut" alors qu'en vérité c'était "augmente la Sexion D'Assaut" ou "venez renégocier les contrats" ».



"Ils sont plus au niveau"


Mais Dawala l'assure, c'était « compliqué » de renégocier les contrats des sept rappeurs « parce qu'il y avait une différence entre ceux qui vendaient et ceux qui ne vendaient pas » : « Donc on a trouvé un deal où chacun a pris des avances pour sortir ce projet-là. Aujourd'hui on attend le projet... J'ai essayé de faire sortir un morceau ("10 ans") qui a été désamorcé. Parce que certains artistes pensent qu'ils sont plus au niveau pour sortir le projet. Sinon, le projet il est là ». Afin d'apaiser les tensions, le producteur se dit toujours « ouvert » à des négociations même si la situation n'est plus la même qu'il y a 10 ans car « la musique a changé » : « Mon intérêt à moi c'est de le sortir parce que je gagne si on le sort ».
GIMS en interview
28/10/2017 - A l'occasion de "La grande soirée des 1001 nuits de Maître Gims - Ensemble pour la tolérance", diffusée ce soir sur W9, Pure Charts a eu l'occasion de poser quelques questions au rappeur. Son nouvel album, les Enfoirés, "The Voice", les NRJ Music Awards... Maître Gims dit tout !
Plus de GIMS
A lire sur les forums :
Dans l'actu musicale

Charts in France

Copyright © 2002-2024 Webedia - Tous droits réservés

  • A propos de Pure Charts
  • Mentions légales
  • Publicité
  • Politique de cookies
  • Politique de protection des données
  • Nous contacter