Accueil > Actualité > Sortie CD > Actualité de Kim Petras > "Turn Off The Light" : Kim Petras sort un nouvel album inspiré par Halloween
jeudi 03 octobre 2019 14:27

"Turn Off The Light" : Kim Petras sort un nouvel album inspiré par Halloween

Par Yohann RUELLE | Journaliste
Branché en permanence sur ses playlists, il sait aussi bien parler du dernier album de Kim Petras que du set de techno underground berlinois qu'il a regardé hier soir sur TikTok. Sa collection de peluches et figurines témoigne de son amour pour les grandes icônes de la pop culture.
La saison de l'effroi commence. Un mois avant Halloween, Kim Petras devient la reine des damnés avec la sortie de "Turn Off The Light", un nouvel album dark pop compilant deux EPs inspirés par les contes d'épouvante. A découvrir sur Pure Charts !
Crédits photo : Instagram
Kim Petras est la star montante de la pop. Originaire d'Allemagne, la chanteuse de 27 ans a su constituer un large cercle de fidèles à la fois ensorcelés par ses hits dancefloors produits par Dr. Luke ("Heart To Break", "I Don't Want It At All") et touchés par son histoire. Dans un entretien confession accordé à Pure Charts cet été, l'artiste est revenue avec beaucoup de franchise sur son parcours mouvementé : « Il y a eu un documentaire à la télévision sur ma transition quand j'avais 12 ans. On a reçu tellement de haine en retour, on a dit des choses horribles sur mes parents. Même les docteurs disaient que j'étais cinglée. En fait, toute mon enfance a été faite d'adultes me disant que je n'étais pas normale. Personne ne m'aimait à l'école, je n'avais pas d'amis, on me lançait de la nourriture à la cantine. (...) J'ai dû apprendre l'essentiel : être fière de moi, fidèle à ce que je suis, et ne pas tout faire pour qu'on m'aime à tout prix ».

Fière de son identité, Kim Petras fait partie d'une nouvelle génération d'artistes ouvertement queer qui bousculent les codes de l'industrie de la musique. « Aujourd'hui, à l'ère des réseaux sociaux, tu peux construire ta propre carrière sans avoir besoin de l'aval de ces mecs hétéros, en costume, qui ont plein d'argent pour financer tout ce qu'il te faut pour démarrer. Ça a changé les choses. Les barrières sont tombées » estime celle qui a appris à ne plus tenir compte des critiques : « Parfois, j'ai envie qu'on m'aime mais globalement, j'ai réussi à me détacher de ça. Et j'aime bien en réalité qu'on me haïsse, que je dérange. Je suis transgenre, je fais de la pop et alors ? ».

Voir cette publication sur Instagram

B̸̢͙͓̹̬̖̰̠̤̽̄̀̽̔̀͆͗̆͝y̴͍͓͍͇͆͛̿͐͌ ̷͓̪̈́̈́́̈̈̑̈́̅̕a̵̮̺̱̝̪̘̩͆͆͒̓̎ͅ ̸̨̲̃̈́͠ŗ̵̢̛͙̼̼͖͉͈̻̣ő̴͔͕͖̞̯̋̃u̶̡͎̬̗̱͓̘̥̪̓́̐͋̈́̇̌̉͊͜͝t̶̙̘̪̞̥͊͒̾ę̴̢̣̹̣̠̀͂̾̋̈́̉̎̈̾ͅ ̴̭͓̮̘͙̦͇̋̃̑o̸̢̞̘͐͗ͅb̸͕͙̝͓͑́̈́̓ͅs̴̼͉͌̿́̍́̋̍͘c̴͎̜̟͎̖̯͇̦̀̃͑̿͌͠͝ủ̴̻̳̣͔̻͗̾̈́͐r̴̙͔̎́̊̀̈́̕͘̕e̸̡͖͙͐ ̸͇̝̾̂͌͂͊͆͋́̔̚a̷͈̻̮͓͕̲̻͋͗̈́̂n̸̢͎̻̳͘d̴̹͍͐̿̓͘ ̴̢̢̖̭͙̜̣̇̓̃͊̂̚̚͝l̵̳̻͔͕̟̪̓̎̋͌̇͘ơ̴̳̲̖̟͒́͒̍̿͌̂͠͠ǹ̸̛͚̟̄̑ĕ̵̠̘͔͚̺̘̙̪̖̦̐l̶̲͎̝͍͖̞̹̬̺̤͝ỳ̷̙̭̞̰̯̇̿̾̽̔,̶̡̨̩͉̮͔̪̜͐͆ ̶̧̨̞͖̾̒̽̑̍͘̕͠Ḩ̸̢̬̣̈́̇̾̚á̴̯̝͖͔̰̬͖̻̫ṳ̶̧́̓n̵̺̲͙͎͍̭̤͋̀̌̀̆̒̍͠ṫ̷͕̙͖̖̥̺è̸̡̝̬̦͕̉̂d̸̨̛̥͓͚̅̆̔͆́̔͗̄ ̸͓͇͓̹͎̝́̇́͂͆͘b̶͎̌̀̕y̵̛̫͋̌͑̀͠ ̷̧̨̙͕̯͓̥̪̦̐́̇̽̔į̷̻̜̘̺̈́͑̃̌̄͌͊͂͂̚l̶̡̡̤͓̀̉͛̑́̑͝l̷̝͕̳̫͉͇̱̭͑͌́̑ͅ ̴̻́̔̆̔̍́̅͌͗͘ą̴̢̧͎̤̮̝̫̱̿̈́̽͑͑̔̂̀̒̕n̸͕̺͍̈̀̋ģ̶̲̲̫͔͓͈̓̆̂̆̆̾̀̊ë̴̢̢̹̰̖̭̦̰́̚l̴̦̜̫̿̈́̒̂̈́̓̕͘͝ś̵̡̡͉̠̀͜ ̵̤̼̮̆͊̐̅̚͜͜͠͝͠o̴̡͚̟̤̩̽͛̈͐̈̾̌̓͗n̶̮͎̿ļ̶̹̤̰͓͙͈̖͐͑̐͜͝y̷͍͍̋̋,̴͉̩͎̻̦̤̜̈̒͌̇̈́̈̈́͗̇ ̵̝̖͕̤̫̳̤̂̊̔̂́̇͋̚W̶̧̜͉̬̩͒̇͊̀̃̅͝h̶̼̆̔́̈́̂̓̃͗̄͘͜e̶̮̫̟͈͌͑̃̋̏̋̿͋͝r̶̢͍̻̗̱̳̩̂̔̃̀͗͒͐̕ͅe̷̢̼͚̫̽̿͑̚̕ ̵̝̥̫̬̮̠̽́̉̽̄̂͠a̶͕̹͕̾̔̃n̸̦̼̘̼̾͂̔̍͛͐̑̌̈̕͜ ̶̛̖͇̺̺͎̯̰͕̀̑̈́̍̊͝͝E̴̛̮̫̙͊͑͐͌̔ī̵̛̬͚̠͈͑̀̿͛̓̈́̚͜͠d̴̯͉͇̪͎̼̰̞͒͗̉͑̎͛̓͘͝͝o̶̡̼̱͎͖͚̎̀͌̀͑̐̚̚̕ļ̸̈̎̏͘͝ŏ̴̧̘̺͖́͒̄͗̑ͅn̵͉͙̰̝͎͎̭͔̙̈́̎̐̀̅͝͠,̸̨̰̝̬͋̇͆̂͌̂͌̃̈́͘ ̵̢̧̛̦̦̿̈́̿͘͝ň̷̘͕̬̣̳̦̪͊́͋̏̏̚͜ͅả̵̩̻͍̣̃̍̀͊͆̊͠m̸͉̘̤̋̅̍̓̀͊e̶̦͈̩̮͆̑̄͛̐͠d̸̳̙̙͋̃̆͌̚ ̶̛̜̼̬̔̂̚̚͝͝N̶̡̛̥̬̬͍̖̋͆̾̏̏̽̚I̸̥̝̯̫͚͆̍̀̔̄̓̕͝͝͠G̶̛̟̤̘̥̮͓̜̣̒̏̃́͒̑͗̕͝Ḧ̴̛̼͉̳͕̩͕͙͕̬̯́̎T̶͈̟̼̂̍͂̇̏͂͑,̴̥̝͎̳̙̻͍͇͎͒̓̋̆̃̾̈́̉̊ ̶͇̣̥̜̀̏́̀͊͋͑̅O̵̪̣͕̥̗̟̅̑̏͑̆͝n̵̛̛̬͇̘̭̯͒̈́̿̊̈́̏͝ ̷̯̞͈̣̈́͆̋̈ą̶̳͔̯̓͊͋̃̐͜ ̷̣͖̟͇͗̈̈̽̂̉̔̓ͅb̵̗̙̫̠̗̼̞̦̃̉̆͐̓̚̕l̵̡̟̩̥͙̰̝̿̋̊͗͊̀̈́̄͝ā̷̧̻̤̭̝͙̻͔̠̽̅c̸̢͚̪̮̳̐͌̍̀̽̅͗͂͜͠͠k̴̡̛̩̯̣̻͍̝̘͕͐̀́͂̍͛͑́͜ ̸̡̳̣̗̣̯̹̅̅̔t̶͔̩̞̜͚͕̝̲̿̀̏̇h̵̛͔̙ͅŗ̷͈̜͔͓̪̪̺̎̂͌̅̉̏̑̃͝͝ȏ̵͖̻͖̲̖͕͇̩n̵̡͐e̵̢̳͇̩̮̜̠̔̾̌̋̽̊̌̃͘͝ ̴̦̯̿̈́̽̚r̶̛͉̽͛̅̎̏̚ë̷̮̯̲͖́̾̀͗̊͌̊͝í̸̢͖͕̓̊ğ̶̨̙̰̩̋̆̅͐͘n̷̛̬͓̉̑̊̈́̈́͘͘͠s̵̠͚̽́͒̈́̓̀̓̕͝͝ ̶̰̭͙͔͗͊̋͌͛̌̚ù̵̼̱̑͌͌̋̕p̶̢̨͖͕͚̰̘̞̦͛̀͜r̶̭̭̲̘̉͜i̴͙̪̰͎̝̹̺̓̏̈́̈͆̀̕̕͝͠g̷͍̯͒͐̅ḧ̶͕̖͕̭̽̍̿̿̀̋̃̉̅ț̸̡̥̞̥̝͍̖̝̐̂̀́̋͒̍̓͘͠,̴͔̹̮̗̅̋̂͊̔͆͜ ̸͙̓͛͒̆̋͐̃̕I̵̯͇̜̘͍͓̻̓͒̍̂́̃͜͝ ̸̢͉̣̋̊̎̌́̔͒̂̋͋h̴̥̤͒͝a̴̜̹͙̖̙̞̤͊̊̌̾̈̊́̓́̕v̷̮̰̺̤͍͔̩̍͛̉̅̂̽̈ͅe̶̠̫̱̦͚̮̓̄͛̅͠ ̶̤̜̞̭̫͐̅̌̈̋̓̀w̷̤͔̤͖̱̤̙̙̎̀̆́͗̈́̏̚a̷̯̗͗n̸̛̜͕͕̞̠̈͒͐d̵̡̛̼̘̳̗̮̹͈͍̈́͐̓͒̿̈́͗̓̊ͅe̷̡̡̱̖̯̤̗͐̓͐͜r̴͕̪͉̼͔͖̫̠͒̀̂̋͑̓̽͘e̷̛̳͈̺̅͑d̴̢̛̩̯͚̪͔̩̿̔͆́̑̍̀͘ ̷̧̡̛̤̱̼͍͚̰̌͆̑̾̐͜͝ͅh̸̨͖̹͔̘͚͔̺̪̪̎o̴͕̼͔̲̹̹͖̿ṃ̴̍̊̒̎e̷̛͈̯̬̥͙͕̩͉͕̊̉͗̉͑̍͒ ̷̧̮̬̫̘͕̤̠̮͍͂͠b̷̮͈͚͓̋͋̀̎͋̔u̵̧̪̗̮͎̘̙̰̪͈͋̍͠͠t̴̲̳̻̀́ͅ ̶̫̺̺̮͕̙̘̱̣͋͋̏͋́̒ņ̶̨͉͈͔̖͙̤͕̉̊̀͘͝ȩ̶̳͕͎̜̦̖̟̫̐̅̀͒̂̕w̴͔̖̦̾l̶̤̠̯̟͕̈͊́͆ͅy̶̹̖̞̜͍̤͌͐̐͊͂͘̕,̸̡̡͎̟͉͎̤̈́̎̒ ̵̡̩̳̈́̐̆̓͌́̋̏͒ͅF̸̧̼̘̺̪̣͙̳̓̐̑͌̚̚r̷̺̣̰̙̺̻͈̯̄͐̚͘ö̵͉̼̤͎́͘m̷͙̫̦̳͙͒̔̇̍́̕ ̵̢̨̗̳̯͙̞̣̃̉t̶̛̰̗̼͙̙̟̅͌͠͝h̵̼̲̦̗͙̭̣̠̥̉͜ȋ̸̠̠̈̿̊̇̒̀s̴͂

Une publication partagée par KIM PETRAS (@kimpetras) le



"J'adore les films d'horreur"


Vous l'aurez compris, Kim Petras a du caractère à revendre. L'an dernier, c'est contre l'avis de son équipe artistique qu'elle a sorti l'EP "Turn Off The Light", constitué de chansons inspirées par la saison de Halloween et tout ce qu'elle implique de cauchemardesque. « J'adore les films d'horreur. On me disait : "Mais tu es sérieuse ? C'est n'importe quoi". Mais ça a bien marché en streaming, les gens ont passé les titres pendant des fêtes pour Halloween. Beaucoup de personnes m'ont découverte grâce à ce projet qui me tenait à coeur. Tout le monde était surpris » a-t-elle révélé à notre micro. Les fans attendaient donc avec impatience le volume 2 de cette série. Contre toute attendre, Kim Petras a décidé de sortir un album entier regroupant les huit titres que l'on connaissait déjà et neuf morceaux inédits, aux noms plus qu'imaginés : "There Will Be Blood", "Massacre", "Death By Sex", "Everybody Dies" etc. Parfait pour se mettre dans l'ambiance ! D'autant que les pistes, entre pop eighties et dark techno, regorgent d'arrangements effrayants comme des notes de piano sinistres, le hurlement d'un loup ou des couteaux qu'on aiguise. A écouter à vos risques et périls...

Ecoutez "Turn Off The Light", le nouvel album de Kim Petras :


Retrouvez l'actualité de Kim Petras sur sa page Facebook officielle.
Kim Petras en interview
07/09/2019 - De passage à Paris pour un concert explosif, la jeune popstar Kim Petras a répondu aux questions de Pure Charts. Elle se confie sur son enfance bercée par la haine, sa transition, son parcours, la polémique Dr. Luke, son statut d'icône LGBT, son amour pour Paris ou encore l'évolution des mentalités.
Plus de Kim Petras
A lire sur les forums :
Dans l'actu musicale

Charts in France

Copyright © 2002-2024 Webedia - Tous droits réservés

  • A propos de Pure Charts
  • Publicité
  • Politique de cookies Politique de cookies
  • Politique de protection des données
  • Nous contacter