Accueil > Actualité > Dossier spécial > Actualité de Booba > Booba : on a classé tous ses albums, voici notre top ultime !
samedi 17 février 2024 11:15

Booba : on a classé tous ses albums, voici notre top ultime !

Par Guillaume NARDUZZI | Journaliste
Booba s'impose au sommet des charts avec "Ad Vitam Aeternam", poursuivant ainsi une carrière solo entamée il y a près d'un quart de siècle. L'occasion de se replonger dans la discographie du Duc de Boulogne, qui reste à ce jour le plus vaste héritage musical de l'histoire du rap français.
Crédits photo : Pochette des albums
Il s'en est passé du chemin, dans la carrière de Booba, depuis la parution de son premier effort solo "Temps mort", jusqu'à la sortie de son dernier projet en date "Ad Vitam Aeternam", un EP composé de dix titres dévoilé le 9 février dernier à la surprise générale. Entretemps, B2O est en effet devenu le visage le plus emblématique de l'histoire du rap français, incarnant à lui seul une scène hip-hop hexagonale en perpétuelle expansion sur cette période, fort d'une discographie inégalée de par sa régularité au plus haut niveau. De plus, il s'est érigé comme le patron de ce courant musical dont il a dicté les tendances avec ses sonorités et son style singulier pendant de longues années. Retour sur l'ensemble de son oeuvre, à commencer par ses albums studio - sont donc exclus du classement sa série de mixtape "Autopsie" et son dernier opus - qui demeurent immanquables pour tout auditeur de rap français d'hier, d'aujourd'hui et de demain.

Le player Dailymotion est en train de se charger...


10. "Ultra" (2021)


Il s'agit du dixième et - a priori- ultime album de la carrière de Booba. Si "Ultra" a rencontré un franc succès auprès des auditeurs à sa sortie, en accumulant les dizaines de millions de streams grâce à une attente tout bonnement monstrueuse et des titres parfaitement calibrés pour le grand public comme l'entêtant "Mona Lisa" avec JSX, il pêche par manque de consistance. Certains titres comme "Bonne journée" avec son poulain SDM, devenu depuis l'un des rappeurs les plus en vue, parviennent à se démarquer. Mais la plupart d'entre eux ont peiné à marquer durablement les esprits. Les adieux d'alors tombent parfois dans la facilité - pas aidés par des invités souvent un ton en-dessous, à l'instar de la seconde partie de l'album.



9. "0.9" (2008)


Mal classé, "0.9" est paradoxalement peut-être l'un de ses disques les plus importants. En effet, l'album était alors en concurrence avec "Mes Repères" de La Fouine et "Le code de l'horreur" de Rohff. Et jamais B2O n'a paru aussi proche de devoir céder son trône de souverain du rap français, faute de retours critiques et commerciaux pour le moins contrastés, même s'il amorce ici la seconde partie de sa carrière. Et pour cause, rarement un album n'aura autant divisé à sa sortie en raison de ses sonorités audacieuses, qui se révèleront plus tard particulièrement avant-gardistes, et de l'utilisation de l'autotune, pour introduire définitivement cet outil qui deviendra indispensable dans le hip-hop tricolore. Pour l'anecdote, il est sorti le même jour que "808's & Heartbreak" de Kanye West, qui a connu un sort relativement similaire de l'autre côté de l'Atlantique, étant reconsidéré à juste titre à la hausse avec le temps. Si l'ensemble n'a pas forcément bien vieilli à l'exception de quelques pistes notables comme "Salades tomates oignons" ou "Game Over", il demeure l'un des projets les plus capitaux du rap français contemporain de par son influence et son aspect précurseur fondamental.



8. "Trône" (2017)


L'attente du public pour un nouvel album, même pour Booba, n'aura que rarement été aussi haute. À tel point que "Trône" fuite sur Internet, obligeant le rappeur à avancer la sortie officielle de deux semaines et à précipiter sa promotion. L'introduction "Centurion" divise, à l'image de la globalité de l'écoute de cette proposition qui n'a jamais semblé aussi accessible aux auditeurs non initiés au rap. Oscillant comme souvent entre moment de pur rap et productions davantage mainstream, Booba déroule sans forcément faire preuve de l'exigence qu'on lui connaît. Et pourtant, il s'agit là de son plus grand succès commercial avec le seul et unique disque de diamant glané au cours de sa longue carrière, grâce à des tubes mémorables comme le planant "Friday", le symbolique et clubesque "DKR" ou l'émouvant "Petite fille". Dommage que le reste de la tracklist ne se soit pas à la hauteur de ces titres.



7. "D.U.C" (2015)


Après être brillamment parvenu à se renouveler avec ses derniers projets et avoir pris à toute vitesse les virages de la trap et des titres autotunés à souhait, Booba revient en 2015 avec "D.U.C". Un opus qui contient son lot d'étrangeté comme en attestent "All Set" avec Jeremih, "G-Love" avec Farruko ou "Jack Da" pour ne citer que quelques exemples, qui va déboussoler autant les observateurs que les admirateurs. Mais s'il parvient à sortir du lot avec une telle hétérogénéité, c'est en grande partie grâce à la qualité de ses fulgurances : l'exceptionnel "Tony Sosa", le bouillant "Mové lang" avec Gato et Bridjahting, "3G", "Mon pays", "LVMH", "La mort leur va si bien"... mais aussi la réunion entre anciens qu'est "Temps mort 2.0" avec Lino. À boire et à manger donc, et c'est bien ce côté brouillon qui l'empêche de prétendre à mieux, alors qu'il en avait largement le potentiel. Ce n'est que partie remise...



6. "Futur" (2012)


Une véritable démonstration de la supériorité de Booba à l'heure où la trap commence à devenir le registre de prédilection de la majorité des rappeurs, mais également alors que les clash avec certains de ses confrères entrent dans une violence inédite. Même si, là aussi, tout n'a pas forcément bien vieilli avec le temps, l'album demeure une référence gravée dans son époque, avec comme point d'orgue l'inoubliable hymne qu'est "Kalash" avec un certain Kaaris ou encore le hit "Caramel". Et quelques prises de risque notables qui misent davantage sur les mélodies, aux finalités diverses, comme l'étonnant "Jimmy" ou "Tombé pour elle". À noter que l'on considère ici le disque agrémenté de sa réédition grandiose - peut-être la meilleure du genre de l'histoire du rap français avec la diss-track "A.C. Milan", mais aussi les bangers "Parlons peu", "RTC" ou encore "Turfu". Sinon, "Futur" aurait pu dégringoler dans le classement.



5. "Lunatic" (2010)


Si l'intitulé du projet pouvait laisser penser à un retour aux sources, Lunatic étant le duo absolument mythique qu'il formait avec Ali avant de se lancer en solo, il n'en est rien. Booba poursuit sur la lancée de "0.9", mais avec encore davantage de maîtrise et un casting bien plus pertinent : Diddy, Akon, T-Pain, Ryan Leslie, Dosseh... De plus, il fend pour la première fois sa carapace avec des chansons bien plus personnelles et musicalement ouvertes comme "Ma couleur", "Paradis", "Comme une étoile", "Killer" ou "Lunatic", tout en proposant des titres explosifs tels que "Jour de paye", "Boss du rap game" ou "Abracadabra". C'est également son projet qui marque son exil définitif du côté de Miami, et sa domination implacable sur la concurrence à l'heure de la crise du disque, avec une écriture plus simple, certes, mais aussi plus directe et franche. Le vrai point de bascule vers la seconde partie de sa carrière, qui pourrait prétendre à une place bien plus élevée si l'on ne parlait pas là de la discographie du plus grand rappeur français de l'histoire.



4. "Panthéon" (2004)


Tout débute avec une introduction exceptionnelle, "Tallac", véritable modèle décapant dans cet exercice de style. Pour ce disque, Booba a quitté son propre label indépendant pour rejoindre une major. Un vrai pari, d'autant plus que le cap du deuxième album n'est jamais évident. Mais B2O a relevé le défi haut la main, même si "Panthéon" a souvent souffert de la comparaison avec un premier effort légendaire. Dans une ambiance lourde, comme pour rappeler que son auteur est en temps de guerre permanent, le rappeur fait étalage de la qualité de sa technique et de son écriture. Déjà entouré des meilleurs de l'époque - Nessbeal en tête, il parfait son personnage hardcore jusqu'à la mort. Avec à la clé quelques pistes mésestimées, "Bâtiment C" ou "Hors-Saison" en tête, et les essentiels "N°10" et "Mon Son", lorgnant alors davantage du côté de New York que d'Atlanta. Quelques temps plus faibles empêchent toutefois à l'album, encore aujourd'hui, de prétendre à une place sur un podium étincelant. Cependant, il demeure extrêmement riche par ses sonorités et ses textes, mis en lumière par des choix de production inspirés. Une grande oeuvre du patrimoine de Booba.



3. "Nero Nemesis" (2015)


Ce que Booba voulait faire sur le contrasté "D.U.C", il est parvenu à le proposer sur "Nero Nemesis". Seulement quelques mois après cet essai en demi-teinte, le rappeur fait un retour fracassant condensé en 13 pistes incandescentes. Pour la première (et seule) fois, il n'apparaît pas sur la cover comme pour mieux laisser sa musique s'exprimer : il décide d'offrir un album quasi exclusivement consacré à du rap pur et dur. Un sommet de violence porté par des flows absolument uniques et terriblement destructeurs. C'est une réussite totale (à part peut-être le curieux morceau "U2K"). Et même "Validé", le seul titre mainstream de la tracklist, devient un immense tube. En découle un chef d'oeuvre de la trap française, tout en haut de la hiérarchie en la matière aux côtés de "Or Noir" de Kaaris, grâce à des incontournables de sa discographie : l'introduction dévastatrice "Walabok", l'hymne iconique "92i Veyron", l'hommage "Génération assassin", "Pinocchio" qui a permis de révéler Damso aux yeux du monde ou bien l'outro "5G". Son dernier classique en date, intemporel, alors que le rap français vivait une année 2015 historique, qui lui a offert la légitimité de son incroyable longévité. Du très grand Booba.



2. "Temps mort" (2002)


La première pierre d'un édifice absolument unique. Pour son premier essai en solo, après le classique absolu qu'est "Mauvais Oeil" en duo avec Ali sous l'alias Lunatic - qui a littéralement traumatisé le rap français, l'enjeu est immense : Booba peut-il être le meilleur sans son comparse ? La réponse est rapidement donnée - même si on retrouve Ali sur "Strass & paillettes", et il s'impose immédiatement comme le patron du hip-hop hexagonal. Mieux, il dépasse les espoirs pourtant infinis placés en lui, fort d'une ambition démesurée et d'une insolence doublée d'une confiance à toute épreuve. "Temps mort" est l'album de toute une génération de rappeurs, tout le monde - la fameuse "Nouvelle école" - veut rapper comme Booba. Des punchlines folles particulièrement visuelles, un phrasé reconnaissable et incomparable, dans une ambiance tout droit sortie des rues poisseuses de son 92. "Ma définition", "Jusqu'ici tout va bien", "Repose en paix", "Le bitume avec une plume", "Interlude", "Destinée" avec Kayna Samet... Autant de classiques. Il devient ce qu'il aurait dû être et c'est le début d'un règne sans partage.



1. "Ouest Side" (2006)


Pour son troisième essai en solo, Booba met littéralement tout le monde d'accord en lâchant un monument non pas du rap français, mais bien de l'histoire de la musique hexagonale. C'est bien sur cet album que l'on retrouve le plus de classiques de son pourtant très dense répertoire. B2O y affiche le zénith de son art - "Garde la pêche", "Mauvais garçon" ou "Boîte vocale" en témoignent - avec des figures de style en pagaille, une culture brillamment exposée grâce à des références plus mémorables les unes que les autres et une polyvalence à son paroxysme fort d'une palette musicale somptueuse. Ainsi, touché par la grâce, le rappeur démontre qu'il est le meilleur dans absolument tous les registres : l'aspiration club "Dirty South" de "Boulbi", la connexion franco-américaine enviée de tous sur "Gun In Hand" avec Akon, la chanson française avec "Pitbull", l'inspiration rock sur "Couleur ébène", le reggae sur "Au bout de mes rêves" et même la musique baroque avec "Duc de Boulogne". Booba, en maîtrise totale, condense tout son savoir-faire dans un mélange symbiotique, avec des textes à l'ego-trip assassin et emplis d'une mélancolie poétique, magnifiés par des instrumentales aussi ambitieuses qu'abouties. Probablement le disque le plus iconique de l'histoire du rap français.
Suivez l'actualité de Booba sur son site internet officiel et sa page Facebook.
Écoutez et/ou téléchargez les albums et singles de Booba sur Purecharts.

Charts in France

Copyright © 2002-2024 Webedia - Tous droits réservés

  • A propos de Pure Charts
  • Publicité
  • Politique de cookies Politique de cookies
  • Politique de protection des données
  • Nous contacter