Mot de passe oublié ? Cliquez-ici

dimanche 30 novembre 2008 0:00

Pascal Mono en interview

Il était l'an passé le demi-finaliste de "Star Academy". Depuis, Pascal Mono a fait du chemin, de la scène et un premier album : "Intact". Charts in France l'a rencontré : attention interview sans détours.
Charts in France (Thierry Cadet, rédacteur) : Salut Pascal ! Très heureux de te rencontrer, quel serait ton premier bilan six mois après sa sortie ?
Pascal Mono : Très heureux… Cet album synthétise toutes les années passées sur la route à aller de petits concerts en petits concerts. Ce disque ferme une première boucle en somme...
Et puis nous l'avons travaillé comme un projet indépendant : c'est mon frère qui a fait les maquettes du visuel par exemple (ndlr : affichiste sur "Memento", "Les choristes", "Ne le dis à personne"...). Il faisait mes premières affiches quand on était au lycée… Et puis quand on a des musiciens tels que Mathieu Imberti (ndlr : ex-No One Is Innocent) ou Antoine Essertier (ndlr : qui a également co-réalisé l'album), on prend du plaisir à bosser douze heures par jour.

CIF : « Intact » est entré au Top 250 à la 84ème place des ventes le 18 juin dernier …Comment expliques-tu ne pas être entré plus haut ?
PM : Et Muse est entré à la 126eme place. L’album est sorti en pleine coupe du monde, sans réelle promo… Ce résultat est donc encourageant… De toutes façons pour moi le problème n'est pas là... Je veux faire de la scène et aller présenter mon album aux gens de cette manière. C'est ce que j'ai toujours fait et c'est ce que je ferai toujours, mon métier. Chez Mercury ils l'ont bien compris et je viens de signer un contrat pour une tournée française de 20 dates pour commencer.

CIF : Penses-tu avoir été suffisamment soutenu par TF1 ?
PM : Dans ce métier tu dois t'imposer et ne pas attendre quoi que ce soit, si tu le fais, ça ne peux pas être que dans l'attente d'un soutien, la première chose qui compte c'est dans la beauté du geste, c'est tout... En ce qui concerne "Star Ac'", le simple fait de me proposer cette aventure, c’est pas mal non ? Et puis j’ai pu chanter avec de très grands noms comme Carlos Santana, Paul Anka ou Liza Minelli ! C'est juste un beau délire, non ? A ma sortie du quinzième prime, un quart d’heure après le PDG d’Universal m’a parlé de l’avenir… On m’a laissé carte blanche pour réaliser cet album car la maquette présentée aux tout débuts des auditions à Pascal Nègre (ndlr : PDG d'Universal), raison de ma présence à ces auditions au départ, a plu… J'ai eu la chance d’avoir un beau clip, original, le réalisateur Nicolas Salis a refusé celui de Franz Ferdinand, je le prends pour un sacré compliment… C'est vrai qu'il n'a pas encore été beaucoup diffusé, mais il est sur TF1video.fr, et sur pleins d'autres sites, les gens qui veulent s'interresser à quelque chose se débrouillent toujours... Et puis TF1 m’a invité à venir chanter mon single sur le plateau de la "Star Ac' 6“, c'est quand même pas rien non plus… Bref, je ne peux pas me plaindre.

CIF : Privilège que Magalie Vaé, la gagnante, n'a pas eu...
PM : Mais il n'y a pas que TF1… Il y a notamment la TNT qui me soutient pas mal.

CIF : Mais qui ne fait pas d'audience...
PM : De plus en plus si si… la tendance est au zapping, t’es au courant ?

CIF : Dans ton album il y a une chanson qui s'appelle "Télévision Superstar“ (ndlr : co-écrite par Hocine Hallaf d'Aston Villa), elle parle de l'image, souvent faussée, que renvoie le petit écran. En as-tu souffert ?
PM : La chanson se veut très théâtrale et caricaturale, comme peut l’être le rock’n’roll parfois… Et elle fonctionne très bien sur scène! Souffrir ? Non, soyons sérieux, souffrir ce n’est pas ça… Je pense être resté moi même du début à la fin du programme. Les choses se sont clarifiées d'elles-mêmes finalement. Je n'en ai pas particulièrement souffert, mais, que ce soit clair, cette aventure est plutôt éprouvante.

CIF : Revois-tu les candidats de ta promotion de "Star Ac'5" ?
PM : Des gens comme Mathieu Johann (Star Ac'4), Maud Verdeyen et Alexia Palombo (SA'5), David Lukas (SA'6), Romain Wylson et Pierre Bouley (SA'3) sont venus au show-case d'"Intact" au Réservoir la semaine dernière, et je trouve ça très sympa; j'ai apprécié qu'ils se déplacent, au-delà des anicroches et des jalousies de château... Une forme de curiosité et de respect que j'apprécie à leur juste valeur... Même si je dois avouer, et tu me comprendras, que la venue du groupe Trust (Bernie Bonvoisin et Nono) m'a, elle, véritablement comblé.

CIF : Revenons au premier extrait, "Mon époque“, quel message as-tu voulu faire passer dans ce texte ?
PM : "Mon époque“ parle de nos engagements, souvent dérisoires malheureusement… J'ai pris le micro pour faire un constat ironique et humoristique de notre bonne vieille "société de consommation".

Visionnez le clip de Pascal Mono, "Mon époque" :
Le player Dailymotion est en train de se charger...


CIF : Tu ne penses pas que ce titre fait un peu doublon avec "Sur mon cœur" qui traite du même sujet ?
PM : Pas du tout ! On a justement bien veillé à ne jamais se répéter sur cet album…
"Sur mon cœur" c’est le quotidien de celui qui zappe et qui zappe tellement l’ennui est flagrant, mais il est fasciné… On a écrit ce texte Jean et moi (ndlr : Jean Fauque, parolier notamment de Bashung) en pensant d’un côté à la télé, et de l’autre à la guerre en Irak… "Sur mon cœur" est beaucoup plus grave que "Mon époque".

CIF : Le fait d'être séparé régulièrement de ta famille n'est pas trop difficile à vivre ?
PM : C'est moins difficile aujourd'hui… Il y a quelques années, j'étais tous les soirs sur les routes avec mon groupe, et là c'était plus dur pour la vie de famille, d’ailleurs je ne l’envisageais pas jusqu’au jour où…

CIF : Où quoi ?
PM : J’ai été père.

CIF : "En somme“, qui ferait un excellent deuxième single, ne dresse pas une analyse très positive de notre société...
PM : C’est juste un ressenti, un constat et au bout, une question simple : « où en sommes-nous en somme ? est-ce que quelqu’un sait ? ». J'ai des images plein la tête avec cette chanson, notamment celles d’un clip de Placebo où les gens se jettent du haut des gratte-ciel...

CIF : On a malheureusement déjà vu ces images, en vrai...
PM : Justement, ça veut dire que la réalité a rattrappé la fiction et c'est grave en effet.

CIF : Alors, « où en sommes-nous en somme ? » Le sais-tu ?
PM : La formulation «o ù en sommes-nous en somme ? » est intéressante car elle se mord la queue… C’est ce que je constate, on se prend pas mal la tête, on refait le monde les soirs où ça va bien et puis dès que le ton monte, alors c’est le conflit, la guéguerre… On avance comme des escargots… l’humanité… honteuse… On a besoin de sens à la vie, mais la vie elle s’en fout, nous ne comprenons pas, et en plus on a la prétention d’expliquer… Oublie, aime, et vis!

CIF : A qui est dédiée "Toutes mes excuses“?
PM : Cette chanson existait depuis un moment, elle est autobiograhique certes, elle parle d'une relation passée... Au début le texte disait : "je ne te fais pas mes excuses“, et puis finalement je l'ai changé et je lui en est fait.

CIF : Pourquoi avoir changé le texte ?
PM : C’est le travail du temps... On a du recul à un moment donné sur les choses, on prend conscience de ses torts. Sinon, on n’avance pas.

CIF : A l'écoute du texte, je me rends compte que c'est une chanson qui pourrait tout aussi bien s'adresser à un ami, il n'y a pas de genre imposé.
PM : Ah oui ? tant mieux… Ca veut dire que chacun peut se l'approprier et en faire sa propre histoire…

CIF : "Si je devais“ et "Je me casse“ sont dédiées à qui ?
PM : Ah ah ah... (rires)

CIF : Il y a un titre caché sur ton album, une reprise de Led Zeppelin, pourquoi ce choix ?
PM : Simplement parce que Led Zep’ est un groupe que j'ai adoré et que j'aime particulièrement "Going To California“ que je reprends dans une version acoustique. Un clin d’oeil, en titre caché.

CIF : Tu n'écoutes que du rock ?
PM : Tu me prends pour un intégriste ou quoi ? (rires) Non… Sincèrement, j’écoute des choses très variées… Récemment j’ai acheté le dernier album d’Archive… planant et sombre… j'aime l'"esprit rock'n'roll", mais dans tous les domaines. Camille ou Grand Corps Malade sont, par exemple, pour moi beaucoup plus rock'n'roll que pas mal d'autres qui s’en "inspirent". (sourire).

CIF : Quelle est la chose dont tu es le plus fier de ton parcours dans cette émission de télé-réalité ?
PM : Ma plus belle victoire est d'avoir pu imposer U2 et Radiohead sur TF1, d’avoir tenu le choc face à un Johnny motivé, que ça ait marqué les esprits, et d'être resté intact. Pas de prise de tête, de PSY, de crise d’égo ou que sais-je encore… Le chemin continue, différemment aujourd’hui, mais au fond, c’est la même chose; la scène, la route... l’euphorie et la fatigue…

CIF : Justement, tu seras sur la scène du Café de la Danse de Paris le 12 janvier prochain pour le démarrage de ta tournée !
PM : Le show-case du Réservoir le 22 Novembre s’est si bien passé que j’ai hâte aujourd’hui de démarrer cette tournée avec ce groupe! Deux guitares, une basse , une batterie et des séquences en live, du gros son, le pied quoi !

CIF : Comment va s'articuler ce concert ?
PM : Je vais y chanter tous les morceaux de « Intact », et puis quelques inédits… Il y aura quelques reprises surprises aussi. Ce ne seront pas les mêmes d’une date à l’autre.

CIF : Des invités ?
PM : Surprise aussi…

CIF : Et les premières parties de Johnny Hallyday dont on a beaucoup parlées?
PM : Les accords sont parfois très longs à se signer. Johnny est toujours ok mais apparemment, ce sont les maisons de disques qui se boudent… (ndlr : Pascal est chez Universal et Johnny, suite à un procès contre eux, a récemment signé chez Warner). On parle de premières parties de Bonnie Tyler à l’international.

CIF : Rétrospectivement, je pense qu'une reprise de "Ma gueule“, que tu avais interprétée en duo avec Johnny lors de l'émission, serait un excellent titre pour toi...
PM : T’as pas l’impression de parler un peu après coup là? (rires) Sincèrement, j'ai adoré ce moment et collaborer avec lui l'espace d'une demi-heure reste un beau souvenir, mais aujourd'hui, comme on dit "ça c’est fait", il faut passer la seconde, imposer son univers et avancer c’est tout…

CIF : Pour finir Pascal, un dernier mot ?
PM : Oui heu… merci! Et merci à toi pour ces questions pas toujours faciles! Ah tiens oui au fait, tu connais MySpace ? C'est un site américain qui propose depuis deux ans sur le Web tout un tas de gens, artistes ou non, tu peux visiter la page de quelqu’un, y laisser un commentaire et te faire des "friends"… Ca déboule en Europe et ça cartonne grave… puisque tu aimes les chiffres, j'y suis classé numéro 1 dans les "Classic Rock France" (ndlr : sur près de 500 groupes) ! Ca fait plaisir de voir passer des tas de gens de tous horizons, français, internationaux, qui viennent te soutenir sans savoir d’où tu viens, juste pour ton son quoi… J'ai d'ailleurs des projets suite à mes correspondances sur ce site… On en parlera une autre fois peut-être…

CIF : Merci Pascal, à très bientôt !
PM : Bonne route à toi et à Charts in France.
Pour en savoir plus, visitez pascal-mono.com, ou son MySpace officiel.
Pour écouter et/ou télécharger le premier album de Pascal Mono, "Intact", cliquez sur ce lien.
Dans l'actu musicale

Charts in France

Copyright © 2002-2023 Webedia - Tous droits réservés

  • A propos de Pure Charts
  • Publicité
  • Politique de cookies Politique de cookies
  • Politique de protection des données
  • Nous contacter