Mot de passe oublié ? Cliquez-ici

Accueil > Actualité > News musique > Actualité de France Gall > France Gall : Babacar, celui qui a inspiré son célèbre tube, se souvient de leur rencontre
News musique
mercredi 07 février 2018 11:35

France Gall : Babacar, celui qui a inspiré son célèbre tube, se souvient de leur rencontre

En 1987, France Gall cartonne avec "Babacar", une chanson inspirée par un jeune enfant rencontré au Sénégal. 30 ans plus tard, Babacar, le vrai, confie sa tristesse après la disparition de l'artiste et raconte leur dernière rencontre.
Crédits photo : Bestimage
« Babacar. Où es-tu, où es-tu ? ». En 1987, France Gall envahit les charts français avec ces paroles et cette chanson engagée, écrite à quatre mains avec Michel Berger suite à leur rencontre avec un jeune garçon sénégalais. Dès le début des années 80, le couple entame une relation privilégiée avec l'Afrique où il multiplie les missions humanitaires. Ainsi, en 1985, la chanteuse s'engage auprès de l'association Chanteurs sans frontières, créée pour venir en aide aux victimes de la famine qui sévit alors en Ethiopie, et participe à l'enregistrement de l'album "SOS Ethiopie", qui s'écoulera à plus d'un million d'exemplaires. Lors d'un séjour au Sénégal en 1986, France Gall fait la rencontre de Fatou, une jeune mère de 18 ans qui doit élever seule et sans ressource son bébé prénommé Baba­car. Bouleversée par la détresse de cette femme, qui lui propose d'élever son propre enfant pour le sauver de la misère, France Gall les prend sous son aile et leur apporte une aide financière. La chanson "Babacar" raconte le choc qu'elle a vécu en découvrant leur situation : « Je vis avec ton regard / Depuis le jour de mon départ / Tu grandis dans ma mémoire ». Un hymne générationnel.

"Je n'ai pas pu assister à ses funérailles"


31 ans après, la chaîne M6 a retrouvé la trace de Babacar après la disparition de France Gall, emportée par un cancer à l'âge de 70 ans. Aujourd'hui âgé de 32 ans, cet agent de sécurité raconte que le décès de la star a provoqué en lui « un véri­table choc ». « Ce qui m'a fait mal, c'est que je n'ai pas pu assister à ses funérailles. J'aurais aimé être invité par sa famille. Mais c'est comme cela. Je pense toujours à elle et je continue de prier pour elle. Son nom est gravé dans ma mémoire » raconte-t-il. Car petit à petit, au gré des drames de leurs vies, France Gall et sa famille se sont perdus de vue. Mais Babacar a réussi à retrouver sa trace. C'était en avril 2015 : « Je l'ai rencontrée dans un restaurant sur l'île de Ngor, tout près de Dakar. On avait perdu contact, elle était difficile à joindre, je ne pouvais pas facilement accéder à elle. Cela a été très difficile de la retrouver. Et puis enfin, on a pu se voir. Ça a été beaucoup d'émotion, je dois dire ».

Souvenez-vous du clip "Babacar" :



Malgré le poids des années, la chanteuse l'a immédiatement reconnu. « France s'est arrêtée à 5 mètres de moi, elle m'a fixé pendant un long moment et m'a dit : "J'ai vu ton père en te regardant". Ce souvenir, je l'ai toujours en moi et ce sera pour la vie. Elle m'a dit ce jour-là que tous ses amis voulaient me connaître, qu'elle me rappellerait. Mais sa maladie est revenue. Je n'ai plus eu de nouvelles d'elle ». Des regrets, Babacar en a un peu. Il aurait aimé construire « une relation plus maternelle avec France » : « J'aurais tellement voulu mieux la connaitre, passer d'autres moments avec elle. Il y a certainement des gens qui se sont opposés entre moi et France. Mais je ne suis pas un homme en colère ». Il aimerait maintenant venir en France pour rencontrer Raphaël, le fils de France. « Nous sommes un peu comme des frères » conclut-il.
Yohann RUELLE
Dans l'actu musicale
Clips & vidéos

Vous aimez

... les spectacles du moment !

A ne pas rater

Nos dossiers incontournables !

  • Ils se sont payés le luxe de refuser un tube ! Ils se sont payés le luxe de refuser un tube !
  • Ces tubes que les stars ont refusés ! Ces tubes que les stars ont refusés !

Jeux concours

Jouez et gagnez des lots !

Charts in France

Copyright © 2002-2014 Webedia - Tous droits réservés

  • SACEM
  • SNEP