Mot de passe oublié ? Cliquez-ici

Accueil > Actualité > Concerts > Actualité de Eagles of Death Metal > Eagles of Death Metal à l'Olympia, du drame à la thérapie : "Je vous aime, enfoirés !"
Concerts
mercredi 17 février 2016 11:15

Eagles of Death Metal à l'Olympia, du drame à la thérapie : "Je vous aime, enfoirés !"

Trois mois presque jour pour jour après l'attentat du Bataclan, les Eagles of Death Metal ont exorcisé leur peur et leur peine hier soir à l'Olympia. Entre sueurs et larmes, le groupe américain a délivré un pur concert de rock'n'roll. La meilleur des réponses.
Crédits photo : Abaca
Personne n'oubliera jamais ces deux concerts. Ni celui du 13 novembre au Bataclan, qui a volé en éclats sous les balles haineuses des terroristes et marqué la mort de 89 anonymes. Ni celui du 16 février à l'Olympia, devenue une thérapie de groupe à la fois pour les survivants et pour les membres du groupe Eagles of Death Metal. Traumatisés par le drame qui a fauché leur responsable merchandising Nick Alexander, Jesse Hugues et ses musiciens ont trouvé la force de remonter sur scène. Pour honorer la mémoire des victimes. Pour eux. Pour ne pas « laisser les méchants gagner ».


"Je suis devenu Parisien"


L'émotion était donc palpable dans l'écrin rouge de la mythique salle parisienne hier soir quand "Il est cinq heures, Paris s'éveille" de Jacques Dutronc a résonné en ouverture. Mais très vite, l'envie d'exorciser la douleur sous un déluge écrasant de riffs énervés a repris le dessus. « On est là pour le rock et personne ne nous en empêchera », a lancé Jesse Hugues quand il a débarqué sur scène. L'enchaînement fut immédiat : place à "I Only Want You", tiré de l'album "Peace, Love, Death Metal" (2004). Très vite pourtant, le groupe s'est arrêté en pleine chanson. « Prenons un instant pour nous souvenir, puis on recommencera à jouer » a invité le chanteur. Une mesure de silence brisée au bout d'une vingtaine de secondes, raconte Le Figaro, par un « À poil » hurlé depuis la foule. L'esprit rock'n'roll ne meurt jamais.

Crédits photo : Le groupe est venu saluer son public, avant le concert (ABACA)
La suite du concert aura été flamboyante, pleine de rage et de fougue. Drapeau tricolore, t-shirt en l'honneur de Paris, écharpe aux couleurs de la France, guitare électrique bleu-blanc-rouge... Jesse Hugues l'a confié entre deux bières : il est « devenu Parisien ». « Je vous aime, enfoirés » a-t-il répété, alors que lui et ses acolytes avaient assisté la veille à une soirée organisée par des rescapés du Bataclan. Peu avant le concert, les Eagles of Death Metal l'ont annoncé : ils sont en train d'écrire une chanson sur les attentats. Une autre forme d'exécutoire, et la preuve que le chemin pour apaiser leurs tourments est encore long. Le concert d'hier n'était qu'une étape. D'autres suivront à Lille et Nîmes dans les prochaines semaines. Car la bande a décidé de reprendre le cours de sa tournée mondiale, suspendue après le drame. Elle a été rebaptisée "Nos Amis Tour", en français.

Regardez les premières minutes du concert des Eagles of Death Metal à l'Olympia :
Yohann RUELLE
Veuillez désactiver votre bloqueur de pub (Adblock) pour ce site afin d'afficher l'intégralité des commentaires et en publier.
Dans l'actu musicale
Clips & vidéos
Clip Eagles of Death Metal - I Like To Move In The Night
Eagles of Death Metal
Clip Eagles of Death Metal - Already Died
Eagles of Death Metal
Clip Eagles of Death Metal - Stuck In The Metal
Eagles of Death Metal
Clip Eagles of Death Metal - Speaking In Tongues
Eagles of Death Metal
Clip Eagles of Death Metal - I Only Want You
Eagles of Death Metal

A ne pas rater

Nos dossiers incontournables !

  • Que devient... François Feldman ? Que devient... François Feldman ?
  • Que devient... Sandy Valentino ? Que devient... Sandy Valentino ?

Jeux concours

Jouez et gagnez des lots !

  • Concours Tokio Hotel

    Tokio Hotel

    Assiste à la pré-écoute de l'album !

Charts in France

Copyright © 2002-2014 Webedia - Tous droits réservés

  • A propos de Pure Charts
  • Publicité
  • Envoyer une info à la rédaction
  • Courrier des lecteurs
  • Nous contacter
  • SACEM
  • SNEP