Mot de passe oublié ? Cliquez-ici

Accueil > Actualité > C'est dit ! > Actualité de Angele > Angèle se confie sur son nouvel album "Nonante-cinq", plus "chaleureux" et "sincère"
C'est dit !
samedi 30 octobre 2021 10:30

Angèle se confie sur son nouvel album "Nonante-cinq", plus "chaleureux" et "sincère"

Angèle est de retour avec le single "Bruxelles je t'aime" qui devance la sortie de son deuxième album "Nonante-cinq", prévu le 10 décembre. En Une du magazine "Elle", la star belge revient sur son succès foudroyant, les aléas de la célébrité, son coming out bisexuel et les inspirations derrière ce nouveau disque, qu'elle a voulu "dans la sincérité".
Crédits photo : Bestimage
Quand on a vendu un million d'exemplaires de son premier album et qu'on a été propulsée sous le feu des projecteurs du jour au lendemain avec une kyrielle de tubes ("Tout oublier", "Oui ou non"...) qui ont tourné en boucle à la radio, l'étape du deuxième opus est toujours très délicate. Mais Angèle l'assure : elle ne s'est mise aucune pression pour enregistrer "Nonante-cinq", dont la sortie est prévue le 10 décembre prochain. « La pression, je l'avais beaucoup ces derniers mois pendant la création de l'album car je ne suis pas très indulgente avec moi-même. Mais, là, je suis surtout très contente de pouvoir reprendre une vie relativement normale et partager ma musique. Sur le premier album, j'avais été prise dans un tel tourbillon que j'avais oublié d'en profiter. J'ai envie de kiffer » atteste la jeune star belge dans les pages du magazine Elle, dont elle fait la Une du nouveau numéro à l'heure de son retour avec le tubesque "Bruxelles je t'aime", confectionné avec son fidèle acolyte Tristan Salvati : « Même si, en studio, pour Angèle, c'est le plaisir qui prime avant tout, elle est aussi une grande bosseuse avec un instinct très sûr. Rien que pour ce titre, on a fait trente et une versions ».

Le player Dailymotion est en train de se charger...


Placardée partout dans la presse et sur les chaînes de télévision, courtisée au cinéma (apparue dans "Annette" de Leos Carax, elle sera bientôt à l'affiche du prochain "Astérix et Obélix" réalisé par Guillaume Canet) et devenue ambassadrice pour Chanel, Angèle admet avoir eu parfois le vertige face à sa soudaine et intrusive célébrité, elle qui est désormais suivie par 3 millions d'abonnés sur Instagram. « Pour moi, un monde sépare mes 21 ans et mes 25 ans. J'ai un regard plus posé sur ce que je veux, et sur ce que je ne veux pas » assure l'interprète de "Tu me regardes", qui a pris le parti de vivre à Bruxelles, près de sa famille, pour préserver une part de son intimité. Loin de l'agitation médiatique, des paparazzis et de la presse à scandale.

"Il y a eu des moments où j'avais perdu la vraie Angèle"


Ses réflexions personnelles sur son parcours de jeune femme pas tout à fait comme les autres, Angèle les livrera dans un documentaire qui sera proposé sur Netflix le 26 novembre. « Ce sont des choses que j'avais un peu oubliées, et que j'ai retrouvées en relisant mes journaux intimes. Clairement, il y a eu des moments où j'avais perdu la vraie Angèle. Je ne sais pas très bien si c'est le succès, ou si c'est l'âge - peut-être étais-je à un âge où l'on se sent perdue, même quand on n'est pas célèbre. J'avais du mal à comprendre ce qui se passait, je ne me reconnaissais pas dans la fille qui chantait à la télé. Je me disais que si les gens décidaient qu'ils avaient le droit de savoir des choses sur moi ou qu'ils projetaient leurs fantasmes, c'est que je ne m'appartenais plus, que j'avais perdu le contrôle sur mon image » explique la chanteuse, qui raconte n'avoir « pas bien vécu » les accusations d'agression sexuelle visant son frère Roméo Elvis et la campagne de haine qu'elle a subie par ricochet : « Un sujet pareil ne pouvait être que blessant, tout comme la responsabilité qu'on m'a donnée et qu'on me donne encore aujourd'hui ».

"La vie est un rollercoaster"


Pourquoi avoir nommé son nouvel album "Nonante-cinq", en écho à son année de naissance ? « Quand j'ai fêté mon anniversaire, j'étais en pleine construction de ce deuxième album, je prenais conscience de ce que j'avais la chance de vivre grâce à la musique et je me disais que j'avais encore plein de choses à raconter, même si ça partait dans tous les sens. Et j'ai pensé à mes 25 ans, qui est un âge charnière où l'on n'est plus vraiment des ados, mais pas encore des adultes » décrypte Angèle, satisfaite de ce petit clin d'oeil aux années 90 où « tout était hyper intéressant artistiquement ». D'ailleurs, sur la pochette qu'elle a imaginée elle-même, la musicienne s'affiche dans la peau de plusieurs personnages comme « la première de la classe » ou « la fille qui joue à la Game Boy » : « Derrière, il y a d'autres personnages, exprimant différentes émotions. L'idée est que la vie est un rollercoaster, avec ses hauts et ses bas. Parfois la montée est excitante, et la descente folle. Parfois, c'est vraiment angoissant ».



"Si l'album ne se vend pas, je suis prête à l'encaisser"


De son propre aveu, ce deuxième album sera « plus organique et plus chaleureux » avec des thèmes universels comme l'amour, le célibat, l'émancipation (« l'idée de se séparer des relations toxiques ») et des sujets de société. « Je pense que je l'ai écrit de façon moins naïve que le premier. Je n'imaginais pas que "Brol" serait écouté, et, quand j'y repense aujourd'hui, je me dis qu'il y avait des morceaux vachement culottés » analyse-t-elle avec le recul, en citant "Balance ton quoi" : « Je n'imaginais pas une seconde qu'il deviendrait un hymne ». Si cette nouvelle ère sera sans doute couronnée de succès, avec une grande tournée déjà programmée pour 2022 qui passera notamment par Paris La Défense Arena, Angèle ne veut pas courir après les chiffres et se prépare à un « retour à la normale » après le raz-de-marée "Brol" : « Je suis beaucoup moins fragile et beaucoup mieux entourée qu'avant et si l'album ne se vend pas, je suis prête à l'encaisser ». Notamment parce qu'elle a appris à ne plus cacher sa sensibilité. « À l'époque du premier album, j'ai très peu appelé mes parents à l'aide lorsque j'avais des moments de doute, parce que je ne voulais pas qu'ils se disent que leur fille était fatiguée. Maintenant, je me dis que la vulnérabilité est un trait de ma personnalité et qu'il faut que je l'assume. (...) Toute l'idée de cet album est d'être dans la sincérité. Quand je ne le suis pas, ça se voit » conclut-elle.
Yohann RUELLE
Suivez l'actualité d'Angèle sur sa page Facebook
Ecoutez et/ou téléchargez la discographie d'Angèle sur Pure Charts !
Dans l'actu musicale

Charts in France

Copyright © 2002-2022 Webedia - Tous droits réservés