Mot de passe oublié ? Cliquez-ici

Accueil > Actualité > Nous y étions > Actualité de Maluma > Maluma en concert à Paris : une opération séduction charnelle et réussie
Nous y étions
mercredi 26 septembre 2018 15:50

Maluma en concert à Paris : une opération séduction charnelle et réussie

Superstar en Amérique latine, Maluma se lançait le défi de conquérir la capitale française hier soir à l'AccorHotels Arena. Avec un show caliente et généreux, le chanteur colombien a remporté tous les suffrages. Nous y étions !
Crédits photo : Affiche de la tournée
À 24 ans, Maluma connaît un succès tel qu'on en avait plus vu pour un chanteur hispanophone depuis Ricky Martin... qui l'a adoubé en personne en partageant un duo avec lui en 2016. Les chiffres parlent d'eux-mêmes : cinq de ses clips dépassent le milliard de vues sur YouTube ! Dans les pays d'Amérique, c'est une superstar qui déchaîne les passions et remplit des stades entiers. Pour son passage en France, Maluma s'est donc offert hier soir les honneurs de l'AccorHotels Arena à Paris, la capitale romantique par excellence. Car à n'en pas douter, Maluma venait avec l'objectif clair de faire chavirer le coeur des Français. Même si, avec une salle en configuration réduite et une importante communauté latine, le chanteur était presque comme à la maison.

Un charme insolent


Il est 21h30 quand surgissent les premières notes de... "They Don't Really Care About Us" de Michael Jackson. On ne s'aventurera pas sur le chemin hasardeux de la comparaison mais accordons à Maluma l'art que possédait son aîné de soigner son entrée. Après la projection d'une séquence très hollywoodienne plantant le décor du "F.A.M.E. Tour", c'est juché en haut d'une plate-forme, entre les colonnes de fumée et les jets de flammes, que l'artiste colombien débarque sous les cris assourdissants de la foule - très largement féminine. Sur scène à ses côtés ? Huit danseuses en body ultra moulant pour faire grimper le mercure, quatre musiciens et une choriste. Le décor est minime, pour mieux laisser Maluma briller sous le feu des projecteurs. On ne détourne pas le regard : la star, c'est lui ! Et le costume à imprimé qu'il arbore sous ses lunettes noirs annonce la couleur. Operación seducción enclenchée.

Étincelle de malice et sourire aux lèvres, Maluma joue de ses atouts charme avec aplomb. La caméra sait parfaitement capturer les petits regards complices qu'il échange avec les demoiselles du premier rang. Si les effusions urbaines de "23" laissent place au reggaeton langoureux de "Corazón", c'est "Vente Pa' Ca" - sa collaboration avec Ricky Martin - qui déclenche l'hystérie. Tout le monde semble connaître les paroles sur le bout des doigts. On hurle à pleins poumons, ce qui sera le cas sur la plupart des morceaux interprétés dans la soirée. Une marque d'affection à laquelle Maluma, qui s'exprime à la fois en anglais et en espagnol, répond avec générosité : les prouesses vocales sont là, l'implication réelle. L'envie de choyer ses fans est sincère.



"Mais t'as pas une copine toi ?"


L'une d'entre elles, bientôt jalousée avec force, a la chance de devenir l'élue de son coeur le temps d'une déclaration d'amour sur "El Perdedor". Assise sur un tabouret au centre de l'avant-scène, la dénommée Camila est courtisée par un Maluma plus enjôleur que jamais qui lui sort le grand jeu... mais se fait vite recadré. « Mais t'as pas une copine, toi ? » lui lance la spectatrice, sous les rires de la salle. Sa petite amie Natalia assurait justement la première partie. Joueur, l'interprète de "Mala Mía" s'en sort avec une dérobade : « Je lui chante déjà cette chanson tous les jours alors ce soir, je veux la chanter juste pour toi ». Il déambule ensuite par dessus la foule à l'aide d'un bras mécanique pour chanter au plus près d'elle sa ballade "Marinero". Ce sont ces petites attentions d'un naturel déconcertant qui créent une véritable alchimie. Conscient de son magnétisme, Maluma ne se transforme pas en célébrité inaccessible mais se montre au contraire très présent, très prévenant, mettant un point d'honneur à ce que chacun passe un bon moment. La fête est belle et collective, notamment sur ces duos avec Shakira ("Clandestino", "Chantaje") ou sur les fédérateurs "Bella", "X" de Nicky Jam, "Party Animal" et "Carnaval" qui s'enchaînent sans temps mort avant le rappel.

Pour ce final de toute beauté, Maluma revient sur scène en tenue de basketteur bling-bling flanqué du mot "Royals". Les cheveux lâchés et trempés de sueur, le latin lover se fixe pour objectif d'arracher des râles de plaisir en susurrant les sulfureux "Felices Los 4", "GPS" et "Cuatro Babys" - dont on vous épargnera la traduction des paroles très (très) chaudes. Avant de justifier les nombreuses heures passées à la salle de gym : le chanteur finit par jeter son maillot au sol pour exhiber tatouages et muscles saillants. Difficile d'imaginer une sortie de scène plus marquante !


Yohann RUELLE
Suivez l'actualité de Maluma sur sa page Facebook et son site officiel
Ecoutez et/ou téléchargez la discographie de Maluma sur Pure Charts

Vous aimez

... les spectacles du moment !

A ne pas rater

Nos dossiers incontournables !

  • "Star Academy" 1 : que sont-ils devenus ? "Star Academy" 1 : que sont-ils devenus ?
  • Télé-crochets : qui sont les plus gros vendeurs ? Télé-crochets : qui sont les plus gros vendeurs ?

Jeux concours

Jouez et gagnez des lots !

Charts in France

Copyright © 2002-2014 Webedia - Tous droits réservés

  • SACEM
  • SNEP