Accueil > Actualité > C'est dit ! > Actualité de Didier Barbelivien > Didier Barbelivien a frôlé la mort : "J'ai perdu le contrôle de mes gestes" (VIDEO)
mardi 31 janvier 2023 15:05

Didier Barbelivien a frôlé la mort : "J'ai perdu le contrôle de mes gestes" (VIDEO)

Par Julien GONCALVES | Rédacteur en chef
Enfant des années 80 et ex-collectionneur de CD 2 titres, il se passionne très tôt pour la musique, notamment la pop anglaise et la chanson française dont il est devenu un expert.
Invité de l'émission "Ça commence aujourd'hui", animée par Faustine Bollaert sur France 2, Didier Barbelivien a révélé avoir frôlé la mort en septembre 2020 alors qu'il se trouvait à l'hôpital. Juste avant une opération bénigne, l'artiste a été victime d'une septicémie foudroyante, qui aurait pu lui coûter la vie.
Crédits photo : Capture France 2
Didier Barbelivien est l'un des auteurs les plus talentueux de la chanson française, à qui l'on doit les tubes "Elle", "Les mariés de Vendée", "A toutes les filles" ou "Il faut laisser le temps au temps" avec Felix Gray. Il a aussi beaucoup écrit pour les autres, de Johnny Hallyday à Céline Dion en passant pour Michel Sardou, Patricia Kaas, Dalida, Christophe, Elsa, David et Jonathan ou Gilbert Montagné. À 68 ans, il vient d'ailleurs de publier son ultime disque, lui qui ne veut plus sortir d'album. En forme, l'artiste vient d'ailleurs d'accepter l'invitation de Faustine Bollaert pour l'émission "Ça commence aujourd'hui", consacrée toute la semaine aux célébrités. « Chanteurs, animateurs, comédiens... On croit savoir tout connaître de leur histoire, mais eux aussi ils font face à des épreuves, à des moments difficiles » expliquait l'animatrice hier dans l'émission qui avait pour sujet « Maladie, accident : ils ont vu la mort en face ».

Le player Dailymotion est en train de se charger...


"J'ai perdu le contrôle de mes gestes"


Car le public ne le sait peut-être pas mais Didier Barbelivien a frôlé le pire le 25 septembre 2020. Alors qu'il se trouvait déjà à l'hôpital, dans l'attente d'une opération d'un calcul rénal, sa vie a basculé. « Elle a basculé de manière surprenante, comme à chaque fois qu'on est confronté à une situation pour le moins brutale » explique le musicien, qui n'a rien vu venir : « J'attendais calmement dans ma chambre que l'infirmière vienne de me dire : "Mettez votre tenue, Mr Barbelivien". (...) Je n'ai aucune appréhension des opérations. J'ai confiance en la médecine, le chirurgien, à tout ça. Et puis, tout d'un coup, j'ai perdu le contrôle de mes gestes, même de ma réflexion. Je tremblais de tous mes membres ». Didier Barbelivien a eu un réflexe qui lui a sauvé la vie : « J'ai juste eu le temps d'envoyer un petit message sur mon portable aux secours, à mon chirurgien (...). Et ils sont montés à toute vitesse ».

"Ce n'est pas très grave si je meurs demain"


Sans l'intervention de l'équipe médicale, Didier Barbelivien serait mort. « J'ai entendu dire : "Il est en train de faire une septicémie foudroyante, amenez-moi vite ça, ça et ça" » a-t-il expliqué, lui qui a cru que son heure était venue : « Je me suis dit : "Est-ce qu'ils auront le temps d'arriver ?". Je perdais tout contrôle ». Grâce au bon diagnostic de son chirurgien et ami, tout s'est arrangé en dix minutes, après des injections d'urgence : « Une heure après, j'avais plus rien, je voulais rentrer chez moi ! J'en avais même oublié que j'étais venu pour me faire opérer, tellement j'étais content d'être sorti de ce truc qui m'avait terrifié ». Car en effet, le pire aurait pu se produire : « Le chirurgien m'a dit : "Si ça t'était arrivé au parc Monceau en sortant ton chien, le spécial Drucker le dimanche suivant !". C'était clair ».

Aujourd'hui sorti d'affaire et en pleine forme, Didier Barbelivien relativise et n'a pas peur de la mort. « Pas du tout, mais je ne suis pas pressé. Il n'y a pas à avoir peur, c'est ce qui nous attend tous. Le seul truc qui me terrifie c'est de savoir quand » a confié l'artiste, brisant l'armure en évoquant sa femme et ses enfants : « Dans l'idée de ma disparition, ce qui me fait peur, c'est leur chagrin. Ce n'est pas moi de disparaître, ça va, j'en ai assez vu dans ma vie. Ce n'est pas très grave si je meurs demain, je vais m'en remettre ! ».

Charts in France

Copyright © 2002-2024 Webedia - Tous droits réservés

  • A propos de Pure Charts
  • Publicité
  • Politique de cookies Politique de cookies
  • Politique de protection des données
  • Nous contacter