Mot de passe oublié ? Cliquez-ici

Accueil > Actualité > Chronique d'album > Actualité de Arctic Monkeys > "Tranquility Base Hotel + Casino" : Arctic Monkeys livre un album déroutant et osé
Chronique d'album
dimanche 13 mai 2018 15:11

"Tranquility Base Hotel + Casino" : Arctic Monkeys livre un album déroutant et osé

Cinq ans après le mastodonte "AM", Arctic Monkeys fait enfin son grand retour en publiant un sixième album très attendu : "Tranquility Base Hotel + Casino". Les millions de fans à travers le monde seront toutefois déroutés par un disque profondément psychédélique et ancré dans les 70's, construit comme l'antithèse des précédents. Notre critique !
Crédits photo : Capture d'écran Twitter
Si Arctic Monkeys était jusque-là un groupe très côté, "AM" en 2013 les a transformé en véritable grosse machine capable de vendre des millions de disques (plus de 3 millions pour "AM" et 650 millions de vues pour le clip de "Do I Wanna Know"), de remplir les plus grosses salles mondiales et d'être la tête d'affiche la plus demandée en 2014. Autant dire que la fanbase du quatuor de Sheffield s'est considérablement agrandie.

Et voilà que, après cinq ans d'une attente interminable (entre temps il y a eu The Last Shadow Puppets, l'autre groupe d'Alex Turner), Arctic Monkeys est enfin de retour avec le successeur de "AM" : "Tranquility Base Hotel + Casino". Un album tellement attendu qu'une stratégie "silencieuse" a été mise en place : aucun single n'a été dévoilé, juste un teaser de 30 secondes. Des rumeurs font état d'une raison plus commerciale : Domino Records, leur maison de disques, serait tombé des nues à l'écoute du disque devant le manque de singles potentiellement exploitables.

Regardez Arctic Monkeys interpréter "Four out of Five" :



Il est vrai qu'à l’écoute de ce sixième opus, on serait en droit de leur donner raison. On est loin des "Do I Wanna Know" et "R U Mine" qui ont tant cartonné en 2013. Mieux, au lieu d'être une suite logique de "AM", "Tranquility Base Hotel + Casino" suit plutôt les traces des Last Shadow Puppets. Résultat : dès les premières notes du très lounge et rétro "Star Treatment", nous sommes happés dans un trip psychédélique. La destination ? Un hôtel style rococo en plein épisode de "Mad Men". Tout un programme ! Alex Turner, toujours adepte des bons mots, introduit l'album de façon ironique: « Je voulais faire partie des Strokes / Regarde ce que je suis devenu (...) Peut-être que j'ai été trop sauvage dans les 70's ». On reconnaît bien là les influences du leader, à mi-chemin entre Pink Floyd et Serge Gainsbourg (époque Melody Nelson), en passant par le cinéma de Fellini. Autant le dire tout de suite, l'album va diviser les fans, de par sa radicalité. Et c'est tant mieux.

Un pari risqué mais obsédant


Ces onze titres sont autant d'expérimentations à la fois périlleuses et passionnantes. Préférant les ballades aux gros singles puissants (les guitares se font discrètes au profit de pianos mélancoliques), le groupe puise dans un tas d'influences pour nous dévoiler ses compositions les plus mélodiques. Multipliant les ruptures musicales (notamment sur l'enchaînement "One Point Perspective" / "American Sports" que l'on croirait une seule chanson) ou les gradations mélodiques ("Four out of Five", seul single potentiel du disque qui fait penser aux derniers travaux des Kills ou d'Iggy Pop), Arctic Monkeys nous invite dans sa nouvelle facette musicale inattendue. On comprend mieux l'exigence derrière ce sixième opus.

C'est d'ailleurs Turner, dont la voix se fait de plus en plus crooner, qui joue de la plupart des instruments. A tel point qu'on pourrait plus croire à un album solo qu'à un opus en groupe. L'album de Arctic Monkeys est donc à écouter comme un tout cohérent, impossible d'en dégager véritablement un morceau meilleur que les autres. S'il déconcerte à la première écoute, "Tranquility Base Hotel + Casino" ne fait que mûrir au fil des réécoutes et devient une obsession pour laquelle on essaie de capter toutes les subtilités d'un album plus dense qu'il n'y paraît. A chaque écoute, un nouveau titre surgit comme une évidence : le refrain saccadé de "She Looks Like Fun", un fuzzien "Golden Trucks" ou l'abrupte final "The Ultracheese" qui nous donne tout de suite envie de recommencer l'album.

"Tranquility Base Hotel + Casino" est un album difficile d'accès qui se dévoile sur la longueur. Riche, dense et surtout très mélodique, ce nouveau cru d'Arctic Monkeys réussit son pari de nous emmener dans des contrées inattendues. Le groupe tient là un opus obsédant qui se réécoute sans fin.
Théau Berthelot
Pour en savoir plus, visitez www.arcticmonkeys.com et la page Facebook.
Écoutez et/ou téléchargez la discographie d'Arctic Monkeys sur Pure Charts.
Dans l'actu musicale
Clips & vidéos
Clip Arctic Monkeys - From The Ritz To The Rubble
Arctic Monkeys
Clip Arctic Monkeys - Electricity
Arctic Monkeys
Clip Arctic Monkeys - Reckless Serenade
Arctic Monkeys
Clip Arctic Monkeys - Joining The Dots
Arctic Monkeys
Clip Arctic Monkeys - Catapult
Arctic Monkeys

Vous aimez

... les spectacles du moment !

A ne pas rater

Nos dossiers incontournables !

  • Clips : qui a dit qu'ils étaient fidèles ? Clips : qui a dit qu'ils étaient fidèles ?
  • Les morts qui gagnent le plus sont chanteurs Les morts qui gagnent le plus sont chanteurs

Jeux concours

Jouez et gagnez des lots !

Charts in France

Copyright © 2002-2014 Webedia - Tous droits réservés

  • SACEM
  • SNEP