Mot de passe oublié ? Cliquez-ici

Accueil > Actualité > Chronique d'album > Actualité de Kesha > "Rainbow" : Kesha retrouve sa liberté sur un album brillant (CRITIQUE)
Chronique d'album
samedi 12 août 2017 12:00

"Rainbow" : Kesha retrouve sa liberté sur un album brillant (CRITIQUE)

Renaissant de ses cendres depuis son bras de fer judiciaire avec Dr. Luke, Kesha reprend sa vie et sa carrière en main avec "Rainbow". Un troisième album surprenant qui met en lumière sa véritable personnalité artistique et lui permet de retrouver la lumière. Critique !
Crédits photo : Olivia Bee / Pochette du single
Tout avait si bien commencé pour Kesha. A la tête de tubes planétaires comme "Tik Tok", "We R Who We R" ou "Die Young", la chanteuse a ensuite connu une traversée du désert à cause d'une bataille judiciaire avec son mentor Dr. Luke qu'elle accuse de viol. Si la justice ne l'a pas libérée de son contrat avec le label Kemosable Records de son bourreau présumé, la chanteuse a mis du temps pour se relever, retrouver l'inspiration et l'envie de revenir en musique. Toujours liée à Dr. Luke, Kesha raconte sur "Rainbow", son premier album en cinq ans, sa lente résurrection après avoir traversé le pire. « I had to learn how to fight for myself / And we both know all the truth I could tell » lance-t-elle avec intensité et une émotion débordante sur "Praying", une ballade puissante qui donne tout son sens à ce disque.

Kesha se fait plaisir


Si Kesha prend évidemment le temps d'épancher sa peine, multipliant ainsi les moments émouvants (« Now I see the magic inside of me » lance-t-elle sur la touchante ballade au piano "Rainbow" tandis qu'elle évoque sa mort sur "Spaceship" et qu'elle s'en prend à Dr. Luke sur "Bastards"), le mot d'ordre de ce "Rainbow" reste heureusement le plaisir. Les rires fusent, "Ok shut up !" lance-t-elle au début de "Woman", les guitares hurlent, ses paroles évoquent l'envie de profiter de la vie... De la première à la dernière piste, Kesha, entourée des producteurs Ryan Lewis, Ricky Reed ou Rick Nowels, confie sa souffrance, sans jamais perdre de vue le plaisir qu'elle prend à vivre et à chanter. Pour elle mais aussi pour celles et ceux qui souffrent aussi.

Ecoutez "Hymn" de Kesha :



Loin des tubes faciles mais géniaux de ses débuts, la chanteuse confirme ici son amour pour le rock, la folk et la country ("Hunt You Down"), s'offre un beau duo avec Dolly Parton sur la reprise "Old Flames (Can't Hold a Candle to You)", co-écrite à l'origine par la mère de Kesha !, et se perd aussi parfois ("Boots", "Godzilla"). Mais elle garde du passé sa capacité à jouer avec les codes des hits radiophoniques. Enregistré avec les Eagles of Death Metal, "Let 'Em Talk" emporte tout sur son passage avec son refrain ravageur, aidé par une énergie dingue et une insolence qui fait plaisir à ré-entendre. Le féministe "Woman" et le tube potentiel "Hymn" sont justement des hymnes à la cool aux textes forts sans donner de leçons, quand "Learn To Let Go" confirme l'efficacité globale des nouvelles chansons revigorantes de Kesha. Plus qu'un simple comeback, un tour de force !

Si elle raconte ses épreuves sur "Rainbow", Kesha ne s'apitoie pas sur son sort pour autant. Au contraire, heureuse et épanouie malgré la douleur, la chanteuse transforme le négatif en positif et propose ainsi un album authentique, exaltant, plein d'espoir et à la bonne humeur contagieuse.


Regardez le clip "Praying" de Kesha :
Julien GONCALVES
Pour en savoir plus, visitez keshasparty.com, ou son Facebook officiel.
Ecoutez et/ou téléchargez la discographie de Ke$ha sur Pure Charts !
Dans l'actu musicale

Vous aimez

... les spectacles du moment !

A ne pas rater

Nos dossiers incontournables !

  • Que devient... Faudel ? Que devient... Faudel ?
  • Madonna : ses 12 looks les plus marquants Madonna : ses 12 looks les plus marquants

Jeux concours

Jouez et gagnez des lots !

Charts in France

Copyright © 2002-2014 Webedia - Tous droits réservés

  • A propos de Pure Charts
  • Publicité
  • Envoyer une info à la rédaction
  • Courrier des lecteurs
  • Nous contacter
  • SACEM
  • SNEP