Mot de passe oublié ? Cliquez-ici

Accueil > Actualité > C'est dit ! > Actualité de Bob Sinclar > "Dépité", Bob Sinclar défend le monde de la nuit : "C'est comme si on n'existait pas"
C'est dit !
lundi 18 janvier 2021 14:38

"Dépité", Bob Sinclar défend le monde de la nuit : "C'est comme si on n'existait pas"

Après Laurent Garnier, Bob Sinclar pousse lui aussi un coup de gueule contre le gouvernement. "Dépité" par la situation actuelle pour le monde de la nuit, le DJ explique ne pas se sentir représenté : "C'est comme si on n'existait pas".
Crédits photo : Abaca
Si l'on parle énormément de la situation toujours aussi floue pour la reprise des concerts, il ne faut pas oublier le monde de la nuit. En effet, le secteur est l'un des plus durement touchés par la crise sanitaire de coronavirus, étant donné que les discothèques n'ont pas rouvert depuis le mois de mars 2020. De ce fait, 300 établissements sont en redressement judiciaire et une centaine d'autres ont définitivement mis la clé sous la porte. Dans les colonnes de Ouest-France, deux patrons de boîtes de nuit dans le Morbihan assurent ne pas comprendre la fermeture continue de leurs établissements : « Les boîtes de nuit sont en train de crever. Pourquoi les bars sont rouverts alors que nous, avec des agents de sécurité en plus, on n'en a pas le droit ? ». Alors que Laurent Garnier a écrit une lettre ouverte adressée à Roselyne Bachelot, concernant l'oubli du monde de la nuit dans les annonces gouvernementales, c'est au tour de Bob Sinclar de donner son avis sur la situation.

"On n'est absolument pas considérés"


Interrogé sur Europe 1, le DJ vient de donner un set à l'occasion d'un concert sans public organisé par Fun Radio à l'Accor Arena, aux côtés de David Guetta, Martin Solveig, Kungs et du duo Ofenbach, diffusé ce vendredi 15 janvier sur les antennes de la radio. Et le hitmaker derrière les tubes "Love Generation" et "World, Hold On" se dit « inquiet » pour l'avenir du monde de la nuit et « pour tout le monde artistique en général » : « On n'est absolument pas considérés, je n'ai pas entendu prononcer le mot "DJ" une seule fois depuis un an. C'est comme si on n'existait pas. Alors, heureusement qu'il y avait des DJ qui étaient là, en plus des musiciens et des comédiens pendant les confinements pour soutenir tout le monde ».



S'il se dit davantage « dépité » qu'inquiet, « parce que les gens vont vouloir danser et que le jour où ça réouvrira ce sera extraordinaire », Bob Sinclar assure être dans l'impossibilité de savoir quand il pourra à nouveau se produire devant un public : « On est dans la main de ceux qui nous gouverne. J'ai vu passer une interview de Roselyne Bachelot, qui disait qu'elle espérait que les festivals reviennent cet été. Avec ce qui se passe en ce moment, je ne sais pas, mais j'espère car les gens en ont besoin ».



Début décembre, lors d'une interview réalisée pour Brut, Emmanuel Macron a exclu toute réouverture prochaine des discothèques : « On le fera au plus vite, mais tant que le virus circule de manière un peu intense, ce serait de la folie de faire ça. Je vous le dis très sincèrement ». Une situation décrite comme scandaleuse pour le milieu de la nuit, comme l'explique Christian Jouny, du Syndicat national des discothèques, toujours au micro d'Europe 1 : « C'est une profession qui est assez discriminée, les discothèques souffrent d'une relation difficile avec le milieu bancaire ».
Théau BERTHELOT
Pour en savoir plus, visitez bobsinclar.com et sa page Facebook.
Ecoutez et/ou téléchargez la discographie de Bob Sinclar sur Pure Charts.
Dans l'actu musicale
Clips & vidéos

Vous aimez

... les spectacles du moment !

A ne pas rater

Nos dossiers incontournables !

  • Danses de l'été : "Macarena" ou "Lambada" ? Danses de l'été : "Macarena" ou "Lambada" ?
  • Ces tubes que les stars ont refusés ! Ces tubes que les stars ont refusés !

Jeux concours

Jouez et gagnez des lots !

Charts in France

Copyright © 2002-2020 Webedia - Tous droits réservés