Mot de passe oublié ? Cliquez-ici

Accueil > Actualité > C'est dit ! > Actualité de Jacques Brel > Jacques Brel : 40 ans après sa disparition, sa fille sort du silence
C'est dit !
mardi 09 octobre 2018 15:32

Jacques Brel : 40 ans après sa disparition, sa fille sort du silence

A l'occasion des 40 ans de la mort de Jacques Brel, sa fille France a ouvert les portes de sa Fondation récemment rénovée au Parisien et au Figaro. L'occasion pour elle de se remémorer son enfance avec son père et d'évoquer un possible livre de souvenirs.
Crédits photo : Montage Pure Charts / Bestimage
Cette semaine, on célèbre les 40 ans de la disparition de Jacques Brel. Depuis son décès à Bobigny le 9 octobre 1978, le répertoire du Grand Jacques est passé dans la postérité grâce à d'innombrables classiques devenus les étendards de la chanson francophone. Pour preuve, avant sa mort soudaine, Maurane travaillait sur un album de reprises, intitulé "Brel", qui sortira finalement à titre posthume ce vendredi. A l'occasion de cet anniversaire, sa deuxième fille, France Brel, a ouvert au Parisien et au Figaro, les portes de la Fondation Jacques Brel, récemment rénovée, qu'elle tient depuis 1981 à Bruxelles. Entre images d'archives, photographies et immense jukebox comportant plus de 300 morceaux du chanteur, entre versions originales ou interprétations en live, cette fondation est une véritable mine d'or pour tous les admirateurs de l'artiste. « C'est le pont entre les archives et le public de Jacques (...) il s'agit de montrer des choses que l'on a pu rassembler pendant 37 ans. Notre espace, c'est pour prendre le temps de découvrir un Jacques Brel méconnu, quelqu'un qui offrait son énergie mais qui, au fond de lui, avait toujours besoin de tendresse » déclare France au Parisien.

"J'avais devant moi une personnalité exceptionnelle"


Au Figaro, France Brel a donné une plus longue interview dans laquelle elle revient notamment sur la visée première de cette fondation, qui n'a pas pour objectif d'assurer la postérité de son père, Jacques Brel : « Elle vivra comme ses chansons. C'est le public de Brel qui nous intéresse. Notre travail de compilation de ses oeuvres et de ses souvenirs consiste à tenter d'expliquer, de dialoguer avec les gens qui viennent ici à Bruxelles pour découvrir l'homme aussi bien que l'artiste ». Elle a ensuite raconté comme elle a pu percevoir, de ses yeux de petite fille, son père ainsi que le succès qu'il connaît : « Quand mon père était là, je pressentais, je ressentais, que j'avais devant moi une personnalité tout à fait exceptionnelle. Certes c'était mon père, et je l'appelais papa, mais bien au-delà de ça, j'avais l'impression que c'était quelqu'un de totalement différent. Et je ressentais cela aussi dans le regard des autres. Le mot qui me vient maintenant, c'est que j'étais "subjuguée" » se souvient-elle.

De plus, elle se confie sur l'étrange façon dont son père a pu lui parler durant son enfance : « J'ai gardé des souvenirs de bouts de phrases. Il s'exprimait souvent de façon concise. Un peu comme dans ses chansons composées de vers courts et puissants ». En guise de conclusion, France Brel avoue vouloir écrire un livre de souvenirs mais « avec beaucoup d'élégance » : « Par respect des gens qui aiment Brel. Je ne veux pas qu'on pense que je veuille régler des comptes ». Il y a quelques années, France avait déjà publié sur une page YouTube une série de vidéos dans lesquelles elle racontait de nombreuses anecdotes sur son père.

Regardez l'interview de France Brel par le Parisien :
Théau Berthelot

Vous aimez

... les spectacles du moment !

A ne pas rater

Nos dossiers incontournables !

  • Les papys du rap font de la résistance ! Les papys du rap font de la résistance !
  • Que devient... François Feldman ? Que devient... François Feldman ?

Jeux concours

Jouez et gagnez des lots !

Charts in France

Copyright © 2002-2014 Webedia - Tous droits réservés

  • SACEM
  • SNEP