Mot de passe oublié ? Cliquez-ici

Accueil > Actualité > Interview > Actualité de Camille Lellouche > Camille Lellouche en interview : "Une femme qui sait tout faire, ça fait peur"
Interview
samedi 12 décembre 2020 10:21

Camille Lellouche en interview : "Une femme qui sait tout faire, ça fait peur"

Alors qu'elle sort son premier single solo "Je remercie mon ex", Camille Lellouche se confie en interview à Pure Charts sur le succès de son duo "Mais je t'aime" avec Grand Corps Malade, explique pourquoi son projet musical a mis du temps à éclore, le problème de la France avec les artistes multi-casquettes et son premier album attendu en 2021.
Crédits photo : BOBY
Propos recueillis par Julien Gonçalves.

Ton premier single solo "Je remercie mon ex" vient de sortir. Qu'est-ce que tu ressens ? Est-ce un accomplissement pour toi ?
Je suis super contente. Ce n'est pas encore un accomplissement, c'est le début. Je suis tellement exigeante ! (Sourire) Non mais je suis émue et en même temps, je suis hyper stressée parce que j'aimerais que ce soit à la hauteur de mes espérances. Mais j'ai l'impression que ça commence très bien. Ce n'est pas trop trop mal ! (Rires)

Tu voudrais que ce soit à "la hauteur de tes espérances", c'est à dire ?
Le truc, c'est que je commence avec "Mais je t'aime", un duo qui cartonne, ce qui n'était pas prévu. Mais la magie de la musique, c'est aussi l'imprévu. Parfois, tu crois que ça va être normal et en fait ça explose, et dans l'autre sens aussi, tu penses que ça peut cartonner et en fait c'est normal. Là, j'aimerais au moins... un entre-deux pour ce premier titre. (Rires)

« J'ai une notoriété qui me permet d'être libre »
Tu l'attendais depuis longtemps ce premier single solo ?
C'est vrai que je voulais le faire déjà il y a 20 ans. Maintenant, ce n'est pas que je ne l'attendais plus mais je me suis dit que, de toute façon, vu que ma carrière d'humoriste est bien entamée depuis cinq ans, et que depuis deux-trois ans j'ai une notoriété qui me permet d'être libre, je le ferai quoi qu'il arrive. C'est plus une question de timing. Là, je sentais que c'était maintenant.

On aurait pu croire que tes premiers titres sortiraient plus tôt vu que ta participation à "The Voice" remonte à 2015. Pourquoi ça a pris tant de temps ?
C'est moi qui n'ai pas voulu parce que je préparais mon spectacle déjà, et quand je suis engagée quelque part, je n'ai qu'une parole. Je ne pouvais pas faire plusieurs choses en même temps. Sachant que je galère depuis très longtemps, je n'étais plus à quelques années près...

Mais c'était un risque...
Oui, tout à fait ! Mais j'étais avec quelqu'un qui croyait en moi très fort, et qui est toujours mon ami d'ailleurs, Laurent Junqua. Quand tu as ça, ça vaut tout l'or du monde, et tu peux aller le plus haut possible. Au final, on a fait des Zénith, c'est quand même incroyable !

Regardez le clip "Je remercie mon ex" de Camille Lellouche :



C'est difficile à gérer médiatiquement d'être à la fois humoriste et chanteuse ?
Non, je le vis très bien. C'est la France qui a du mal avec ça. Moi, je veux fédérer. On vient tous sur Terre pour faire quelque chose. Moi c'est apporter des émotions aux gens, dans la musique, dans l'humour ou même au cinéma. C'est très français, mais c'est très, j'ai pas envie de dire, misogyne mais quand tu es une femme, on te pose la question, alors que quand tu es un homme non. Que ce soit Patrick Bruel ou Marc Lavoine, que j'adore et qu'on embrasse, on ne leur dit pas. Dans mon cas, je suis humoriste, chanteuse, actrice, je fais du piano, de la guitare, je danse. Laisse tomber ! (Rires)

« Une femme qui sait tout faire ça fait peur »
Ça fait peur une femme qui sait tout faire, tu penses ?
Oui, je pense que ça fait peur et que ça crée des frustrations, et peut-être des jalousies. La femme n'est pas vu comme le sexe le plus puissant. Pour moi, on n'est pas plus puissantes que les hommes, on veut juste être à égalité. Et en plus de ça, je ne suis pas dégueu ! (Elle éclate de rire) Je fais croire que, mais je m'en fous surtout, je n'ai pas de complexe avec ça. Comme je le dis dans mon spectacle, je ne suis pas dégueulasse mais je ne suis pas non plus une bombe. Non mais on a du mal à accepter ça, alors qu'aux Etats-Unis, ils sont producteurs, réalisateurs, acteurs et musiciens, et on ne leur pose pas la question. Même aux femmes. C'est troublant.

On a souvent aussi l'habitude de mettre les artistes dans des cases musicalement. Donc ça a pu surprendre certains de t'entendre, après "Mais je t'aime", enchaîner avec "Je remercie mon ex"...
J'aime bien que tu me poses cette question, tu es le premier du coup, je suis contente ! Ecoute, c'est pareil. Evidemment, il y a un fil conducteur, tu ne peux pas passer de l'électro au reggae, enfin quoi que, mais bien sûr, il faut que ton projet ait un sens. J'ai un fil conducteur sur mon album mais il y a des petites branches, où je pars un peu ici et un peu là, mais tu ne te dis pas que c'est beaucoup trop loin de mon univers. Je suis très variété mais l'album de piano-voix, je le ferai plus tard, quand j'aurai 50 ans ! (Rires) Il y aura de tout sur l'album, c'est de la variété, avec un soupçon de R&B, un peu de soul, et un poil de pop.




Tu aimes cette sensation d'être comme un électron libre ?
Il faut qu'on éduque les gens et que les gens s'éduquent. Certains peuvent être perturbés par "Je remercie mon ex" et préférer la version piano-voix parce que ça les rassure, ça leur rappelle "Mais je t'aime", un truc qu'ils connaissent. Mais ce n'est pas ça la vie. Petit aparté, c'est tout con mais j'ai un rire de poissonnière. Je respecte les poissonnières, j'ai fait les marchés longtemps en poissonnerie pour tout te dire ! Et quand je vais à un spectacle, si c'est drôle, tu m'entends et tu te retournes. J'entendais souvent : "Elle m'emmerde avec son rire, elle gueule". Mais c'est mon rire, je ne peux pas faire autrement, à moins de m'étouffer, je ne vois pas. Et un jour, quelqu'un de gentil a fait un montage en disant que j'avais un rire guttural, comme Omar Sy mais en femme. J'ai trouvé ça cool. Et aujourd'hui, les gens disent : "Oh la la, son rire est génial". Quand les gens comprennent que tu es différent et qu'ils t'acceptent, c'est cool, mais c'est plus long dans le parcours. C'est pour ça que ça fait 20 ans que j'attendais ce moment.

« La différence et l'inconnu dérangent »
Heureusement, les critiques n'empêchent pas de faire carrière.
Oui, on peut prendre l'exemple d'un grand, monsieur Charles Aznavour. C'est une star mondiale alors qu'on lui a dit qu'il était moche, qu'il ne savait pas chanter. Derrière, quand tu as une étoile à Hollywood, tu fermes bien ta gueule. (Rires) De toute façon, la différence dérange. C'est une forme de racisme, quelque part. Je vais peut-être loin dans mes propos mais c'est vrai. On a peur de ce qui est différent, ça nous angoisse, mais quand on connaît, on se dit : "Ah mais en fait c'est cool, tout va bien". C'est un truc con de l'inconnu. Heureusement, je n'ai grandi que dans la tolérance et dans la bienveillance.

"Mais je t'aime" a été écrite il y a quelques années maintenant. Tu arrives à te sentir en phase avec des chansons écrites et vécues à une autre époque de ta vie ?
"Je remercie mon ex" elle a quatre mois, mais oui "Mais je t'aime", je l'ai écrite il y a quatre ans. Mais ça n'a pas d'importance car la valse, c'est un genre intemporel. Je pense que si tu écoutes la mélodie dans quelques années, tu ne seras pas choqué. La valse, c'est indémodable ! Il y en a une autre que j'ai écrite quand j'avais 21 ans - j'en ai 34 aujourd'hui - c'est "Ne me jugez pas". C'est une valse et je l'ai écrite à une période de ma vie où j'ai le plus sombré, j'étais très mal. J'ai hâte de l'avoir sur l'album, j'ai besoin de la chanter.



Comment tu expliques le destin de "Mais je t'aime" ?
C'est fou, elle existe depuis quatre ans sur YouTube avec ma tête dégueulasse du matin ! (Rires) Si elle avait dû marcher à ce moment-là, elle aurait marché. Mais je ne l'avais pas finie, j'étais encore en création... Cette magie a fait que c'était le bon timing, avec Fabien elle a pris une autre tournure, il est venu la sublimer. Mais le son était là, quoi !

« Des artistes me demandent d'écrire pour eux »
Avec "Je remercie mon ex", tu avais envie d'exorciser, de tordre le cou aux ballades déprimantes sur le thème de la rupture ?
C'est surtout qu'on m'a vraiment connu en tant que chanteuse avec "Mais je t'aime", et je ne voulais pas que les gens se disent : "C'est beau mais elle ne sait faire que des piano-voix". Je n'aime pas que ça. J'ai aussi fait un duo avec Tayc sur son dernier album, c'est du R&B pur, c'est aussi tout ce que j'aime. J'aime bien qu'on se dise que même en musique, je fais aussi bien de la variété, du R&B et de la pop. Et là, il y a des artistes qui me demandent d'écrire pour eux, je suis trop contente.

C'était justement une de mes prochaines questions !
Ça commence à peine là ! C'est génial ! Je vais pouvoir m'éclater dans tous les registres.

C'est un challenge de pouvoir te mettre dans la peau des artistes qui veulent que tu écrives pour eux ?
Je ne vais pas accepter tout non plus, attends, j'ai une rigueur, j'ai une image ! (Rires) La fille qui commence à prendre la confiance ! Je ne vais pas tout accepter parce qu'il y a des styles que j'aime moins et puis peut-être des chanteurs pour qui je n'ai pas de sensibilité. Mais je pense que je peux apporter un truc, ça pourrait être sympa. Je l'ai su y'a trois jours, j'ai trouvé ça trop cool, c'est flatteur. Je peux déjà te dire qu'il y a Bradley Cooper et Lady Gaga ! (Rires) Comme on est un peu jet lag, c'est pas facile de leur parler tout le temps. Je vais réfléchir !

« Je veux raconter mon histoire »
Pour revenir à ton premier album, comment tu le rêves ?
J'innove pas, enfin peut-être dans le style un peu mais pas dans les thèmes. Ce sont des thèmes universels. Moi aussi, comme les autres artistes, je veux raconter mon histoire. Il y a l'amour, la trahison, mais aussi la joie. Je parle aussi de violences, de tromperies... De choses que j'ai pu vivre ou qui sont arrivées à des proches. Ce sera dans le style où ce sera peut-être un peu différent.

Pour finir, tu étais nommée aux NRJ Music Awards pour "Mais je t'aime", et tu es pré-nommée avec Grand Corps Malade aux Victoires de la Musique 2021 dans la catégorie Chanson originale. C'est important ces nominations, cette reconnaissance ?
Le prix, c'est toujours cool mais si on ne l'a pas c'est pas grave. Déjà d'être reconnue, c'est beau. Mais les Victoires, c'est incroyable ! Là, ce sont les pré-nominations mais ce serait génial d'y être rien que pour chanter sur scène déjà. On espère ça quand même. C'est le métier qui vote en plus, c'est hyper flatteur. Oh tu m'as remis une pression, merde ! (Rires) On croise les doigts !

Julien GONCALVES

Vous aimez

... les spectacles du moment !

A ne pas rater

Nos dossiers incontournables !

  • Ces artistes qui ont déjà tourné dans une pub TV Ces artistes qui ont déjà tourné dans une pub TV
  • Les morts qui gagnent le plus sont chanteurs Les morts qui gagnent le plus sont chanteurs

Jeux concours

Jouez et gagnez des lots !

Charts in France

Copyright © 2002-2020 Webedia - Tous droits réservés