Mot de passe oublié ? Cliquez-ici

Accueil > Actualité > Clin d'oeil > Actualité de Barbara > Barbara, une histoire d'humour aussi !
Clin d'oeil
mardi 14 juin 2011 09:35

Barbara, une histoire d'humour aussi !

Le 9 juin dernier, Barbara aurait eu 81 ans si elle ne nous avait pas quittés un sombre 24 novembre 1997… L'intégralité de son œuvre est sans cesse rééditée et un nombre incalculable de compilations et de biographies sortent régulièrement comme pour combler un vide, un manque qui prouve bien que le fameux “nul n'est irremplaçable” est plus une absurdité qu'une vérité.


Retracer la carrière de Barbara n'est pas le sujet du jour. Je préfère parler de son humour, de la femme drôle qu'elle était à la ville comme à la scène, aussi. « Je ne suis pas quelqu'un de triste. Il s'est trouvé que les gens se sont retrouvés dans les chansons tristes » dit-elle dans une interview filmée du 18 février 1969.

Certes, Barbara a chanté ses morts, sa solitude, ses doutes, son mal de vivre, son désespoir, la maladie mais comme toute personne "entière" et comme tout natif des gémeaux aux mille facettes attrayantes, elle a su aussi chanter la vie, l'espoir en l'Homme, le bonheur intense d'aimer à la folie avec la démesure des éternelles amoureuses. « J'ai peur mais j'avance quand même » était devenue sa devise.

« Je ne suis pas une grande dame de la chanson,
Je ne suis pas une tulipe noire.
Je ne suis pas poète,
Je ne suis pas un oiseau de proie.
Je ne suis pas désespérée du matin au soir.
Je ne suis pas une mante religieuse,
Je ne suis pas dans les tentures noires.
Je ne suis pas une intellectuelle.
Je ne suis pas une héroïne,
Je suis une femme qui chante !
»




« Et si le noir pour moi est couleur de lumière / La raison que m'importe et qu'elle aille en enfer » ira-t-elle jusqu'à chanter dans "L'enfant laboureur" (1973). Quand Barbara débuta dans les cabarets de Bruxelles et de Paris, beaucoup de ses chansons qu'elle n'écrivait pas encore étaient empruntées au “répertoire 1900” truffé de pépites d'humour. On peut retenir "Elle vendait des petits gâteaux", "La Joconde", " La plus bath des javas", "D'elle à lui", "Maîtresse d'acteur" ou encore "Les amis de monsieur", une chanson sur les aventures d'une coquine femme de chambre moins farouche apparemment que celle dont on parle beaucoup actuellement et qui se trouve au cœur d'une certaine affaire DSK sur laquelle nous ne reviendrons pas !

Ecoutez Barbara live, "Les amis de monsieur" (1969) :


Barbara chanta aussi l'humour noir à travers "Veuve de guerre" ou encore des titres qu'elle écrivit comme "Y'aura du monde à l'enterrement", "Le testament", ou bien "Les insomnies" qui raconte l'histoire d'une nuit de 1974 qui aurait pu être tragique et dont elle revint de justesse. Une chanson écrite dans le style Brassens et qui fit d'un drame frôlé une élégante pirouette !

Visionnez Barbara live, "Mes insomnies" (1975) :


Barbara aima aussi jouer de son personnage de femme fatale comme dans "Le bel âge" en 1960, récit d'une idylle avec un jeune homme, sorte de "Il venait d'avoir 18 ans" avant l'heure qui pourrait être inspiré du célèbre roman "Le blé en herbe" de Colette, titre dans lequel Barbara dit « J'aime beaucoup les enfants / J'ai l'esprit de famille / Mais j'ai dépassé le temps / De jouer au billes… ». Dans la même veine il y eut le célèbre "Si la photo est bonne" sur une femme de président qui décide d'alléger la peine d'un délinquant au physique avantageux…

Visionnez Barbara live, "Si la photo est bonne" (1967) :


On pourrait aussi citer le coquin conte "Joyeux Noël", "Les mignons", "Hop-là", "Fragson", "Gueule de nuit", "Vol de nuit", "Femme-piano-lunettes" et "Lucy", une chanson écrite avec Luc Plamondon sur son tout dernier album paru en 1996.

Ecoutez Barbara live, "Hop-là" - précédée d'une présentation-sketch (1973) :


Barbara considérait le spectacle comme une fête, un moment unique et elle y mettait toute son énergie, chantant comme si c'était la dernière fois à chaque fois, arrivant très tôt dans les théâtres pour voir le spectacle se monter et respirer la salle afin qu'aucun détail ne lui échappe. Quitte à surprendre, je dis avec une totale conviction que Barbara était une rockeuse dans l'âme si on définit cela comme le fait d'aller au bout de soi, de tout donner, jusqu'à s'en briser la voix…

Jean-Louis Aubert qui chanta "Le jour se lève encore" (paroles de Barbara) déclara à plusieurs reprises et même dernièrement sur le site nordeclair.fr :
« Ce soir je vous remercie de vous »
« Barbara me disait qu'elle était aussi rock que moi. Et j'ai pu le vérifier par la suite. Elle était très heureuse dans la solitude, dans l'adversité. Elle était très généreuse, elle s'occupait plus de moi que d'elle. Quand j'allais la voir, elle ne se plaignait jamais, elle disait : “Je suis merveilleusement heureuse”. » C'est d'ailleurs avec le créateur d'"Alter Ego" que Barbara écrivit son dernier sublime chant d'espoir: "Vivant poème" (1996), chanson-testament d'une force-femme au répertoire intemporel parce qu'écrit avec sa vérité, son sang, ses drames, ses rires et ses bonheurs.

Ecoutez Barbara live, "Vivant poème" (1996) :
Mathieu ROSAZ
Pour en savoir plus, visitez passion-barbara.net.
Visionnez Barbara live, "Il me revient" - son ultime enregistrement avec des images du making-of de l'album (1996) :

Dans l'actu musicale
Clips & vidéos de Barbara :

Vous aimez

... les spectacles du moment !

A ne pas rater

Nos dossiers incontournables !

  • Quels sont les pires titres français des 80's ? Quels sont les pires titres français des 80's ?
  • Les 10 lives les plus désastreux en vidéos Les 10 lives les plus désastreux en vidéos

Jeux concours

Jouez et gagnez des lots !

Charts in France

Copyright © 2002-2014 Webedia - Tous droits réservés

  • SACEM
  • SNEP