Jump to content
Midnight Caller

Lana Del Rey - Blue Banisters

Blue Banisters  

46 members have voted

  1. 1. Quels sont vos titres favoris ?

  2. 2. Quelle note donneriez-vous à Blue Banisters ?

    • ⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️
    • ⭐️⭐️⭐️⭐️
    • ⭐️⭐️⭐️
    • ⭐️⭐️
    • ⭐️
      0


Recommended Posts

image.png.f1f5416e611aa00050613e067f3d656a.png

 

Alors qu'elle a disparu des réseaux, Lana Del Rey sort en cette fin d'octobre son 8e album, Blue Banisters, quelques mois seulement après son prédécesseur Chemtrails Over the Country Club.

Précédé de trois singles composés du titre éponyme, de Text Book, et de Wildflower Wildfire, dévoilés au printemps dernier, puis d'Arcadia, lancé à la rentrée, l'album comporte 15 titres. S'y retrouvent notamment certains unreleased déjà apparus sur la toile bien avant le début de cette nouvelle ère (Living Legend, Cherry Blossom, Nectar of the Gods, Thunder). 

 

.....

 

01. Text Book 

02. Blue Banisters

03. Arcadia 

04. Interlude - The Trio

05. Black Bathing Suit 

06. If You Lie Down With Me

07. Beautiful

08. Violet For Roses

09. Dealer

10. Thunder

11. Wildflower Wildfire

12. Nectar of the Gods

13. Living Legend

14. Cherry Blossom

15. Sweet Carolina 

 

..... 

 

 

 

  • Like 14
  • Thanks 2

Share this post


Link to post

Je suis amoureux du projet mais il présente malheureusement quelques défauts qui contrarient mes écoutes et qui font que l'album se ramasse à l'entrée du top 3 de ses meilleurs disques à mon sens.

 

La production est particulièrement brouillonne sur certains titres. Ca manque parfois vraiment de limpidité, notamment concernant le traitement de la voix. Parfois le son sature et grésille quand elle monte dans les aigus et j'ai du mal à y voir quelque chose d'assumé, sur Arcadia, Beautiful ou Sweet Carolina par exemple, c'est vraiment dommage. Et comme je le disais sur l'autre topic, Nectar Of the Gods et Living Legend tirent vraiment une balle dans le pied de l'album tant ce sont les chansons les moins bien écrites et les moins bien interprétées. Elle aurait clairement dû les retravailler un peu comme pour Thunder, là elles donnent vraiment l'impression d'être restées à l'état de démo à côté des autres pistes. Sans compter qu'elle avait bien mieux en termes d'unreleased qui auraient parfaitement sié l'album comme Fine China, I Can Fly ou encore Roses Bloom For You.

 

En effet, à l'instar de ces chansons, l'album dégage une vraie belle ambiance printanière. Blue Banisters sent bon la rosée matinale, les jardins verdoyants et je suis persuadé que si les fleurs pouvaient choisir une soundtrack sur laquelle éclore elles choisiraient ce disque, ce qui me laisse d'ailleurs penser que l'album ne sort pas à la bonne période. Toujours est-il qu'il parvient à installer une ambiance et une imagerie sans peine et c'est à mon sens le propre des grands disques. J'ai vraiment l'impression d'être face à l'album le plus authentique et personnel de Lana, un projet très à part dans sa discographie sur lequel elle ne semble pas se cacher derrière un semi-concept.

Le disque sonne vraiment comme "fait maison" et c'est la première fois qu'elle encre autant un projet dans sa propre temporalité. J'aime me dire que chacun de ses disques aborde une décennie différente, les 30s pour Honeymoon, les 50s pour BTD etc... mais ici on a un album qui est le témoin de notre époque dans lequel elle multiplie les références actuelles: elle parle de la quarantaine sur BBS, des masques sur VFR, du mouvement George Floyd sur Text Book et sort les gros beats traps sur l'interlude. Et c'est vraiment plaisant dans sa discographie, tout en restant très cohérent car on est réellement face à un pur produit de synthèse de ce qu'elle est en tant qu'artiste.

 

Même si je regrette sans doute qu'on n'ait pas plus de choeurs et que les singles parus en mai ainsi que Sweet Carolina sont de loin les chansons les mieux écrites du disque, les chansons demeurent globalement excellentes et l'album surprend tant les coups d'éclat sont nombreux: l'enchaînement des 3 premières chansons est divin, l'interlude prend complètement au dépourvu mais n'est pas du tout hors sujet quand on sait qu'il sample une composition du Bon, la Brute et le Truand, Black Bathing Suit est incroyable et l'outro semble toute droit sortie de Fetch The Bolt Cutters, le piano sur Beautiful est beau à en pleurer, la mélodie de Violet For Roses est imparable, l'enchaînement Dealer, Thunder et Wildflower Wildfire est titanesque, c'est un régal de retrouver Cherry Blossom et Sweet Carolina est d'une douceur insondable.

 

L'album est une vraie réussite mais je ne peux quand même pas m'empêcher d'être déçu vis à vis des quelques points noirs qui étaient pourtant si facilement corrigibles. Sans doute un ou deux mois de maturation supplémentaires n'auraient pas été de trop.

  • Like 11

Share this post


Link to post

J'ai retrouvé ma Lana qui me procure autant d'émotions...cette femme est unique dans son art ... J'adore encore une fois de plus ce nouveau bijoux... Living legen me font le cœur, 

  • Like 2
  • Haha 1

Share this post


Link to post
Il y a 2 heures, junior fenti a dit :

J'ai retrouvé ma Lana qui me procure autant d'émotions...cette femme est unique dans son art ... J'adore encore une fois de plus ce nouveau bijoux... Living legen me font le cœur, 

Moi aussi c'est tellement doux et beau j'adore une vraie réussite 

  • Like 1

Share this post


Link to post

Agréablement surpris par cet album, bien meilleur que le très ennuyeux Chemtrails machin là. Coup de coeur pour Text book, Dealer et Interlude-The trio

Share this post


Link to post

J'avais détesté Chemtrails avant de tomber amoureux de certains titres (White Dress, Tulsa Jesus Freak, Yosemite) et de même le trouver comme un de ses meilleurs avec Honeymoon et NFR.

 

Ce que je reproche à ce dernier disque c'est d'être trop long (la ou Chemtrails avait la bonne idée d'être concis). 

 

Je garde pour l'instant Thunder (forcément), Test Book, Dealer, Black Bathing suit, If you lie down with me et Bleu Banisters...

 

En revanche, je vomis cette interlude avec cette percu crunk dégueulasse... 

Share this post


Link to post

Elle chante seule sur "Dealer" avec un travail de retouches excessif ou c'est un titre partagé. Je suis accroc au titre de fou !

Share this post


Link to post
il y a 49 minutes, JuL!En a dit :

Elle chante seule sur "Dealer" avec un travail de retouches excessif ou c'est un titre partagé. Je suis accroc au titre de fou !

 C’est un duo avec Miles Kane de The Last Shadow Puppets. 

  • Like 2

Share this post


Link to post

Ça m'embête qu'elle arrête de légèrement expérimenter au niveau des instrumentales. On trouve uniquement du piano et de la guitare, utilisés de manière extrêmement classique (là où NFR prenait quelques risques). Ainsi, si elle se rate légèrement niveau mélodie, voix ou paroles, on se retrouve avec des morceaux extrêmement ennuyeux. Par contre, il y a clairement de très jolis moments et je me suis constitué un album très sympathique en mélangeant mes favoris de cet album et de Chemtrails :ph34r:

 

White Dress

Wild at Heart

Chemtrails Over the Country Club

Tulsa Jesus Freak 

Not All Those Who Wander Are Lost 

Breaking Up Slowly 

&

Interlude - The Trio 

Black Bathing Suit 

Thunder

Nectar Of The Gods 

Wildflower Wildfire 

Living Legend 

Cherry Blossom 

Dealer 

+

(If You Lie Down With Me qui essaye de faire sa place mais je suis encore réservé)

  • Like 1

Share this post


Link to post

Bon, ceux qui ont l'habitude de me lire sur mes interminables critiques des albums Del Rey reconnaîtront mon éternelle hésitation à vraiment "noter", "apprécier" l'ensemble.

 

J'ai pour celui-ci peut-être encore plus de mal à résumer ce que j'en pense. Une chose est claire: j'aurai souhaité qu'elle le garde plus longtemps avec elle.

1) Parce que je digère encore COTCC, chose rare, c'est la première fois que je n'ai pas faim, avec peut-être le post-LFL, mais pour d'autres raisons (album médiocre)

2) Parce que c'est un album bourré d'imperfections. Elle n'a aucun opus parfait, mais celui-ci déconne à plusieurs endroits. Je ne vais pas m'étendre puisque vous l'avez tous fait, mais la production est par moment baclée, brouillonne, et surtout incohérente: caler WW de Mike Dean entre deux prods plus acoustiques, par exemple. Surproduire des machins comme Black Bathing Suit, avoir pleins d'idées qu'on pose sur des titres un peu à la one again, l'ovni Dealer, etc. Et surtout, vieil ennemi des fans de Lana: la réverb excessive.

 

Côté compo, c'est très hétérogène, voire carrément incohérent par moments mais on n'est pas sur un pot-pourri comme sur LFL (même si, dans l'esprit, il me fait parfois penser à cet opus maudit). Car le tout est tenu ensemble par des mélodies du tonnerre. Et c'est vraiment ça qui fait le disque: il sonne, il éclabousse de belles harmonies un peu comme NFR! l'avait fait en mode coup de poing. C'est d'ailleurs marrant de souligner que des pistes assez simples et médiocres lyriquement sont si belles à mon oreille: Nectar, Living Legend, If You Lie Down With Me, ou même Beautiful (qui lassera assez vite cependant, je le crains). Le problème récurrent des couplets faibles semble presque en voie d'extinction sur cet album, même plus que sur NFR. Hurrah!

Même si elle ressort pas mal de trucs des cartons, que j'ai eu la chance de ne pas connaître à l'avance car j'ai arrêté d'écouter les nouveaux unreleased depuis qq années, Blue Banisters est tout de même placé sous le signe de la nouvelle plume Lana, post-2018. And thank god for that, elle ne recule pas et continue son chemin. La chanson-titre ne ressemble à à peu près rien dans son catalogue existant, elle suspend le temps, et nous pond un texte absolument magnifique. Opus hybride pour ce qui est des paroles: du grand comme du mauvais. 

 

Du coup, ce que j'aime: bah, plus ou moins tout. Je trouve Violets For Roses un peu chiante, Black Bathing Suit trop traînante même si le final claque et je suis moins fan de Sweet Carolina que vous (j'ai d'ailleurs mis une éternité à faire le lien avec le prénom de sa sœur). Le reste est sublime. Et si COTCC avait White Dress en chanson intouchable, elle nous a pour celui-ci donné Arcadia. 

 

Si le précédent me donnait l'impression d'un "joli petit opus", cohérent et homogène, celui-ci est au final plus tonitruant, c'est un gros machin fourmillant d'idées et d'inspiration d'une Lana qui change encore et encore, et je l'aime déjà beaucoup. A voir comment il se placera dans mon top, mais il échappe d'emblée aux dernières places. 

 

:throb: g fé tro long srry

  • Like 3

Share this post


Link to post

Après deux écoutes je n'arroche pas trop à l'album pour le moment. Je ferai une petite critique plus tard après plusieurs écoutes mais pour l'instant je suis déçu.

 

Beaucoup trop de piano voix or je trouve toujours que sa voix ne s'associe pas bien à ce type de morceaux. D'autant plus que le piano est toujours au premier plan.

J'ai aussi beaucoup de mal avec les mélodies, beaucoup m'indiffèrent pour l'instant. Je sais que sur ce point cela va probablement évoluer un peu avec les écoutes cependant.

Quelques défauts aussi au niveau de paroles ou de la production à quelques reprises.

Sa voix est bonne sur l'album (bien qu'un peu moins que les précédents) mais l'utilisation qu'elle en fait reste très limitée par rapport à ses capacités. Où sont passées toutes les variations d'interprétation qu'elle avait l'habitude de nous proposer ? Où est passée sa voix grave ?

Quand je vois ce qu'elle est capable de proposer sur des morceaux comme Dealer ou Summertime The Gershwin Version... ou encore White Dress, je suis vraiment déçu. C'est l'album que j'aurais aimé avoir.

 

Je retiens Dealer pour l'instant, de loin.

S'en suivent Arcadia, If You Lie Down With Me et Wildflower Wildfire. Peut-être également Black Bathing Suit.

 

Dommage j'avais beaucoup aimé Chemtrails Over The Country Club qui reste clairement son meilleur album parmi les trois derniers pour ma part.

  • Like 2

Share this post


Link to post

Album beaucoup trop long, mélodies archi-vues et revues sur des arrangements très épurés, et certaines productions qui sonnent clairement comme des démos. C'est joli mais ça donne l'impression que les titres ont été jetés là, sans réelle direction artistique.

J'en retiens tout de même quelques-uns, Text Book, Dealer (comme à peu près tout le monde, mais c'est tellement bon quand elle sort de sa zone de confort), et mon coup de coeur, Thunder, qui fait partie des titres qui me sont devenus obsessionnels (comme souvent avec elle).

  • Like 3

Share this post


Link to post

J'avais peur que le tournant pris depuis NFR! ne soit dû qu'à un effet Antonoff, mais cet album me rassure. J'aime cet album beaucoup moins que les deux précédants, il est beaucoup plus inégal, un pot-pourri dans un style moins folk, beaucoup de ballades piano, mais il réussit quand même à me séduire. Problème: je n'avais pas encore vraiment digéré Chemtrails, cet opus arrive un peu trop tôt.

Je jette pas mal de pistes qui sont brouillonnes, anecdotiques ou hyper cliché - BBS, l'horrible Beautiful, Violets for Roses Living Legend - , mais certaines pistes sont lumineuses. Le binôme Dealer - Thunder en jette pas mal, c'est un enchaînement assez dingue. L'interlude The Trio m'envoûte. Je trouve la prod dingue. Quel dommage que ce ne soit pas une vraie piste, et quelle soit si 'hors sujet" (je ne vois ni le lien avec Arcadia, ni le lien avec BBS). Text Book, Blue Bannisters, et Arcadia forment un merveilleux triptyque introductif, j'arrive pas à écouter ses trois pistes séparément. Par ailleurs, la vibe Tori Amos-esque se confirme à nouveau dans cet album, Arcadia ou Sweet Carolina semblent tout droit sortir d'un de ses albums. If You Lie Down with me résume très bien l'album: ça aurait pu être paresseux et déjà-vu (reverb excessive, paroles clichées), mais l'outro à la trompette et la mélodie accrocheuse du post-refrain donne une tonalité romantique réconfortante à ce titre. Quelque chose réussit toujours à sauver les meubles - une harmo, des paroles, une mélodie - dans quelque chose qui aurait pu sonner déjà-entendu ou très convenu.

 

 En bref, cet album c'est la rupture dans la continuité. On a le meilleur de NFR et de Chemtrails, mais avec un peu du pire de Lana.

  • Like 1

Share this post


Link to post

×