Jump to content
Hamlet

Nolwenn Leroy - Gemme

GEMME  

52 members have voted

  1. 1. Vos coups de coeur ?

  2. 2. Combien de GEMME pour cet album



Recommended Posts

screen_shot_2017-07-22_at_10.39.14.png

 

Gemme
Bien plus précieux
L'Ankou
The Lake
Combat pour la paix
Ce que je suis
Trace ton chemin
A Dream
Pourtant
Run It Down
Stephen

 

 

437486200iloveimgcropped.gif

  • Like 13

Share this post


Link to post

Je met pas le max de gemmes car c'est difficile de faire un album parfait (ce genre de note je le réserve pour des albums comme lys and love de son copain voulzy).

Mais tout simplement, 4 gemmes pour cet album si court mais COMPLET. On a tout, des ballades, des douceurs, on oublie pas de respirer prendre l'air dans le disque.

Par contre :

 

  • Trace ton chemin me gène un peu, c'est un bon titre avec des jolies OH OH OH mais il fait très parenthèse dans l'album (comme à la vie à la mort dans O fille de l'eau) mais en plus pop. Je trouve que c'est pas impressionnant comme son, grégoire peut le faire aussi.
  • The Lake : Anglais merdique, chanson qui met du temps pour décoller, un peu en dessous de Homeland, la fin est pas mal quand même.
  • Bien plus précieux : Titre trop commun, il manque un truc, un peu niais.
  • Like 2

Share this post


Link to post

L'album est cohérent, juste ce qu'il faut d'homogène mais oui un peu court.

Avec un artiste que je connais pas (ou très peu) je ne suis pas exigeant et Gemme est un très bon album !

Il a son aura, son atmosphère et je trouve les paroles plutôt bien écrites.

 

Les titres les moins marquants (mais tout aussi bien) sont sûrement Bien Plus Précieux, Pourtant et Ce Que Je Suis.

Son accent anglais ne me dérange pas, je le préfère à celui de Mylène ou de Shy'm. Il est très british.

Combat Pour La Paix, Run It Down, A Dream et The Lake sont très originales, et très intéressants. Peut-être les titres qui collent le plus à l'esprit "Gemmes" avec le titre du même nom :blush:.

Et puis bien sûr j'adore L'Ankou et Stephen. Je crois même que L'Ankou est mon morceau favoris de l'album :throb:

 

L'effet qu'elle a sur sa voix sur Pourtant est assez désagréable quand on écoute le titre, on a l'impression que ça grésille, je trouve que ça gâche un peu la chanson.

Je n'aime pas trop Trace Ton Chemin, le seul titre de l'album qui m'a gêné, j'ai trouvé qu'il faisait tâche.

 

Si je fais un classement du titre que je préfère à celui que j'aime le moins :

L'Ankou

Combat Pour La Paix

Run It Down

Gemme

Stephen

The Lake

Bien Plus Précieux

A Dream

Ce Que Je Suis

Pourtant

Trace Ton Chemin

 

Combat Pour La Paix est l'ovni de l'album ! :o:throb:

  • Like 3

Share this post


Link to post

Je me lance dans une petite critique, dur, dur, sachant que l'album est encore tout frais dans ma tête et ce malgré plusieurs écoutes.

 

GEMME: Le titre qui ouvre l'album et que l'on connaît tous. Un hymne pop efficace qui nous met tout de suite dans le thème de l'album, et qui ne m'a pas encore lassé après de nombreuses écoutes.

 

BIEN PLUS PRECIEUX: 2ème titre très pop, qui déménage même. Voilà pour moi l'un des titres qui fait le plus penser à Florence & The Machine par son côté chanson cathédrale et même légèrement 'world". La voix est très bien mise en valeur, monte en puissance, une chanson qui à un côté hymne. Très addictive.

 

L'ANKOU: De belles paroles et une mélodie planante ou l'on se sent comme sur un nuage bercée par la voix de Nolwenn. Un thème délicat traité de manière positive et apaisante. Sa voix sur les refrains nous apparaît comme un écho, au début je pensais qu'un homme chantait en chœur avec elle mais cest bien sa voix modifiée semble t-il. Ça m'a fait penser également à L'air du vent de Pocahontas.

 

THE LAKE: La chanson celtique de l'album avec une splendide intro. Nolwenn nous transporte en Irlande, convie les vieux fantômes de Dan Ar Braz et de Mike Oldfield. J'avais l'impression d'être sur un bateau qui débarque dans un port irlandais. La chanson à un côté très chaleureux, un bridge magnifique mais peut être un peu ennuyeuse.

 

COMBATS POUR LA PAIX: Le titre à part de l'album. A la première écoute j'étais mort de rire quand j'ai entendu les refrains. Il n'y a qu'elle pour nous sortir ce genre de chanson en 2017 complètement à contre-courant des modes. Elle mélange le moderne et le super kitsch, Kate Bush et des couplets tribaux que limite on se croirait en Afrique. Et vous savez quoi....j'adore ce titre :mdr:

 

Feu follet! Feu Follet! Feu Follet!

 

giphy.gif

 

 

CE QUE JE SUIS: La grande ballade Nolwennienne de l'album. J'adore les couplets, les refrains un peu moins on dirait Shy'm qui chante par moments. Celà dit c'est tout de même un superbe titre. La ballade de l'album.

 

TRACE TON CHEMIN: La chanson m'avait bien plu à l'écoute de l'extrait mais parmi les autres titres de l'album je trouve que c'est la plus faible. J'aime bien les refrains guillerets, ça fait titre country mais à haute dose la chanson devient lassante.

 

A DREAM: Ma préférée de l'album. Une voix céleste sur de superbes arrangements. La fin m'a donnée des frissons. Un titre de bande originale pour Narnia ou La cité des anges.

 

POURTANT: Le titre au texte le mieux écrit de cet album...la mélodie me plaît beaucoup moins par contre. J'ai encore du mal à m'approprier ce titre. Le tout est sans fioriture, assez simple finalement.

 

RUN IT DOWN: La chanson qui a surpris tout le monde, moi le premier. Elle se lâche enfin dans cette seconde chanson cathédrale de l'album. Délicieusement 80's sans trop être kitsch ce titre risque fort de devenir l'un des titres les plus marquants de son répertoire.

 

STEPHEN: L'album se clôture de la meilleure façon qui soit. Un titre écolo, très eighties lui aussi dans ses arrangements, une musique plus sombre et un ton plus grave sur l'état de notre belle planète. La musique est divine et sa voix encore une fois très céleste nous emporte avec elle.

 

  • Like 9

Share this post


Link to post

Pourtant parle de deuil ? Je trouve la chanson triste.

J'ai l'impression qu'elleparle des étapes de la vie, de la naissance d'un bébé à la vieillesse et donc la mort. Du cycle de la vie.

  • Like 2

Share this post


Link to post

Pour moi, elle parle d'un enfant abandonné par sa mère qui du coup, a eu un triste destin ...

 

Everlast : comme toi sur Combat sur la paix, je ne peux pas m'empêcher d'entendre Feu follet, feu follet, pourtant, je sais qu'elle ne dit pas ça mais c'est quand même ce que j'entends !

  • Like 2

Share this post


Link to post

Pour moi, elle parle d'un enfant abandonné par sa mère qui du coup, a eu un triste destin ...

 

Everlast : comme toi sur Combat sur la paix, je ne peux pas m'empêcher d'entendre Feu follet, feu follet, pourtant, je sais qu'elle ne dit pas ça mais c'est quand même ce que j'entends !

:mdr: en effet Bunny j'étais persuadé moi aussi qu'elle disait ça

 

Je crois que c'est fight for it. :P

Le refrain est barré un peu comme ça :

 

Mais grave! J'ai tout de suite pensé au clip de Babooshka de notre folle préférée :mrgreen:

  • Like 2

Share this post


Link to post

C'est go for it, fight for it ... mais cela restera toujours feu follet pour moi

 

HS : Cela me rappelle une chanson des backstreet boys qui s'appelle show me the meaning of being lonely. Mon père qui s 'appelle Dominique et qui ne parle pas vraiment anglais m'a dit un jour "ah j'aime bien la chanson "show me Dominique". Sur le coup, je n'ai pas fait le rapprochement mais c'est en la reentendant avec lui qu'il m'a dit "ah show me Dominique". Maintenant quand j entends ce titre, je l'entends toujours avec la deformation paternelle. C'est horrible mais c'est drôle au moins 😊 voilà j'ai fini de raconter ma vie 😌

  • Like 2

Share this post


Link to post

C'est go for it, fight for it ... mais cela restera toujours feu follet pour moi

 

HS : Cela me rappelle une chanson des backstreet boys qui s'appelle show me the meaning of being lonely. Mon père qui s 'appelle Dominique et qui ne parle pas vraiment anglais m'a dit un jour "ah j'aime bien la chanson "show me Dominique". Sur le coup, je n'ai pas fait le rapprochement mais c'est en la reentendant avec lui qu'il m'a dit "ah show me Dominique". Maintenant quand j entends ce titre, je l'entends toujours avec la deformation paternelle. C'est horrible mais c'est drôle au moins 😊 voilà j'ai fini de raconter ma vie 😌

 

Pas mal l'anecdote :mrgreen: , on entend souvent d'autres choses dans les chansons anglaises ^^ ah beh pour moi aussi ça restera aussi Feu follet en plus je la vois trop bien danser dans la forêt déguisée en elfe et jetant ses feux follets :mrgreen: (non non je ne suis pas fou lol)

 

  • Like 2

Share this post


Link to post

Allez, il est temps pour moi de poster mon ressenti, déjà en grande partie posté sur le topic Actualité de Nolwenn La Reine.

 

Comme je le disais dans l'autre topic, cet album nous conte l'histoire de l’humanité, de ses débuts pleins de promesses, de son avidité envers la terre, malgré les mises en garde de celle-ci, puis la lente déchéance, les illusions qui s’étiolent et cette fin qui appelle à un autre début, le voyage vers une autre planète. Bref, ce disque tisse un dialogue entre la Terre et l’homme. Un amour destructeur, triste, beau et voué à l'échec malgré des premiers pas en fanfare.

 

Comme je fais pas les choses à moitié, je vous balance mon interprétation titre par titre. Chaque chanson apporte sa pierre à l'édifice, celle d'une histoire d'amour qui finit mal.

Je rajoute mes appréciations personnelles afin de compléter cette critique et ne pas me contenter d'un vague copier-coller.

 

ATTENTION GROS PAVÉ !

 

 

 

 

Gemme:
Un titre plein d’optimisme. L’homme/l’humain s’émerveille devant cette terre pure qui offre tout un tas de trésors qu’il lui tarde de puiser (les gemmes arc-en-ciel si fascinantes). Nous en sommes au début. Celui de la découverte.

Très bonne piste d'introduction, même si pour ma part, je trouve la chanson un peu fade. C'est lumineux, c'est beau, mais je ne suis pas tellement transportée, peut-être parce que je la connais depuis mai dernier. Ça joue.

Bien plus précieux:
L’homme se vautre dans les richesse de la terre, dans les biens précieux que celle-ci lui offre sans se rendre compte qu’il lui fait mal, la malmène. Il y a l’or, les perles, le souffle de l’aurore. On sent déjà que c’est temporaire, mais c’est l’été, l’homme se gave jusqu’à en crever. Mais en filigrane s’installe un malaise.
Ici c'est l'histoire d'une jouissance, mêlé à celle d'un égoïsme enfantin qui sera fatal à l'humanité.

Cette piste m'enchante, me donne des frissons et a tout pour faire un excellent single.

L’Ankou:

Première mise en garde explicite. Attends moi et ne m’oublie pas. L’homme jouit des trésors de la terre, profite de la terre car rien n’est important sous le soleil. Mais l’Ankou veille. La mort déploie ses ailes. Le destin n’est pas scellé, mais l'Ankou rappelle à l’homme que finalement tout a une fin. Il se tient à l’horizon, il attend. Du coup, cette sorte d’alarme (si bien qualifiée par DexterMorgan) à la fin du titre prend tout son sens. Ce titre, c’est effectivement un signal d’alarme.

Ce titre me laissait de marbre au début, finalement, je suis conquise. :throb:


The Lake:

L’homme ignore l’Ankou, il plonge dans le lac hypnotique. Il fait l’autruche et se berce d’illusions, ce qui explique cette intro digne d'un rêve à la fois merveilleux et inquiétant. L'impression d'entendre le chant des sirènes, créatures enchanteresses et maléfiques. Ces illusions dans lesquelles l'homme se drape ne feront que précipiter son destin funeste. Peu importe, l’homme a décidé de sublimer ses terreurs nocturnes et ses angoisses et il plonge. Quitte à se noyer.

Très joli titre. L'intro est une pure merveille.

Combat pour la paix:

L’homme a des idéaux, mais ses idéaux ne s’expriment que dans le « combat ». C’est à dire la violence. Il fuit la mort et espère, quitte à prendre les armes et déchaîner les flammes. Il fait des ravages.
Certes, ce titre est un appel à la paix, mais dans l’histoire de l’album, je l’interprète plutôt comme le plus grand échec de l’homme. Celui de vouloir la paix et de ne provoquer que la guerre. Quand on y pense « combat pour la paix » est une expression qui véhicule deux idées contraires. Utiliser une forme de violence pour bâtir un monde qui en serait dénué. Bref cette logique de « combat pour la paix » mènera l’homme à sa perte.

J'aime bien, surtout avec les "go for it, fight for it " (et pas feu follet, merci! :mdr: ) Mais je ne suis pas autant emballée que je ne l'aurais cru.

Ce que je suis:

C’est la Terre, source de vie, qui parle. L’impression d’entendre sa plainte. Ce n’est pas tellement une mise en garde, qu’une envie de rappeler à l’homme qu'il lui manque un coeur, c’est à dire de quelqu’un qui prendrait soin d’elle, quelqu’un qui la cultive au lieu de l’exploiter. L’homme a provoqué des guerres au nom de la paix, en ignorant la terre, et celle-ci souffre.

Bah. Morceau poignant. Je pleure. :crybaby:

Trace ton chemin:

Il y a une envie qui fait surface, celle de changer le cours des choses. L’homme se rend compte qu’il tient son destin entre ses mains, qu’il ne peut plus continuer à exploiter la terre à sa guise. Il est temps pour lui de « chanter un autre refrain », de prendre soin du monde qui l’entoure, quitte à chambouler les fondations même de ce monde. L’homme réalise qu’il ne vit qu’en surface, qu’il a fait des dégâts, il faut qu’il s’arrête avant le ravin car la mort grossit à l’horizon. D’où les corbeaux qui passent dans le ciel.

C'est typiquement le genre de chanson que je n'aime pas. Le côté Michael Miro/Sinsemilia (je pense à leurs titres les plus connus, respectivement L'horloge Tourne/Tout le Bonheur du monde)
Mais je ne suis pas fermée au délire, je pense que cette piste ferait un très bon single d'ailleurs.


A dream:

Là, c’est la chanson des regrets et des remords. Il est trop tard. L’homme avait un rêve, mais il a tout fait de travers, et il ne peut retourner en arrière. Cette fois ci, le sort en est jeté, malgré le doux rêve de pouvoir réparer le tort causé.

J'accroche pas encore à la mélodie. C'est beau, hein. Mais…je sais pas, il me faudra plusieurs écoutes.

Et pourtant:

Vous parliez d’une mère qui abandonne son enfant malgré l’amour qu’elle lui porte. Oui, ça a du sens. Dans ma tête, c’est finalement la terre qui décide d’abandonner l’homme. Elle l’a aimé, l’a soutenu, mais l’homme a ignoré ses mises en garde, alors, épuisée, elle se meurt. Il a connu ses seins sa douceur, la Terre l’a serré tout contre son coeur, et puis est venu le malheur, l’homme a joué « avec ses copains ». C’est l’heure d’une séparation douloureuse.

Émouvant, mais pas aussi vibrant que Ce que je suis.


Run it Down:

On est clairement dans l’urgence de ce que la fin du monde implique. La Terre pousse ses derniers cris (d’amour et de souffrance), l’homme est livré à lui-même, il lui faut trouver une solution. Le rythme s'accélère, la construction du titre part dans tous les sens, à l'image de cette terre qui implose et somme à son enfant (l'homme) de courir, de se sauver car tout s'écroule.


Laissez-moi décéder. Ce titre. :wub:

Stephen:

C’est clairement la fin. On dresse le bilan.

La terre rend son dernier souffle, il est temps de migrer « vers Jupiter », de trouver un autre refuge après avoir pillé sans vergogne les ressources de la Terre. Il n'y a que des orages, des brûlants sarcophages, des étés d'enfer. Il faut s'en aller. Comme le chante Nolwenn, on a ignoré le signal d'alarme évoqué dans l'Ankou, rien n'a freiné notre descente entamée avec The Lake, on a brisé des vies à cause du combat pour la paix.
Mais le titre marque aussi le début d’une nouvelle histoire, pas encore écrite. Une note d'espoir, malgré la Mort qui recouvre la terre de son manteau.

Final qui me prend aux tripes. Cette chanson, je l'ai aimée dès la première écoute, pourtant le thème ne me faisait pas bander à la base. :throb: :throb: Pareil, je pleure.

 

 

 

Conclusion :

Album magnifique, cohérent, travaillé, qui raconte quelque-chose (à moins que ce ne soit mon imagination qui carbure un peu trop…possible).

Ma lecture est en effet pessimiste si on regarde bien. Nolwenn pourtant voit cet album comme celui de la victoire de la vie sur la mort, elle dit transmettre un message lumineux et positif.

Certes, Stephen laisse de la place à l'espoir, l'homme a roulé en bas de la pente, il reste pourtant cette échelle qui se balance et que l'on doit saisir. Le choix est encore possible.

Mais je retiens surtout l'histoire d'un amour, fort et douloureux, d'un lien puissant entre l'homme et la terre. La terre paye d'avoir trop donné, l'homme paye son manque de solicitude et de discernment. Il s'est gavé jusqu'à en crever.

​C'est triste.

:bye2:

Titres que je retiens particulièrement: Stephen, Bien plus précieux, l'Ankou, The Lake. Mais l'ensemble est tellement harmonieux, tellement bien ficelé que franchement, je ne jette rien.


  • Like 14

Share this post


Link to post

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Sujets récents

  • Messages

  • Similar Content

    • By Blow
      5 Albums originaux. 1 Album de reprises. 2 Albums & DVD live. 5 Albums Top 05 en France dont deux #1. 2 singles #1 en France. 3 520 000 disques vendus (albums/singles).
       
       
      FRANCE :
      SPS : 03-07-11-18-23-30-39-44-42-56-72-78-86-93-72-66-72-115-128-182-//-196-//-165-192-//-199-//-171-177-198-//-//-//-171-149-153-162-153-200-185-177-//-//-184-EC
      estimations ventes : env 81 650exemplaires. >> DISQUE D'OR
       
      Physique + digital : 03-06-06-11-13-19-22-27-29-36-51-59-74-79-75-64-72-92-103-150-161-141-161-129-135-151-144-144-110-111-137-142-153-154-131-106-109-110-106-143-132-121-139-170-125-EC
      Physique : 03-06-06-10-13-16-20-26-26-35-46-52-62-62-57-56-57-64-68-90-98-86-104-90-88-92-96-96-78-81-97-100-112-106-89-70-71-72-69-90-85-81-91-108-83-EC
      Téléchargement :02-12-21-34-56-69-105-80-106-126-175-164-170-//-//-//-198-164-//-//-//-//
      Ventes : env 76 850 exemplaires
       
      >> Ventes physique 2017 : 65 100 ex [45ème album le plus vendu de 2017] // [86ème album le plus vendu de 2017 SPS]
      >> Ventes physique 2018 : 11 850 ex
       
      BELGIQUE (W) : 03-06-07-09-14-20-20-18-26-26-40-47-44-46-67-43-45-48-41-58-96-110-87-129-127-//-148-168-121-179-//
      BELGIQUE (V) : 195-//
       
      SUISSE : 15-36-48-75-//
      SUISSE ROMANDE : 03-10-09-18-34-40-40-48-EC

      FRANCE :
      Téléchargement 32-122-156-142-121-85-125-145-196-195-160-144-125-132-100-98-28-43-43-76-91-124-//-152-146-144-//
      Chiffres : env 8 000 ex > Equivalent Streaming : 1 200 000

      Spotify : 1 363 473
      Equivalent Stream : env 3 926 946
      Equivalent ventes (digital + streaming) : env. 26 180 ex
      BELGIQUE :
      Ultratip : 31-18-14-12-10-07-//
       

      BELGIQUE :
      Ultratip : #04

      Spotify : 726 306
      Equivalent Stream : env 1 452 612
      Equivalent ventes (digital + streaming) : env. 9 700 ex
       
      Hors single
       
    • By Hamlet
      Nolwenn : "L'album sortira quand il sera prêt et si ce n’est pas Noël 2015, ce sera mars ou avril 2016"

      - Catherine : Yesssss fin 2015 !!!!!
      - Liliane : Oui vivement, le dernier opus date de 2012 quand même.
      - Catherine : ...
      - Catherine : Bonne année à toi, bon beh on attends l'album au plus vite. Mars ou Avril !
      - Liliane : Moi je pense à la fin de l'année 2016, obligé elle va nous refaire le coup de la sortie de fin d'année, histoire de profiter des ventes de Noël.

      Nolwenn sera de retour en fin d'année.

      - Catherine : Yesss fin 2016 !!!!!
      - Liliane : Album en fin d'année, haha on le savait, on le savait.
      - Liliane : C'est la rentrée, LE LEAD SINGLE ARRIVE !!!!
      - Catherine : On est au mois d'octobre là, ça arrive je le sens #ComingSoon
      - Liliane : On n'est mi-octobre, ça craint non ?
      - Catherine : Non mais t'es chiante, techniquement avec Nolwenn il reste encore 24 jours, 3 heures et 14 minutes, donc patiente, ça arrive, on connaît Nolwenn, elle balance tout à la dernière minute,
      - Liliane : On n'est fin octobre, allez j'attends lundi, c'est pour noyer le poisson dans l'eau ! Elle fait style de rien car Nolwenn adore faire la surprise et BIM du jour au lendemain, elle va nous présenter son opus, moi j'y crois encore.
      Novembre
      - Catherine : Imminent, TOUT EST ENCORE POSSIBLE
      - Liliane : ...
      Décembre
      - Catherine : Je pense que ça arrive...
      -
       
      On l'a donc tous compris et accepté, changement de promo, pas de sortie de fin d'année.
      Nolwenn Leroy balancera son 6ème opus au Printemps, c'est désormais officiel.
       
      Avant de lire les quelques nouveautés, petit récapitulatif de sa carrière :

      Dans la grande galerie de son évolution, on découvre à ses débuts une jeune fille tantôt gaie, un peu triste « Nolwenn »
      en pleine participation à un grand concours de musique "La Star Academy", télé-crochet où elle remporte inévitablement la victoire en 2002.



      C'est donc en 2003 qu'elle devient « Nolwenn Leroy » (où Nolwenn Lareine pour les intimes) et qu'elle signe son premier album,
      album éponyme : "Nolwenn", porté par le tube « Cassé » qui décroche la première place dans les charts
      où encore l'entêtant « Suivre une étoile », signé Laurent Voulzy. L'album est un carton et se vends à ~600.000 exemplaires.
       


      L'heure du deuxième album a sonné, Nolwenn fait appel au légendaire duo Laurent Voulzy / Alain Souchon (sans oublier Franck Eulry). Elle confie l'envie de proposer un album qui lui ressemble, prête à raconter ses rêves de fille, ses mystères... Nolwenn est donc de retour en 2005 avec « Nolwenn Ohwo », le titre crée la surprise, visuellement on y découvre une Nolwenn plus légère et charmeuse et musicalement des sonorités celtiques pop/folk légères et aériennes, « Nolwenn Ohwo » se hissera en tête des ventes peu de temps après sa sortie. L'album "Histoires Naturelles", lancé en fin d'année, impose un réel univers et marque un tournant dans sa carrière. Vendu à ce jour à +300.000 exemplaires.
       

       
      Après le succès de son deuxième album, Nolwenn Leroy fait une pause pour se concentrer sur la préparation de son troisième opus et part s'exiler quelques temps en Suède. Elle travaille avec Teitur, musicien scandinave, devenu depuis un ami des jours de pluie. L'ambitieux "Le Cheshire Cat Et Moi" voit le jour en 2009, Nolwenn y dévoile un vrai talent d'écriture, chante quatre titres en anglais, on assiste à une vrai révolution artistique. Nolwenn réussit à convaincre certains médias jusque là (parfaitement) insaisissable qui salue un album pointilleux, exigeant... Le Figaro parle d'un projet « audacieux » et ajoute : « le timbre harmonieux de la chanteuse fait merveille dans cet opus épuré et d'une grande musicalité ». En dépit d'un bon accueil critique, le succès dans les charts est moindre, l'album se vends à 50.000ex.
       
       

       

      Mais Nolwenn ne baisse pas les bras et retourne en studio pour accomplir un projet qui lui tient à coeur : l'enregistrement de chansons traditionnelles bretonnes, sa madeleine de Proust. Produit à Londres (la ville Fantasy de Nolwenn), par le grand Jon Kelly, le quatrième album "Bretonne" sort le 6 décembre 2010 englobant des airs chantés en français, gaélique et anglais ainsi qu'un inédit : Je ne serai jamais ta Parisienne » offert par Miossec. S'y trouve les tubes "Tri Martolod", "La Jument de Michao", "Greensleeves", "Brest"... Contre toute attente, l'album est un immense carton, l'album passe nombreuses semaines en tête des charts, l'album s'offre le million et rafle en 2011, la meilleure vente de l'année pour une artiste francophone.

       
      Tout roule pour elle, les projets se multiplient à gogo.
      Il y a un avant Bretonne et un après Bretonne, Nolwenn est tout simplement PARTOUT !
       

      (Les intimes)
       
      Propulsée sous le feu des projecteurs,
      La fille de l'eau nage à mille à l'heure,
      À la conquête d'autres mondes,
      Mademoiselle de la gamelle envahie les ondes
      Sur ce terrain vert résonne encore
      L’hymne chanté par la douce bretonne
      Tel une reine
      Sur CIF, elle construit son arène
      La foule se bouscule les cliques
      Les vues explosent, c'est magique
      La sirène est désormais une déesse,
      La voilà égérie NINTENDO DS
      Plus d'inspiration, plus de mot
      ACHETEZ OPHELIAAAAAA, hashtag #PROMO
       
      Ce succès qui dépasse toutes les prévisions laisse libre cours à l'artiste qui revient donc deux ans plus tard avec un album concept : "Ô Filles de L'eau". De nouvelles chansons qui nous plongent dans l'univers poétique et mystérieux de la mer, parmi les plébiscités : « Juste pour me souvenir », « Ophélia », « J'ai volé le lit de la mer », où encore « Sur mes lèvres » (signé Jean-Louis Murat). Excellent envol, en effet, Nolwenn signe avec ce 5ème opus son meilleur démarrage (+40.000ex). À ce jour l'album s'est vendu à plus de 300.000 exemplaires.
       

       
       
      Puis... 2017, FINI LES COMMÉRAGES. #COMEBACK
       
      Les quelques infos :

      - Album au printemps. (Après le mois de Mars)
      - Une collaboration avec Alain Souchon et Pierre Souchon.
      - Nolwenn et Laurent Voulzy s'étaient promis d'enregistrer un duo ensemble pour le prochain album, on ne sait pas si c'est pour l'album de Nol ou Laurent.
      - Nolwenn au micro de RTL : J'ai écrit pas mal de chansons à Londres, avec certaines personnes présentes sur les précédents albums, il y a aussi beaucoup de nouveaux intervenants, surtout au niveau de la production de l'album. Ce sera peut-être un disque un peu moins organique que les précédents, je sortais d'albums comme Le Cheshire Cat et moi et Ô Filles de l'eau, très acoustiques. Il est peut-être temps de proposer de nouvelles choses, tout en gardant une base qui est la mienne, toujours celte.
      - Laurent Voulzy a annoncé travaillé sur l'album d'une d'une jeune femme qui a une belle voix et fait de belles musiques. On se demande qui ça peut-être
       

       
       
      Prêt pour le nouveau slayage ? #OnVeutUneVraiExploitationNolwenn
      Prêt pour le nouveau thème ?
      On en parle de la future nouvelle pochette chelou ?
      L'ère du 6ème album ouvre ses portes, à vos claviers !


×