Jump to content

This topic is now closed to further replies.

Scampi

Julien Doré | Løve |

Recommended Posts

 

Il était très touchant dans La Parenthèse inattendue. Un bel artiste loin de l'image qu'on veut lui donner.

 

On ne lui donne pas d'image (c'est bien ça, le problème).

 

  • Like 1

Share this post


Link to post

J'ai hâte d'entendre ses nouvelles chansons. J'avais plus qu'adoré Ersatz, beaucoup moins Bichon, alors ce coup-ci, c'est quitte ou double !

Share this post


Link to post

moi c'est bizarre mais lui je peut oas. il a trop l'air sur de lui, superieure. j'ai pas aimé non plus la facon de cracher ds la soupe pour la nouvelle star

Share this post


Link to post

J'aime assez pourtant ce n'est pas gagné, je n'aime que les limites de lui ... le peu que j'ai entendu de ses opus ne m'a pas donné envie !

  • Like 2

Share this post


Link to post

L'extrait est sympa, j'aime assez maintenant faut l'écoute du titre en entier , en tout cas bonne impression dès les 1 ères notes.

  • Like 1

Share this post


Link to post

J'aime assez pourtant ce n'est pas gagné, je n'aime que les limites de lui ... le peu que j'ai entendu de ses opus ne m'a pas donné envie !

 

Exactement le même avis et là je trouve cet extrait très sympa :blush:

  • Like 1

Share this post


Link to post
En studio avec… Julien Doré



17 heures. Il pleut pour changer. J’ai rendez-vous au Studio de la Seine pour une écoute un peu spéciale. Celle du nouvel album de Julien Doré. On est quelques uns, journalistes et blogueurs à avoir l’immense privilège d’entendre ses nouveaux titres, parfois même pas terminés. Libération est là. Le Nouvel Obs, le Figaro aussi. Et moi. Pour RockNfool. Julien Doré aussi est là. Perfecto et jean noir, cheveux longs, quelques cernes sous les yeux. Il faut dire qu’il ne s’est pas beaucoup ménagé ces deux dernières années. Un film, une grosse tournée et dans la foulée l’enregistrement du troisième album, avec ses "gars", ceux qui l’ont accompagné sur les routes de France. Pendant trois mois ils se sont enfermés à La Fabrique, dans le Sud, à Saint-Rémy-de-Provence pour façonner LØVE. On prononce louve. Cela veut dire Lion en danois, à ce qu’il paraît. Après le Bichon, on reste donc dans le domaine animalier. Dans ce troisième album, Julien nous parle d’amour. Évidemment. D’amour foiré, d’amour passionnel. L’Amour. Avec un grand A. Cette fois, il s’agit de ses textes à lui. Tout seul. L’album, il l’a écrit quasi-seul, alors forcément ce troisième bébé, il le chérit et c’est lui qui nous le présente. "Quand on est arrivé à la Fabrique, certains textes n’étaient même pas terminés, j’en ai fini quelques uns sur place. C’était tout nouveau pour moi".


1045258_10151676515571866_2129056425_n.j


L’autre nouveauté, c’est que l’album est en rupture avec Bichon. Les mélodies tristes et épurées ont fait place à des compositions plus dansantes et légères. "On est loin du zouk, mais je pense qu’on peut danser dessus pendant les mariages". Oeil taquin. Sourire au coin. Julien Doré et son second degré (voire sixième) légendaire. Évidemment on en est loin. Et puis, pas certain qu’on ait vraiment envie de danser en écoutant les paroles des chansons. Ça parle de promesses non tenues, de ruptures, d’amour rêvé ou brisé. On commence avec "Hôtel-Thérèse". "C’est un hôtel du deuxième arrondissement où j’ai vécu quelques mois. Je vous le conseille". Quand il en parle il regarde ses pieds, passe la main dans ses cheveux et lance l’écoute. Ok. Pas vraiment remis, le Julien. L’écriture est fine, les jeux de mots très présents et le texte très bien ficelé. On craque déjà, et même si on bat la mesure avec le pied en écoutant bien, on découvre une chanson loin de respirer le bonheur et la joie de vivre… Mais qu’on soit rassuré, l’humour est toujours présent dans les chansons comme par exemple "Michel Platini". Sur cette chanson, il lui déclare sa flamme. Il l’appelle "mon oiseau de nuit". L’intéressé n’est pas au courant. "Je ne sais pas comment la lui faire parvenir en fait", rigole Julien, le sourcil levé.


On rigole des titres de chansons "Chou-wasabi", un tube en perspective. D’ailleurs, sur sa chaise, pendant l’écoute, on voit le chanteur se tortiller et remuer la tête. Évidemment, on a envie de danser quand on écoute la chanson. Une chanson destinée à être un duo prochainement. Avec qui ? Surprise. Il n’a pas voulu lâcher la mèche. On écoute aussi "Paris-Seychelles", le premier single, très Metronomy dans le style, mais aussi "Heaven" (une des chansons en anglais de l’album). On écoute aussi "Corbeau Blanc". "La plus zouk de l’album", comprenez la plus triste. "Je voulais terminer avec cette chanson, finalement il y en aura une autre derrière, pour finir sur une note plus joyeuse". Dans la liste des chansons que le chanteur a voulu nous faire écouter, il y a aussi "On Attendra l’Hiver" co-composée et co-écrite avec Darko. Mon coup de cœur absolu de cette première écoute… Premier ressenti : des trois albums, ce LØVE est sans doute le meilleur, le plus abouti, le plus cohérent. C’est celui d’un mec qui a enfin arrêté de se poser des questions type "pourquoi suis-je ici ? Pourquoi je fais des chansons? Quelle est ma légitimité?". C’est l’album d’un groupe de pote et ça se sent.


Et dire qu’il faudra attendre le 4 novembre pour pouvoir les écouter à nouveau…


  • Like 1

Share this post


Link to post
Guest
This topic is now closed to further replies.



×