Mot de passe oublié ? Cliquez-ici

Accueil > Actualité > Interview > OrelSan en interview
Interview
vendredi 23 septembre 2011 13:00
19

OrelSan en interview

De retour ce lundi en bacs avec son second et nouvel album "Le chant des sirènes", nous avons rencontré OrelSan afin d'en savoir plus, deux ans après le scandale suscité par "Sale pute". Interview vérité.


Salut Aurélien, le grand jour est arrivé ! Ton nouvel album "Le chant des sirènes" relayé sur la Toile par différents teasers depuis quelques mois, est en bacs ce lundi, quelle est sa différence fondamentale avec son prédécesseur (Thierry Cadet) ?
OrelSan : La différence essentielle est la maturité je pense, et aussi le fait que les thèmes sont moins centrés sur ma vie, ma personne. Cet album est plus tourné vers les autres, que ne l'était le précédent "Perdu d'avance" (ndlr : Top 20 en 2009).

Youssoupha a posté le même jour que toi le clip "Menace de mort", avec le même procédé, la même réalisation que celui de "Suicide social". Quels sont tes impressions ? Penses-tu qu'il y ait eu des fuites en interne ?
« Y'a des idées qui sont dans l'air du temps »
Non. C'est juste que c'est un procédé fréquent. Y'a des idées qui sont dans l'air du temps. Cette méthode s'appelle du “motion design” afin de mettre le texte en valeur, sans comédien, sans scénario, qui finalement te figent l'histoire. Là on va plus loin, Mathieu Foucher laisse cours à l'imagination des spectateurs de la vidéo. Après c'est pas un truc que j'ai inventé, ça existait déjà (sourire)... Tu sais, avec Youssoupha on se connait en plus, on a réalisé un freestyle sur Goom Radio, une interview croisée pour "Rap mag", on s'est vu au Prix Constantin. Aujourd'hui les gens vont sur Internet écouter un son, s'il y a une vidéo. Cette méthode était donc l'alternative. On ne peut pas faire de véritables clips sur tous les morceaux. Après il y a des textes “inclipables” (sourire)... Tu vois, ma chanson ressemble à une scène du film "La 25ème heure" quand le héros est face au miroir, mais là Spike Lee avait tout imagé. Ça, ça représente du casting et ça coûte 300 000 euros...

Visionnez le clip d'OrelSan, "Suicide social" :


On se reconnait tous au moins dans une phrase de "Suicide social", dont le but est plus de dépeindre notre société dont on est tous acteurs, plutôt que de la dénoncer, non ?
Bien sûr ! Tu sais, je me reconnais au moins dans une vingtaine de phrases du morceau (sourire) ! Je vais te dire, au début j'avais rajouté un p'tit huit mesures qui disait « et tous ces gens dans lesquels je retrouve une partie de moi-même, et qui font que je me déteste bla bla bla », et puis après je me suis dit que l'explication c'est la balle dans la tête du personnage à la fin du titre, c'est tout. Tout est dit, y'a pas besoin d'en rajouter ou de se justifier.

Mais c'est risqué, c'est à double tranchant...
Grave. Mais c'est ce que j'aime dans la musique ou l'art en général. Quand je vois un film, j'aime bien me poser des questions sur moi-même, je pense être capable d'analyser les choses. Le rôle des artistes est de véhiculer des émotions. Le reste, l'éducation par exemple, c'est le rôle de l'Etat, des parents, de l'Education Nationale, mais surtout pas des artistes, sinon après il reste rien...

As-tu de vrais amis dans le milieu du rap ? As-tu conscience aussi qu'avec ce nouvel album, tu deviens le rappeur préféré des bobos ?
(rires) Oui j'ai des amis dans le rap, mais je vais te dire un truc, j'ai l'impression que rappeur pour bobos c'était plutôt le cas sur le premier album, là je crois que je deviens plus populaire, au sens large.

Au détriment de ton public de base ?
« On ne parle pas de Philippe Starck »
Non, pour l'instant j'ai le sentiment que l'équilibre est maintenu. Et grâce aux réseaux sociaux sur lesquels je poste, mon public de base s'est rendu compte que je n'avais pas tant changé que ça. Quand je vais sur Facebook en tout cas, que je vois les gens à qui je parle, souvent même par session le week-end (sourire), ça me permet de voir mon public, et ce dernier n'est pas que bobo. On ne parle pas de Philippe Starck (rires).



Alors, Orelsan aux Enfoirés l'année prochaine ?
(rires) Franchement, je ne sais pas si j'irai si on me proposait. Je réfléchirais pour le côté caritatif crée par Coluche, qui est d'aider les gens. Après, je sais qu'il y a des gens qui ne veulent pas que je rentre dans le système, mais d'un autre côté si on veut faire changer des trucs, faut bien être un peu dans le système, avec toujours un discours différent et sincère... Je m'en fous des étiquettes, au final la vie c'est pas ou tout blanc, ou tout noir.
« Je réfléchirais pour le côté caritatif crée par Coluche »
Je reste le même, avec mes valeurs. En réalité ce n'est pas tellement l'artiste qui change suite à la notoriété, mais surtout son entourage, le regard que les gens ont de lui. J'étais quelqu'un qui fuyait les responsabilités, un peu comme Spiderman (sourire), mais tu n'as pas le choix, tu dois les assumer. Aujourd'hui ça va mieux, j'ai fait mes propres expériences pour comprendre que faire péter le Champagne en boite avec des gens célèbres, c'est pas complètement comme ce qu'on croit (sourire). J'en suis vraiment revenu.

Quelle est la part d'autobiographie dans tes textes ? Dans "Le chant des sirènes" par exemple ?
On ne sait pas vraiment où ça commence et où ça s'arrête c'est ça (sourire) ? Y'a des choses vraies mais y'a des choses fausses aussi, qui se passent d'ailleurs dans un futur parallèle.

Pourquoi avoir divulgué des extraits du disque au fur et à mesure sur la Toile, six au total avant sa sortie, c'est quand même très risqué... c'est quitte ou double parce que si les gens n'aiment pas les cinq morceaux, ils n'achèteront pas ton album...
Oui, mais il en reste quand même dix sur le disque !

Entre "Raelsan", "Plus rien ne m'étonne", "Le chant des sirènes", "Double vie" , "1990" et maintenant "Suicide social", quel est le single officiel ?
(rires) Je t'avoue qu'on n'y comprend rien, mais c'est ça que je voulais. Je ne voulais pas être juste résumé à une chanson. Une seule chanson ne représente pas mon album. Le disque s'écoute dans son intégralité, il est construit comme un film, avec de l'humour, du suspens, un début et une fin.

Mais on peut aussi dévoiler les singles avec six mois d'intervalle...
« Le disque s'écoute dans son intégralité »
Oui, mais ça ne correspond plus à la façon dont les gens écoutent la musique aujourd'hui. Maintenant c'est plus rapide. Et puis je savais que mon album sera déjà sur Internet trois ou quatre jours avant sa sortie, parce qu'on le sait, aujourd'hui, ça “leake”...

Tu préfères donc prendre le risque de moins vendre...
Je pense que ceux qui achètent un album, c'est parce qu'ils veulent l'objet, qu'ils veulent soutenir l'artiste. Donc, ces gens là de toutes façons l'achèteront s'ils aiment les extraits sur le Net. Les autres ne l'auraient pas acheté de toutes façons (sourire)...

« Faire péter le Champagne en boite avec des gens célèbres, c'est pas complètement comme ce qu'on croit »
Et ça permettra peut être à ces derniers de payer leur place pour venir te voir en concert ?
C'est pas pareil... ce n'est pas pour ça que je le fais. C'est vrai qu'on a tendance à dire que le disque se casse la gueule, mais que ce n'est pas grave parce qu'il y a la scène. En fait ce n'est pas du tout les mêmes acteurs... Par exemple mon tourneur et ma maison de disques sont deux choses différentes, mes morceaux sur scène ne sont pas arrangés de la même manière que sur le disque, pas dans le même ordre, et honnêtement s'il n'y avait que la scène, je ne vivrais pas. Parce que c'est un groupe, que je dois payer mes musiciens etc. Je ne suis pas tout seul, mes musiciens ne viennent pas à l’œil, et c'est complètement normal (sourire).

Visionnez le clip d'OrelSan, "1990" :


Quelle formation as-tu sur scène ?
« J'emmène l'Orchestre Symphonique de Varsovie dans le Poitou-Charente ! »
Emmener des gens en tournée ça coute super cher, faut payer les trajets, la bouffe, les hôtels, les cachets etc. Tu sais, moi si je m'écoute, j'emmène l'Orchestre Symphonique de Varsovie dans le Poitou Charente ! Après sur scène, j'ai aussi pas mal de programmations, je suis aux claviers et ça aide pas mal. Actuellement je bosse avec mes potes de Caen qui ont monté leur boite et sont en co-prod avec mon label Wagram. On apprend au fur et à mesure (sourire)...

Joueras-tu "Sale pute" sur scène ?
Non. Je ne l'ai jamais joué sur scène, ou une seule fois peut-être, en 2005 ou 2006, parce que je n'avais pas d'autres morceaux.

Ce titre par lequel est venu la polémique, l'assumes-tu toujours ?
Oui, carrément. En fait, je l'assume surtout de l'avoir fait. Parce que c'est une époque, ça fait partie de mon histoire, et je sais très bien pourquoi je l'ai fait. Après, dans la forme, je l'ai enregistré avec un micro pourri, dans un ordi qui n'avait même pas de carte son, c'était pas mon “master pistes” (sourire).

« Je crois qu'elles ont compris qu'elles s'en prenaient à la mauvaise personne »
Ça va mieux avec Marie-George Buffet, Valérie Létard, Christine Albanel et Ni Putes Ni Soumises ?
(rires) Elles ne m'appellent plus ! Non, sérieusement je crois qu'elles ont compris qu'elles s'en prenaient à la mauvaise personne. Il y a eu une période de flottement, dans les médias y'a eu un doute parce que personne ne me connaissaient pas, et forcément c'était difficile de se défendre. Tout ça m'a fait de la mauvaise pub... Mais j'ai appris mon métier, et maintenant je m'exprime et je m'explique mieux.

As-tu conscience que ça puisse être maladroit de débarquer avec un texte comme ça ?
Ce n'était qu'un clip avec des images pour justifier que ce n'était pas si violent dans le propos, et surtout qu'il fallait aussi le prendre au second degré. Même si certains gars pensent ce genre de choses, c'était plutôt pour souligner que ça existe, plus que pour le cautionner.

Penses-tu aux parents et aux proches de Marie Trintignant quand tu déclares « ferme ta gueule ou tu vas te faire “Marietrintigner” » ?
Non, bien sûr que non. C'est une façon de dire 'voilà vous avez fait du voyeurisme dans les médias, vous avez parlez de l'affaire pour vendre du papier'. C'est comme ça que fonctionne notre société et c'est malheureusement rentré dans le domaine public maintenant. C'est devenu le symbole de la violence conjugale, et les faits sont beaucoup plus violents que ma chanson.

« Ce n'était que de l'interdiction, des procès, des répercutions politiques qui n'avaient aucun sens »
Oui, mais tu ne t'attaques pas aux médias avec cette phrase. Si tu pointes du doigt une sordide affaire certes, derrière il y a aussi une victime, un être humain...
Ça c'est l'interprétation des gens. Ce que je fais c'est une œuvre, et chacun ensuite est libre d'y mettre ce qu'il veut. Tout le monde a le droit de dire aux enfants « attention, ne prenez pas ça de travers », et d'expliquer les choses, mais ils n'ont pas le droit de censurer. Et là ce n'était que de l'interdiction, des procès, des répercutions politiques qui n'avaient aucun sens, des mairies qui faisaient des menaces sur les salles de concert pour les priver de subventions, hors les subventions depuis, elles n'existent plus... comme quoi c'était bien un truc pour faire passer une pilule, ils devaient sucrer les subventions, et l'affaire était idéale. J'ai rencontré des associations, ouvert le dialogue, des fois y'en avait, et des fois y'en avait pas. Et puis je ne suis pas un journaliste, je ne donne pas de points de vues, je suis un artiste et je livre des œuvres.

« La maison de disques n'a pas voulu »
Tu déclares : « j'ai la chanteuse du moment en featuring, y'a deux ans je l'aurais surement insultée au fil d'une rime », est-ce Luce (ndlr : OrelSan a enregistré "La machine" en duo avec Luce sur le premier album de cette dernière) ?
(rires) Ça ne peut pas être Luce parce que c'est une chanson que j'ai écrit il y a un an et demi. Mais ce qui est drôle, c'est que les gens ne savent pas où commence et où s'arrête la fiction (sourire). Moi je suis juste content d'avoir écrit une chanson avec Luce, parce que c'est ma pote !

Ecoutez le duo de Luce et Orelsan, "La machine" :


Et c'est d'ailleurs la meilleure chanson de son album, avec aussi "La symphonie d'Alzheimer"...
Merci c'est gentil. Tu sais, je lui ai aussi écrit "Apocalypse", et cette chanson, Luce et moi on l'avait dirigé sur le thème des dégâts de la drogue MDMA... évidemment tu images bien que c'est difficile de passer en radios avec un tel sujet, la maison de disques n'a pas voulu (sourire).

Si je te dis “OrelSan l'incompris”, tu me suis ou pas du tout ?
Non... je ne vois pas comme un incompris, dans le sens où il y a beaucoup de gens qui comprennent ce que je fais. Après je crois qu'il y a que moi qui ai mes propres vérités. Tu peux aimer une chanson sur l'album, et en détester une autre, c'est normal. Il y a une marge entre "Raelsan" et "Suicide social" par exemple. Je ne me sens pas comme le Van Gogh de la musique en tout cas (sourire).

« Quand ma grand-mère chante Grégoire dans la voiture, je ne peux pas détester ma grand-mère... »
« Je préfère bosser au MacDo que d'avoir la plume de Grégoire », c'est clair. Tu n'aimes pas Grégoire (sourire) ?
Ce n'est pas que je n'aime pas Grégoire. Quelqu'un qui arrive à faire une chanson qui plait à autant de gens, je suis obligé de respecter un peu, quelque part. Parce que je cherche à le faire, et parce que quand ma grand-mère dans la voiture chante Grégoire, je ne peux pas détester ma grand-mère... Mais d'un autre côté, le texte je le trouve nul, « toi + moi + lui », et j'ai envie de signaler aux gens qu'il y a aussi d'autres trucs. Ecoutez ça si ça vous divertie, mais y a aussi des trucs biens (sourire). Et ce n'est une question de style, parce que j'adore Goldman, Balavoine, Cabrel, c'est de la bonne variété. Ce sont des bonnes chansons. Même France Gall tu vois, "Hong Kong Star" ou "Bébé requin". Grégoire ou Zaz aussi, je trouve ça racoleur. C'est pas ça qui va nous tirer vers le haut.

Tu as toi aussi, de nombreux textes racoleurs...
(sourire) Oui, carrément, mais que Grégoire me dénonce alors (rires) !

Qui écoutes-tu parmi la nouvelle génération ?
J'aime Selah Sue, Camélia Jordana, Cœur De Pirate, Biolay, après j'écoute quand même beaucoup de rap. J'ai acheté l'album de Stromaé aussi. J'aime bien son mixe entre la chanson, le rap et l'électro. Après Guillaume Grand ou un truc comme « dam dam déo », je trouve ça trop varièt'.

Merci de ta franchise Aurélien, à très bientôt. Bonne chance pour l'album.
Merci à toi Thierry.

Visionnez le clip d'OrelSan, "Raelsan" :
la Redaction
Pour en savoir plus, visitez sa page Facebook officielle.
Ecoutez et/ou téléchargez le nouvel album d'OrelSan, "Le chant des sirènes".
Réservez vos places de concert pour OrelSan.
Ajoutez un commentaire
Invité
le 26/09/2011, 13:40
Citer
Commentaire supprimé par l'équipe de modération de Pure Charts.
Invité
le 26/09/2011, 17:06
Citer
Un mec qui traite les femmes dans "Sale p*te" tout le monde a zapé ou quoi ? C'est un misogyne ce mec je comprends pas comment les médias peuvent lui porter autant d'importance !
Invité
le 26/09/2011, 17:41
Citer
Commentaire supprime par l'equipe de moderation de Pure Charts.
Invité
le 26/09/2011, 18:06
Citer
La petite marchande de porte clefs, un pur bijoux s'te musique !
Invité
le 26/09/2011, 18:15
Citer
Merci pour cette interview naturelle et enrichissante =)
Invité
le 26/09/2011, 18:36
Citer
Il sert à rien ce mec
Invité
le 26/09/2011, 18:45
Citer
Mon commentaire a été supprimé. Tiens dont.
Il est moins risqué d'insulter Orelsan que de le défendre ici.
nabnab7
le 26/09/2011, 19:40
Citer
Un mec qui traite les femmes dans "Sale p*te" tout le monde a zapé ou quoi ? C'est un misogyne ce mec je comprends pas comment les médias peuvent lui porter autant d'importance !


Deux hypotéses :

Tu as 10 Ans.

Tu es un enfant dans le corps d'un adulte.
Invité
le 26/09/2011, 20:16
Citer
Un mec qui traite les femmes dans "Sale p*te" tout le monde a zapé ou quoi ? C'est un misogyne ce mec je comprends pas comment les médias peuvent lui porter autant d'importance !


Deux hypotéses :

Tu as 10 Ans.

Tu es un enfant dans le corps d'un adulte.


Attention, tu vas être censuré.
Invité
le 26/09/2011, 23:03
Citer
Un mec qui traite les femmes dans "Sale p*te" tout le monde a zapé ou quoi ? C'est un misogyne ce mec je comprends pas comment les médias peuvent lui porter autant d'importance !


Deux hypotéses :

Tu as 10 Ans.

Tu es un enfant dans le corps d'un adulte.


Attention, tu vas être censuré.

J'baise ta mereeeeeeuh
Invité
le 27/09/2011, 04:29
Citer
Un mec qui traite les femmes dans "Sale p*te" tout le monde a zapé ou quoi ? C'est un misogyne ce mec je comprends pas comment les médias peuvent lui porter autant d'importance !


Deux hypotéses :

Tu as 10 Ans.

Tu es un enfant dans le corps d'un adulte.


Attention, tu vas être censuré.

J'baise ta mereeeeeeuh


C'est transmis, peut-être que ça l'intéressa.
Invité
le 27/09/2011, 09:19
Citer
Un mec qui traite les femmes dans "Sale p*te" tout le monde a zapé ou quoi ? C'est un misogyne ce mec je comprends pas comment les médias peuvent lui porter autant d'importance !

Tu retardes.
Le petit Aurélien n'a plus besoin de faire de buzz à deux balles maintenant que c'est un rappeur de variet' établi.
Invité
le 27/09/2011, 20:16
Citer
choqué : "adieu les clochard les sans papier je les hais " tss sal bouffon
Invité
le 27/09/2011, 23:01
Citer
Commentaire supprime par l'equipe de moderation de Pure Charts.
Invité
le 29/09/2011, 18:13
Citer
C'est un homophobe ! Bon sang mais arrétez avec ces gens qui ne sont pas des artistes !
Il n'a aucun talent ! Vou sécoutez un minimum ça musique ? Non mais rendez vous compte !

Homophobe, sexiste, attardé en sommes !

Ajoutez un commentaire

Vous aimez

... les spectacles du moment !

A ne pas rater

Nos dossiers incontournables !

  • Les plus célèbres chansons de l'univers Disney Les plus célèbres chansons de l'univers Disney
  • Sexe, religion... Madonna en 10 provocations Sexe, religion... Madonna en 10 provocations

Jeux concours

Jouez et gagnez des lots !

  • Concours Mariah Carey

    Mariah Carey

    Des places de concert à gagner !

Charts in France

Copyright © 2002-2014 Webedia - Tous droits réservés

  • A propos de Pure Charts
  • Publicité
  • Envoyer une info à la rédaction
  • Courrier des lecteurs
  • Nous contacter
  • SACEM
  • SNEP