Mot de passe oublié ? Cliquez-ici

Accueil > Actualité > Rencontre avec... > Actualité de Salut Les Copains > Aurore Delplace ("The Voice") : "Je ne voulais pas chanter Pink !"
Rencontre avec...
mardi 04 juin 2013 13:02

Aurore Delplace ("The Voice") : "Je ne voulais pas chanter Pink !"

En remplacement d'Anaïs Delva pour sa nouvelle résidence parisienne aux Folies Bergère, le spectacle musical "Salut Les Copains" accueille dans ses rangs Aurore Delplace. La jeune femme, vue dans l'émission "The Voice" saison 2, coachée par Louis Bertignac puis éliminée après sa prestation sur la chanson "Try" de Pink, revient sur cette expérience et annonce ses projets d'album solo.
Crédits photo : Bertrand Vacarisas
Lancé l'année dernière au Folies Bergère, le spectacle "Salut Les Copains" s'est embarqué dans une tournée cet hiver avant d’annoncer son retour dans la capitale pour plusieurs semaines jusqu'en juillet prochain, dans la même salle. Avec toujours avec autant d'énergie, pendant près de deux heures, la joyeuse équipe revisite les standards des années 60 et quelques titres des années 70, de Sylvie Vartan, France Gall, Michel Polnareff et les Rolling Stones. Un spectacle haut en couleurs, témoin des métamorphoses d'une société, dont Stéphane Jarny a signé la mise en scène et les chorégraphies, alors que Pascal Forneri a signé le livret et Agnès Boury les dialogues. Ensemble, ils ont travaillé main dans la main sur ce show bourré d'humour et de bons sentiments, où L'Idole (Vincent Heden) épate par ses talents de comédien/chanteur, pour encadrer une bande de jeunes en devenir, bercée par l'émission musicale du moment.

Pour sa seconde résidence parisienne, Anaïs Delva a cédé sa place à Aurore Delplace, vue auparavant dans plusieurs spectacles et plus récemment sur le plateau du télé-crochet "The Voice" saison 2 sur TF1. Un tremplin pour la chanteuse qui incarne à présent Annie, une fille de « mauvaise réputation ». Un rôle qu'elle n'a pas l’habitude d'endosser et dont elle a bien voulu nous parler, revenant par ailleurs sur sa récente participation à l'émission "The Voice", mais aussi sur ses différents projets.


Rencontre avec Aurore Delplace


L'an dernier, Flo Malley quittait l'aventure "The Voice" pour enchaîner dans la foulée avec "Salut Les Copains". Cette année, tu es recalée à ton tour et te voilà dans les coulisses des Folies Bergère, prête pour entrer en scène et incarner Annie. Drôle de coïncidence !
Aurore Delplace : Oui (rire) ! Rebelote. C'est vraiment très drôle ! En fait, ils m'ont appelé avant que je fasse "The Voice", pour me dire qu'ils pensaient à moi pour remplacer Anaïs Delva. Je leur ai répondu que j'étais intéressée mais que je ne savais pas si ça allait être possible car je participais à "The Voice". A ce moment, je ne savais pas encore jusqu'où j'allais pouvoir aller ! Je pense qu'ils sont assez contents que je rejoigne la troupe parce que c'est un petit coup de pub. Les gens qui m'ont vue dans "The Voice" vont peut-être me reconnaître...

Au regard de ton parcours, on ne peut pas vraiment parler de "The Voice" comme d'un tremplin. Qu'est-ce que t'a apporté cette expérience ? Que recherchais-tu en t’inscrivant au casting ?
Effectivement, ce n'est pas un tremplin pour moi. Je parlerais plus volontiers de rencontres, avec beaucoup de personnes. Et puis, je n'avais jamais chanté devant des millions de personnes, seule. C'est quelque chose de complètement différent de ce à quoi j'étais habituée. Je n'espérais pas grand-chose en y allant. C'était plutôt un challenge. On me l'a proposé. Je me suis dit « pourquoi pas ». Je n'avais pas trop envie d'y aller au départ. Je me suis posé beaucoup de questions. Il fallait savoir si j'avais envie ou pas d'apparaître dans ce genre d'émission. Finalement, je me suis dit : « Qu'est-ce que je risque ? ». L'émission est plutôt classe. Il y a de bons chanteurs... Mais bon, ce n'était pas une fin en soi.

« Je préfère Yoann Fréget à Stephan Rizon »
As-tu un projet d'album en solo ?
Oui. Bien sûr (sourire) ! Je travaille dessus depuis un petit bout de temps. Pour l'instant, j'écris dans mon coin. C'est en préparation. Je n'ai contacté personne mais il y a des connexions qui sont faites grâce à ma participation à "The Voice". On verra si ça plait ou pas !

Crois-tu que Yoann Fréget, lauréat de la saison 2, peut plus facilement s'en sortir que Stephan Rizon, qui a remporté la première saison et dont l'album peine à se vendre ?
Personnellement, je préfère Yoann Fréget à Stephan Rizon ! Il me touche plus ! Je pense que le fait qu'il soit bègue à la base et qu'il explose tout sur scène, c'est touchant. Ça donne envie de l'écouter. Ça lui fait un beau parcours. Je pense qu'il peut faire de belles choses.

Qu'est qui t'a manqué pour que tu ailles plus loin dans la compétition ?
Je pense que je me suis trompée de choix de chanson, sur la dernière, le live de Pink. J'ai chanté "Try" et je n'étais pas vraiment convaincue moi-même. J'aurais dû insister. Parce qu'en fait ils me l'ont proposée. Moi, je voulais chanter une chanson en français. Je voulais aller dans les émotions de Lynda Lemay. Mais ils ont réussi à me dire « Non, c'est ça qui t'irait mieux ». Et puis, comme moi je suis gentille, je me suis laissée faire. Dans "The Voice", il y a des lignes à suivre, des codes... Je pense que je n'avais pas le profil pour aller plus loin non plus. Je ne sais pas si c'est dans mon tempérament ou mon caractère. En tout cas, je suis très contente de l'avoir fait. Je ne regrette absolument pas. Seulement de ne pas avoir insisté plus sur le choix de la chanson.

Désormais, tu incarnes un personnage, celui d'Annie dans "Salut Les Copains". C'est un rôle qui te correspond ?
Pas du tout (rire) ! Pour la première fois, j'ai un rôle qui ne me correspond pas du tout. D'habitude, je joue plutôt les rôles de princesse, de jeune première où je suis toujours très gentille, mignonne, avec le sourire... Là, je suis une fille de mauvaise réputation. Je dois apprendre à ne pas rire (sourire). C'est un beau travail !

« Les jeunes n'essaient plus de nouvelles choses et préfèrent rester dans ce qui marche »
Les années 60, les yéyés, c'est quelque chose qui te parlait auparavant ?
J'ai travaillé pour un spectacle sur Mike Brant il y a deux ans. Je jouais Sylvie Vartan. C'était beau mais ça n'a pas eu le même succès. On n'a joué que cinq mois. Les gens ne s'attendaient pas à une pièce de théâtre... Donc je m'étais déjà bien renseignée sur les années 60/70 pour ce spectacle. Je prends un très grand plaisir à chanter "ll est mort le soleil" de Nicoletta. J'aime beaucoup cette chanson. Sinon, il y a Johnny Hallyday, qui reste un peu le roi. Mais sinon... Je n'ai pas été élevée en écoutant la musique des années 60.

Quand on voit ce spectacle et qu'on compile tous les albums de reprises qui se succèdent chaque semaine, on se dit que la chanson française est portée par un vent de nostalgie depuis quelques années. Comment l'expliques-tu ?
Il n'y a pas de nouveautés ! Je ne peux pas l'expliquer parce que je ne le comprends pas non plus. A force de servir toujours la même chose, les gens finissent par prendre ce qu'on leur donne. Peut-être qu'on ne prend plus assez de risques. Les jeunes n'essaient plus de nouvelles choses et préfèrent rester dans ce qui marche. Et ce qui marche, c'est ça. Ce sont les reprises. Et c'est triste (sourire) !
Jonathan HAMARD
Pour plus d'informations, visitez le site officiel et celui des Folies Bergère ou la page Facebook.
Regardez le clip "Je vends des robes" de la troupe "Salut Les Copains" :

Vous aimez

... les spectacles du moment !

A ne pas rater

Nos dossiers incontournables !

  • Les morts qui gagnent le plus sont chanteurs Les morts qui gagnent le plus sont chanteurs
  • Ils se sont payés le luxe de refuser un tube ! Ils se sont payés le luxe de refuser un tube !

Jeux concours

Jouez et gagnez des lots !

Charts in France

Copyright © 2002-2014 Webedia - Tous droits réservés

  • A propos de Pure Charts
  • Publicité
  • Envoyer une info à la rédaction
  • Courrier des lecteurs
  • Nous contacter
  • SACEM
  • SNEP