Mot de passe oublié ? Cliquez-ici

Accueil > Actualité > Interview > Actualité de Michael Jones > Michael Jones en interview : "On a fait ces reprises de Goldman sans les trahir"
Interview
samedi 03 décembre 2022 12 :54

Michael Jones en interview : "On a fait ces reprises de Goldman sans les trahir"

Michael Jones est au coeur du projet "L'Héritage Goldman 2". Au micro de Purecharts, le guitariste se confie sur son lien avec Jean-Jacques Goldman, les reprises en version celte de l'album ou encore la présence de Céline Dion sur le disque. Interview !
Crédits photo : Capture d'écran Purecharts
Propos recueillis par Théau Berthelot.

Comment vous êtes-vous retrouvé sur ce projet "L'héritage Goldman" ?
Erick Benzi est venu à la maison pour enregistrer Mary Cooper qui chantait "Sache que" dans mon studio. Après la séance, nous sommes allés jouer au golf et pendant le parcours, Erick me dit : "Ça serait bien que tu viennes sur ce projet ! Si ça te dit, tu chantes "Je te donne" avec Tomislav". Je lui ai dit "pourquoi pas" et il m'a dit que ce serait bien que je sois sur la tournée. Et donc voilà, je suis sur la tournée !

Comment ont été choisies les chansons de ce projet ? Vous avez eu un droit de regard dessus ?
Quand je suis arrivé sur ce projet, c'était déjà tout fait, quasiment. Pour le premier album, il fallait que les chansons soient adaptables en gospel, parce qu'elles sont faites avec le Choeur Gospel de Paris. C'est Erick qui a fait le choix des chansons avec la maison de disques. Mais le deuxième album a une connotation plutôt celte, donc il fallait aussi que les chansons soient adaptables en version celte, sans trahir la chanson.

« Le problème, c'est qu'il n'y a que des tubes ! »
Justement, pourquoi avoir choisi des versions celtes ?
Il se trouve que Jean-Jacques Goldman nous a laissé ces chansons. Lui, il adore qu'on fasse revenir ses chansons, mais autrement. Pour nous, il était important de trouver des chansons qu'on pouvait faire autrement, mais sans les trahir, en gardant l'esprit. Et surtout pour que les gens retrouvent la chanson tout en écoutant une version différente.

Il y a eu une volonté de mixer des tubes et des chansons plus méconnues ?
Le problème, c'est qu'il y a que des tubes (sourire). Il y a un tel choix dans toutes les chansons... C'est ça l'héritage en fait : on réinterprète des chansons de Jean-Jacques Goldman qui sont devenues des classiques, que les gens connaissent de génération en génération. Nous, sur la tournée, on s'est rendus compte qu'il y a les grands-parents, les parents, les enfants et les petits-enfants. Et ils connaissent tous les chansons ! Et ça c'est génial.

Le player Dailymotion est en train de se charger...


C'est évident de réadapter et moderniser ces chansons intemporelles ?
Le plus important, c'est de ne pas trahir l'esprit de la chanson. Le faire dans une autre version, il y a des maîtres. Par exemple, Joe Cocker était un maître pour ça, faire des reprises des chansons autrement, Eric Clapton aussi... On avait plein de gens qui nous ont guidés dans la bonne chanson.

« Ce que pense Jean-Jacques, c'est dans sa tête »
C'est difficile de passer après l'énorme succès de "Génération Goldman" ?
On a voulu le faire différemment. Et surtout, on a voulu que ça puisse se mettre sur scène. Car l'album "Génération Goldman", qui était très bien fait, ça a bien marché mais il n'y a pas eu de tournée. Et la différence, c'est que "Génération Goldman" était fait avec des artistes déjà établis, alors que là, la plupart des artistes ne sont pas très connus du public, même s'ils sont un peu connus. Ce sont des artistes fabuleux qui se sont complètement investis. Donc non, ce n'était pas difficile du tout !

Justement, comment s'est fait le choix des artistes pour ce second volume ?
Ça c'est Erick Benzi, c'est pas moi. C'est lui qui a écouté les voix et il a cherché à savoir quelle voix irait à telle chanson. Il y a des chansons qu'on a beaucoup changé : par exemple, Tomislav a une voix très grave. Il y a aussi la nouvelle version de "Quand la musique est bonne" par Mister Mat qui a aussi une voix très grave... Donc, il fallait trouver une chanson où on pouvait adapter la voix sans trahir la chanson. Erick a choisi, comme pour Mary Cooper avec "Sache que", et c'est lui qui a décidé qu'il fallait cette voix pour cette chanson. Donc c'est vraiment Erick Benzi qui est derrière tout ça.

On retrouve d'ailleurs pas mal de chanteurs venant de "The Voice" : Mister Mat, Cyprien, Lilian Renaud...
Et pas que ! Il y a aussi Céphaz, qui ne vient pas de "The Voice", Nerac ou Tomislav qui viennent de la scène. Après, il y a aussi certains artistes qui sont très connus (sourire).

« Jean-Jacques adore qu'on fasse revenir ses chansons autrement »
Au contraire, il n'y a pas de "stars actuelles" type Amir, Julien Doré, Juliette Armanet ou Clara Luciani. C'était voulu ?
Je pense qu'ils ont surtout autre chose à faire. (Sourire) Clara Luciani ou Julien Doré sont tellement demandés en ce moment... Amir, c'est pas dit qu'il ne viendra pas. On a chanté "Né en 17 à Leidenstadt" ensemble avec MARINA Kaye pour une émission de télé. Je sais que c'est un grand fan de Jean-Jacques et c'est un super chanteur, donc ce serait avec plaisir !

Céline Dion reprend "La mémoire d'Abraham". Comment l'avez-vous convaincue ?
Là encore c'est pas moi (sourire). Moi j'interviens uniquement sur le côté musical de la tournée. Tout ce qui est production musicale, c'est Erick Benzi. Comme Erick a écrit des chansons pour Céline, ils se connaissent très bien. Donc je pense qu'il a suffi d'un coup de fil. Je n'ai aucune idée de comment elle a accepté, la seule chose que je sais c'est qu'elle a accepté d'apparaître sur "L'Héritage Goldman" à un moment où elle a du mal à chanter et qu'elle a annulé tous ses spectacles donc on est super super fier de l'avoir sur l'album. Le fait qu'elle soit là, c'est déjà émouvant !



« Le fait que Céline Dion soit là, c'est émouvant »
L'autre grande voix de retour, c'est celle de Patricia Kaas ! Comment s'est-elle retrouvée sur le projet ?
Patricia ne peut accepter de participer à quelque chose que si ça lui plait. Je pense que le projet lui a plu. Elle a accepté parce qu'elle a, évidemment, chanté plein de chansons écrites par Jean-Jacques qui ont été des grands succès. Il me semble que c'est une chanson ["Confidentiel"] qui lui va bien et surtout qu'elle aime. Ça fait plaisir de voir Patricia Kaas revenir dans les studios pour enregistrer une chanson. Ça fait un bout de temps qu'elle n'avait pas enregistrer et la revoir, c'est juste génial !

« Clara Luciani pourrait être la successeur de Jean-Jacques Goldman »
Sur ce disque, il y a une reprise qui vous a plus étonné qu'une autre ?
Honnêtement non... Je suis juste surpris par la qualité d'interprétation des artistes. Ils sont tous dedans entièrement. Moi je suis l'ancien et je me rends compte qu'il y a tous ces jeunes artistes qui arrivent et qui sont supers !

Que pense Jean-Jacques Goldman de cet album ?
Ce que pense Jean-Jacques, c'est dans la tête de Jean-Jacques. Il l'a écouté évidemment, ça c'est une certitude. Il n'en a pas dit du mal donc ça veut dire que ça doit y aller ! La seule chose que je sais c'est que, comme moi, il a aimé l'interprétation des artistes.

Lorsqu'on l'avait interviewé pour le volume 1 de "L'Héritage Goldman", MARINA Kaye nous disait que ce qui la frappait chez Goldman, "c'est la puissance d'écriture et la profondeur dans ses textes". Aujourd'hui, vous voyez un artiste qui pourrait être le successeur de Goldman ?
Il y en a plein ! Mais les citer comme ça... Clara Luciani, c'est fabuleux ! Il y a pleins de jeunes artistes... De toute façon, tous ceux qui continuent à chanter en français, s'ils sont là ce n'est pas pour rien. Il y en a beaucoup que j'entends chanter en anglais, et j'ai l'impression d'écouter les traductions de Google. Ça me gêne un peu. Je pense que Jean-Jacques Goldman, avec Michel Berger ou Francis Cabrel, ont prouvé qu'on peut faire de la chanson moderne en français. Et je suis super content quand j'entends des artistes français chanter en français !
Théau BERTHELOT

Charts in France

Copyright © 2002-2023 Webedia - Tous droits réservés