Jump to content

Search the Community

Showing results for tags 'Oscars'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Les Charts
    • Les Tops en France
    • Le Top Monde
    • Les Chiffres de ventes
    • Les Tops Persos
  • Only the Best
    • Chanson / Variété / Pop Française
    • Pop / Variété Internationale
    • Rock / Folk / Indé
    • Rap / R'n'B / Soul
    • Electro / Dance / House
    • Critiques
  • Universtars
    • L'actu des stars
    • Concerts
    • TV, Cinéma & Séries
    • Les Clips
  • Le Site
    • Pure Charts by Charts in France

Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


AIM


MSN


ICQ


Yahoo


Jabber


Skype


Pays


Ma(es) radio(s) préférée(s)


Ma citation préférée

Found 3 results

  1. Ray Of Light.

    La La Land | 25.01.17

    Au cœur de Los Angeles, une actrice en devenir prénommée Mia sert des cafés entre deux auditions. De son côté, Sebastian, passionné de jazz, joue du piano dans des clubs miteux pour assurer sa subsistance. Tous deux sont bien loin de la vie rêvée à laquelle ils aspirent… Le destin va réunir ces doux rêveurs, mais leur coup de foudre résistera-t-il aux tentations, aux déceptions, et à la vie trépidante d’Hollywood ? Je suis excité de pouvoir aller voir ce film en Janvier, les critiques sont excellentes et il est préssenti pour être un des favoris pour les Oscars ! Emma Stone quoi !
  2. Yancoulailai

    Kate Winslet

    Depuis le temps qu'on le réclame à corps et à cris (), la plus talentueuse actrice de sa génération a enfin son topic. Actu, sorties, critiques, blagues carambar, tout ce qui concerne Kate Winslet a sa place ici. "You can be blasé about some things, CIF, but not about Kate Winslet." (Caledon Hockley, Titanic) Portrait (excessif.com) : Née le 5 octobre 1975 en Angleterre, d'une famille où les acteurs étaient nombreux, la jeune Kate s'inscrit naturellement dans cette tradition et monte sur les planches à un âge tendre. Elle étudie dès l'âge de onze ans à la Redroof theatre School (où était également Kenneth Branagh). Elle commence par décrocher des rôles à la télévision. Mais c'est en 1994 que le grand public la découvre à l'affiche de Créatures célestes, oeuvre d'un néo-zélandais pas encore très connu, nommé Peter Jackson. Et c'est une révélation. Dans la peau d'une adolescente délurée qui va refuser les conventions des adultes pour se réfugier avec son amie très chère dans un monde merveilleux (où Mario Lanza et Orson Welles deviennent des figures mythiques), Kate est lumineuse. L'amitié entre les jeunes filles est fusionnelle, ambiguë, presque amoureuse. Ce lien leur fait fait peu à peu perdre pied avec la réalité (ce qui les conduit au meurtre). L'amitié enjouée se fait dissonante, anormale et inquiétante comme une névrose partagée. Ce n'est pas la dernière fois que l'actrice portraiturera des femmes en marge. Conférer sa chaleur aux classiques Grâce à cette liberté qu'elle dégage, à l'indépendance presque insolente de sa jeunesse enjouée, elle est parfaitement à sa place dans Raison et sentiments de Ang Lee en 1996, adapté de Jane Austen. Elle est l'héroïne idéale pour ce genre d'oeuvre, romantique et rêveuse, incarnant une femme pleine de vitalité, de rébellion et d'innocence. Elle est celle qui assume ses sentiments avec candeur et exubérance contre la résignation de sa soeur aînée (Emma Thompson). Elle enchaîne ensuite avec une autre grande adaptation littéraire, Jude de Michael Winterbottom, tiré de l'oeuvre de Thomas Hardy. Un jeune homme y brisait l'ennui de son mariage pour succomber au charme de sa belle cousine, connaissant avec elle la condamnation sociale qu'entraînait l'adultère au XIXème siècle, leur amour devenant une véritable descente aux enfers. Mais les jeunes comédiens le nuancent, lui donnant des accents d'acte courageux et sensuel. Elle est ensuite choisie par Kenneth Branagh pour incarner Ophélie, brisée par l'obsession de son amant Hamlet qui ne pense qu'à venger la mort de son père, ce qui plonge la pure jeune fille dans les affres de la folie. Elle est incroyablement émouvante et attachante dans ce grand rôle classique. Elle lui apporte sa chaleur, comme elle l'a fait pour les autres films d'époque auxquels elle participait alors, sortant du cadre classique pour imposer son irrésistible naturel, son expressivité simple et touchante. C'est sans doute pour ces facultés là que James Cameron l'a choisi pour incarner la belle héroïne de Titanic en 1998, tout comme DiCaprio pour son côté canaille et bohème qui lui allait si bien dans Rimbaud Verlaine. Ces deux comédiens pouvaient simplement conférer une existence et un charisme à des personnages qui, sans eux, n'auraient eu valeur que de fonction (celle d'intéresser le public jusqu'au naufrage final). Elle est une belle et jeune aristocrate, embarquée sur le paquebot de rêve. Elle est entraînée contre son gré en Amérique pour y être mariée au rigide et cruel Billy Zane. On sent qu'elle est cultivée, spirituelle et versée dans les arts. Son promis est obtus et imbus de lui-même. Elle rencontre un jeune artiste désargenté courant le monde. Elle révèle sa vraie nature et s'émancipe auprès de lui. L'histoire d'amour est assez simpliste, mais diable, que ces jeunes gens sont attachants et gracieux, ajoutant leur énergie à l'aura légendaire du paquebot, faisant du film un événement absolument majeur. Son succès repose autant pour la fascination qu'ont inspiré les deux acteurs que pour le spectacle tragique du majestueux vaisseau qui sombre (prémonition assez funeste d'un vingtième siècle qui avait alors une foi aveugle dans le progrès). Les deux acteurs sont projetés sous une attention médiatique intense et attendus au tournant pour la suite de leur carrière, avec la mission impossible de réitérer pareil exploit. Choix inattendus et audacieux Elle prend donc ses distances d'avec ces films d'époque où on l'aurait volontiers cantonnée. Elle est en position de façonner la carrière qu'elle entend poursuivre. Alors que DiCaprio s'égarait quelque peu dans La Plage de Danny Boyle, elle s'aventurait dans une odyssée spirituelle dans Marrakech express. Elle campe une jeune mère célibataire parcourant le Maroc, en quête de l'illumination (le film se passe au début des années 70). Le film ne rencontra pas le succès escompté mais témoigne d'une audace qui sera un trait important dans les rôles qui choisit Winslet. C'est encore le cas avec Holy smoke de Jane Campion en 1999 où elle est une jeune australienne tombée sous l'emprise d'un gourou indien. Sa famille tente de la faire revenir à la raison grâce à un expert campé par Harvey Keitel. Le ton est de nouveau assez décalé, la mise en scène colorée et excentrique. Kate fait face à un exorciste assez déjanté lui-même et tient bien sa place de fille un peu lunaire et débordante de vitalité face à un Keitel finalement déboussolé par celle qu'il était censé guérir et sortir d'une secte. Elle retrouve ensuite le monde de la littérature mais auprès du sulfureux Marquis de Sade et son influence corruptrice, même du fond de l'asile où il est interné dans Quills, la plume et le sang. Face à un incorrigible Geoffrey Rush qui, même exposé aux plus mauvais traitements et aux privations les plus dures n'abjurera jamais ses démons, Kate se laisse doucement troubler par les pensées impures de cet infréquentable pensionnaire. Elle est la servante qui l'aide à sortir ses écrits de prison, se laissant charmer par ses mots et son audace. Quelques déceptions Dans Enigma de Michael Apted, elle est plongée dans le contexte de la seconde guerre mondiale où le héros doit décoder le nouveau langage employé par les sous marins nazis. Bientôt lui-même soupçonné de félonie, il est accompagné par la douce Kate pour prouver son innocence. Le problème de cette production est qu'elle manque de souffle et que l'intrigue au départ assez intéressante se perd dans quelques facilités romantiques. Au fond, le risque est là, Winslet peut alors intégrer des productions importantes avec des sujets ambitieux, sans y trouver forcément un rôle à sa mesure. Avec Iris en 2001, il s'agit d'autre chose. Le personnage principal a existé, une femme de lettres de premier ordre soudain atteinte de la maladie d'Alzheimer. Elle est campé par deux actrices: dans sa maturité c'est Judi Dench, dans sa jeunesse, c'est Kate Winslet. Elle incarne avec superbe son audace, son ironie, son esprit vif, sa rébellion et son énergie, tout comme la performance de Dench est touchante, au fur et à mesure que la maladie la diminue. Le film cependant manque de relief dans sa mise en scène. La Vie de David Gale de Alan Parker, même s'il lui permet de partager l'affiche avec Kevin Spacey, est un plaidoyer assez maladroit contre la peine de mort. De nouveau, elle y campe une femme d'esprit, journaliste lauréate du prix Pulitzer, tentant de sauver un professeur d'université accusé de viol et condamné à mort. Les deux comédiens parviennent à rendre leurs personnages attachants, mails la trame est plus qu'attendue. Femmes excentriques et marginales L'un des plus beaux rôles de Kate Winslet est son beau contre-emploi de Eternal sunshine of the spotless mind de Michel Gondry en 2004. Dans la peau de Clementine l'extravertie ayant effacé le timide et timoré Joel (Jim Carrey) de sa mémoire, elle est merveilleuse de folie douce et d'anticonformisme. Elle a dit d'ailleurs en plaisantant qu'elle évoluait dans un registre excentrique que Jim Carrey lui-même n'aurait pas dédaigné. La fantaisie dont elle fait preuve la rend absolument irrésistible et pétillante, s'inscrivant parfaitement dans le monde ludique de Gondry et du scénariste Charlie Kaufman. Elle est névrosée, marginale, imprévisible et drôle, déployant enfin pleinement ce côté iconoclaste que l'on sentait en permanence dans son travail, cette jubilation espiègle qui nourrit beaucoup de ces rôles. Elle est toujours légèrement malicieuse et un peu en marge, même lorsqu'elle incarne la jeune mère des enfants auxquels l'auteur James Barrie s'attache dans Neverland en 2005. Elle a un côté vulnérable mais une rébellion toujours sous-jacente, une indépendance farouche qui motive ses personnages, en cela son apparition dans Titanic était prémonitoire. Elle portraiturera souvent des femmes qui se jouent des convenances. On la retrouve plus ouvertement provocante dans la comédie musicale très noire, Romance and cigarettes de John Torturro, tournée en 2005, dans la peau de la maitresse séductrice et mal-embouchée de James Gandolfini. Elle apparaît en 2006 dans l'excellent les Fous du Roi de Steven Zallian, comptant l'ascension d'un homme politique du sud d'abord assez innocent et sachant parler au peuple. Peu à peu, il se laisse corrompre par l'ivresse du pouvoir (ce héros est joué par Sean Penn qui trouve là un très beau personnage). Elle est le grand amour de jeunesse du journaliste Jude Law qui accompagne le nouveau gouverneur. Elle incarne l'idéal perdu dans une satire brillante du système politique américain. Dans Little Children en 2007, elle vit une relation adultère avec un homme, coqueluche des mères respectables allant ballader leurs marmots au jardin public et mari de Jennifer Connelly. Peu à peu Winslet s'exclut de la petite communauté, paniquée d'autre part par le voisinage d'un ancien pédophile. Le rôle est assez beau, le film pointe déjà l'enfer du conformisme banlieusard et son mirage de bonheur confortable, abritant quelques déviances. Winslet est une femme libre qui en refuse les conventions. C'est dans ce registre qu'elle s'impose, toujours en marge de l'étiquette de star et du torrent médiatique qu'elle a toujours su éviter. Elle compose de préférence des personnages tourmentés ou fantasques, des intériorités bouleversées ou énigmatiques. Avec les Noces rebelles, elle retrouve donc son partenaire du Titanic, on ne peut que saluer la place importante qu'elle a su conquérir, la manière dont elle a imposé sa nature tout en empruntant que très rarement des chemins attendus (sauf peut-être en ce qui concerne The Holiday où elle était tout de même assez craquante, mais dans une comédie romantique assez convenue). Kate Winslet a souvent opté pour des projets d'une belle indépendance. En 2008 enfin sort The Reader, reçu de façon mitigé par la critique. C'est réellement le jeu de Kate qui porte le film où elle interprète une ancienne gardienne SS analphabète. Remarquée à 5 reprises mais jamais récompensée par l'Académie, elle remporte le 22 février 2009 l'Oscar de la meilleure actrice devant Meryl Streep, Angelina Jolie, Anne Hathaway et Melissa Leo. Liste des récompenses de Kate Winslet : Kate Winslet est une des actrices les plus récompensées du cinéma d'aujourd'hui. Golden Globes, Emmy Awards, BAFTA, Screen Actors Guild Awards, Oscar ... et elle n'a que 36 ans Nominations et récompenses : http://www.imdb.com/...m0000701/awards Bientot dans vos salles : 2 films très attendus pour cette fin d'année : 1 film catastrophe de Steven Soderbergh (avec Marion Cotillard, Jude Law, Matt Damon) et 1 thriller à huis clos signé Roman Polanski (avec Jodie Foster, Christoph Waltz et John C. Reilly). CONTAGION (9 novembre en France) : http://www.youtube.com/watch?v=PqWj3uKLeCo CARNAGE (8 décembre) : http://www.youtube.com/watch?v=cGIajhLCoCo En meme pas une vingtaine de films en 17 ans, elle s'est imposée comme une des actrices phare de sa génération. Il est bien loin le temps où elle n'était que "la fille qui joue dans le film avec le bateau qui coule", Kate Winslet c'est aujourd'hui l'Actrice avec un grand A. Familière des grandes cérémonies où elle est souvent nommée, les Anglais peuvent rajouter un joyau à leur Couronne "Where to, Miss ?" "To the stars."
  3. Yancoulailai

    Meryl Streep

    Meryl Streep, nom féminin, invariable : Déesse vivante considérée comme l'actrice la plus talentueuse de sa génération, Meryl Streep est l'avatar de la perfection ultime sur Terre. Action ! Once upon a time ... Son enveloppe charnelle touche notre planète par sa grâce le 22 juin 1949 à Summit (New Jersey, USA). Fille d'un pharmacien et d'une artiste un peu bobo, Meryl a 2 frères. Elle est diplomée du prestigieux Vassar en 1971, une fabrique de demi dieux par laquelle sont passés Lisa Kudrow, Elisabeth Murdoch, Caroline Herrera ou encore Mark Ronson. Alors que ses premières ambitions la portent vers l'opéra, elle s'inscrit finalement à Yale où elle suit des cours de comédie et se forge une expérience dans le théatre. Le doyen de l'école Robert Burstein (un critique de théatre visionnaire ) savait déjà qu'elle était destinée à des grandes choses. De 1975 à 1977, elle tourne de nombreuses pièces, certains de dramaturges inconnus. Pendant "Measure for measure", elle rencontre John Cazale = Élu numéro 1. Elle se mariera en 1978 au sculpteur Don Gummer = Élu numéro 2 avec qui elle aura 4 enfants. Elle a toujours été très discrète sur sa vie privée. THE TIME HAS COME ! Elle obtient son premier role au cinéma dans Julia en 1977. Son second film est Voyage au bout de l'enfer (1978), dans lequel elle avait voulu jouer pour être avec son fiancé John Cazale, qui décèdera avant la sortie du film d'un cancer des os >>> le succès critique est déjà là : première nomination aux Oscars dans la catégorie meilleure actrice de soutien. En 1979 elle obtient son premier Oscar (meilleure actrice de soutien) pour Kramer contre Kramer où elle campe une mère divorcée. 3 ans plus tard, c'est l'Oscar de la meilleure actrice pour le drame romantique Le choix de Sophie (1982) où Meryl est une immigrée un peu martyr tiraillée entre 2 hommes, une prestation épique. BOW DOWN ! Les roles se suivent et ne se ressemblent pas, Meryl enchainant aussi bien les grosses productions que les films d'auteurs. Elle est en mode wtf? dans l'usine où elle travaille pour Silkwood (1983), elle est folle d'un aventurier et d'un pays dans Out of Africa (1985) de Sydney Pollack, une mère accusée d'infanticide dans A cry in the dark (1988) -Prix d'interprétation féminine à Cannes, TOTAL RESPECT!-, une actrice barrée qui a peur de vieillir dans La mort vous va si bien (1992), une mère de famille prise en otage avec son enfant dans La rivière sauvage (1994), une mère au foyer paisible éprise d'un photographe de passage dans The bridges of Madison County (1995) de et avec Clint Eastwood, une prof de violon du ghetto dans Music of the heart (1999) ... She's so lucky, she's a star ♫ Meryl passe sans problème le cap de l'an 2000, obtenant meme ses plus grands succès au box office durant cette décennie : la voix de la Fée bleue dans AI (2001), une journaliste blasée qui se cherche autour d'une orchidée dans Adaptation (2002), une lesbienne image de Nicole Kidman dans The hours (2002), Miranda la tyrannique rédactrice en chef de Runway dans Devil wears Prada (2006), une mère fantasque qui donne 3 pères à sa fille dans Mamma Mia (2008), une mère supérieure suspicieuse dans Doubt (2008), la cuisinière fantasque Julia Child dans Julie & Julia (2009) et dernièrement une divorcée qui retombe amoureuse de son ex-mari dans It's complicated (2009). Reconnue unanimement pour son perfectionnisme, elle a collaboré avec Woody Allen, Robert Redfort, Robert de Niro, Amy Adams, Vanessa Redgrave, Lindsay Lohan, Stanley Tucci, Clint Eastwood, Glenn Close, Anne Hathaway ... tous la portent aux nues. Armes principales : physique de belle gosse, implication à 100%, humour. Dotée d'un corps de muse, Meryl est capable de transformations physiques pour ses roles. Elle fera un régime pour Le diable s'habille en Prada et reprendra du poids pour Julie & Julia. Elle aime se grimer. Très impliquée, elle fait ses propres cascades dans La rivière sauvage, apprend le violon pour Music of the heart et elle peut prendre plusieurs accents (guettez les VO ! sa voix change aussi ... "Bon Appétit!" ). Elle chante aussi à l'écran (le début de La mort vous va si bien quand Madeline joue dans Songbird, Mamma Mia où elle reprend les classiques de ABBA). Formée à la façon de l'Actors studio et forte de son expérience au théatre, elle a l'habitude de s'immerger complètement dans ses personnages à la manière de Robert De Niro. Mais en plus d'etre excellente et magnifique, Meryl Streep est aussi connue pour ses interviews et discours de remerciements remplis d'humour et d'autodérision, une vraie clown N'en jetez plus ! Etre l'actrice la plus talentueuse de l'histoire de l'humanité (voire plus) a malheureusement un prix : où ranger toutes ces récompenses ? 1 prix d'interprétation à Cannes, 1 Ours d'argent à Berlin, 2 Oscars pour 16 nominations (un record !), 7 Golden Globes pour 25 nominations (... !!!), des prix de critiques en veux-tu en voilà, Meryl Streep est l'actrice la plus récompensée de l'ère moderne -à juste titre-. Liste wikipedia des prix et nominations de la Déesse : http://en.wikipedia....by_Meryl_Streep En 2004, agée de 54 ans, Meryl reçoit le AFI Life Achievement Award décerné aux individus qui contribuent à la culture américaine. http://www.youtube.com/watch?v=60_0LKEngLQ Aujourd'hui Le tournage de Great Hope Springs (de David Frankel, avec Steve Carrellet Tommy Lee Jones) s'est terminé aux Etats Unis, la sortie est prévue courant 2012. The Iron Lady, biopic de la dame de fer Margaret Thatcher, sera sur les écrans français d'ici le 15 février 2012. Réalisé par Phyllidia Loyd avec qui Meryl avait déjà travaillé pour Mamma mia, le film se concentre sur les 17 jours qui précèdèrent la Guerre des Malouines se laquelle se construisit la popularité de Margaret Thatcher As usual, on parle déjà des Oscars pour Meryl ... ... to be continued ... Bon, j'ai fais comme j'ai pu pour résumer 3 décennies de divinité, j'ai surement foiré mais l'intention est là. On a tous déjà aimé un film avec Meryl Streep ou au moins on a déjà entendu son nom comme le Graal de l'interprétation. Sinon ta vie est ratée, prends cette corde. Je finirai sur ces mots de Sophia Loren qui devait introduire Meryl pour sa 16eme nomination aux Oscars 2009 (pour Doubt) : "It's hard to know how to begin with the next nominee. Her name itself has come to represent to all world excellence, so it's probably best to simply start there ... Meryl Streep." Tout est dit.
×