Mot de passe oublié ? Cliquez-ici

Accueil > Actualité > Business et économie de la musique > "Il n'y a pas de reprise" : les ventes de billets chutent malgré le retour des concerts
Business et économie de la musique
samedi 02 octobre 2021 15 :33

"Il n'y a pas de reprise" : les ventes de billets chutent malgré le retour des concerts

Les concerts reprennent petit à petit avec les tournées de Benjamin Biolay, Vianney ou Slimane et Vitaa, entre autres, en cette rentrée. Malgré la reprise, les ventes de billets sont au plus bas, comme s'en inquiètent plusieurs tourneurs dans les colonnes des Echos. Le manque d'artistes internationaux, dont les tournées sont reportées en 2022 et 2023, est notamment mis en cause.
Crédits photo : Bestimage
« C'est un lieu incroyable pour jouer un concert » : Ed Sheeran ne feint pas sa joie. Samedi soir, le chanteur anglais était l'une des têtes d'affiche du concert caritatif Global Citizen Live, qui se jouait sur le Champ de Mars à Paris. 20.000 spectateurs ont pu vibrer au son de ses tubes mais aussi ceux de Maneskin, Doja Cat, Elton John ou les Black Eyed Peas pour ce qui a été le premier gros événement avec des stars internationales depuis le début de la pandémie. L'occasion pour le public de retrouver les sensations et les émotions d'un vrai concert après près d'un an et demi de pause. Car ça y est : grâce à la campagne de vaccination et au pass sanitaire, les artistes sont de plus en plus nombreux à reprendre ou à s'apprêter à démarrer leurs tournées avec de nombreux concerts dans toute la France d'ici la fin de l'année. Parmi eux, Benjamin Biolay, qui a donné un concert électrisant à l'Olympia, Pomme, Vianney, Florent Pagny ou encore Vitaa et Slimane.

Le player Dailymotion est en train de se charger...


Une chute des ventes de 81% pour les artistes étrangers


Des concerts qui, en temps normal, auraient affiché complet depuis longtemps. Sauf que ce n'est pas le cas aujourd'hui. En effet, les ventes de billets ont fortement ralenti en ce deuxième semestre 2021. Déjà en recul de 75% pour les festivals, impactés par le pass sanitaire, et 56% pour les concerts cet été par rapport à l'été 2019, « la billetterie ne décolle toujours pas » s'inquiètent nos confrères des Echos. En effet, selon une étude menée auprès de 124 adhérents du Prodiss et avec les données de Ticketmaster France, on observe une baisse de 61% du chiffre d'affaires au second semestre pour les ventes de tickets de concerts avec 373 millions d'euros contre 955 millions, soit près du triple, sur la même période en 2019. Ainsi, les activités du secteur devraient connaître un recul de 67% par rapport à la rentrée 2019, rapportent Les Echos. En cause ? L'incertitude toujours présente entourant la crise sanitaire, mais aussi le manque de stars internationales dans les salles françaises ces prochains mois. Pour les artistes étrangers, les ventes des places de leurs concerts chutent même de 81% !

"On ne vend pas, il n'y a pas de reprise des concerts"


Elton John, une des rares stars mondiales qui avait encore maintenu des concerts en Europe cet automne et notamment à Paris, vient de les reporter en 2023. Idem pour Dua Lipa, The Weeknd, Céline Dion, Green Day ou encore Queen, pour lesquels le public français devra attendre 2022 avant de les voir. Quant à Ed Sheeran, il reste encore des places dans toutes les catégories pour son concert au Stade de France le 29 juillet 2022, près d'une semaine après sa mise en vente. Chez nos voisins belges, son concert au stade Roi Baudoin de Bruxelles a affiché complet en deux petites heures. « On ne vend pas, il n'y a pas de reprise des concerts. Le passe sanitaire est une nécessité mais il faut du temps dans notre métier pour l'apprivoiser et notre chiffre d'affaires est toujours en retrait de 80% par rapport à la normale » s'inquiète Aurélien Binder, le vice-président du Prodiss. Pour Pierre-Alexandre Vertadier, le président de Décibels Productions dont les tournées d'Alain Souchon, Benjamin Biolay ou Christophe Maé sont actuellement en cours, « on doit être à 30% de ce qu'on devrait faire ».

« Il faut que les têtes d'affiche internationales reviennent » prévient de son côté François Thominet, le directeur général de Ticketmaster France : « Notre situation sanitaire ne permet pas une relance comme aux Etats-Unis où juin a été le quatrième meilleur mois de leur histoire, ou comme au Royaume-Uni où le retour des gros artistes dope la billetterie ». Le patron du géant de la billetterie prend comme exemple la venue de Céline Dion en France en 2016, qui avait boosté les ventes de billets dans un contexte post-attentats du 13-Novembre. « Beaucoup jouent leur survie, tous ont des dettes Covid, des pertes non épongées, des frais fixes incompressibles. Les aides de l'Etat seront déterminantes » poursuit-il, alors que Roselyne Bachelot a annoncé fin août la mise en place d'aides "sur-mesure" selon les structures.



Le prix des places est-il aussi un frein aux achats des spectateurs ? Si pour la plupart des artistes français, comme Vianney ou Christophe Maé, les billets coûtent rarement plus de 60 ou 70 euros l'unité, le son de cloche n'est pas le même chez les artistes internationaux. Jusqu'à 315 euros pour voir Elton John à l'Accor Arena et 277 euros à Paris La Défense Arena. Dans la même salle, le retour des Fugees se monnaie principalement entre 95 et 161 euros... Une somme que les amateurs pourraient hésiter à mettre, surtout au vu du fiasco des derniers concerts parisiens de Lauryn Hill en 2018. « La billetterie repart lentement, mais il ne s'agit pas de compenser avec une hausse des prix. Nous travaillons surtout sur des dispositifs visant à accompagner cette reprise, qui sera plus lente que ce que nous avions imaginé » se défend la directrice générale du Prodiss, Malika Séguineau, au Figaro. Seuls contrexemples, Indochine qui maintient un prix maximum de 80 euros pour son "Central Tour". Idem pour Ed Sheeran, avec des tickets compris entre 49 et 89 euros maximum pour sa tournée mondiale de 2022. « C'est l'un des artistes internationaux qui se bat le plus pour que le prix des places soit peu cher » indique David Rotschild, le directeur de la production du concert chez Olympia Prod.


Pour expliquer ce ralentissement des ventes, Les Echos pointe également du doigt les critiques des spectateurs sur des affiches de festivals peu variées cet été. En raison de la non-venue des artistes internationaux, le public a pu souvent voir revenir les mêmes chanteurs comme Benjamin Biolay, Pomme, Vianney ou Catherine Ringer dans les rares évènements maintenus cette année. L'absence probable des stars anglo-saxonnes, c'est notamment ce qui a poussé le festival We Love Green à annuler son édition, initialement prévue début juin puis reportée du 10 au 12 septembre. « En pleine promotion de notre festival, nous ne savions même pas si tel artiste serait encore à l'affiche » se désole Marie Sabot, la directrice de l'événement musical et écologique qui devait accueillir Gorillaz, London Grammar ou Disclosure.



Les billetteries "souffrent d'un Covid long"


Jacky Lorenzetti, exploitante de Paris La Défense Arena, pense même à scinder la plus grande salle indoor d'Europe en deux, pour pouvoir organiser deux concerts en même temps. Selon le quotidien, la taille de la salle, dans laquelle joueront Céline Dion, Elton John, Shawn Mendes ou Sexion D'Assaut en 2022, « fait désormais peur aux artistes français ». Bien que la rentrée aurait dû être celle du redémarrage pour l'industrie du spectacle vivant, tout n'est donc pas encore gagné pour les billetteries qui « souffrent d'un Covid long » comme le déclare le président du Prodiss, Olivier Darbois. Et les artistes se sentent eux aussi concernés par ce ralentissement effectif à l'instar de Tim Dup, qui incite plus que jamais le public à acheter des billets pour venir le voir lors de ses prochains concerts. « Les concerts reprennent, on a tellement travaillé pour revenir, monter de beaux spectacles. On voit que les billetteries ont globalement du mal à repartir pour cet automne. La scène c'est notre vie, ayez confiance, venez nous voir les amis, sinon à quoi bon faire ce métier » écrit-il sur Twitter.

Faudrait-il attendre 2022 pour que le secteur tourne enfin à plein régime ? C'est ce qu'espère Nicolas Dupeux. Dans une interview au Parisien, le directeur général de l'Accor Arena se félicite que l'agenda de la célèbre salle parisienne soit overbookée : « Il y a un vrai effet de rattrapage. Voire des embouteillages. Jusqu'à quatre shows optionnés sur une même soirée ! En 2022 et début 2023, on va avoir 30% de shows en plus. (...) L'an prochain, on devrait doubler notre activité et arriver à 300 événements, y compris sportifs, dont la moitié dans la grande salle ». Parmi les shows au programme, Orelsan, PNL, Billie Eilish, The Weeknd, Dua Lipa, Aerosmith, Kiss ou Julien Doré feront trembler les enceintes du lieu l'an prochain. De quoi augurer de très belles soirées en perspectives dans un contexte plus favorable pour l'industrie.
Théau BERTHELOT

Charts in France

Copyright © 2002-2022 Webedia - Tous droits réservés