Mot de passe oublié ? Cliquez-ici

Accueil > Actualité > Chronique d'album > Bilal Hassani, Pink, Shy'm : 3 albums au banc d'essai
Chronique d'album
samedi 27 avril 2019 11:37

Bilal Hassani, Pink, Shy'm : 3 albums au banc d'essai

Pure Charts passe en revue trois albums phares du moment. Bilal Hassani s'affirme sur son premier album "Kingdom", Pink enchaîne avec "Hurts 2B Human" et Shy'm change de voie avec "Agapé". Critiques, en quelques lignes !
Crédits photo : Montage Pure Charts / DR

Bilal Hassani | "Kingdom"


Le prince des villes. Bilal Hassani se produira le 18 mai prochain à Tel-Aviv devant 200 millions de téléspectateurs pour l'Eurovision 2019, où il représentera la France avec son titre "Roi". Avant ce rendez-vous décisif, le chanteur de 19 ans fait son entrée dans la cour des grands avec "Kingdom", un premier album animé par une rage de vaincre pour lequel il s'est entouré de Lili Poe ou Madame Monsieur. 15 titres, un bon ratio de tubes potentiels, une multitude de genres qui s'entrechoquent : Bilal a multiplié les efforts pour servir à ses jeunes fans un projet prêt-à-écouter en forme de baromètre de sa génération, où l'on découvre des messages de tolérance et d'acceptation de soi importants tout en remuant du bassin. A la manière d'Aya Nakamura, à qui il emprunte sa volonté d'efficacité, Bilal invente son propre langage : le français, l'anglais et l'argot se mélangent, non pas pour le style mais pour refléter au mieux sa personnalité fantasque. Si le cocktail séduit sur "Qui cala ?", "Fais beleck" ou l'urbain "Boom X3", pensés et calibrés pour les radios, on peine parfois à retrouver la forte identité de Bilal dans des chansons passe-partout que d'autres artistes pourraient interpréter. Exemples avec "Basic", hymne club-house à l'esprit queer, très énergique mais déjà vu et entendu, ou le dispensable "Poison", qui aurait mérité autre chose qu'un refrain rempli de vocalises. Il y en a pour tous les goûts dans ce royaume où traînent parfois des textes faciles ("Jaloux") mais on préférera à titre personnel se concentrer sur la grâce aérienne d'un "The Flow", moment suspendu qui offre une parenthèse au beau milieu du disque. Quant à l'évident "Dans mon seum", on espère vivement le voir débarquer sur les ondes en qualité de single ! YR

Ça ressemble à un album bien dans son époque
A écouter : "Roi", "Fais Beleck", "The Flow", "Dans mon seum", "Qui cala ?", "You Should Have Let Me Love You"
A zapper : "Poison", "Basic", qui porte bien son nom, et "Famous"





Pink | "Hurts 2B Human"


En rose et noir. Disons-le simplement : Pink ne s'est pas facilité la tâche pour le lancement de cette nouvelle ère. Après le joli mais fade "Walk Me Home", la chanteuse américaine a fait le choix curieux de sauter à pieds joints dans l'EDM en compagnie de Cash Cash sur "Can We Pretend". Une tentative intéressante (pourquoi pas ?) mais qui tranche radicalement avec cette touche d'authenticité qui fait la puissance de son répertoire. Et voilà que l'entame de son nouvel album "Hurts 2B Human" se fait avec ce qui constitue sans doute deux des pires morceaux de sa discographie : l'irritant "Hustle", qui sample du Robin Thicke (c'est jamais bon signe), et "(Hey Why) Miss You Sometimes", sorte de gloubi-boulga arrosé d'auto-tune proprement inaudible. Il faut donc passer outre cette entrée en matière calamiteuse pour enfin retrouver la Pink qu'on aime tant, cette artiste n'ayant pas peur de montrer ses fêlures (très beau texte que "My Attic") qui se montre capable de nous émouvoir avec très peu d'artifice, par la seule force de son interprétation. Que ce soit sur "90 Days", duo avec Wrabel sur un couple à la dérive, l'intense "Courage" ou "The Last Song of Your Life", la popstar ne nous apparaît que plus humaine lorsqu'elle est traversée de doutes sur sa personne, sa vie, le monde dans lequel on vit. « Seen every therapist, but I'm a cynical bitch » chante-t-elle au milieu des guitares de "Happy", tristement lucide. Des ballades touchantes, poignantes même (frissons sur "Circle Game"), qui rappellent que Pink n'est jamais aussi habile que dans l'exercice de la ballade. Jetez une oreille attentive sur "We Could Have It All" : gros potentiel dans les charts si exploitée ! YR

Ça ressemble à un bien beau rattrapage
A écouter : "Hurts 2B Human" avec Khalid, "My Attic", le superbe "We Could Have It All", "Circle Game", "90 Days", "Love Me Anyway" avec Chris Stapleton
A zapper : Les erreurs de parcours "Hustle" et "(Hey Why) Miss You Sometimes"





Shy'm |"Agapé"


Et alors ? Après plusieurs albums en demi-teinte, Shy'm sort enfin la tête de l'eau. A 33 ans, la chanteuse a eu envie de se renouveler pour ce septième projet studio. On ressent d'emblée à quel point ce disque est salvateur pour elle, comme il l'est pour nous. En 13 pistes, et quelques rares titres radio ("Puerto Rico") au passage, Shy'm n'élude rien, évoquant ses amours, ses échecs, ses erreurs (« J'aurais préféré finir aphone que faire la promo que j'ai faite sur certains albums » sur "Du mal"), ses failles, ses frasques (« Comme si j'étais ivre sur les Champs » sur "Sourire", sa chute à Bercy...) et ses contradictions. Ce sont donc véritablement les textes, directs et particulièrement bien écrits, qui rendent l'album captivant (surtout dans sa première partie). Comme une plongée brute dans les coulisses de la vie personnelle et artistique de Shy'm, "Agapé" (signifiant l'amour inconditionnel) se révèle être un journal intime grand ouvert, où les collaborations sont légion (Vegedream, Jok'air, Chilla...). Heureusement, elles n'éclipsent pas le sujet principal : Shy'm et ses tourments. On peut regretter que la seconde moitié du disque soit moins intéressante et plus facile, tant dans les sonorités que dans les paroles, après un départ quasiment sans faux pas. Cependant, trouvant une nouvelle voie, mais aussi une nouvelle voix, Shy'm propose sans aucun doute son album le plus cohérent. Lucide et actuel, porté par des productions modernes sans excès, "Agapé" possède toutes les qualités pour renouer l'artiste et le grand public. JG

Ça ressemble à un nouveau souffle
A écouter : "Agapé", "Du mal", sans doute la plus forte, "Déteste-moi", "Absolem", "L'amour à l'envers"
A zapper : "Mon coeur qui saigne", "Olé olé"


La Rédaction

Vous aimez

... les spectacles du moment !

A ne pas rater

Nos dossiers incontournables !

  • Elles ont chanté Serge Gainsbourg Elles ont chanté Serge Gainsbourg
  • Quand les actrices porno jouissent de la musique Quand les actrices porno jouissent de la musique

Jeux concours

Jouez et gagnez des lots !

Charts in France

Copyright © 2002-2014 Webedia - Tous droits réservés

  • SACEM
  • SNEP