Mot de passe oublié ? Cliquez-ici

Accueil > Actualité > Interview > Actualité de Star Academy > "Star Academy", Alexia Laroche-Joubert fait le bilan : "Ca a rapporté beaucoup d'argent"
Interview
mardi 23 septembre 2014 12:57

"Star Academy", Alexia Laroche-Joubert fait le bilan : "Ca a rapporté beaucoup d'argent"

Un succès colossal. Au cours de plusieurs saisons, l'émission "Star Academy" a fait les beaux jours de TF1 et les singles dérivés du programme se sont écoulés à plus de 4 millions d'exemplaires. Pour Pure Charts, la productrice Alexia Laroche-Joubert, qui a été directrice de la "Star Academy" des saisons 1 et 2 et des saisons 5 à 7, revient sur ce phénomène.
Crédits photo : ABACA
Propos recueillis par Matthieu Renard.

Quand on observe les meilleures ventes de singles depuis 2001, on constate que les chansons issues des émissions de télé dans les années 2000 sont sur-représentées. Vous vous souvenez de ces années ?
C'était un phénomène de société qui dépassait tout le monde ! "Up & Down" des Lofteurs, on ne va pas se mentir, c'était pas du grand art ! Mais même si artistiquement c'était pas ça, c'était rigolo et décomplexé. Le concept de la "Star Academy", était très différent du "Loft". La stratégie était beaucoup plus précise. C'étaient des reprises de chansons restées dans la mémoire collective avec une logique transgénérationnelle. Les chansons devaient plaire aux jeunes qui ne les connaissent pas et rappeler des souvenirs aux plus âgés.

« "La chanson des lofteurs, c'était pas du grand art" »
Comment sélectionner LA bonne chanson ?
Choisir "La musique" comme premier single de la "Star Academy" n'a pas été si évident. Il fallait trouver une chanson dont les paroles racontent une histoire précise. Le public attendait la continuité de ce qu'on racontait dans l'émission. On avait hésité avec d'autres titres, mais je ne me souviens plus lesquels.

Regardez le clip de "La musique" de la "Star Academy" 1



Le succès était-il attendu ?
Evidemment ! On avait un relais énorme à l'antenne ! Les gamins chantaient l'émission toutes les semaines en prime-time le samedi soir et le single était le générique de l'émission. Ça ne pouvait que marcher. C'est plus le succès de Jean-Pascal qui était inattendu !

« Les candidats ont bien gagné leur vie »
Avec le recul, ces émissions ne profitaient-elles pas plus à TF1 qu'aux candidats ?
Ils ont bien gagné leur vie. Ils avaient des contrats de jeunes artistes. Vous savez, c'est intéressant de vendre autant, plus d'un million d'exemplaires, avec des contrats d'artistes* ! Et le gagnant touchait un million d'euros, c'était incroyable, il n'y a plus d'émissions aujourd'hui qui proposent des gains aussi énormes. C'était monstrueux ! Et il n'y avait pas d’histoires d'endettement. Le gain était un minimum garanti. Jenifer, elle, avait renégocié son contrat plus tard.

Est-ce que ça rapportait gros ce business musical autour de la "Star Ac'"?
C'était assez rémunérateur. Après d'un point de vue business, c'est plus économique de publier un album hommage, d'un seul artiste, plutôt qu'une compilation où il faut payer tous les artistes. Je ne m'occupais pas du tout des aspects financiers et juridiques donc je ne peux pas en dire plus. Mais ça a rapporté à tout le monde.

Votre chanson préférée issue de la "Star Academy" ? "Paris Latino" ?
Ah non, je n'aimais pas "Paris Latino" ! Je dirais "J'envoie valser". Ou même plutôt "Diego" de Michel Berger interprété par Georges-Alain. C'était sublime, il se dégage une vraie sensibilité de cette chanson magnifique.

Ecoutez "Diego" par Georges-Alain, candidat de la "Star Academy" 2



Vous revoyez les anciens élèves ?
Oui, j'ai beaucoup de tendresse pour les élèves de la "Star Academy". Beaucoup d'entre eux travaillent dans le milieu donc je les croise souvent. J'étais en contact avec Lucie avant-hier, George-Alain régulièrement, j'ai failli monter un projet avec Magalie, il y a aussi Jean-Pascal, Jérémy... Jenifer je la vois souvent aussi évidemment.

Quels sont ceux qui ont tiré leur épingle du jeu ?
Les gagnants des premières saisons évidemment ! Que dire quand on voit les carrières de Jenifer, Nolwenn ou même Elodie. Elodie Frégé est la candidate qui m'a le plus étonnée. Elle a vraiment développé un univers artistique après l'émission. A l'inverse d'Olivia Ruiz qui était la même avant et après le programme, Elodie s'est révélée en sortant de la "Star Ac".

Votre meilleur souvenir des années "Star Ac'" ?
Le cri de Grégory Lemarchal le soir de sa victoire. Et le regard de sa mère.

On a l'impression que, depuis quelques années, c'est plus compliqué pour les gagnants de télé-crochets...
Le problème c'est surtout l'état du marché du disque. La situation d'aujourd'hui n'a rien à voir avec les années 2000. Ce que la "Star Academy" avait en plus ? Le quotidien partagé avec les téléspectateurs qui créait un vrai attachement affectif avec les candidats.

« "Diego" a été la plus belle chanson de la "Star Ac" »
Vous avez participé à la dernière édition de "Popstars" en 2013. Pourquoi le groupe The Mess n'arrive pas à s'imposer ?
L'émission n'était pas un succès, ça n'a pas aidé. L'environnement est concurrentiel, ce n'est pas facile... Et le groupe n'a pas été porté par un succès. Les radios n'ont pas vraiment joué le jeu non plus. Je suis ce qu'elles font et je sais qu'elles travaillent sur des titres, j'ai écouté des choses bien. Ce sont des filles bien et un bon groupe.

Regardez "Au top", le premier single de "The Mess" :



Vous avez de nouveaux projets télévisuels et musicaux ?
J'ai toujours adoré la variété ! J'ai produit plus de 100 primes de variété avec des artistes internationaux. Ça coûte très cher à produire donc c'est pas évident mais j'adorerais faire ça à nouveau, je travaille sur de nouvelles émissions.

"Rising Star", vous allez regarder ?
Je suis impatiente de découvrir le programme. J'adore les deux animateurs, Faustine Bollaert et Guillaume Pley et un concept basé sur l'interactivité, c'est forcément intéressant. Je suis curieuse.


*Le contrat d’enregistrement exclusif, dit « contrat d’artiste » est conclu entre un artiste-interprète et un producteur phonographique. Le producteur prend à sa charge l’intégralité des frais de production, de fabrication et de distribution. L’artiste cède au producteur l’entière propriété des enregistrements et leurs diverses exploitations selon des rémunérations prévues au contrat.
Matthieu RENARD
Dans l'actu musicale

Vous aimez

... les spectacles du moment !

A ne pas rater

Nos dossiers incontournables !

  • Sexe, religion... Madonna en 10 provocations Sexe, religion... Madonna en 10 provocations
  • Que devient... Ricky Martin ? Que devient... Ricky Martin ?

Jeux concours

Jouez et gagnez des lots !

Charts in France

Copyright © 2002-2014 Webedia - Tous droits réservés

  • A propos de Pure Charts
  • Publicité
  • Envoyer une info à la rédaction
  • Courrier des lecteurs
  • Nous contacter
  • SACEM
  • SNEP