Mot de passe oublié ? Cliquez-ici

Accueil > Actualité > C'est dit ! > Actualité de Diam's > Diam's n'assume pas sa musique : "J'ai été vulgaire. Je ne suis plus cette femme-là"
C'est dit !
lundi 25 mai 2015 10 :12

Diam's n'assume pas sa musique : "J'ai été vulgaire. Je ne suis plus cette femme-là"

C'est une campagne de dédiabolisation du voile que Diam's a promu hier soir sur TF1. Invitée par Thierry Demaizière dans "Sept à Huit" à l'occasion de la sortie de son nouveau livre "Mélanie Française et musulmane", l'ex-rappeuse, convertie à l'islam depuis cinq ans, a également évoqué l'attentat de "Charlie Hebdo" et sa musique, qu'elle n'assume plus.
Crédits photo : capture d'écran Pure Charts
Dimanche, Diam's a fait une brève apparition à la télévision, dans l'émission "Sept à Huit" (TF1), pour y promouvoir son deuxième ouvrage "Mélanie Française et musulmane". Interrogée par Thierry Demaizière, qui était d'ailleurs le dernier journaliste à l'avoir interviewée en 2012, l'ancienne star de son vrai nom Mélanie Georgiades a évoqué la « vie tranquille d'une mère accomplie », battant en brèche les « clichés » de la femme voilée : « Je ne suis pas une sauvageonne » a-t-elle insisté, expliquant dans le même temps qu'elle fait « profil bas » dans les rues depuis l'attentat du 7 janvier dans les locaux de Charlie Hebdo.

"Je fais plus attention quand je sors"


« Je fais plus attention quand je sors » a-t-elle renchéri, décrivant sa réaction ce jour-là, alors que 12 personnes venaient d'être tuées au nom de l'Islam. « Je suis là, derrière le poste, à condamner de toutes mes forces ce qui est en train de se passer. Ce sont tous les musulmans qui étaient peut-être pointés du doigt. Et je suis musulmane maintenant » a-t-elle déclaré. Diam's s'est dite « dépassée par ceux qui tuent au nom de l'Islam ». « Pour moi, ce sont des groupuscules égarés. Ça n'est pas l'Islam. Nous, on est croyant. On lit dans le Coran que quiconque tue un innocent, c'est comme s'il tuait l'humanité toute entière. On est réduit à quelques fous » a-t-elle ajouté, avant de conclure que « la question de descendre dans la rue ne s'était pas posée » pour elle.

"J'aimais le rap parce que c'était brutal"


Cette interview a aussi été l'occasion pour Diam's d'évoquer son divorce, la naissance de son deuxième enfant, la perte de ses parents et son ancienne vie de rappeuse qui ne convient plus à son état d'esprit actuel. « Ce milieu-là fait sortir le pire de nous-mêmes. Ça pousse les uns et les autres à se marcher dessus. J'avais des messages à faire passer. J'aimais le rap parce que c'était brutal. Tout d'un coup, je deviens un femme apaisée, en paix avec elle-même » a-t-elle expliqué.

Auteur de nombreux tubes, tels que "La boulette" et "Confessions nocturnes", Diam's n'assume plus sa musique aujourd'hui, à tel point qu'elle avoue ne pas vouloir que sa fille puisse l'écouter. « Franchement, je n'aimerais pas. Je préfère lui faire lire mes livres. Je n'assume pas. Il y a des trucs où j'ai été vulgaire. Il ne faut pas l'oublier aussi. Je ne suis plus cette femme là. Je suis tranquille » a-t-elle rappelé une fois encore, le sourire aux lèvres.

Regardez le portrait de Diam's par Thierry Demaizière dans "Sept à Huit" :
Jonathan HAMARD
Dans l'actu musicale
Clips & vidéos de Diam's :

Charts in France

Copyright © 2002-2022 Webedia - Tous droits réservés