Mot de passe oublié ? Cliquez-ici

Accueil > Actualité > Interview > Thierry Amiel en interview
Interview
mardi 29 juin 2010 00:00
969

Thierry Amiel en interview

Un mois après la parution de son troisième et nouvel album, "Où vont les histoires ?", nous avons rencontré Thierry Amiel afin de faire un premier point, mais aussi d'en savoir plus sur la genèse de ce projet regorgeant d'adaptations de titres de la chanteuse canadienne, Sarah MacLachlan.
« J'ai eu une boule de stress au ventre, quasi permanente »
Bonjour Thierry, un mois après la parution de ton troisième et nouvel album, "Où vont les histoires ?", paru le 24 mai dernier (et classé n°43, n°87, n°107, n°171 au Top), es-tu déjà en mesure d'en tirer un premier bilan (Thierry Cadet, Rédacteur en Chef adjoint) ?
Thierry Amiel : Étonnamment, comme j'étais beaucoup plus détendu que pour les sorties précédentes, je vais bien (sourire). Mais les temps sont durs, pour tout le monde d'ailleurs. Un album a, cela dit, une longue vie, et je veux donner à ce disque toutes les chances qu'il mérite, notamment grâce à la scène. Je dois avouer que jusqu'à présent, pour chaque sortie d'albums, je me torturais l'esprit à en être malade. Pour le précédent par exemple, j'ai même eu la pression tout le long de l'exploitation du disque, avec une boule de stress au ventre, quasi permanente. Aujourd'hui c'est terminé. Et je ne voulais surtout pas réitérer cette sensation une troisième fois. J'ai donc décidé de faire ce nouvel album entre potes, sans entrer de longs mois dans un grand studio, le disque s'est fait entre nous, notamment Axelle Renoir, et moi.

Visionnez le clip de Thierry Amiel, "Où vont les histoires ?" :


« Me demander si les gens vont l'aimer ou pas, c'est terminé pour moi »
J'ai entendu que tu présentais ce disque comme un album-concept, et que c'est la raison pour laquelle il y avait moins d'enjeu que sur les précédents. Mais l'enjeu est pourtant le même : en vendre un minimum, le défendre sur scène, et avoir l'opportunité d'en faire un quatrième.
Oui, mais je ne me mets aucune pression. L'enjeu c'est souvent moi qui me le créait jusqu'à présent. Même s'il existe un enjeu commercial, certes, le fait d'angoisser, de me demander si les gens vont l'aimer ou pas, c'est terminé pour moi. Je ne suis que dans le plaisir. Après il y a ceux qui vont apprécier mon disque, et les autres ; mais c'est normal, il en faut pour tous les goûts (sourire).



On sent un garçon serein, bien dans sa peau, et l'évolution a été progressive. Sur le premier album, il y avait un côté assez lisse, dû j'imagine au manque d'expérience et à ton jeune âge, sur le second, on te retrouvait beaucoup plus roots, presque les cheveux longs et gras dans les deux clips, alors qu'avec ce troisième essai, on assiste presque à une renaissance. Selon toi, faut-il toucher du doigt les deux extrêmes pour trouver l'équilibre ?
Tu es un peu dur (sourire)... Mais peut-être, je te dirai ça un peu plus tard, avec suffisamment de recul. Sur le premier album, il est vrai que l'âge et le manque d'expérience dans ce métier ont joué un rôle, mais je ne pense pas que le disque véhiculait quelque chose de lisse...

Quels souvenirs gardes-tu de cette expérience, l'après "Nouvelle Star", le single de la reprise de Christophe, "Les mots bleus" ? Quel regard as-tu aujourd'hui sur cette période ?
De très bons souvenirs. De plus, l'émission en elle même a une très bonne image. J'avoue même que de temps en temps je la regarde, en tant que spectateur lambda.

Visionnez le clip de Thierry Amiel, "Les mots bleus" (2003) :


Quels sont les candidats qui t'ont marqué ?
Il y a Steeve Estatof bien sûr, sur la saison 2, qui est arrivé et qui a tout explosé sur son passage. C'est à partir de là que le grand public et les médias ont cautionné de plus en plus le programme, sans parler de Christophe Willem qui a définitivement enfoncé le clou deux saisons après !

Revenons à ce nouvel album, "Où vont les histoires ?", on nous annonce un album-concept d'adaptations de la chanteuse canadienne Sarah MacLachlan, mais les deux premiers singles issus du disque, sont deux chansons originales : "Où vont les histoires ?" sur un texte de Didier Golemanas, et "Celui qui", écrite par ta complice Axelle Renoir (ndlr : déjà présente sur l'album précédent). Ne penses-tu pas que ces deux cartes de visite t'éloignent du concept justement ?
Tu as raison, mais il s'est avéré qu'avec ces deux chansons supplémentaires, ajoutées à l'album, ce dernier n'avait plus rien d'un album-concept. Mon label me dit qu'aujourd'hui, il s'agit plutôt d'un disque dit traditionnel. Et c'est vrai qu'on ne communique pas uniquement sur les adaptations de Sarah MacLachlan, mais plutôt sur le côté acoustique de l'opus, sur ma complicité avec Axelle Renoir etc. "Où vont les histoires ?" et le dernier single, "Celui qui", sont de très bonnes chansons, pourquoi ne pas les présenter au public dès le début (sourire) ?



Quels sont tes titres préférés dans le disque ?
J'ai un petit faible pour "Même si tes nuits sont plus belles que tes jours", et j'ai cru savoir que toi aussi (sourire). C'est drôle parce que peu me parle, en général, de ce morceau. Après, mon label a un penchant pour "L'innocence" ou "Dans les bras de mon ange". Personnellement je les aime toutes, heureusement (sourire).

Visionnez Thierry Amiel live, à l'Hôtel de Sers, "Même si tes nuits..." :


« J'ai co-écrit avec Axelle Renoir, mais nous avons conservé des textes en anglais, plutôt que de faire des adaptations approximatives »
Pourquoi y'a-t-il trois chansons en anglais à la fin du disque, "Dear God", "Sweet Surrender" et le bonus numérique "Full Of Grace" ?
Simplement parce que nous avons essayé de les adapter en français, et nous n'y sommes pas parvenus. Le résultat ne nous convenait pas, et surtout n'arrivait pas à la hauteur du texte original. C'est qu'il faut faire sonner les mots en français aussi, ce n'est pas si simple. Nous avons donc conservé les textes en anglais, plutôt que de faire des adaptations approximatives. "Dear God" est d'ailleurs l'une des chansons que j'ai le plus de mal à interpréter, mais comme j'adore les challenges... Une partie de mon public s'en est rendu compte lors des trois concerts acoustiques que j'ai récemment donné à l'Hôtel de Sers, à Paris (ndlr : les 17, 18 et 20 mai derniers), accompagné de mon pianiste.

Visionnez Thierry Amiel live, à l'Hôtel de Sers, "Dear God" :


Comment se sont déroulés ces trois showcases ?
Très bien (sourire).

Pour y être allé le dernier soir, je dois te féliciter d'avoir chanté avec une telle maîtrise de ta voix, alors que nous n'étions que quelques uns autour du piano, et que le trac aidant, ce n'est pas un exercice des plus faciles...
Merci beaucoup. Sache que ce sont les gens qui m'ont porté ces soirs là justement. Être les yeux dans les yeux avec eux ne me fait pas peur, c'est de l'amour finalement.

Visionnez Thierry Amiel live, à l'Hôtel de Sers, "Où vont les histoires ?" :


Tu envisages donc une tournée acoustique pour porter cet album sur scène ?
Oui, complètement. Nous allons mettre en place une série de concerts pour l'automne prochain. Probablement de plus petites salles que celles dans lesquelles j'ai déjà chanté (ndlr : Thierry Amiel s'est notamment produit à l'Olympia en 2007), afin d'être plus proche du public, car ce nouvel album s'y prête.

Tu as une base fans impressionnante qui te suit depuis sept ans (ndlr : Thierry Amiel était finaliste de la saison 1 de "Nouvelle Star", en 2003), devenant grâce à eux l'un des artistes les plus sollicités sur notre site, en as-tu conscience ?
Oui. Parce qu'il y a c'est vrai, un noyau fidèle qui me soutient coûte que coûte, et ça j'avoue que ça fait plaisir. Je leur dois beaucoup, et je profite d'ailleurs de cette interview pour les remercier.



« J'ai découvert Sarah MacLachlan sur scène »
Comment as-tu connu l'univers de Sarah MacLachlan ? Une chanteuse canadienne peu populaire en France...
Nous avons le même label en France, et c'est lors d'un showcase organisé par ce dernier que je l'ai découverte, il y a cinq ans, sur scène. J'ai immédiatement craqué, et c'est alors que l'un de mes directeurs artistiques m'a suggéré d'adapter ses chansons (sourire).

Ecris-tu d'avantage à présent ?
Oui. Sur ce nouvel album, j'ai co-écrit des adaptations avec Axelle Renoir.

Qu'a pensé Sarah MacLachlan de cet album "Où vont les histoires ?" ?
Je n'en sais rien encore (sourire). Nous lui avons fait parvenir un exemplaire, et nous attendons son retour. Je t'avoue une chose, c'est qu'à l'époque, lors du concert qui m'a permis de la découvrir, mon équipe chez Columbia voulait me la présenter, et j'ai refusé, n'en voyant pas vraiment l'intérêt sur le moment. Par timidité aussi. A présent, je me dis que si je dois la rencontrer pour ce disque, j'aurai dû le faire avant (sourire). Plutôt que de débarquer de nulle part face à elle aujourd'hui, avec des adaptations de ses chansons...

Depuis sept ans, tu as réussi un décrocher un tube pour chaque album : "Les mots bleus" sur le premier, classé Top 5 des ventes de singles en août 2003, puis "Cœur sacré" sur le second, classé Top 6 durant trois semaines consécutives, en janvier 2007. Aujourd'hui, le marché du single est en berne, on n'en distribue quasiment plus, qu'en penses-tu ?
Je pense que ce n'est pas un mal. Le grand public, s'il se procure l'album, entre dans un univers, et pas uniquement dans une chanson.

Visionnez le clip de Thierry Amiel, "Cœur sacré" (2007) :


Quelle est ta playlist du moment ?
J'aime beaucoup les titres d'Owl City, "Fireflies", et de Gnarls Barkley "Going On", et puis évidemment toujours Muse, Bjork, Charlotte Gainsbourg (sourire)...

Pour finir, que peut-on te souhaiter de mieux ?
De pouvoir continuer à faire ce métier que j'aime profondément. Garder mon public, faire ce qui me plaît, et pouvoir en vivre, même si je sens qu'on rentre dans une période difficile (sourire).

Merci beaucoup Thierry !
Merci à toi aussi, et à Charts in France.



Crédits vidéos live : William Rejault.
la Redaction
Pour en savoir plus, visitez thierryamiel.com, ou son MySpace officiel.
Pour écouter et/ou télécharger le nouvel album de Thierry Amiel, "Où vont les histoires ?", cliquez sur ce lien.
Ecoutez l'interview de Thierry Amiel réalisée pour "Les Agitateurs de Sud Radio" :

Ajoutez un commentaire
Invité
le 29/06/2010, 15:11
Citer
Un premier point facile à faire. L'album n'intéresse pas grand monde et n'est pas très intéressant. Présenter une telle absence de travail après plusieurs années c'est un peu se foutre du monde. Pas étonnant de retrouver le nom de William Réjault qui fait toujours sur Thierry Amiel des articles dythirambiques. Le problème c'est que même parmi le noyaux dur de ses fans cet album est loin de faire l'unanimité.
Et des petites salles c'est sur vu que la tournée précédente avait dû en grande partie être annulée.
On a l'impression de toute façon d'entendre toujours la même chanson avec Thierry Amiel. C'est tellement plat. Au début je lui trouvais du talent. Plus ça va plus ça m'ennuie et plus je trouve ce chanteur très commun. Même sa voix je ne lui trouve plus rien d'exceptionnel car c'est toujours les mêmes effets sans aucune originalité ni profondeur. Mais si on aime tant mieux. J'espère pour lui sincèrement que les choses finiront mieux qu'elles n'ont commencé pour ce troisième album.
Invité
le 29/06/2010, 15:32
Citer
vous êtez qui pour porter un tel jugement Mdame , Mr sans nom , nous vous ignorons !!!!
Je suis rien et vous considére comme rien . Les artiste , artisant respect ......pour vous
Invité
le 29/06/2010, 15:34
Citer
Au contraire je trouve qu'il ou elle est objectif(ve). Il ne faut pas toujours crier au génie sous prétexte qu'on soit fan. C'est ridicule. Le garçon a du talent, certes, mais son album est soporifique. Désolé.
Invité
le 29/06/2010, 15:48
Citer
Thierry Amiel fait partie de ces artistes que bizarrement on veut vendre à tout prix au public alors que sa popularité est très limitée et l'a toujours été mises à part les ventes dues à une promo intensive. On peut certes lui trouver une belle voix. Mais niveau travail et originalité il n'a pas grand chose, pour ne pas dire rien, à offrir. Désolé.
Il bénéficie d'une sorte d'état de grâce auprès des médias assez incompréhensible car tout autre artiste ayant présenté ce genre d'album aujourd'hui, même parmi les artistes les plus confirmés, se serait fait descendre par la presse depuis longtemps.
J'attends toujours qu'il crée quelque chose par lui même, qu' il montre un peu de passion dans son travail. Un peu d'inventivité sans que tout ne lui soit soufflé comme c'est malheureusement toujours visiblement le cas.
Invité
le 29/06/2010, 15:49
Citer
Bizarre cet article alors qu'il est en train de faire le flop du siècle, combien d'albums vendus 2000? je suis meme pas sur. cet album est juste plus mauvais que les autres albums c'est dire.
Qt à ses fans , elles étaient combien à la ferme aux crocrodiles? 20? 25.?
N'importe quoi M. Cadet.
Invité
le 29/06/2010, 15:50
Citer
Merci charts pour cet interview, je retiens, la tournée pour l'automne, j'ai franchement hâte parceque je fais partie de ceux qui aiment ce disque, c'est avec un grand plaisir que je l'écoute, alors en live, j'imagine le pied!
Invité
le 29/06/2010, 15:52
Citer
Ha haaaaaaaaaaaaaaaa, déchaînez vous, c'est le moment!
Invité
le 29/06/2010, 15:53
Citer
Etat de grâce, je ne vois pas trop où, depuis la sortie du cd il n'a pas de promo...
Invité
le 29/06/2010, 15:59
Citer
Ce nouvel album est frais, léger, pas prétentieux pour un sou, limpide, serein ...ça change des deux précédents.
Soporifique ? on va pas danser dessus certes, mais je ne vois pas trop en quoi il serait soporifique sauf si on aime pas la variété française. Il a une grande unité, s'écoute très facilement ... et il faut quand même reconnaitre que la voix est très belle, est tout sauf monocorde. Ce n'est pas un grand album (le précédent était bcp plus travaillé, frôlait la perfection, mais a été très mal exploité ...).

Mes titres préférés :
L'innocence au très bon texte, très vrai.
"Je cours après le temps" pour sa légèreté (tiens j'ai entendu une interview de JP Kaufman -dsl pour l'orthographe- où il disait qu'en tant qu'ex otage et survivant, il était revenu à des choses simples, c'est exactement le thème de cette chanson et moi cette légèreté, cette régression vers le monde de l'enfance me plait. Idem pour "Je voudrai comprendre" , cela parle d'écologie, ce n'est peut être pas très profond, mais j'aime l'idée qu'on s'émerveille sur un reflet dans l'eau, pour des choses simples, comme le font les enfants ou les adultes qui ont conservé une ame d'enfant et ne vivent pas que pour la recherche du profit, du pouvoir etc.

Ensuite Dear God, que je trouve excellente. (Sarah M. n'en est d'ailleurs pas l'auteur).

J'espère pour lui qu'il sera un peu plus soutenu par sa maison de disques, ou qu'il en change.

Les bémol je trouve certains refrains écrits par A. Renoir un peu trop simples (je vole ou celui qui), et la batterie trop lourde par moment, mais un gros bravo pour les arrangements et notamment sur ceux deJe voudrais comprendre.
Invité
le 29/06/2010, 15:59
Citer
Authenticité dans ce que l'on dit et voix au timbre si particulier qu'elle en est reconnaissable d'emblée, voici ce qui m'interpelle et m'attache chez cet artiste.
Thierry Amiel sort vraiment du lot, aussi bien humainement qu'artistiquement.
Qu'après, il ne caracole pas en permanence en tête des hits parades aujourd'hui avec un album dont la finalité n'était pas commerciale et qui se classe malgré cela à un niveau plus qu'honorable vu la concurrence dans ce domaine , çà me convient très bien.
Invité
le 29/06/2010, 16:00
Citer
Oui, c'est de l'amour, merci à toi aussi.....
Invité
le 29/06/2010, 16:01
Citer
Tiens les détracteurs sont là!lol!
Merci Mr Cadet de parler de ce que vous connaissez,car comme moi,vous avez entendu Thierry chanter sur scène et avez bien cerné l'immense interprète qu'il est!
La bonne nouvelle ce sont les concerts d'automne,que du bonheur!
Invité
le 29/06/2010, 16:05
Citer
Et merci à Thierry Cadet pour cet interview, il a vraiment l'air zen, il grandi, bientot fini l'apprentissage!
Invité
le 29/06/2010, 16:15
Citer
Et merci à Thierry Cadet pour cet interview, il a vraiment l'air zen, il grandi, bientot fini l'apprentissage!


Ah bon. Il est toujours en apprentissage :(
Invité
le 29/06/2010, 16:15
Citer
Merci pour ces videos, je n'ai pas eu la chance d'y être, ça donne envie, vivement la tournée, j'en suis super heureuse, je vais guêter sur le site de la fnac.

Ajoutez un commentaire

Vous aimez

... les spectacles du moment !

A ne pas rater

Nos dossiers incontournables !

  • Que devient... Faudel ? Que devient... Faudel ?
  • Que devient... David Charvet ? Que devient... David Charvet ?

Jeux concours

Jouez et gagnez des lots !

Charts in France

Copyright © 2002-2014 Webedia - Tous droits réservés

  • A propos de Pure Charts
  • Publicité
  • Envoyer une info à la rédaction
  • Courrier des lecteurs
  • Nous contacter
  • SACEM
  • SNEP