Mot de passe oublié ? Cliquez-ici

Accueil > Actualité > Interview > Gilles Luka en interview
Interview
dimanche 21 février 2010 00:00
20

Gilles Luka en interview

Gilles Luka est de retour avec un single en français "On s'évite", prélude à l'album "Ici Ensemble" prévu pour l'été. Celui que le grand public connaît notamment pour ses collaborations avec Galleon et plus récemment avec Ocean Drive, se distingue par son empreinte vocale et ses mélodies accrocheuses. De ses débuts avec le titre "Tout Ou Rien" jusqu'à ce nouvel opus en passant par toutes les expériences qui ont construit son parcours, Gilles Luka se confie en toute franchise. Interview.
Bonjour Gilles, Tu reviens en solo avec un nouveau single "On s’évite" faisant suite à l’album en anglais "80’08". Qu’est-ce qui t’a donné envie de te remettre au français ? (Nikolas Lenoir, rédacteur)
Gilles Luka : Je n'ai en fait jamais abandonné l’idée de faire du français. Je suis un artiste un peu particulier dans le sens où j’ai besoin de faire plusieurs projets en même temps. Que ce soit avec Galleon ou avec Ocean Drive, les projets en anglais ont toujours pris le devant. Mon album solo "80’08" est aussi dans cette langue et c’était une parenthèse, un hommage aux années 80.

Quel regard portes-tu sur cet opus presque deux ans après sa parution ?
« Je n'aime pas faire de concessions. »
Il reste un disque qui me tient très à cœur. Je fais toujours de la musique pour me faire plaisir, je n’aime pas faire de concessions. Je voulais que tout sonne années 80 et être cohérent dans ma démarche. Tout a démarré à partir d’un titre qui s’appelle "Just Because You Lied". Je l’avais mis sur le net et beaucoup d’internautes l’ont utilisé pour faire des montages. Le titre a également été repris par une association de soutien à Ingrid Betancourt. Je fus très touché aussi que certains y trouvent un côté Peter Gabriel. Je me suis vraiment fait plaisir avec ce disque sans me demander si cela pouvait correspondre au marché.

Découvrez un montage sur le titre "Just Because You Lied" :



Tu évoques "Just Because You Lied" et ce titre a eu depuis sa version française "J’Irai Jusque Là" interprétée par Nâdiya. Comment s’est passée cette rencontre ?
On se connaît depuis nos débuts au début des années 2000. Elle a découvert le titre et elle a eu un coup de cœur. Sortant d’un album RNB, elle avait envie de faire de la pop et m’a demandé de lui faire une version française de "Just Because You Lied". J’ai accepté et nous avons ensuite travaillé ensemble. Nous sommes devenus amis.

Parlons de ton nouveau single "On s’évite". Qu'as-tu voulu exprimer avec ce titre ?
Lorsque j’écris en français, je m’inspire beaucoup de mon entourage. C’est en regardant évoluer un couple d’amis qui m’est très proche que j’ai écrit "On s’évite". Leur cas n’est pas isolé, le manque de communication les a malheureusement installé dans la routine et je tenais à mettre cela en mots. Pour l’anecdote, ils se sont séparés pendant un an et se sont remis ensemble. Les textes présents sur l’album sont nés de situations que j’ai vécues ou que j’ai aperçues. Au niveau musical, cette chanson a été un déclic car je me suis rendu compte que je pouvais faire un mix entre la variété française, l’électro et que tout cela sonne bien au final. J’y prends un grand plaisir.

Pourquoi as-tu souhaité que le clip d’"On s’évite" se déroule dans un sous-marin ?
Je suis très touché quand des gens me disent que ce clip leur fait penser à "Cargo de Nuit" d’Axel Bauer. Je n’ai pas voulu le copier en prenant cette idée du sous-marin comme toile du fond du clip. Je reconnais par contre que c’est un clin d’œil car Axel Bauer a vraiment apporté quelque chose quand il est arrivé avec cette chanson. "Cargo de Nuit" est un titre à la fois rock, pop et même club. C’est une chanson très forte et elle n’a jamais eu la reconnaissance qu’elle mérite.

Pour quelle période l’album est-il prévu ?
Je pense qu’il sera disponible assez rapidement en téléchargement et il arrivera dans les bacs avant l’été.

Retrouvez le single "On s'évite" :



Je t’ai découvert en 2001 avec ton premier single "Tout Ou Rien" et le titre "Bien Plus Important". Quel regard portes-tu sur le début de ta carrière ?
« Je voulais simplement que mes chansons vivent. »
C'est très sympa que tu te rappelles de ça car ce n'est vraiment pas récent. (Rires) C’était en effet le tout début. Je suis arrivé sur Paris avec des maquettes de chansons en anglais, en français et puis on m’a donné ma chance sur ce titre "Tout Ou Rien". Je garde un joli souvenir de cette époque. Au départ, mon but n’était pas d’être chanteur, je voulais simplement que mes titres vivent donc ils auraient pu être chantés par d’autres. J’ai plongé dans l’électro assez rapidement et je l'ai intégré à ma musique.

As-tu été frustré de ne pas sortir d’album dans la foulée ?
Pour être franc, je ne l’avais pas à l’époque. J’ai longtemps cherché la formule musicale et je voulais arriver à faire des prods qui me correspondent.

Pourquoi as-tu justement fait le choix par la suite de mettre de l’électro dans tes chansons ?
Je voulais vraiment arriver dans quelque chose de novateur et j’ai mis beaucoup de temps à trouver ce qui me plaît. Je ne voulais pas arriver avec ma guitare ou mon piano et chanter mes textes. Il y en a 10.000 qui le font bien mieux que moi. J’ai toujours été attiré par l’électro et j’ai ainsi travaillé en ce sens.

Quel regard portez-vous sur l’évolution de l’électro ?
« Cette technique facile d’accès a malheureusement minimisé la musique. »
J’y porte un regard très attentif et je suis fier de son évolution. Je trouve d’ailleurs que c’est une révolution et non plus un mouvement. De Madonna aux rappeurs, on retrouve de l’électro un peu partout. Lady Gaga, Kesha... en font et c’est en quelque sorte devenu la nouvelle pop. Je n’entends pas cette révolution en français et c’est un peu pour cela que j’ai été sur ce créneau. Si je dois trouver un élément négatif, je dirais que cette technique facile d’accès a malheureusement minimisé la musique. Elle est certainement moins riche harmoniquement qu’avant car certaines personnes s’improvisent dans ce domaine sans s’y connaître.

Tu as une voix particulière et facilement identifiable. Pourquoi as-tu choisi ce créneau vocal ?
J’ai beaucoup chanté, j’ai rencontré les bonnes personnes et j’ai progressé vocalement. Il est vrai que je suis un chanteur qui pousse un peu dans les refrains et c’est d’ailleurs lié également aux chanteurs qui sont mes références. J’ai une tessiture vocale assez haute qui me permet ainsi d’avoir une certaine marque de fabrique car ces interprétations sont beaucoup moins fréquentes qu’avant.

Tu cartonnes avec le groupe Ocean Drive. Comment est née cette collaboration ?
C’est arrivé très naturellement, comme toutes les rencontres que j’ai faites jusqu’à aujourd’hui. J’ai croisé deux producteurs fans de Galleon et nous avons parlé musique. J’ai ensuite écouté en studio ce qu’ils faisaient. Dans les instrus, j’ai bien aimé l’esprit du titre "Some People" et j’ai travaillé dessus. Ce fut le déclic de cette collaboration. Nous avons mis le titre sur MySpace et DJ Oriska s’est manifestée. Elle avait envie d’apporter sa touche et l’accord de nos univers respectifs a fait Ocean Drive.

Retrouvez le clip de "Some People" d'Ocean Drive :



On peut parfois penser à Discobitch en écoutant Ocean Drive, notamment en raison du phrasé en français et de la voix féminine. Qu’en penses-tu ?
« Ocean Drive est sur quelque chose de plus mélodique que Discobitch. »
Les membres de Discobitch ont été les premiers à faire ce son en français, tout en réussissant le fait que ça frappe fort. On peut ensuite trouver des similitudes mais nous n’avons pas le même rapport à la musique. Discobitch est une façon de parler, une attention alors qu’Ocean Drive est sur quelque chose de plus mélodique. Nous sommes deux chanteurs, un gars, une fille, il y a vraiment des refrains et il suffit de constater ce qui se passe depuis quelques mois, cinq ou six groupes font la même chose que nous.

N’as-tu pas l’impression que la pauvreté des paroles peut faire oublier certaines richesses mélodiques ?
Je reconnais tout à fait la pauvreté des paroles et nous sommes les premiers à en rigoler. Que ce soit Discobitch ou Ocean Drive, l’objectif est le clubbing. Nous savons pertinemment que nous n’allons pas révolutionner la musique. Nous voulons que cela soit rythmique au niveau vocal pour que les gens dansent dessus, le but n’est pas de faire passer des messages. C’est aussi pour cela que j’aime mener plusieurs projets en même temps. Mon album solo en français me permet notamment de faire un travail plus profond sur les textes.

Est-ce que les parties en français sur les titres d’Ocean Drive sont aussi destinées à pouvoir intégrer les quotas ?
On ne l’a pas fait pour cela mais il est vrai que cela nous a permis de devenir quota français. Je pense que cela explique en partie notre succès, ou du moins le fait que nous avons été bien diffusé. Le fait que le français soit parlé de façon presque linéaire met en valeur le refrain. La formule fonctionne bien et nous avons déjà fait trois tubes. Cela sonne anglais et c’est quota français. Je pense que tous les groupes qui nous ont copié l’ont fait pour cela. Notre démarche n’était pas la même.

Retrouvez le clip de "Because" d'Ocean Drive :



Quels sont les projets d’Ocean Drive ?
« Ocean Drive prépare un nouvel album. »
Nous préparons le quatrième single et un nouvel album. Nous allons faire évoluer notre son pour le prochain opus. C’est une collaboration qui fonctionne car tous les éléments sont là. Chacun des membres apporte quelque chose d’indispensable à la formation. On s’entend bien, on se fait plaisir et pour le reste, c’est comme pour tous les artistes, c’est le public qui décide.

Est-ce que le fait d’avoir une mère chanteuse de jazz et un père contrebassiste t’a conditionné à être attentif aux mélodies ?
Je ne peux pas dire que la musique est innée chez moi ; je suis né avec elle. Il devait certainement y avoir la radio allumée quand je suis sorti du ventre de ma mère. (Rires). Toute ma famille est dans la musique. J’ai touché très rapidement à la batterie, au piano et mes parents m’ont guidé vers des choses très mélodiques. Si une personne écoute du rap, elle aura du mal à faire des mélodies ou des refrains.

Pourquoi n’apparais-tu jamais dans les clips d’Ocean Drive ?
C’est volontaire et ce fut la même chose pour Galleon. Je trouve simplement que cela n’apporte rien aux projets et je préfère rester dans l’ombre. Oriska défend très bien le projet. J’ai toujours eu mon parcours solo et mes chansons en français donc j’existe sans ces collaborations. Je tiens cependant à dire que je n’ai aucunement honte d’Ocean Drive. C’est simplement une envie de ne pas brouiller les pistes.

Tu as en effet été un membre de Galleon et le titre "So I Begin" a cartonné dans une vingtaine de pays. Comment as-tu vécu ce succès ?
« Avant Galleon, j’étais un galérien de la musique. »
Cela m’a surtout donné beaucoup de confiance en moi. Je l’ai vécu comme un rêve éveillé. Avant Galleon, j’étais un galérien de la musique. Ce succès m’a ouvert des portes et j’ai tourné dans le Monde entier. Pendant deux ans, ce fut très intense. On me parle encore de ce projet et cela me fait plaisir qu’il ait laissé une trace.


Retrouvez le clip de "So I Begin" de Galleon :



Le public ne savait d’ailleurs pas forcément que Galleon était un groupe français.
C’est assez drôle ce que tu dis car en fait, beaucoup de personnes pensaient justement que nous étions Australiens. Nous n'avons jamais su pourquoi d’ailleurs. Cependant, cela a contribué à l’image du groupe alors qu’en fait, nous avons tout fait à Toulon. (Rires)

N’as-tu pas le sentiment que le public connaît ta voix grâce à tes différents projets mais que tu restes finalement assez peu connu ?
« J’aime de plus en plus le rapport avec le public. »
J’en suis totalement conscient et je m’en suis beaucoup amusé d’ailleurs. Mon plaisir premier est de faire de la musique puis de la voir vivre. Je vis de la musique, mes disques fonctionnent bien et il est vrai que j’aime de plus en plus le rapport avec le public. Le disque en français m’est aussi important dans ce sens. Le public peut penser que je suis Anglais mais je n’ai jamais fait croire cela. Je me montre désormais, j’assure toute la promo, je fais les photos, je prends du plaisir à faire les interviews et c’est très agréable.

Quel message aimerais-tu transmettre au public et aux internautes ?
Continuez à aimer la musique, à l’écouter et à la découvrir en concert.

Merci Gilles pour cette sympathique interview.
Merci pour ton soutien.
la Redaction
Pour en savoir plus, visitez gilles-luka.com ou son MySpace officiel.
Pour écouter et/ou télécharger le nouveau single de Gilles Luka, "On s'évite", cliquez sur ce lien.
Ajoutez un commentaire
Zaza&zic
le 21/02/2010, 15:20
Citer
Je trouve super le parcours de cet artiste. Il a plein de styls differents mais sa voix reste tres particuliere et il chante vraiment bien, pour moi il fait parti des meilleurs artistes en france et je suis plutôt electro mais je suis content de découvrir son album en francais et je trouve trés fort le titre On s'evite. Bonne continuation à Gilles Luka...
Zaza&zic
le 21/02/2010, 15:20
Citer
Je trouve super le parcours de cet artiste. Il a plein de styls differents mais sa voix reste tres particuliere et il chante vraiment bien, pour moi il fait parti des meilleurs artistes en france et je suis plutôt electro mais je suis content de découvrir son album en francais et je trouve trés fort le titre On s'evite. Bonne continuation à Gilles Luka...
Invité
le 21/02/2010, 15:35
Citer
Ouaaa je savais pas que Just because you lied c'était lui aussi !!! Enorrrrrme !!! Quel talent ce mec
Invité
le 21/02/2010, 15:36
Citer
Ouaaa je savais pas que Just because you lied c'était lui aussi !!! Enorrrrrme !!! Quel talent ce mec
Invité
le 21/02/2010, 23:20
Citer
je connaissé ses zics mais je connaissé pas bien le personnage, maintenant j'en sais +, interview trés interessante
NENEL
le 22/02/2010, 09:35
Citer
Super artiste !!!
Invité
le 22/02/2010, 20:29
Citer
Je ne comprendrai que difficilement (l'aspect $$$, évidemment) pourquoi un mec avec un tel talent vocal le gâche à faire des productions aussi pauvres, aussi bien Ocean Drive que "On s'évite", un titre en effet à éviter qui fait fonds de tiroirs de M Pokora. Il se fout aussi de notre gueule dans l'interview quand il explique que le phrasé à la Discobitch dans Ocean Drive, ça n'a pas été fait d'abord pour les quotas. C'est évidemment la raison d'être d'Ocean Drive, ces couplets ridicules en Français, pour passer plus facilement en FM.
Invité
le 23/02/2010, 15:51
Citer
J'adore !!!! Ce mec a vraiment un talent incroyable. Tout ce qu'il touche est de l'or. BRAVOOOOOOO
Invité
le 23/02/2010, 16:30
Citer
jaime pas ocean drive. jaime bien galleon
Invité
le 23/02/2010, 16:31
Citer
super artiste tres ceatif avec une belle palette vocale et artistique , continue comme ca , le talent fini toujours par payer , toutes tes creations sont geniales quelles soit pop ou electro ......
TATANELLE
le 24/02/2010, 10:48
Citer
super artiste tres ceatif avec une belle palette vocale et artistique , continue comme ca , le talent fini toujours par payer , toutes tes creations sont geniales quelles soit pop ou electro ......


ENTIEREMENT D'ACCORD. Toutes tes créations sont geniales !!!
Invité
le 24/02/2010, 15:34
Citer
trop minet a mon gout !!!
un peu de simplicité ne fais pas de mal...
Invité
le 27/02/2010, 16:32
Citer
il connais meme pas sa chanson .... meme le playblack a voir et mauvais ....!!!
Invité
le 12/03/2010, 12:48
Citer
Très sympa ce qu'il fait. C'est frais, ça bouge bien et sa voix est originale.
Invité
le 13/03/2010, 02:13
Citer
il appartient à une nouvelle génération d'artiste

Ajoutez un commentaire

Vous aimez

... les spectacles du moment !

A ne pas rater

Nos dossiers incontournables !

  • Que devient... David Charvet ? Que devient... David Charvet ?
  • Les 10 lives les plus désastreux en vidéos Les 10 lives les plus désastreux en vidéos

Jeux concours

Jouez et gagnez des lots !

  • Concours Sam Smith

    Sam Smith

    Des albums à gagner

Charts in France

Copyright © 2002-2014 Webedia - Tous droits réservés

  • A propos de Pure Charts
  • Publicité
  • Envoyer une info à la rédaction
  • Courrier des lecteurs
  • Nous contacter
  • SACEM
  • SNEP