Mot de passe oublié ? Cliquez-ici

Accueil > Actualité > Interview > Indochine en interview
Interview
mardi 27 janvier 2009 00:00
21

Indochine en interview

Le groupe Indochine publiera le 9 mars prochain un nouvel album et remontera sur scène à l'occasion d'une grande tournée qui passera par le Stade de France le 26 juin 2010 ! Les fans du groupe peuvent d'ores et déjà réserver leurs places. Une tournée qui passera à travers la France, mais aussi la Belgique et la Suisse. Nicola Sirkis et Oli de Sat ont répondu à nos questions à propos de cette série de concerts, et lèvent le voile sur certains détails...
Vous êtes en pleine répétition après avoir enregistré l’album quelques mois avant sa sortie. Pourquoi répétez-vous tellement en amont avant les concerts ? (Bertrand Dicale, journaliste)
Nicola Sirkis - C’est la première fois. C’est un service qu’on se rend. Il s’agit de ne pas travailler dans la précipitation et le stress. C’est un album plus difficile à faire sur scène que d’autres. Les morceaux sont musicalement radicalement différents les uns des autres. Il y a des morceaux acoustiques, il faut bien gérer les petits détails. Au lieu d’attendre patiemment chez soi la sortie de l’album, on a commencé à travailler. L’idée de commencer à travailler tout de suite fait qu’on n’enchainera pas deux mois de répétition avec le stress de la première date. On commence par étape. On s’est dit que cette fois ci, on allait faire trois périodes de répétition tous les deux mois. C’est une façon de travailler plus relax. En plus, on a besoin d’avoir une idée très précise de ce qu’on voudrait faire pour cette tournée en octobre, par rapport à l’infrastructure qu’il va y avoir. Il n’y a pas de mise en scène mais des images vidéo. Comme d’habitude, on se décide toujours au dernier moment. Là, on donne le temps aux gens qui travaillent avec nous de faire des images, de travailler. Il y a un gros travail d’éclairage, de son et d’image sur deux ou trois morceaux. Donc il faut s’y prendre un peu à l’avance. Ça devient sérieux, avec les dates qui arrivent. On y va un peu plus professionnellement.

Vous avez annoncé que vous alliez finir votre tournée au Stade de France. Est-ce que cela a conditionné l’écriture et l’arrangement des morceaux, de se dire que le cadre dans lequel vous allez jouer est encore plus vaste que les précédents ?
Nicola Sirkis - Je ne sais pas si on s’est posé la question. On a dû se décider pendant l’écriture.
Oli de Sat - Non, ça n’a pas eu d’influence. Le Stade de France est une date de concert et non pas une date de fin de quoique ce soit. Ce n’est pas un but pour l’album ou pour le groupe. On essaie de prendre ça comme un concert. L’écriture de l’album s’est faite pendant un an et demi. Nicolas a eu l’idée du Stade de France en fin d’écriture. L’album était déjà bien avancé. On n’a pas du tout calculé les compositions ou les arrangements par rapport au stade. Heureusement.
Nicola Sirkis - Par contre, avant de les écrire, on sait celles qui seront faciles à faire live et celles qui ne le seront pas. On sait comment ça pourrait fonctionner. J’avais ça dans la tête pendant toute l’écriture mais ce sont deux choses différentes, deux choix différents.

A la sortie de l’album « Alice & June », vous aviez dit assez clairement qu’il n’était pas impossible que la tournée qui allait suivre cet album soit la dernière tournée d’Indochine. Qu’est-ce qui fait que vous reveniez sur scène, que vous fassiez une grosse tournée ? Est-ce la tournée de « Alice & June » qui vous a donné l’envie de continuer à faire de la scène ?
Nicola Sirkis - C’est l’argent. On a besoin de vivre ! (rires). A chaque début de tournée, j’ai énormément d’angoisses. Je ne sais pas si je vais arriver à la finir. Je vois toutes les dates qui s’ajoutent, le nombre de personnes qui vont y être et j’ai l’impression de ne pas pouvoir y faire face, physiquement, moralement… Je me donne toujours une porte de sortie. Mais c’est vrai que la tournée de « Alice & June » a été une de nos plus belles. La plus belle qu’on n’est jamais réalisée, de tous les points de vue, avec l’équipe qui nous entourait, les images, le public… Sortant du succès monstrueux de « Paradise », on ne s’attendait pas du tout à ça. Ça nous a donné une énergie positive. J’avais dit la même chose au début de la tournée « Paradise », qu’on ne ferait peut être plus de grande tournée comme ça. Finalement, en début de tournée, on part en se disant qu’il va falloir tenir. A la fin, alors qu’on est beaucoup plus fatigués, on a envie d’y retourner tout le temps. C’est comme une drogue. Mais on n’a pas joué depuis deux ans. Ça nous a donné le temps de réfléchir. Sur cette tournée, c’est la première fois que je dis que ça ne sera pas la dernière. C’est plutôt mauvais signe quelque part. Je déconne !

Vous annoncez une tournée dans les grandes salles et le Stade de France. Vous avez pris goût au gigantisme et vous n’imaginez plus de jouer dans des petites salles ?
Nicola Sirkis - On a terminé la tournée « Alice & June » par cinq petites salles, à l’époque de la sortie du DVD. On a joué dans des salles de mille personnes. On n’a aucun favoritisme sur les grandes ou les petites choses. Je pense qu’il y aura des concerts éparses, qu’on va essayer de monter dans des salles plus petites. Ce qui est toujours intéressant, c’est de passer de grandes dimensions à des petites. Mais on n’a pas un goût du gigantisme. Un goût du risque oui. Le goût de s’apercevoir et de voir qu’un groupe français peut réussir à faire ça. Ce qui m’a poussé à faire le Stade, c’était de me dire que notre public mérite de nous voir dans une arène pareille, que ce n’est pas réservé à des groupes anglo-saxons ultra médiatisés ou à quelques artistes français ultra médiatisés. On peut aussi réussir à faire une autre voie. Ça a l’air de fonctionner, en imposant un prix pas cher pour les places, en faisant plein de choses. Ça veut dire qu’il n’y a pas les gagnants et les perdants. On arrive toujours à provoquer.

Economiquement, comment arrivez-vous à imposer et à maintenir un prix des places si bas alors que tout le monde sait que le prix des places de concert s’envole ces dernières années ?
Nicola Sirkis - On décide de gagner moins d’argent. Nos équipes techniques sont payées au même prix que celles des autres artistes. Mais on n’est pas là pour s’acheter un yacht de plus. Déjà on n’en a pas. Ce n’est pas le but d’Indochine que de s’enrichir en faisant de la musique. C’est vrai que ceux qui pratiquent un prix des places plus cher, alors que notre production n’est pas du tout au rabais, ont un autre but, un but économique. Nous nous n’avons pas de but économique. Notre premier but est le plaisir.

On parle depuis vos premiers tubes du public d’Indochine comme d’un public particulier, qui s’est renouvelé entièrement sans doute plusieurs fois. Qu’est-ce que ce public a de si particulier ?
Nicola Sirkis - En ayant vu beaucoup de concerts, même si on est mal placés, je trouve que c’est un public passionné comme j’en ai rarement vu. Passionné au sens noble du terme. Ils ne sont pas hystériques.
Oli de Sat - Je me souviens que dans les années 90, avant de rentrer dans Indochine, j’étais fan du groupe. Médiatiquement, le groupe était au creux de la vague. Dans les salles, il y avait une effervescence, une communion avec le public qui était bien là. Le public a toujours suivi, soutenu et défendu le groupe d’une façon assez inexplicable. Je trouve ce rapport étrange, quand on voit que le premier rang est là quasiment sur toutes les dates. Ils font du covoiturage pour nous suivre partout. Ils prennent leurs vacances en fonction des dates de concert. C’est une histoire passionnelle assez inexplicable. Je pense que ça vient un peu forcément du groupe. C’est un des rares groupes qui respecte son public. On va se bagarrer pour avoir des places de concert pas excessives, on a une déontologie vis-à-vis de la musique et des médias. Je pense que depuis le temps le public a compris ça et se sent attaché à ce groupe.

On a souvent parlé de la fin d’Indochine, que ce disque là ou le suivant serait le dernier. Il y a toute une mythologie de la fin d’Indochine, quasiment depuis vos débuts. Est-ce difficile à vivre d’être toujours le phœnix, annoncé en fin de carrière à chaque album et de renaitre à chaque fois de ses cendres ?
Nicola Sirkis - C’est rigolo. On est quand même plus proche de la fin que du début. On n’est pas en début de carrière. Je me rappelle de certains commentaires du premier album, « Le début de la fin »… Maintenant, c’est « Est-ce qu’ils vont vraiment arrêter ? ». Je ne m’imaginais pas être là au bout de trente ans. Ça s’est fait irrationnellement. C’est toujours plus intéressant d’être un outsider plutôt que d’être le succès annoncé ou confirmé.

Vous avez dit une ou deux fois que vous rêviez d’arrêter la musique et de disparaitre d’une certaine manière, comme Salinger. C’est toujours un fantasme ?
Nicola Sirkis - C’est toujours un fantasme très réalisable. Si j’y arrive, je préférerais être un vieil écrivain qu’un vieux chanteur. Un vieux chanteur, c’est toujours un peu pathétique. Mais est-ce qu’on peut trouver les Stones pathétiques ? Ils font toujours du rock à 60 ans passés. Il y a du pour et du contre. Je ne sais pas. Pour l’instant, j’arrive encore à me regarder dans la glace. J’attends le moment où je me dirais qu’il faut que je m’arrête. J’ai toujours trouvé ça pathétique d’être un vieux chanteur.

Vous posez nus sur votre affiche. Avez-vous l’impression que la musique peut encore choquer, être encore dangereuse ? La vôtre en particulier ?
Nicola Sirkis - La nôtre, je ne sais pas. Oui et non. Le but quand on s’est mis à poil sur cette affiche n’était pas de choquer. En France, en démocratie, on voulait montrer qu’on allait faire le Stade de France sans artifice. C’est à la scène comme à la ville. On n’a pas besoin d’un concept, de dire que c’est notre dernière tournée, que je vais très mal, que je suis écrasé contre le sol. On voulait dire « Restons simple, et on peut arriver à faire le Stade de France ». C’est aussi un hommage à un photographe américain. Maintenant, la musique peut toujours véhiculer des choses. Sur chaque album, on peut balancer des trucs qui resteront. On peut se permettre çà. On a la chance d’avoir la liberté d’expression et cette liberté d’expression est communicative.
On ne va pas se gêner de temps en temps. Qu’une chanson comme « Troisième sexe » reste toujours d’actualité aujourd’hui alors qu’elle a été écrite il y a vingt ans, c’est toujours intéressant. On a sa petite fierté par rapport à çà. Elle n’aura rien changé au monde, au niveau de l’homophobie, mais elle restera quand même.

Pour découvrir toutes les dates de la tournée d'Indochine et réserver vos places, cliquez sur ce lien.
Pour accéder à la fiche d'Indochine sur Charts in France, cliquez ici.
la Redaction
Ajoutez un commentaire
Invité
le 27/01/2009, 19:38
Citer
J'espère qu'Indo remplira le stade. J'attends leur dernier opus avec grande impatience. Juste une dernière chose : si Nicolas pouvait arrêter tout le temps d'égratigner, l'air de rien, Mylène Farmer !
alba67
le 27/01/2009, 19:43
Citer
C'est normal les prix des places pour Mylène car elle paye tout de ses propres poches après tout les grands coup de ses clips,spectacles et albums faut bien qu'elle puisse vivre car l'industrie du disque est déja très cher.
Invité
le 27/01/2009, 19:57
Citer
J'aime bien ce groupe mais je ne suis pas persuadé que Nicola Sirkis soit obligé de toujours tâcler d'autres artistes qui ont eux aussi énormément de talent et de succès pour prouver sa propre réussite...
Invité
le 27/01/2009, 19:59
Citer
J'espère qu'Indo remplira le stade. J'attends leur dernier opus avec grande impatience. Juste une dernière chose : si Nicolas pouvait arrêter tout le temps d'égratigner, l'air de rien, Mylène Farmer !
pareil j adore indo mais nicolas commence a me gonfler avec mylene farmer ! je l ai vu elle en concert et elle assure pour eux c est pareil mais cette critique me gonfle
Invité
le 27/01/2009, 20:51
Citer
ils sont comme certains comiques qui se permetent de vomir sur des artistes tout simplement pour faire rire
en tout cas , ils n ont pas encore affiché complet pour le stade de france
et aux nrj arwards , contrairement a mylene, le jour de la remise des prix , ils n etaient pas la
Monument
le 27/01/2009, 21:35
Citer
ils sont comme certains comiques qui se permetent de vomir sur des artistes tout simplement pour faire rire
en tout cas , ils n ont pas encore affiché complet pour le stade de france
et aux nrj arwards , contrairement a mylene, le jour de la remise des prix , ils n etaient pas la


Ils étaient la ;-) mais ne se sont pas abaissé a repondre aux questions idiotes de Nikos
Invité
le 27/01/2009, 22:33
Citer
Oui ils étaient là, mais n'étaient pas nommés (ce qui est normal, vu qu'ils n'avaient pas encore de réelle actualité en 2008). Sinon, oui, je les apprécie beaucoup, mais si Nicola pouvait arrêter de toujours critiquer les autres (d'ailleurs je trouve ça dévalorisant pour lui même de toujours se comparer à quelqu'un d'autre). S'il continue, dans quelques années il va finir par ressembler à Jean-Louis Murat (mdr).
Invité
le 27/01/2009, 22:41
Citer
J'ai eu la chance d'écouter le prochain album..il est excellent...Vivement le 9 mars!!!
Invité
le 27/01/2009, 22:43
Citer
Cette interview est le compte rendu écrit d'une interview vidéo réalisée il y a peu...
Invité
le 27/01/2009, 22:50
Citer
Ce groupe propose toujours les mêmes choses et ne sait pas se réinventer. Dommage. Ils se foutent maintenant à poil pour vendre des disques. Ils sont ridicules.
Invité
le 28/01/2009, 14:11
Citer
Oui ils étaient là, mais n'étaient pas nommés (ce qui est normal, vu qu'ils n'avaient pas encore de réelle actualité en 2008). Sinon, oui, je les apprécie beaucoup, mais si Nicola pouvait arrêter de toujours critiquer les autres (d'ailleurs je trouve ça dévalorisant pour lui même de toujours se comparer à quelqu'un d'autre). S'il continue, dans quelques années il va finir par ressembler à Jean-Louis Murat (mdr).


désolé de te contredire , mais le jour j ,ils n ont fait aucune prestation contrairemetn a mylene , mais je ne veux pas faire de comparaison ou me servir de l un pour taper sur l autre ,
je les apprecie tous les deux , mais pas certain propos de nicola ,de plus ca ne le valorise pas , dommage
Invité
le 28/01/2009, 21:46
Citer
Oui ils étaient là, mais n'étaient pas nommés (ce qui est normal, vu qu'ils n'avaient pas encore de réelle actualité en 2008). Sinon, oui, je les apprécie beaucoup, mais si Nicola pouvait arrêter de toujours critiquer les autres (d'ailleurs je trouve ça dévalorisant pour lui même de toujours se comparer à quelqu'un d'autre). S'il continue, dans quelques années il va finir par ressembler à Jean-Louis Murat (mdr).


désolé de te contredire , mais le jour j ,ils n ont fait aucune prestation contrairemetn a mylene , mais je ne veux pas faire de comparaison ou me servir de l un pour taper sur l autre ,
je les apprecie tous les deux , mais pas certain propos de nicola ,de plus ca ne le valorise pas , dommage


Je croyais qu'ils étaient en Amplex : vidéo sur notre TV mais présents sur scène, comme Mylène Farmer. Autant pour moi.
Invité
le 29/01/2009, 09:56
Citer
Dommage que Nicola se ridiculise de plus en plus en crachant bêtement sur Mylène Farmer, dont il partage le public. C'est contradictoire avec le message d'Indochine, "Tolérance"... mon cul oui.

Bref, dommage que Nicola se soit trop influencé de l'attitude néfaste et moqueuse d'Olivier Gérard. A part ça, vivement le nouvel album, "little dolls" rappelle la belle époque !
Invité
le 29/01/2009, 21:30
Citer
Je suis d'accord. Les fans d'Indo que je connais adorent Mylène, et les fans de Mylène aiment très souvent Indochine. Sauf que Mylène n'a jamais et ne dira jamais du mal d'Indochine (et de qui que ce soit d'ailleurs).
Invité
le 31/01/2009, 10:34
Citer
qu on aime ou qu on aime pas on dois quand meme le respect a ce groupe et le stade est deja presque complet55xxx place vendu sur 65500(stade complet) et deja 200000place vendu pour la province.et si il sont la depuis 30 ans c au contraire je pense parceque il sont toujours fait la meme chose,il n ont pas cherche a sastisfaire des gens ou passez par de l opportuniste.et c pas faut mylene(que je respect aussi) cherche l argent,ya qu a prendre l exemple avec alizée.

Ajoutez un commentaire

Vous aimez

... les spectacles du moment !

A ne pas rater

Nos dossiers incontournables !

  • Ils se sont payés le luxe de refuser un tube ! Ils se sont payés le luxe de refuser un tube !
  • Les papys du rap font de la résistance ! Les papys du rap font de la résistance !

Jeux concours

Jouez et gagnez des lots !

Charts in France

Copyright © 2002-2014 Webedia - Tous droits réservés

  • A propos de Pure Charts
  • Publicité
  • Envoyer une info à la rédaction
  • Courrier des lecteurs
  • Nous contacter
  • SACEM
  • SNEP