Mot de passe oublié ? Cliquez-ici

Accueil > Actualité > Chronique d'album > Actualité de Nolwenn Leroy > Nolwenn Leroy comme une sirène dans l'eau pour son nouvel album "Ô filles de l'eau"
Chronique d'album
mardi 27 novembre 2012 09:41

Nolwenn Leroy comme une sirène dans l'eau pour son nouvel album "Ô filles de l'eau"

Nolwenn Leroy chante la mer et les océans dans son cinquième album "Ô filles de l'eau", se transformant en sirène et retrouvant sa harpe pour nous envoûter. La chanteuse donne une suite à "Bretonne" avec des titres originaux chantés dans plusieurs langues, et produit sous la houlette de Jon Kelly.
Crédits photo : Emma Pick
Meilleure vendeuse française en 2011, Nolwenn Leroy avait un défi à relever avec son cinquième album, chargé de succéder au carton "Bretonne". D'emblée, Nolwenn Leroy avait - logiquement - annoncé que son nouveau disque resterait dans la même tonalité. Il a d'ailleurs été enregistré dans les mêmes studios londoniens, avec la même équipe de musiciens et toujours sous la houlette de Jon Kelly. Mais, si on pouvait craindre un manque d'originalité ou une certaine lassitude, il n'en est rien. Le premier single, "Juste pour me souvenir", rassure. Entraînant et entêtant, le morceau nous embarque sur le terrain du folklore et la voix de Nolwenn fait le reste. « Un peu d'eau et de sel / Juste pour me souvenir / Que derrière les nuages du ciel / Se cache ton sourire ». Le texte, poétique à souhait, reprend certains thèmes déjà vus sur "Bretonne" mais va un peu plus loin. Nolwenn Leroy a décidé de faire l'éloge des mers et des océans en évoquant la marée, les vagues et le sel.


Une sirène qui nous fait voyager dans le fond des océans


"Davy Jones", piste d'ouverture, annonce la couleur : ce personnage légendaire est associé à la mort et aux profondeurs des océans. De même que "Ophélia" est un nom fréquent dans les contes et légendes celtiques. Mais dans cette chanson, rock dans l'âme et à la mélodie imparable, c'est plus précisément d'Ophélia de Millais dont il est question. Même constat à l'écoute de "Sixième continent", dont les onomatopées invitent à la danse. Et pourtant, on ne peut pas dire que le thème abordé soit le plus gai qui soit. Sirène, la chanteuse pleure les bateaux et les marins qu'elle aimerait séduire mais qui ne viennent pas, rebutés par les cordes de sa harpe « en plastique » stigmatisant un territoire pollué.

Difficile de réaliser un hommage à la mer et aux océans sans évoquer les catastrophes écologiques. Autant dire que l'album "Ô filles de l'eau" ne fait pas que compiler des chansons d'amour ou des tableaux de paysages bretons, mais traite de sujets de fond. Dans la chanson-titre, Nolwenn évoque ces femmes qui bravent les tempêtes, témoignant d'une force de caractère. « Les nuits elles mènent leur barque, sans peur sans faille ». Pour "Une nuit sans fin", une chanson plus surprenante par son rythme et ses arrangements qui tranchent avec le reste du disque, l'artiste rappelle que chacun d'entre nous, même les plus grands, a une fin et connaitra le même destin.


Dans la continuité de "Bretonne", mais pas seulement


Bien évidemment, l'artiste, en collaboration avec Christophe Miossec, Jean-Christophe Urbain, Sophie Delila et Gwennyn (textes et musique), aborde des thèmes plus légers. Et là où Nolwenn couplait des thèmes plus durs avec des airs entraînants, elle choisit d'évoquer ces bouteilles de sable qui renferment nos souvenirs sur un ton grave, presque dramatique : « Ne te moque pas si j'ai volé le lit de la mer / Je l'ai gardé tout au creux d'un flacon de verre ». Nolwenn Leroy s'essaie à la langue de Shakespeare sur deux titres, "Homeland" et "Limitless", mais c'est quand elle chante en breton qu'elle excelle. "Ahès" rappelle clairement "Bretonne", alors que des morceaux comme "D'émeraude" et "A la vie à la mort" nous permettent de parler de frontières entre "Ô filles de l'eau" et son précédent effort. Musicalement, cordes, harpe, percussions et claviers sont au programme, avec quelques nuances qui là aussi permettent de dire que "Ô filles de l'eau" n'est pas un bis repetita de "Bretonne".

Nolwenn Leroy a véritablement trouvé sa voie avec "Bretonne", qui n'était pas qu'une simple parenthèse mais bel et bien un nouveau départ. La chanteuse vogue vers de nouveaux horizons et réussit encore une fois à nous séduire avec des mélodies soignées, une interprétation lyrique et des textes poétiques.


Jonathan HAMARD
Plus d'informations sur nolwenn.org et sur la page Facebook de Nolwenn Leroy.
Écoutez et/ou téléchargez l'album "Ô filles de l'eau" de Nolwenn Leroy.
Dans l'actu musicale
Clips & vidéos
Clip Nolwenn Leroy - Moonlight Shadow
Nolwenn Leroy
Clip Nolwenn Leroy - Brest
Nolwenn Leroy
Clip Nolwenn Leroy - Textile Schizophrénie
Nolwenn Leroy
Clip Nolwenn Leroy - Qui Mieux Que Moi
Nolwenn Leroy
Clip Nolwenn Leroy - Mystère
Nolwenn Leroy

Vous aimez

... les spectacles du moment !

A ne pas rater

Nos dossiers incontournables !

  • Quels sont les pires titres français des 80's ? Quels sont les pires titres français des 80's ?
  • Les plus célèbres chansons de l'univers Disney Les plus célèbres chansons de l'univers Disney

Jeux concours

Jouez et gagnez des lots !

  • Concours Mariah Carey

    Mariah Carey

    Des places de concert à gagner !

Charts in France

Copyright © 2002-2014 Webedia - Tous droits réservés

  • A propos de Pure Charts
  • Publicité
  • Envoyer une info à la rédaction
  • Courrier des lecteurs
  • Nous contacter
  • SACEM
  • SNEP