Mot de passe oublié ? Cliquez-ici

Accueil > Actualité > Nous y étions > Actualité de Les coquettes > Les Coquettes : 3 raisons d'aller voir le spectacle musical à l'Olympia
Nous y étions
mercredi 31 mai 2017 16:00

Les Coquettes : 3 raisons d'aller voir le spectacle musical à l'Olympia

Attention, phénomène ! Après avoir cartonné au Grand Point Virgule, les Coquettes investissent la scène mythique de l'Olympia ce vendredi 2 juin. On vous détaille en trois points les raisons de ne pas louper ce trio décapant mêlant chant et humour.
Crédits photo : Affiche du spectacle

Un trio irrésistible


Les Coquettes, c'est avant tout trois copines : Juliette, la blonde pulpeuse, Lola, la girl next door décomplexée et Marie, la féministe au caractère bien trempé. Unies par la même passion du chant, ces trois sirènes « glamour mais couillues » se sont rencontrées sur "Le Soldat rose", le conte musical de Louis Chedid, en 2007. De cette amitié est née l'envie de proposer un show unique en son genre reflétant leurs personnalités fantasques. Et du talent, les Coquettes en ont à revendre. Avec elles, pas le temps de s'ennuyer une seconde ! Mené d'une main de maître avec une générosité sans pareille, le spectacle raconte l'histoire de ces trois bouts de femmes qu'a priori tout oppose mais qui forment un trio de choc. « C'est un peu comme si les Spice Girls et Pierre Desproges avaient eu 3 filles, avec Marilyn Monroe comme nounou et Madonna comme marraine » nous disent-elles. Car oui, entre deux crêpages de chignons, les Coquettes osent tout : parler de cul, se moquer des techniques de dragues foireuses des hommes, taper sur les terroristes... le tout sur des petits airs jazzy ! Fous rires garantis toutes les trois minutes.

Attention, humour décapant !


De la provocation, en veux-tu en voilà : voilà la marque de fabrique des Coquettes. En découvrant leurs jolis minois, impossible d'imaginer un tel déferlement de blagues transgressives et de piques bien senties. La meilleur défense, c'est l'attaque ! Leur plume ciselée est leur meilleure arme. Face au public, qu'elles se plaisent volontiers à bousculer, Lola, Marie et Juliette s'amusent des clichés et n'ont aucun tabou. Les sketchs, amenés avec fluidité, déconstruisent toutes nos attentes et nous embarquent pour un voyage de 1h30 qu'on ne voit pas défiler. On vous prévient, vous n'êtes pas prêts pour "La Petite Fessée du Dimanche soir" ! Avec les Coquettes, on rit des autres, beaucoup, mais aussi de soi-même car l'auto-dérision est reine. Mention spéciale aux petits interludes acoustiques : à pleurer de rire !

Des chansons 100% originales


Bien sûr, la promesse initiale du spectacle est de nous faire rire en musique. Et de ce côté-là, les Coquettes nous en mettent plein les oreilles. "Shoubidou", "Mon missionnaire", "Hey mademoiselle"... Chaque chanson, mise en relief par un pianiste habile ou quelques notes de guitare, nous transporte dans un univers rafraîchissant évoquant l'age d'or du cabaret et le music-hall. On pense à Brigitte pour l'harmonie des voix et à Brassens, pour la malice et le goût du bon mot. D'ailleurs, les Coquettes ont préféré renoncer à signer sur un label pour sortir en indépendance un mini-album regroupant les sept chansons phares du spectacle. Et au delà de l'enrobage acidulé, on a affaire à trois vraies interprètes capables de tenir la note finale de "All By Myself" ou de reprendre Céline Dion avec la voix d'Edith Piaf. Chapeau ! On ressort de la salle avec un sourire étincelant aux lèvres et c'est sans doute là le meilleur des baromètres.

Regardez un extrait du spectacle des Coquettes :
Yohann RUELLE

Vous aimez

... les spectacles du moment !

A ne pas rater

Nos dossiers incontournables !

  • Les morts qui gagnent le plus sont chanteurs Les morts qui gagnent le plus sont chanteurs
  • Elles ont chanté Serge Gainsbourg Elles ont chanté Serge Gainsbourg

Jeux concours

Jouez et gagnez des lots !

Charts in France

Copyright © 2002-2014 Webedia - Tous droits réservés

  • A propos de Pure Charts
  • Publicité
  • Envoyer une info à la rédaction
  • Courrier des lecteurs
  • Nous contacter
  • SACEM
  • SNEP