Mot de passe oublié ? Cliquez-ici

Accueil > Actualité > Chronique d'album > Actualité de Julien Doré > "Aimée" : Julien Doré s'alarme avec humour sur un album sincère mais inégal (CRITIQUE)
Chronique d'album
vendredi 04 septembre 2020 18:00

"Aimée" : Julien Doré s'alarme avec humour sur un album sincère mais inégal (CRITIQUE)

De retour avec l'album "Aimée", Julien Doré épanche sa peur de l'avenir face à l'état du monde à cause du dérèglement climatique. Plombant ? Pas vraiment car le chanteur compense son pessimisme avec de l'humour, pour un résultant touchant, mais souvent aussi réussi que bancal. Notre critique !
Crédits photo : Goledzinowski
« Je veux plus écrire les peines que le féminin m'a fait ». Dès les premières phrases du titre introductif "La fièvre", choisi comme premier single de sa nouvelle ère, Julien Doré prévient son auditoire : il ne chantera plus l'amour sur son nouvel album "Aimée", le cinquième de sa carrière. Spoiler : ce n'est pas tout à fait vrai. Après les énormes succès de "Love" et "&", le chanteur prend ici le risque de proposer un disque plus conscient, ancré dans son époque. Oui, comme l'annonçait le single, c'est l'état du monde et les bouleversements de notre société liés au dérèglement climatique qui le poussent à devenir le messager de ce cri d'alarme. « Le monde a changé, il s'est déplacé quelques vertèbres / Où était l'ostéo ? Caché dans son dos, attendant la fièvre » chante-t-il sur le refrain entêtant de "La fièvre". Une prose qui montre bien que Julien Doré a préféré user de métaphores et de pointes d'humour pour évoquer cette catastrophe qui nous concerne tou.te.s. Pour ne pas plomber l'ambiance ni donner de leçons, mais aussi rallier le public à sa cause, à coup de mélodies estivales, comme si de rien n'était. Malin... mais difficile de tenir tout un projet avec ce concept.

L'humour pour se sauver de tout


L'album "Aimée" a donc une ligne directrice : évoquer l'écologie sur des productions ironiquement solaires et impeccables - mais bien trop homogènes - signées Tristan Salvati, avec une bonne dose de second degré ou de cynisme, comme il a pris l'habitude de le faire sur Twitter (avec moins de tact certes). Globalement résigné et défaitiste face au désastre qui se déroule sous nos yeux, Julien Doré a peut-être perdu l'espoir mais pas son sens de la formule. Il désamorce son constat déprimant avec des phrases décalées, parfois un peu bancales ("Tout le monde a quelque chose à dire, sur mes cheveux ou le climat", "Sers-moi de l'amour dans un verre de pastaga", "La vie s'étire comme une chaussette que je ne porterai qu'une fois"), tout en citant Jacquie et Michel ou Kylian Mbappé. Des références qui ne devraient pas très bien vieillir (comme nous, me direz-vous). Comme si, finalement, tout n'était pas (encore) perdu.

La chanson "Kiki", beau single potentiel, en est l'exemple parfait. Sur une mélodie chaloupée et un refrain radiophonique, l'artiste s'adresse à un enfant imaginaire et évoque l'extinction des animaux et de la race humaine. « Tu sais, c'est la honte qui me sert de papier / J'ai dessiné ta tombe avant même de te bercer / Et si ça résonne, et si demain te plaît, faudra que tu pardonnes / On était fatigué » lance-t-il, condamné après avoir échoué à sauver la planète, avant que des choeurs d'enfants (d'ailleurs trop présents sur "Aimée") scandent « On n'est pas fatigué », prêts à prendre la relève. La lumière au bout du tunnel !

Regardez le clip de "Barracuda II" par Julien Doré :



Fort de ce coup d'éclat, Julien Doré répète d'ailleurs à peu près la même recette sur "Barracuda", sans la même saveur. Un titre qu'il décline dans une deuxième version dépouillée. Pour être honnête, une seule aurait suffi. Partagé entre sérieux et déconne (et forcément l'équilibre n'est pas facile à trouver), Julien Doré invite ses chiens Simone & Jean-Marc sur "Waf" - dont les aboiements s'imbriquent parfaitement à la mélodie, même si le titre n'apporte pas grand-chose au tout, s'éclate avec les rappeurs Caballero & JeanJass sur le facile mais entêtant "Bla-bla-bla", et fusionne le doux-amer qui l'habite sur le très joli duo tragico-sensuel "L'île au lendemain" avec Clara Luciani, qui offre d'ailleurs une performance vocale bluffante.

Renouant avec sa poésie et sa stature de crooner, Julien Doré s'offre tout de même quelques escapades (pour le meilleur) avec "Nous", chanson favorite de l'album "Aimée" et véritable tube insouciant digne des 80's, tandis qu'il nous raconte un fail amoureux sur l'excellent "La bise", qui résonne d'ailleurs encore plus fort en période de Covid. Plus grave, Julien Doré évoque la perte, le deuil et l'absence sur "Ami", sans doute en écho à la mort de son ami Christophe, et rêve de "Lampedusa" le temps d'une superbe ballade qui semble s'être un peu égarée des deux précédents albums romantiques de l'artiste.

Mêler pop et écologie sur la majorité d'un projet était risqué. Très investi et astucieux, Julien Doré ne parvenant pas toujours à se renouveler sur "Aimée" mais il réussit tout de même la prouesse de chanter le dérèglement climatique et ses dangers sur des titres bien sentis, en apparence légers, et avec authenticité. Il arrive même à s'amuser, et nous avec, quitte à dériver et à se répéter.
Julien GONCALVES
Toute l'actualité de Julien Doré sur son site internet et sa page Facebook.
Écoutez et/ou téléchargez la discographie de Julien Doré sur Pure Charts.
Dans l'actu musicale
Clips & vidéos
Clip Julien Doré - Paris-Seychelles
Julien Doré
Clip Julien Doré - Bergman
Julien Doré
Clip Julien Doré - Pour Un Infidèle
Julien Doré
Clip Julien Doré - Pudding Morphina
Julien Doré
Clip Julien Doré - Freaky New Child
Julien Doré

Vous aimez

... les spectacles du moment !

A ne pas rater

Nos dossiers incontournables !

  • Que devient... David Charvet ? Que devient... David Charvet ?
  • Les papys du rap font de la résistance ! Les papys du rap font de la résistance !

Jeux concours

Jouez et gagnez des lots !

Charts in France

Copyright © 2002-2020 Webedia - Tous droits réservés