Mot de passe oublié ? Cliquez-ici

Accueil > Actualité > Que devient... ? > Actualité de Ilona > Que devient Ilona ? Argent, succès, nouvelle vie... Elle sort du silence
Que devient... ?
samedi 20 septembre 2014 12:00

Que devient Ilona ? Argent, succès, nouvelle vie... Elle sort du silence

Que devient Ilona ? Véritable phénomène en 2005 avec le tube "Un monde parfait", l'ancienne enfant star, aujourd'hui âgée de 21 ans, a accepté de répondre aux questions de Pure Charts sur son succès, les critiques, l'argent gagné à l'époque, un éventuel retour... et sa nouvelle vie loin des paillettes et de la musique. La chanteuse sort du silence !
Crédits photo : Montage Pure Charts
Bonjour Ilona. Déjà, qu'est-ce que ça te fait d'apprendre que ton titre "Un monde parfait" est le single le plus vendu du nouveau millénaire, loin devant des pointures comme Céline Dion ou Johnny Hallyday ?
Je trouve ça assez incroyable. Je n'ai pas voulu le croire quand on me l'a dit. Il y a quelques années, j'avais entendu ça à la télévision, ça m'avait déjà fait tourner la tête à l'époque. Là c'est un peu la même chose. C'est vraiment très curieux, je ne m'en rends pas vraiment compte. Ça me donne un peu la tête qui tourne. C'est assez impressionnant.

Tu imaginais un tel succès ?
Ah non pas du tout. Au début, on ne pensait pas que ça allait marcher, c'est d'ailleurs pour ça qu'on a utilisé mon vrai nom. On était tellement sûr que ça allait faire un flop. On était à mille lieux de s'imaginer ça.

Comment tu expliques que ça ait marché à ce point ?
Je pense qu'il y a plusieurs raisons. Déjà en 2005, le téléchargement commençait un peu. Et ça ne touchait pas vraiment les chansons pour enfants, ce sont les parents qui achètent les CD pour les enfants. Il y a un peu de ça. Et puis c'est "Un monde parfait", c'est une chanson vraiment joyeuse, qui est enfantine, qui parle que de trucs sympathiques, mignons comme tout. C'est pas une chanson déprimante, elle met de bonne humeur. A mon avis, ce sont les deux facteurs majeurs du succès.

« "Un monde parfait", c'était une chanson comme une autre »
Quand tu l'as enregistrée, tu as senti qu'il se passait quelque chose ou c'était une chanson parmi d'autres ?
(Rires) Ah non, c'était vraiment un truc comme un autre. J'étais encore plus petite, j'avais fait la chanson quelques années avant que ça sorte, j'avais 8-9 ans. Comme j'en avais déjà fait avant, c'était une chanson comme une autre. C'était même pas sensé sortir en France, ça devait être que pour l'Italie. Elle n'avait rien de particulier.

Comment tu es arrivée toi, si jeune, à te retrouver dans un studio pour enregistrer des chansons ?
En fait, mon père travaille là-dedans, donc j'ai toujours fait ça. Je connaissais les producteurs car j'avais fait des voix pour des pubs, j'avais fait 2-3 trucs, et c'était un ami italien de mon producteur qui lui a demandé s'il ne connaissait pas une petite fille pour chanter une chanson en français mais pour l'Italie. Comme j'avais travaillé avec lui à ce moment-là, il a pensé à moi, j'ai dit oui car c'était plutôt amusant à faire. Ca allait sortir en Italie, j'étais contente, c'était sympa, ça faisait une expérience. Je n'ai jamais fait de télé en Italie d'ailleurs, je n'y suis jamais allée d'ailleurs. Et en fait, c'est sorti deux ans en France, donc on s'y attendait vraiment pas. C'était pas du tout prévu.

Donc quand ça a explosé, tu étais passée à autre chose ?
Ah oui mais complètement ! Je ne pensais même plus à ça. On m'a dit "Tu te souviens de la chanson que tu as chanté ? On va la sortir en France". Et même à ce moment-là, j'y croyais pas tellement, je me disais "Mais ça ne va intéresser personne cette chanson". J'étais la première étonnée !

Souvenez-vous de "Un monde parfait" d'Ilona :



« Je ne voulais pas être chanteuse »
En relisant d'anciennes interviews ou en te voyant sur les plateaux, on avait comme l'impression que tu n'étais pas à ta place, que ce n'était pas ton rêve. Tu l'as ressenti comme ça ?
Oui on m'a dit ça plusieurs fois, que j'avais l'air complètement blasée. C'était pas du tout le cas. Je n'étais pas blasée du tout, c'est juste que je ne me rendais vraiment pas compte de ce qui m'arrivait. C'est arrivé vraiment très vite, en moins d'une semaine. C'était deuxième du Top 50 la première semaine et la deuxième c'était numéro un ! C'est un truc que je n'avais pas cherché à faire, on m'avait juste demandé de chanter la chanson et deux ans après ça me tombe dessus ! C'était une super expérience, j'étais vraiment ravie mais je n'avais pas conscience de l'ampleur que ça prenait. Je n'étais pas saoulée, mais je me rends compte maintenant que c'était peut-être le sentiment que je pouvais laisser passer. C'était plus de l'émerveillement.

De toute façon, toi tu ne voulais pas être chanteuse...
Exactement, je ne voulais pas être chanteuse. C'est un pur hasard. C'est pour que ça que j'étais étonnée, et je le suis encore.

Mais vu que ce n'était pas ton rêve de chanter, quand il a fallu faire un deuxième album, faire de la promo... Tu t'es prêtée au jeu facilement ?
Si je n'avais pas voulu, ils ne me l'auraient pas fait faire. Tout ce que j'ai fait, je l'approuvais. A chaque fois, je prenais ça comme de bonnes expériences, c'était une occasion de s'amuser, je prenais ça comme une activité extra-scolaire. Certains font du judo ou de la danse, moi c'était ça. Ca m'a donné plein d'opportunités, j'ai vécu des trucs chouette à cet âge-là. Tout ce qu'on me proposait, je disais oui à peu près tout le temps, on ne m'a jamais obligée à faire quoi que ce soit.

« J'ai croisé Mariah Carey, elle ne voulait pas qu'on la touche »
Est-ce que ça t'a fait tourner la tête à un moment ?
C'était super bizarre. C'est arrivé tellement vite en plus. J'ai changé de vie du jour au lendemain. Ça a changé ma vie au collège, dans la rue... Ce n'était pas forcément pour le pire parce ça m'a apporté beaucoup de choses, ne serait-ce qu'au niveau professionnel, j'ai un CV assez blindé ! Je me suis éclatée. Parfois quand je suis avec des amis, on se dit entre nous pour rigoler "Mais tu te rends compte de ce que tu as vécu ?". Donc oui ça fait bizarre, mais ce n'est pas un truc que je regrette du tout.

C'est vrai aussi que tu n'as pas été surexposée car il y avait le personnage virtuel de petite fille pour représenter Ilona. Ca t'a sans doute permis d'être protégée...
Oui complètement, ça m'a protégé. C'était le but à la base, qu'on me voit le moins possible. Dans la rue on me reconnaissait très peu et maintenant on ne me reconnait plus du tout.

Le succès s'est propagé en Europe, ça a été assez incroyable. Tu te rappelles de moments forts ?
J'ai enregistré des chansons à la demande des pays, en allemand, en portugais. Après on ne m'avertissait pas de toutes les propositions car en général on me protégeait des propositions un peu trop bizarres. Mes producteurs ne m'ont pas tout dit. Ce que je trouve dommage. Parce que ça pourrait m'amuser maintenant !

« A l'école, c'était assez chaotique »
Il y a un événement qui t'a marqué particulièrement ?
Je me souviens de mon premier Hit Machine pour "Un monde parfait". J'étais vraiment très nerveuse. On m'a dit que j'avais l'air blasée mais c'était le stress. C'était un moment fort car je passais juste après Mariah Carey à ce moment-là. Voir Mariah Carey qui sécurise tout l'étage, qui ne veut pas qu'on la touche... Passer après elle, c'était un peu spécial. J'avais fait 2-3 concerts à l'étranger aussi. J'ai pu voyager un peu aussi, ça m'a beaucoup plu.

Et à part Mariah Carey, tu as vécu d'autres moments un peu dingues de ce genre ?
Je ne vais pas te balancer des noms ! (Rires) Non mais après je n'étais pas naïve, je me doutais bien que Mariah Carey n'était pas une personne simple et modeste.

A l'école, comment ça s'est passé pour toi à cette époque ?
Les gens ont agi différemment toute de suite, en fait. Ça a été compliqué au début car ça a été assez chaotique. Notamment dans la cour de récréation quand les gens se sont rendus compte que la personne qui chantait à la télé était dans l'école. Mais ça s'est calmé rapidement. J'ai été assez protégée là-dessus. J'ai gardé mes amis les plus proches. Ca n'a pas tant posé de problèmes au final.

« Financièrement, je suis largement à l'abri »
Tu avais conscience à l'époque que pour ta maison de disques tu étais un coup marketing ?
Oui c'est sûr, mais moi j'avais dix ans, je ne me posais pas trop ce genre de questions. Faire de l'argent, c'était pas du tout mon souci. Je me demandais "Est-ce que ça va m'éclater ? Est-ce que je vais m'amuser ?". Le coup marketing, je m'en suis rendu compte quelques années plus tard. Après je n'étais pas inconsciente non plus, je me disais bien que j'étais un outil. Mais je l'ai toujours bien pris, ça ne m'a jamais dérangé.

Financièrement, tu es à l'abri ?
Oui, largement. Après ce n'est pas une excuse pour faire n'importe quoi, j'essaie vraiment d'être prudente avec mon argent parce que me connaissant ça peut partir très très vite ! (Rires) De toute façon, je ne suis pas seule pour faire ces choix-là, j'ai des proches pour ce genre de choses aussi, donc je ne prends pas ces décisions toute seule. Enfin si, mais on me conseille. Pour le coup, l'argent, je le gère très bien, et ça m'a permis aussi de faire d'autres trucs. Et ça va me permettre d'en faire encore à l'avenir.

« Un 3ème album ? J'ai dit non »
D'ailleurs, pourquoi ça s'est arrêté ? Tu en avais marre ou tu avais le sentiment d'avoir fait le tour ?
En fait, ils voulaient faire un troisième album mais c'est moi qui ai dit non. Je ne trouvais pas forcément qu'on avait fait le tour car on ne fait jamais vraiment le tour de ce genre de choses, mais j'avais d'autres préoccupations à l'époque. Je rentrais au lycée, j'avais d'autres projets, ce n'est pas la carrière que je voulais faire. Ce n'est pas ce que je voulais faire de ma vie. Je me suis dit "A quoi bon faire un troisième album ?", parce qu'en général ça s'essouffle. Après "Un monde parfait", je n'imaginais pas qu'il pouvait y avoir un succès plus hallucinant que celui-là. Faire un troisième album, ça n'aurait pas été une très bonne décision.

Tu es restée très discrète ces dernières années. Qu'est-ce que tu as fait pendant tout ce temps ?
Je fais des études dans le cinéma. Je suis parti pendant un moment à New York pour étudier, j'ai pas mal voyagé. J'ai un peu profité de mon argent pour ça, c'était le but, j'adore voyager. Je fais des trucs de cinéma un peu partout, à l'étranger. Je multiplie les expériences. Pour l'instant, ça me va très bien. Je vais finir mes études bientôt.

Dans d'anciennes interviews, tu disais que ton rêve était de devenir réalisatrice. C'est donc toujours le cas ?
Rêve c'est un grand mot. Quand j'étais petite, je voulais être cascadeuse ou réalisatrice. Avec le temps, ça s'est calmé un petit peu. Je suis toujours passionnée de cinéma, mais je me tâte encore. Je pense que je vais m'orienter vers le documentaire. Mais rien n'est sûr...

« Relancer ma carrière ? Non ! »
Tu pourrais revenir à la musique un jour ?
Non, je ne pense pas. J'ai vraiment beaucoup aimé faire ça, je me suis énormément amusée mais je ne me vois pas me relancer là-dedans avec un comeback et tout ce que ça implique. D'ailleurs, ma soeur chante beaucoup mieux que moi donc je préférerais que ce soit elle qui le fasse ! (Rires) J'ai vraiment d'autres projets. J'aime beaucoup la musique mais je préfère l'écouter que la chanter.

Tu écoutes quoi comme musique justement ?
Tout ce qui est actuel, je ne connais rien du tout. Je suis complètement paumée sur le Top 50 actuel. Je ne peux rien vous dire sur les dernières années. J'écoute en général ce que j'ai toujours écouté, le rock classique. Foreigner, Aerosmith... J'aime beaucoup les bandes originales de films aussi.

Et tu continues à faire des voix pour des publicités ?
J'en fais un peu de temps en temps, anonymement car je n'ai pas forcément envie de me mettre en avant là-dessus. Ca m'arrive. C'est amusant donc je ne m'en prive pas.

Pour résumer, tu as vécu une période folle, qui te permet aujourd'hui de vivre paisiblement et de mener ta vie selon tes envies ?
Oui, j'essaie de voir vers où ça va. J'ai eu la chance de vivre ce truc-là qui m'a rapporté beaucoup d'argent, et cet argent me donne l'occasion d'essayer le plus de trucs possible. Voyager, surtout. C'est pour ça que j'ai gardé cet argent surtout. J'essaie de l'utiliser pour expérimenter tout ce que j'aime faire. J'aime tellement de choses que je suis souvent ensevelie sous toutes mes envies. Mais je me dis "Après tout, j'ai de l'argent donc autant essayer le plus de trucs possibles et je verrai bien où la vie me mène".

Merci beaucoup Ilona d'avoir accepté de répondre à nos questions !
Ça m'a vraiment fait plaisir, merci ! La nouvelle que vous m'avez apportée m'a beaucoup sonnée ! (Rires)

Souvenez-vous de "C'est les vacances" d'Ilona :
Julien GONCALVES

Vous aimez

... les spectacles du moment !

A ne pas rater

Nos dossiers incontournables !

  • Quels sont les pires titres français des 80's ? Quels sont les pires titres français des 80's ?
  • Que devient... Ricky Martin ? Que devient... Ricky Martin ?

Jeux concours

Jouez et gagnez des lots !

Charts in France

Copyright © 2002-2014 Webedia - Tous droits réservés

  • SACEM
  • SNEP