Jump to content
Validation Nouveaux Comptes Read more... ×
Aerial

Mylène Farmer - Album Live 2019

Recommended Posts

pas d'accord sur plusieurs points, dire que du temps ne restera pas dans les annales est faut car il suffit de regarder les visionnage et on se rend compte que c'est l'un des plus regardé de mylène, après be me moi j'aime bien même si ce n'est pas ses meilleurs paroles de chanson. Pour moi les titres insupportables sont surtout ceux de l'album bleu noir à part trois ou quatre titres, j'ai détesté cet album que je trouve bien plus mauvais qu'interstellaire ou désobeissance.

  • Thanks 1
  • Confused 1

Share this post


Link to post

Super commentaire! Sur une très grande majorité de points je rejoins complétement tes ressentis et goûts.

 

Si je devais résumer "succintement" cette décennie je dirais, pour les + :

- 4 albums, une première!

- enfin une exploration de nouveaux univers musicaux, essentielle (encore plus clairement une fois Monkey Me sorti!) et à mon sens maîtrisée de bout en bout. Je valide TOUS ses choix de compositeurs.

- une voix toujours plus belle, toujours mieux exploitée ; vraiment des merveilles en studio qui génèrent chez moi une émotion unique, exclusive à MF, quand je découvre les titres pour la 1ère fois

- une chanteuse qui ne dément pas une seule fois son élégance ni son personnage. Sa classe, sa sensibilité, sa discrétion, sa ligne de conduite, son aura (etc.) tout est intact ; et c'est rare avec ce genre de longévité!

- la renaissance visuelle via les pochettes d'Interstellaires et encore plus fort avec toute l'ère Désobéissance, inéspérée

- la grande réussite, là aussi inattendue, de son défi relevé avec Ghostland

- la claque du show "Ainsi soit je... à la Défense". Enfin une armada de danseurs, des chorés modernisées à la perfection, des réorchéstrations de tous les standards, un JPG au sommet de son art, une MF au sommet de sa beauté, très en forme vocalement et proposant un show unique et démesuré, encore, avec une entrée et un final qui me resteront gravés en mémoire pour toujours, autant qu'en 2006 mais le kitsch en moins ce qui n'est pas pour me déplaire.

 

Les - :

- les atrocités auditives commises par Boutonnat sur les 2 tiers de Monkey Me. Un album totalement plombé par ses arrangements même s'il contient l'une des plus belles chansons de sa carrière (JTDT). Honteux et embarassant. 

- les atrocités visuelles de tous les supports sortis entre 2010 et 2012 (ça parait court écrit comme ça mais ça couvre quand même trois ères!).

- un niveau d'écriture qui, globalement, comme sur la décennie 2000, contraste tristement avec l'excellence des décennies 80 et 90, Innamoramento en tête. C'est pas nul mais ça n'est plus assez souvent WOW

- une production de clips qui, là aussi comme sur la décennie précédente, dénote avec les chefs-d'oeuvres systématiques de son âge d'or. Mais ça reste beau, soigné. Mention spéciale à À l'ombre, City Of Love et N'oublie pas me concernant. Oui mais... Non et Lonely Lisa dans une moindre mesure (moins authentiques).

- un abus marketing assez indéfendable concernant les 6 couleurs sorties pour le vinyl de Rolling Stone et la sortie d'une réédition (avec peu de matière inédite) 2 mois seulement après la 1ère sortie. Elle qui s'était toujours débarquée en ne cédant pas à cette mode détestable et méprisante envers le public qui soutient l'artiste.

- une tendance à devenir un peu trop figurante de ses propres clips (et concerts dans une moindre mesure) en restant debout immobile, ou assise, ou marchant sans tonus. Elle qui nous a habitué à se rouler dans la boue et se prendre des claques avec bonheur, même en prenant compte de ses bientôt 60 ans, c'est dommage.

- pas de VRAI up-tempo culte. Un "vrai" titre tubesque. Là où question mid et ballades je trouve qu'on a été bien gâtés.

 

Dans l'ensemble, pour une 4ème décennie, je dis un grand bravo et un immense merci. 

Encore beaucoup de titres que j'ai écouté des centaines de fois, de moments en concert que je n'oublierai jamais et de supports que je suis heureux d'avoir.

Mais heureusement qu'il n'y a pas eu de temps mort trop long comme entre Innamoramento et AQLO sans quoi l'attente aurait créée une exigence trop forte et donc de la déception par rapport à un résultat pas assez parfait (... parce qu'elle nous a mal habitués!)

J'espère qu'elle arrivera à être aussi prolifique dans les années à venir ❤

 

  • Like 5
  • Thanks 1

Share this post


Link to post

Merci pour ce commentaire aussi ! Oui je partage plutôt tes moins, sauf pour Monkey Me, avec lequel je ne suis pas si tranché. 

 

Pour les clips je suis entièrement d'accord avec toi, même si je rajouterais JTDT. J'ai beaucoup aimé aussi, même si plus anecdotique peut-être, le "clip" d'Insondables.

 

Merci à tous pour vos réponses en tout cas !

  • Like 1

Share this post


Link to post

@EnferAnimé ton idée est vraiment géniale et j'ai adoré te lire, j'adore lire les commentaire de ce genre de la part de fans !

Et je te souhaite beaucoup de bonheur avec ton homme 😁

 

Pour ma part, la décennie 2010 a été spéciale pour moi car c'est grâce à elle que je suis devenu fan ! Et oui j'ai commencé à m'intéresser grâce à Oui mais... Non et surtout Lonely Lisa car à l'époque j'aimais tout ce que faisait RedOne et j'étais fan de Lady Gaga déjà !

L'album mais convaincu mais sans plus, mais là où je suis tombé in love c'est avec... le best of 2001-2011 !! En effet, là où pour beaucoup ici ça a été une déception, pour moi c'était une révélation !! La découverte de Avant que l'ombre..., Peut-être toi, Degeneration mais surtout C'est dans l'air !! Je suis tombé amoureux direct !! J'ai beaucoup aimé Du Temps et même Be Me !

Quand je l'ai acheté, j'ai eu de la chance de tomber sur le coffret 3 CD Les Mots/2001-2011 et j'ai ainsi commencer a prêter attention à ses classiques, et plus je les découvrais, plus j'étais à fond, mais je préférais encore les tubes de 2001-2011

Mais ce qui a enfoncé le clou c'était À l'ombre , si vous saviez comment j'ai saigné ce son, si j'avais mon compteur d'écoutes à l'époque, il serait encore premier tellement je l'ai écoutée, j'ai kiffé ma race !! Et l'album Monkey Me, le premier album studio que j'achète (2e après 2001-2011), je me rappelle avoir téléchargé le leak et je l'écoutais sur le chemin du collège (car oui entre 2010 et 2012 j'avais 13 à 15 ans !) et j'étais à fond j'aimais touuuuut !!! C'est pour cela que cet album à une signification unique pour moi, c'est mon premier. 

A partir de là, j'ai commencé à acheter et écouter tous ses albums (studios, lives, DVD), et c'est là que ça a commencé à devenir mon artiste préférée

 

Ensuite, Interstellaires a été saigné aussi car j'ai adoré cet album

Désobéissance est un bon album mais j'ai l'impression de vite avoir arrêté de l'écouter

 

Voilà voilà autant faire "court" 😁

  • Like 2

Share this post


Link to post

Merci @Gonzalez pour ces mots ça fait chaud au cœur.

 

J'adore aussi lire ce genre de choses, et je suis content de lire l'expérience d'un fan "récent" (tu me comprendras) qui découvre Mylène, surtout à une période où j'ai la fâcheuse tendance à penser qu'elles n'intéressaient plus que ses fans de toujours... mais tu nous prouves le contraire ! Dans une moindre mesure certes, peut-être, mais chaque album a apporté son lot de nouveaux fans. 

 

Pour Monkey Me, je me souviens, j'avais été conquis direct, j'ai écouté le leak en boucle à l'époque, notamment à fond dans ma voiture. Puis je me suis assez vite lassé, même si je continue à l'écouter de temps en temps, mais certains titres.

  • Like 1

Share this post


Link to post
il y a 1 minute, EnferAnimé a dit :

Merci @Gonzalez pour ces mots ça fait chaud au cœur.

 

J'adore aussi lire ce genre de choses, et je suis content de lire l'expérience d'un fan "récent" (tu me comprendras) qui découvre Mylène, surtout à une période où j'ai la fâcheuse tendance à penser qu'elles n'intéressaient plus que ses fans de toujours... mais tu nous prouves le contraire ! Dans une moindre mesure certes, peut-être, mais chaque album a apporté son lot de nouveaux fans. 

 

Pour Monkey Me, je me souviens, j'avais été conquis direct, j'ai écouté le leak en boucle à l'époque, notamment à fond dans ma voiture. Puis je me suis assez vite lassé, même si je continue à l'écouter de temps en temps, mais certains titres.

Exactement, ça m'intéresse de voir à quel point les expériences peuvent être différentes, voir des gens qui trouvent que la décennie 2010 était pas sa plus intéressante alors que d'autres la découvrent ainsi, certains qui adorent des albums que d'autres n'apprecient pas tant que ca, j'adore !

Share this post


Link to post

EnferAnime tres belle analyse sur cette période que je qualifierai de plus clivante.

 

Pour ma part, cest une période pleine de paradoxes où les limites créatives de Farmer ont été les plus visibles mais où elle a aussi accompli beaucoup de choses.

Une période où on alterne avec le bon et le moins bon. Episodes de sursauts créatives et épisodes de relâchements. Période qui touche tout artiste mais avec le recul je trouve qu'elle a bien menée cette décennie. 

Malgré les tumultes, elle a été fidèle à son univers et respectueuse de son public (contrairement à ce que certains disent). 

Je trouve que la décennie 2010 cest Mylene Farmer & Mylène Gautier. Quelque chose de moins urgent, de moins audacieux, de moins flamboyant...comme si parfois on assistait à un pilotage automatique.

 

Pour conclure la décennie 2010 :

c'est Bleu Noir

- ses shows tous énormes

- sa beauté, sa discrétion et sa classe

- Monkey Me, cet album qui a été le seul album qui jusqu'à maintenant je trouve un peu bâclé malgré de très bonnes mélodies. 

 

Et enfin un titre qui pour moi est une petite curiosité puisque à part, Farmer et Boutonnat  nous avaient pas habitués à ça : Be Me. Un titre inachevé, une maquette...

 

Cette décennie aurait pu m'éloigner d'elle...mais non je l'aime toujours autant !

 

 

 

 

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Il y a 17 heures, EnferAnimé a dit :

Désolé d'avance pour le pavé 😅 j'avais envie, comme ça, de rédiger mon "bilan", ce que je tire de la décennie 2010 qui s'achève en même temps que l'ère Désobéissance. Je veux parler de la décennie 2010 chez Mylène bien-sûr.

Je me dis que c'est un lieu d'échange, de partage entre fans, alors voilà, j'avais envie d'échanger cela avec vous.

 

L’ère Désobéissance se termine, et avec elle, la décennie 2010, une nouvelle décennie dans la carrière de Mylène Farmer.

Une décennie plutôt prolifique pour la chanteuse qui nous a offert 4 albums studios (soit 49 nouvelles chansons), un best-of et des chansons hors album studio (soit 6 nouveaux titres), une tournée de 39 dates en 2013 et une résidence de 9 concerts à Paris en 2019, 19 nouveaux clips, des dessins et illustrations, un nouveau film, un livre de près de 100 photos inédites, la production et l’écriture pour une nouvelle chanteuse… La décennie 2010 ne m’aura pas laissé indifférent, comme pour beaucoup de fans de Mylène, j’ai été bousculé par certains choix artistiques, certains virages, certaines évolutions. Couronnée en 2012 par un NRJ Music Awards de diamant pour l’ensemble de sa carrière, la chanteuse a acquis depuis un statut d’icône plus que jamais renforcé par sa discrétion médiatique, l’indépendance artistique à toute épreuve dont elle semble jouir, et la volonté, pour moi, d’affirmer de plus en plus la primauté de Mylène Gautier sur Mylène Farmer.

Je suis toujours frappé, positivement, de constater que l’artiste veille, peut-être inconsciemment, à entretenir une certaine « chronologie » dans l’évolution de son personnage et de sa carrière.

L’album Bleu Noir, paru en 2010, est un événement fondateur qui ouvre une décennie de tous les paris et de toutes les émancipations pour Mylène. Ce premier album sans Boutonnat arrive à point nommé, il a permis d’enrichir l’univers musical de la chanteuse, aidée par les talents de Moby, RedOne et du groupe britannique Archive, de mener « seule » son projet qu’elle a assez bien défendu lors de ses interviews radios de l’époque. Ce projet nous a montré une Mylène plus simple, qui s’aventure dans de nouveaux sons, de nouvelles ambiances, et sa capacité à exister musicalement sans Laurent Boutonnat, son double-artistique depuis toujours. Malgré ses failles, une trop grande hétérogénéité, une impression parfois de brouillon, j’aime bien ce Bleu Noir, plus Noir que Bleu d’ailleurs, qui se savoure tranquillement une journée d’hiver, mention spéciale à 5 titres : Diabolique mon ange, Moi je veux, N’aie plus d’amertume, Light me up et le génial M’effondre qui s’est si bien révélé lors des derniers concerts.

S’en est suivi un best-of, intitulé 2001.2011, assez mal-aimé chez les fans, c’est vrai que le strict minimum en terme de marketing et d’implication artistique a engendré une compilation aux airs de disque-commande. Il n’empêche, cette compilation des singles de la décennie précédente nous montre les « talents » lithographiques de la chanteuse (initiée par David Lynch, chacun se fera son avis...), la première évolution musicale générale de la chanteuse « post-grande époque » (1984-2001, pour pas mal de fans), deux inédits qui ne resteront pas dans les annales… (surtout l’effroyable –mais culte- Be Me) et une superbe série de photos, pour la promotion du best-of, réalisée par Bruno Aveillan pour l’interview de Mylène sous forme d’abécédaire dans le magazine Citizen K.

L’album Monkey Me, sorti en 2012, marque les retrouvailles artistiques entre Mylène et Laurent Boutonnat, mais, avec le recul, c’est un sentiment de rejet qui s’est créé chez de nombreux fans à propos de ce 9e album studio. Certes, je trouve aussi les arrangements (certains) assez mauvais, voire fatigants, mais, comme tous les albums de Mylène, je ne peux m’empêcher d’y trouver des points positifs, et c’est un album qui, pour moi, conserve toute sa place dans la discographie. Au niveau de l’écriture, c’est pour moi le meilleur de la décennie, c’est ici que je la trouve peut-être la plus sincère, la plus touchante, une envie de se libérer quelque peu du personnage Farmer traditionnel, et c’est à ce jour le dernier témoignage musical commun entre Mylène et Laurent. Musicalement, c’est une autre histoire, même si Laurent se révèle toujours brillant dans les deux balades de la galette, et dans quelques titres qui sortent du lot comme Nuit d’hiver, A force de, Elle a dit. D’autres titres, comme A l’ombre, J’ai essayé de vivre, Tu ne le dis pas, même s’ils ne sont pas mauvais, souffrent d’une lourdeur dans les arrangements, une musique un peu trop brute et sans nuances, une impression d’épuisement auditif apparaît au bout d’un moment (impression insufflée par l’usage des fameux « pouet-pouet » klaxon et par un trop plein d’instruments synthétiques). Mais il n’empêche, cet album nous montre une Mylène plus humaine, avec de l’humour (Love Dance, un de mes guilty pleasures), et certains titres se détachent clairement pour moi, avant tout pour leur texte, je veux parler de Elle a dit, Tu ne le dis pas, J’ai essayé de vivre, Quand et le sublime Je te dis tout. Au bout d’une année 2013 où l’exploitation de Monkey Me a brillé par la quasi-absence médiatique de sa génitrice, la tournée Timeless 2013 démarre début septembre pour nous offrir, à ce jour, la dernière tournée de la chanteuse. Comme pour tout avec Mylène, les avis évoluent, changent, en fonction du moment, de l’humeur, du vécu. Les albums suivants ont, hélas pour Monkey Me à mon sens, dépoussiéré quelque peu l’univers Farmerien et Timeless a souffert d’une comparaison sans cesse faite avec l’électrique et exaltant Tour 2009. Je l’ai trouvée bien étrange cette tournée Timeless 2013, même si je me méfie de nos avis, ils n’étaient pas les mêmes, de mémoire, dans la salle, et quelques temps après. Dans la salle, le plaisir a bien souvent remplacé les manques et les attentes déçues ressenties quelques temps plus tard, ou entre deux concerts, en tout cas pour moi. La chanteuse s’est montrée plus distante lors de cette tournée, plus « mécanique », et pourtant, même si je partage cet avis avec du recul, je ne ressentais pas forcément cela lors des trois dates auxquelles j’ai assisté. J’ai eu l’impression qu’elle souhaitait offrir, plus qu’un show, un concert, avec plusieurs moments au pied-micro, simples avec les musiciens, à nous délivrer, dans une justesse parfois toute relative, ses messages. Malgré les défauts vocaux de cette tournée sur lesquels je ne reviendrai pas, car maints fois évoqués, je fus assez scotché par son interprétation de Diabolique mon ange. J’ai senti qu’elle en avait envie, qu’elle avait besoin, de défendre ce Bleu Noir. La rumeur dit que ce Timeless 2013 l’aurait épuisée, et que l’ambiance avec Boutonnat était mauvaise… réalité ou pure fantasme de fan, peu importe, elle restera pro jusqu’au bout, et nous livrera une interview remarquable de confessions et de pudeur (c’est assez rare pour le souligner), à Paris Match au début de la tournée. J’ai aimé le côté spatial de ce concert, son entrée en scène, cette superbe version de Je t’aime mélancolie, ces robots innovants et les supports qui ont suivi, avec de nombreux bonus techniques sur la conception du spectacle. J’ai regretté, toutefois, une setlist assez peu surprenante (concernant les premiers albums), une froideur assez palpable, la non-présentation des musiciens par Mylène (devenue hélas une habitude depuis 2009) et l’absence d’un décor en dur (qui est la mode apparemment, de nos jours, mais comme les modes m’indiffèrent, je ne me satisfais pas de cet « argument »). Avec ce spectacle, je pense qu’elle a achevé une certaine histoire du personnage Farmer, en s’échappant dans ce halo de fumée vertical après le dernier titre.

Le milieu de la décennie 2010 nous renvoie Mylène du fond de l’espace avec le « lumineux big-bang » (ainsi qualifié par Gala à l’époque) nommé Interstellaires, 10e album studio de la star. Exit Boutonnat, à nouveau, bonjour Martin Kierzsenbaum, producteur et compositeur américain, qui co-composera avec la chanteuse la quasi-totalité de l’album. Lumineux, aérien, léger mais toujours poétique, l’album est à l’image de sa très belle pochette : une bouffée d’air frais, une vague bienfaisante et une nouvelle évolution chez Mylène. Une nouvelle émancipation aussi, dont l’interview au JT de TF1 pour la sortie de l’album montre une Mylène assez bavarde, magnifique, visiblement heureuse, nous parler de l’envie d’ailleurs, de terrains vierges, de voyage vers l’inconnu. J’aime beaucoup ce disque, ses références cosmiques ici et là, ses tentatives funk sur C’est pas moi, ses guitares et ses ambiances sur Interstellaires, Love Song, son message d’espoir sur City Of Love. Je retiens aussi le sévère et mystérieux Pas d’access (quel dommage de ne pas l’avoir eu sur scène dernièrement...), l’envoûtant Voie lactée dont les refrains et son instrumentation m’ont fait ressentir des sensations inédites chez Farmer. La sortie, fin août 2015, du duo entre Mylène et Sting, Stolen Car, ne laissait rien présager de l’ambiance globale de l’album. Comme souvent chez Mylène, le premier single est en décalage avec l’identité musicale générale de l’album. The Avener a su apporter sa patte et sa modernité à ce titre, que je n'aime pas du tout dans sa version originale (à la base une chanson en solo de Sting parue en 2003), et Mylène d'ajouter sa touche sexy et so french. Malgré la pauvreté du texte, je pense qu’elle a eu raison de faire ce duo, qui lui a apporté une nouvelle collaboration et une nouvelle pierre à l’édifice, un petit moment de gloire à la télévision américaine chez Jimmy Fallon, et un live sur NBC (bon, il vaut ce qu’il vaut… mais c’est en live ! Et je le trouve pas si mal). Le voyage spatial se termine avec la 11e piste, Un jour ou l’autre, ou Mylène, comme toujours, a su m’atteindre avec ses aigus divins. Le texte est poignant, poétique, évoque ces « peintres de lumières » que nous sommes. Il me bouleverse. Cette chanson a vraiment pris, pour moi, une autre dimension avec sa merveilleuse interprétation en live, lors des concerts de juin 2019. Émouvante, touchante et juste, Un jour ou l’autre en live fut un des moments de grâce du dernier spectacle. Je regrette, pour cet album, une exploitation trop vite avortée, comme trop souvent chez Mylène depuis Bleu Noir, les deux/trois premiers mois concentrent l’essentiel de la promotion, puis, le néant, ou presque. Mais aussi, un sentiment de trop peu, pas assez de chansons, je l’aurais voulu encore plus audacieuse musicalement, textuellement surtout, même si ce sont plutôt des envies, plus que des reproches. Le très beau clip de City of Love aurait mérité une meilleure promotion, plutôt que cet incompréhensible featuring avec Shaggy, navet musical pour moi. Dommage, mais l’essentiel, c’est l’album, les chansons, finalement, ce qui existe. Elle aurait pu tout arrêter depuis déjà quelques années. Elle a choisi de poursuivre cette longue conversation entamée avec nous, ses fans, depuis plus de trente ans.

Autre idée que j’aurais aimé voir se faire jour, en complément de ce beau livre de photos inédites Fragile, sortie en mai 2015, ou Mylène apparaît dans diverses positions dans un univers dépouillé, argileux, intime. J’aurais bien aimé, pour appuyer ce projet, un album concept, logé au cœur du livre, avec des titres doux, mélancoliques, organiques, en rapport avec la fragilité des photos. De nombreuses chansons pour une parenthèse avant Interstellaires. Mais deux albums studios la même année, nous n’avons jamais vu ça. Et artistiquement, cela aurait-il fait sens ? Bref, c’est la subjectivité et l’amour du passionné qui parle, ici, avant tout.

Un changement de maison de disque plus tard, et ainsi, encore une nouvelle évolution dans sa carrière, on va d’abord retrouver notre Mylène au cinéma, début 2018, dans Ghostland, réalisé par Pascal Laugier (le papa du clip City of Love, bijou de poésie). J’imagine son excitation, elle, passionnée de cinéma, qui se rêvait actrice, de retrouver le cinéma 24 ans après la douloureuse aventure de Giorgino. Multi-récompensé au prestigieux festival de Gérardmer, Ghostland m’a plutôt plu, pour sa psychologie torturée, sa réalisation impeccable, et la prestation de Mylène, bien qu’assez faiblarde à mon goût, a été saluée. En tout cas, j’aime la voir oser, jouer madame tout le monde, même si ce rôle reste secondaire, c’est un plaisir et ça fait bizarre de la voir ainsi. Elle s’est donnée à fond pour ce rôle, et j’ai très envie de la revoir au cinéma désormais. Son aura et sa classe se sont une fois de plus illustrées lors de l’avant-première événement au Grand Rex, le 12 mars 2018.

Mais, en cette année 2018, c’est avec son nouvel et dernier album en date que Mylène m’a le plus surpris, voir déconcerté. Désobéissance, majoritairement composé par Feder, complété par des réalisations d’autres artistes, est une bombe lâchée en septembre 2018. Première bombe, Rolling Stone, a un effet net et très négatif chez moi. Je suis dans le rejet total, les premières semaines, et puis bon, on s’habitue, dominé par la subjectivité et surtout, par l’indulgence. Il n’empêche, à nouveau, elle ose. C’est un pavé dans la marre qui tranche radicalement avec tout ce qu’elle a fait auparavant. Je n’aime pas la chanson, du moins à l’époque, mais j’admets avoir été bien bousculé ! Deux passages TV plus tard et un JT, une deuxième bombe est lâchée, N’oublie pas, en duo avec la chanteuse LP. Je découvre ce titre lors de mon voyage aux Etats-Unis, j’ai aimé cette sensation, de suivre ce retour très progressif à 9000 km de la France. Hyper radiophonique, commercial mais pas sans saveur, ce titre aurait dû selon moi être un succès. Il me réconcilie musicalement avec ce retour, après la mauvaise surprise Rolling Stone. Une troisième bombe explose en août, on découvre la pochette du prochain album studio, le 11e, intitulé Désobéissance. Iconique, esthétique, réfléchie, toute en symbolique, cette pochette fera parler d’elle dans les médias, et c’est sans doute sa meilleure depuis des lustres. La décennie s’achève donc par cet album, lui-même tel un épilogue de la décennie de tous les paris, de toutes les évolutions. Froid, pointu ici et plus léger là, électronique, parfois sans âme et moins poétique peut-être, mais diablement efficace, nouveau, fascinant. Je suis assez impressionné par cette capacité qu’elle a à évoluer, parfois assez radicalement, tout en gardant un peu de son éclat, de son mystère, de sa patte. Je me souviens de cette écoute au casque, dans mon lit, de l’album intégral, lors de sa sortie. Bien aidé par des sentiments amoureux en ébullition pour celui qui allait devenir l’homme de ma vie à ce moment-là, l’expérience de Désobéissance au casque a fait naître chez moi quelques larmes de plaisirs et une sensation de délivrance. Je retiens les chansons Désobéissance, Sentimentale, Des larmes, Parler d’avenir, Get up girl, et le bouleversant et très aigu (pour mon plus grand plaisir) Retenir l’eau. Je suis moins convaincu par Rolling Stone, même si je la supporte assez bien aujourd’hui, je la trouve bien plus faible finalement que les autres productions de Feder sur le disque, mais aussi par les titres On a besoin d’y croire (je déteste la mélodie) et, surtout, par le titre Prière, une horreur pour moi, trop actuelle, trop d’aujourd’hui. Les clins d’œil à sa carrière passée disséminés dans tout l’album sont délicieux et nous rappelle au bon souvenir de sa collaboration avec Boutonnat. Toute cette ère est une réussite en terme d’imagerie, de supports, les photos et l’exploitation très longue de l’album (ce n’était plus arrivé depuis 10 ans) ne sont pas pour me déplaire. Les nombreuses interviews radios qu’elle a accordées, souvent intéressantes et où on sent la chanteuse plutôt à l’aise, contrastent positivement avec ce fiasco du JT de TF1 du 30 septembre 2018. J’ai regretté son attitude, trop perchée, à moitié en larmes, parlant peu de l’album au final (il faut aussi considérer la nullité des questions en face, je vous l’accorde bien volontiers). Les concerts qui ont suivi, enfin, ont clôt 30 ans de scène, et comble du symbolisme, Mylène termine le concert comme elle l’avait commencé en 1989, sur le magistral L’Horloge, poème de Baudelaire merveilleusement mis en musique par Laurent. Setlist parfaite, presque trop belle pour être vraie, avec le retour inespéré de Sans logique, la claque M’effondre, la claque Interstellaires, la claque Innamoramento, la claque Un jour ou l’autre… Sans parler des réorchestrations parfaites. Dommage qu’elle était, à nouveau, si froide, qu’un décor en dur manquait, que la salle ait été trop grande à mon goût… mais j’ai senti à nouveau son aura, du mieux vocalement, de la gravité et de la solennité. La dernière fois peut-être qu’on la voit sur scène, tous les signes et les symboles vont en ce sens, la rumeur voire l’hypothèse n’a jamais été si forte. Nous verrons bien.

Quand une artiste a pris une telle place (musicale, poétique, artistique) dans sa vie, et je parle pour moi, mais je pense que beaucoup de fans me comprendront, comment vouloir qu’elle s’arrête ?  à la fois « déjà », mais en même temps, « déjà » 35 ans de carrière. Qu'on ait aimé ou pas telle ou telle chose, cette décennie n'aura laissé aucun fan indifférent, elle fut déconcertante, parfois décevante, souvent intéressante, toujours passionnante. Pour la prochaine décennie, mon souhait, bien évidemment, c’est de continuer à vivre ces émotions, à travers de nouvelles chansons, de nouveaux projets, et pourquoi pas, la scène. Personne n’a la vérité, elle-même ne doit être sûre de rien. Dans tous les cas, je serai là, présent, à retrouver enfin peut-être un écho. Fan, jusqu’au bout 🙂

 

Merci d'avoir pris le temps de me lire !


Très beau résumé, juste, et bienveillant. Merci. 

  • Like 2

Share this post


Link to post

Quelque part, je préfère cette décennie à la précédente, best of "Les Mots" à part, tant j'ai trouvé la période 2005/2009 assez creuse. Je n'ai pas aimé plus que cela les albums "Avant que l'ombre" et "Point de suture" hormis quelques pépites, je n'aime que la sortie du concert de 2006, mais j'aime beaucoup l'énergie et l'audace de la tournée 2009. 

 

J'étais excessivement heureux qu'elle ose s'affranchir de Boutonnat musicalement, car je trouvais qu'on commençait à tourner vraiment en rond, surtout avec "Point de suture" : les mélodies étaient encore là, mais les arrangements commençaient à ne plus suivre, là où il était précurseur et intemporel à l'époque. Aimant Moby et Archive, c'était une heureuse surprise que de découvrir "Bleu Noir", qui fut longtemps dans mon top 3 (dépassé depuis par "Désobéissance" et un regain pour "Innamoramento"). J'aime surtout les pistes d'Archive et j'aurais bien aimé tout un album avec eux. L'imagerie est cependant atroce : coupe de cheveux qui ne lui va pas, clips insignifiants (hormis "Lonely Lisa" que j'aime beaucoup, très dans l'air du temps et qui fait passer cette horrible chanson). Malheureusement, préparation de tournée arrive, il faut renflouer les caisses, on limite l'exploitation à 3 extraits et on sort un best of qui ne sert à rien que faire de l'argent, avec deux inédits inécoutables (j'aime cependant "Du temps" quand je tombe dessus par hasard dans ma playlist).

Et là, l'horreur absolue, l'album "Monkey me". Un retour en arrière version Cascada. Je ne comprends pas ce qui leur est passé par la tête, alors qu'il y a de bonnes choses : des mélodies toujours imparables, un style farmerien, mais là, les arrangements montrent clairement que Boutonnat ne cherche plus l'intemporel, mais pense faire quelque chose de moderne et malheureusement, il en est resté là quand on écoute ce qu'il commet pour Julia. Je sauve toutefois quelques titres et le clip de "A l'ombre" pour son audace, où on retrouve une Mylène un brin malsaine qui ose jouer avec son image comme avant. Et la tournée, que j'ai beaucoup aimée.

"Interstellaires" a été une belle découverte pour moi. J'aime beaucoup cet album qui s'écoute sans aucun déplaisir (hormis "I want you..."), où on sent son implication comme au bon vieux temps et je me suis dit que Martin K allait devenir son nouveau Boutonnat tant on sentait une alchimie entre eux. Et retour à des clips ambitieux et une imagerie forte. Et patatras : Nègre quitte Universal, Mylène le suit et sa maman décède. Interruption de l'exploitation avec deux titres et demi. Un vrai gâchis, car il y avait du potentiel.

"Désobéissance" est son meilleur album pour moi depuis ouhlala. Il est dans mon top 3. J'aime tout, absolument tout. J'ai envie que Feder reviennne, il a fait un excellent travail et la voix de Mylène est suave comme jamais. Et j'ai adoré la résidence. Juste déçu par le film du concert et son absence de croustillades en bonus. Je trouve juste que les clips sont assez faibles et qu'elle fait un peu mémère tranquillou, alors qu'elle peut encore donner davantage, cf le film "Ghostland" avec sa très bonne prestation qui joue avec son image.

 

Une très bonne décennie pour moi.

Top 4 albums :

1 - Désobéissance

2 - Bleu Noir

3 - Interstellaires

4 - Monkey merde

 

Top 5 clips de cette ère :

1 - Lonely Lisa 

2 - City of love

3 - A l'ombre

4 - Stolen Car

5 - N'oublie pas

 

Top 10 des titres de cette ère :

1 - Diabolique mon ange

2 - Love song

3 - Get up girl

4 - Prière

5 - Leïla

6 - M'effondre

7 - Histoire de fesses

8 - Light me up

9 - Interstellaires

10 - A force de

  • Like 7

Share this post


Link to post

@Villon je partage ton avis et ta déception face au gâchis qu'a représenté l'exploitation vite torchée d'Interstellaires... Mais oui, il y avait sans doute des raisons... ça ne déplairait pas que Martin K revienne pour lui faire quelques titres (pas forcément un album entier).

 

Merci pour tes ressentis c'est très intéressant à lire !

  • Like 1

Share this post


Link to post

"Love song, m'effondre, je te dis tout, histoire de fesses, parler d'avenir" sont les meilleurs titres de cette décennies. Mais il manque un titre, le meilleur de cette décennie : "à t-on jamais", la chanson de la vie!

  • Like 3

Share this post


Link to post
Il y a 4 heures, Villon a dit :

 

Top 10 des titres de cette ère :

1 - Diabolique mon ange

2 - Love song

3 - Get up girl

4 - Prière

5 - Leïla

6 - M'effondre

7 - Histoire de fesses

8 - Light me up

9 - Interstellaires

10 - A force de

 

Ça aurait fait un très bon album ! 

  • Like 2
  • Confused 1

Share this post


Link to post

×