Jump to content
Sign in to follow this  
Man on the Moon

Malca • Casablanca Jungle {EP

Recommended Posts

180331090227546561.jpg

La nouvelle scène pop marocaine a son nouveau visage. Ce visage, c'est celui de Malca, un franco-marocain ayant grandit entre Casablanca et Paris.

Après avoir quitté le Maroc, il s'entoure de ses potes parisiens et compose son premier EP, She Gets Too High, aux sonorités résolument 80's. S'en suit alors une pause de deux ans, qu'il met à profit pour travailler sa "musique comme un universitaire travaille une thèse", et partir en quête d'une identité musicale. Il en profite alors pour voyager, et faire ses premières scène, avant de sortir fin 2017 son deuxième EP, Casablanca Jungle.

 

180331092136106820.jpg

I. Casablanca Jungle
II. Shalom
III. Ya Layli
IV. Wham
V. I'm Not a Legend
VI. Casablanca Jungle (Extended Version)

Lauréat d'inRock Lab en 2016, il propose un univers visuel esthétique pour illustrer ses textes où il réfléchit sur la tradition, la jeunesse, ou encore des thématiques sociales comme l'homosexualité, ou la place de la femme dans son pays d'origine.

Entre pop, musique orientale, r&b, et funk, le jeune homme travaille activement sur son premier album à paraître.

Share this post


Link to post

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this  



  • Sujets récents

  • Messages

    • Limitless, il n'est nullement question de ma part de vouloir à tout prix "démontrer des choses" ou "faire ma rebelle", je donne un avis qui sera partagé ou pas et point barre et honnêtement je me fiche de convaincre la minorité ou la majorité des lecteurs de mes messages, mon ego est assez sain (je l'espère du moins) pour s'épargner de tels efforts 😂 Ne partons pas à chaque fois dans des accusations hasardeuses en pointant la forme, restons en au fond svp.    Quand même, force est de constater que peu de monde est de mon avis (et encore une fois c'est pas grave !) concernant les ventes finales, la plupart évoque une "satisfaction au vu des conditions" quand pour ma part je prends le problème à l'inverse en évoquant une déception au vu du potentiel de départ. Autrement dit si tu préfères c'est l'histoire du verre à moitié plein ou vide, le socle commun étant la problématique de la promotion sur laquelle personne n'a jamais discuté tant elle est évidente. J'ai tendance à le voir à moitié plein habituellement, tu pourras le voir dans mes différents commentaires sur ce forum, là j'admets faire une exception. Une fois n'est pas coutume
    • Je comprends ton point de vue Hamlet, ce qui est marrant c'est que je suis ce topic depuis le début de l'exploitation de Gemme il y a plus d'un an et il en ressort globalement pas mal de frustrations diverses de la part des forumeurs portant sur différents sujets, à savoir l'exploitation, l'attitude dilettante de Nolwenn et son équipe sur certains détails ou même encore le côté artistique et la conception de l'album en lui-même, et ce sans que ça n'outre personne au demeurant, mais dès qu'on toucherait aux ventes - et donc au résultat final de tout ce travail - ce serait l'omerta ? On est quand même en droit de penser que 80.000 ventes peuvent laisser un goût de regret quand effectivement le double aurait pu être effectué sans trop de mal en se sortant un peu plus les doigts du cul niveau promotion. Il faut me dire d'ailleurs où j'ai parlé de FLOP dans mon message précédent ? J'ai parlé d'une frustration, d'un sentiment d'insatisfaction oui, pour moi moins de 100.000 ventes dans le contexte dans lequel se trouvait Nolwenn c'est vraiment un résultat en demi-teinte et une déception sachant le potentiel que ce disque avait au départ, mais je n'irai jamais jusqu'à dire que c'est un four.
    • Oui et je me permets de te répondre, c'est aussi le but d'un forum !   Et le coup de la rebelle qui irait a contre-courant de la pensée générale... mouais, la plus part disent depuis des mois que c'est pas fameux mais qu'en même temps c'était utopique d'espérer plus compte tenu de l'exploitation de l'album et d'autre élément comme la baisse globale des ventes.
    • A mon avis son amour pour Britney n'est peut-être pas si fake que ça. Je me rapelle d'une photo de Myah gamine qui posait avec Britney. On peut apprécier une artiste et se foutre d'elle quand même.    Vu que tu as pas mal d'exclus, peut-être as-tu eu le privilège d'écouter la démo de Piece of me. Sais-tu si elle/le chanteur de la démo chante les paroles qui sont dans le livret japonais ( les paroles à la fin sont différentes de la version originale) ?
  • Similar Content

    • By Man on the Moon
      Découvert du grand public en 2015 sur le Crompton de son mentor Dr. Dre, Anderson .Paak est un jeune talent de la scène hip hop alternative américaine. Multi-instrumentiste influencé par Prince, pote avec Kendrick Lamar, et Flying Lotus, l'artiste s'était montré discret depuis la parution en 2016 de son album Malibu, véritablement ode à la black culture aux sonorités soul, funk et 60's (et accessoirement l'un des meilleurs albums de l'année), qui lui valut 2 nominations aux Grammys.
       

       
       
       
       
      S'il se montra relativement discret depuis, il n'en fut pas moins actif en collaborant avec entre autres Macklemore & Ryan Lewis, Chance The Rapper, Mac Miller, A Tribe Called Quest, ou encore le coréen Dean. Toujours en 2016, on le retrouve dans le groupe NxWorries (formé avec le producteur Knxwledge), sur l'album Yes Lawd!.
       
       
       
       
      Afin de se montrer à la hauteur des attentes, et de marquer une nouvelle fois les esprits, il annonce la parution de deux albums pour cette année :
      - Le premier, attendu pour l'été, avec son groupe The Free Nationals, devrait contenir bon nombre de collaborations prestigieuses comme Mac Miller, Daniel Caesar, Kali Uchis ainsi que T.I. et le groupe Unknown Mortal Orchestra.
      - Le second, Oxnard Ventura, en solo et actuellement en cours de mixage, aura la lourde charge de succéder à Malibu. Pour cela, il a de nouveau fait appel à Dr. Dre pour la conception et la production.
       
      En attendant, on le retrouve sur Bloody Waters (avec Ab Soul et James Blake) extrait de la BO de Black Panther, ainsi que sur 'Til It's Over, utilisée pour une publicité Apple dirigée par Spike Jonze avec FKA twigs.
       
       
       
       
    • By Man on the Moon
      A 31 ans, l’enfant prodige de Cleveland s’apprête à revenir avec un, voir deux nouveaux projets. Avant d'entrer dans cette nouvelle ère, revenons sur la carrière de celui qui a publié 6 albums studios et de nombreuses collaborations (plus ou moins douteuses) à en faire pâlir une Nicki Minaj :
       
       

       
      (version courte en cliquant sur les pochettes)
       
       
      • PASSION, PAIN, & DEMON SLAYIN' (2016) :

      Ce que l’on savait du fantasmé Man On The Moon III :
      Statut : annulé / reporté / mess Enregistrement : 2014-2016 Sortie prévue : jamais Production : A-Trak, Dot da Genius, Emile Haynie, Plain Pat, Nosaj Thing Collaborations espérées : Kendrick Lamar, MGMT, Ratatat, King Chip, HAIM, Big Sean, Travis Barker, Diplo, Kanye West Titres Connus (à confirmer): love. ; Chillen While We Sleepin Ce que l’on sait du LP7 :
      Statut : terminé Enregistrement : 2016 Sortie prévue : 2017 Production : Kid Cudi Collaborations espérées : nc Titres Connus (à confirmer): Goodbye ;
    • By Man on the Moon
      A la croisée des mondes de la variété française, et de la scène urbaine, Eddy de Pretto est l'une des révélations de cette fin d'année.
       
      Originaire de Créteil, le bac en poche il s'inscrit dans une école de comédie musicale qui lui permet d'étudier les disciplines artistiques qu'il affectionne : le chant, la danse et la comédie. Il fait alors ses premiers pas "d'acteur" dans des publicités, avant d'écumer les café-concerts de la capitale. Il se révèle au grand public en participant à de grands festivals tels que le Printemps de Bourges et Bars en Trans, et se fait découvrir lors du inRocKs lab en 2016, avant de publier un premier EP, "Normal".
       
      En octobre 2017, il publie KID, un nouvel EP s’appréhendant comme une synthèse de son univers entre ses influences parfaitement assumée de chanson française, et son amour pour le rap. Le projet est d'ailleurs produit par les producteurs de Booba, PNL, et Gucci Mane qui parviennent à sublimer des textes résolument modernes traitant des notions d'identité des jeunes de banlieue, des réseau sociaux, ou du lâché prise.
       


      I. FÊTE DE TROP
      II. KID
      III. JUNGLE DE LA CHOPE
      IV. BEAULIEUE







    • By Man on the Moon
      Nouvelle recrue du label indé Sub Pop, Yuno est un artiste de 27 ans originaire de Jacksonville (Floride). Passionné par la culture skate et tout ce qui l'entoure, il se prend de passion pour la musique très jeune. Bercé par le Reggae, le Ska, le R&B, et la pop britannique (ses parents étant anglais) il s'ouvre peu à peu au Rock et au Rap. Au travers ces différentes influences, il sort plusieurs singles sur Bandcamp, avant de proposer en 2017, No Going Back, un tube indie pop non sans rappeler l'univers de Tame Impala.
       


      Encensé par la presse musicale indé (dont Pitchfork), il persiste et signe avec Why For, un deuxième single inspiré, prémisse d'un premier EP, Moodie, à paraître au moi de Juin.
       


      Artiste "touche à tout", Yuno, créait sa musique chez lui, en auto-production, jouant de tous les instruments. Il réalise également l'ensemble de ses pochettes, ainsi que ses vidéos, accordant une place importante à la couleur.
       

       
       
    • By Man on the Moon
      Nouvelle venue sur le paysage musical français, Praa (de son vrai nom Marion Lagassat), est une jeune rennaise de 25 ans, bien décidée à laisser son emprunte sur la scène soul / r&b.
      Après des études d'économie sur Rennes, elle monte sur Paris pour suivre suit une formation en médiation culturelle. Un retour dans la capitale bretonne plus tard, elle obtient le statut d’intermittente du spectacle et créait son propre home studio afin de vivre pleinement sa passion et d'enregistrer ses premières maquettes folk.
       
      Elle fait alors une rencontre décisive avec Timsters qui l'aide à s'épanouir musicalement et la fait signer sur son label Elephant and Castle. Elle opte pour le pseudo Praa, nom de scène inspiré de la Rue de Prague dans laquelle elle a grandit.
       
      Passionnée par la culture américaine et anglaise, elle cite parmi ses influences Solange, Jorja Smith, Anderson .Paak, Aaliyah, ou Lomepal et Roméo Elvis (pour la scène francophone).
      Son premier album est attendu à l'automne.
       





       
×