Jump to content
Sign in to follow this  
Charliiiie

Let's Eat Grandma - Hot Pink

Recommended Posts

Sign in to follow this  



  • Sujets récents

  • Messages

  • Similar Content

    • By Charliiiie
      Anna Robinson, 21 ans,  néo-zélandaise qui fait le buzz avec sa pop "indé",  prochaine star internationale ? 
       
      Il s'agit encore de simples spéculations, mais depuis quelques années maintenant je suis avec beaucoup d'attention les jeunes pousses de la pop néo-zélandaise sous le filtre des travaux de Joel Little, "super-producteur" originaire d’Auckland où il a monté son petit label Dryden Street. Un gars (et une maison de disques) qui ne dit rien à personne, mais tout ce qu'il touche devient plus ou moins mainstream : Il est ainsi responsable de quelques beaux succès de la pop kiwi : Lorde, dont il a coécrit et a produit (seul) toutes les chansons avant le deuxième album, Kids of 88 dont il est également coauteur et coproducteur de la plupart des sons, et plus récemment Broods dont il est coauteur et seul producteur de 90% des chansons.
       
      Si j'ai vraiment pas toujours tout aimé sur ces différents projets (j'ai plus ou moins abandonné Lorde et Broods dès leurs premiers albums respectifs) il y a quand même toujours eu pas mal de sons qui selon moi sortaient du lot, ou du moins qui offraient quelque chose que je ne trouve pas forcément dans la pop mainstream UK ou US, grâce à une petite touche ou un petit style plus subtil et moins lourdingue qui échoit d'ailleurs peut-être à Little. 
       
      Robinson est la petite dernière signée chez Dryden Street, et ses morceaux sont produits par Little. Elle me rappelle beaucoup les débuts de Lorde : une pop minimaliste qui part du piano, une voix intrigante qui privilégie l'émotion et un petit hook à l'effet immédiat et toujours bien glissé pour emballer le tout. C'est pas fou dingue ni ultra original mais c'est bien fait et ça me plait.
      Elle a sorti trois sons, dont déjà un gros tube très écouté en NZ, "Nothing To Regret", que je prend plus comme un guilty pleasure, alors que les deux autres sont plus envoûtants.
       
       
       
       
      En attendant la suite, pour laquelle je n'ai évidemment aucune certitude (qui sait si je ne bouderais également pas son premier disque ?). Une chose sûre, il va se passer quelque chose de gros assez vite, puisque elle a signé un deal pour de la distrib' à l'internationale avec Universal.... puis avec Sony une semaine après ! J'ai pas très bien compris comment ça allait se passer du coup mais elle est armée pour break the Internet, elle a suffisamment de chansons prêtes pour faire un disque et fait déjà des concerts de 30-40 minutes. Quand à sa façon de se dandiner, à l'image du clip  "Nothing To Regret" ça va aussi faire parler... !
       

       
      Facebook - Twitter
    • By Charliiiie
      Tom Odell est un jeune auteur-compositeur britannique qui a sorti il y a quelques mois son 1er EP "Songs From Another Love" : 4 chansons légères, acoustiques, mélancoliques, aux sonorités folks et magistralement menées au piano.
       
       
       
       


      Encore méconnu du grand public, il fait pourtant parti de ceux qui peuvent marquer 2013, notamment au Royaume-Uni. En effet, il vient de remporter le très prestigieux Brit Awards Critics' Choice 2013 (en marge de la cérémonie qui aura lieu en février), et ce face à AlunaGeorge et Laura M'Vula qui figuraient comme les autres révélations à suivre en 2013 (et favoris pour le prix).
      Il succéde ainsi à des artistes qui ont aujourd'hui percé sur la scène mondiale : Emeli Sandé, Jessie J, Ellie Goulding, Florence + The Machine, Adele, etc... Ce qui laisse présager que du bon pour la suite.


      L'EP est notamment composé du très bon single Another Love :
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       

      ...Suivit de Sense :
       
       
       
       
       
       
       
       
       

      ...Et de Can't Pretend :
       
       
       
       
       
       



      L'album sort en avril prochain.
      Il va faire les premières parties de Jake Bugg au Royaume-Uni : difficile d'imaginer des concerts plus parfaits.
       
       



      Une belle petite performance en février lors de la cérémonies de Brits et je pense que sa carrière sera définitivement lancée.
       
    • By Charliiiie
      Je ne sais vraiment pas où situer musicalement ce duo venant de Londres.
      Duo mystérieux qui plus est, puisque ses deux membres sont anonymes.
      Leur musique touche autant à des sonorités urbaines et funky qu'electro, en mode nu-disco et soul-pop, et ils sont signé chez XL Recordings ce qui les casent chez les indés.
       
      C'est un des gros buzz de l'été dernier, et pas des moins originales : c'est en effet grâce à la vidéo de leur single Platoon sur Vimeo qu'ils se sont fait un nom. Leur secret ? B-Girl Terra, jeune britannique de 6 ans (!) réalisant une chorégraphie époustouflante la hissant déjà au statut de star de breakdance.
       
       
       
       
      Leur second single The Heat n'est pas trop mal non plus dans le genre.
       
       
       
       
      Il ne leur en a pas fallu plus, en tout cas, pour être dans la playlist BBC Sound of 2014.
      Enfin, le 3ème single Busy Earnin' est sorti cette semaine, et confirme qu'on peut attendre beaucoup du groupe.
       
       
       
       
      Pour compléter le tout, Drops, b-side de Platoon...
       
       
       
      ...Et Lucky I Got What I Want, b-side de The Heat :
       
       
       
      Quelle grande joie d'avoir appris il y a quelques semaines que ces deux gaillards allaient faire la 1ère partie de Haim au Trianon, samedi prochain. Ça s'annonce juste épique.
       
       

       
      Site Web - Soundcloud- Facebook - Youtube
    • By Charliiiie
      Trouver le parfait album pour son été c'est un challenge chaque année, mais en 2015 je crois que je vais m'arrêter pour le très particulier second album de La Luz. Formation américaine féminine de Seattle, malgré son nom exotique, et avec un son autant composé d'impuretés lo-fi/garage que de douceur et d'onirisme qui colle bien avec le mois d'août.
       
      Weirdo Shrine est un cocktail doux-amer aux ingrédients survoltés : mélodies surf-rock, harmonies vocales en mode doo-wop (ce dérivé du blues des années 50-60 qui donne des frissons), et ambiance western à la sauce Tarantino. Cerise sur le gâteau : le disque est produit par Ty Segall, qui est venu glisser ses pédales fuzz (dans tous les sens du terme) un peu partout.
       
      En résumé c'est la dose de fraîcheur idéale pour la canicule, c'est juste le parfait moyen de se sentir comme un vrai cow-boy pour se sortir de la chaleur du désert. Mais dans le désert, à la fin, l'histoire ne finit pas toujours bien. L'album a pour thème "weird love songs", et évoque bien souvent la mort, que La Luz, en 2013, avait échappé de près à la suite d'un accident de voiture. De quoi inspirer (au moins) tout un disque...
       
      Le disque est sorti vendredi chez Hardly Art, qui a également signé le Chastity Belt (qui surfe aussi mais sur une autre vague) et qui prépare le nouveau Protomartyr (post punk mais des mecs cette fois ci) pour plus tard dans l'année.
       

       
      01. Sleep Till They Die
      02. You Disappear
      03. With Davey
      04. Don’t Wanna Be Anywhere
      05. I Can’t Speak
      06. Hey Papi
      07. I Wanna Be Alone (With You)
      08. I’ll Be True
      09. Black Hole, Weirdo Shrine
      10. Oranges
      11. True Love Knows
       
       
       
       
       
       
       
       

       
      Facebook - Twitter - Bandcamp - Itunes - Deezer
    • By Charliiiie
      Américaine lancée dans un folk/rock plutôt sage et "sérieux", Caroline Rose a peut-être véritablement éclot avec son troisième album "Loner" cette année. Comme une artiste pas trop sûre de ce qu'elle veut, elle procède ainsi à un reboot complet qui la voit se forger un personnage totalement décalé, subversif, militant, qui porte son projet avec un songwriting barré et une production résolument plus pop. Le résultat est un délice, d'autant plus que la miss a une voix absolument géniale, qui lui permet de théâtraliser l’interprétation de son disque. "Loner" est une compilation de tubes synthpop totalement désinvoltes qui s'attachent à des sujets sociaux brûlants. Parfois elle revient à ses racines plus folk/rock, mais toujours avec le même ton ce qui donne une cohérence totale au disque. Le tout paraît assez honnête et naturel pour en faire l'une des grosses surprises de l'année, vu les formidables échos dans la presse US pour celle qui était il y a quelques mois totalement inconnue.
       

       
       
       
       
       
       
       
       
       

       
      Site web - Bandcamp - Facebook - Twitter
       
×