Jump to content
Sign in to follow this  
Charliiiie

Colours In The Street - Triangle

Recommended Posts

Sign in to follow this  



  • Sujets récents

  • Messages

  • Similar Content

    • By Charliiiie
      Anna Robinson, 21 ans,  néo-zélandaise qui fait le buzz avec sa pop "indé",  prochaine star internationale ? 
       
      Il s'agit encore de simples spéculations, mais depuis quelques années maintenant je suis avec beaucoup d'attention les jeunes pousses de la pop néo-zélandaise sous le filtre des travaux de Joel Little, "super-producteur" originaire d’Auckland où il a monté son petit label Dryden Street. Un gars (et une maison de disques) qui ne dit rien à personne, mais tout ce qu'il touche devient plus ou moins mainstream : Il est ainsi responsable de quelques beaux succès de la pop kiwi : Lorde, dont il a coécrit et a produit (seul) toutes les chansons avant le deuxième album, Kids of 88 dont il est également coauteur et coproducteur de la plupart des sons, et plus récemment Broods dont il est coauteur et seul producteur de 90% des chansons.
       
      Si j'ai vraiment pas toujours tout aimé sur ces différents projets (j'ai plus ou moins abandonné Lorde et Broods dès leurs premiers albums respectifs) il y a quand même toujours eu pas mal de sons qui selon moi sortaient du lot, ou du moins qui offraient quelque chose que je ne trouve pas forcément dans la pop mainstream UK ou US, grâce à une petite touche ou un petit style plus subtil et moins lourdingue qui échoit d'ailleurs peut-être à Little. 
       
      Robinson est la petite dernière signée chez Dryden Street, et ses morceaux sont produits par Little. Elle me rappelle beaucoup les débuts de Lorde : une pop minimaliste qui part du piano, une voix intrigante qui privilégie l'émotion et un petit hook à l'effet immédiat et toujours bien glissé pour emballer le tout. C'est pas fou dingue ni ultra original mais c'est bien fait et ça me plait.
      Elle a sorti trois sons, dont déjà un gros tube très écouté en NZ, "Nothing To Regret", que je prend plus comme un guilty pleasure, alors que les deux autres sont plus envoûtants.
       
       
       
       
      En attendant la suite, pour laquelle je n'ai évidemment aucune certitude (qui sait si je ne bouderais également pas son premier disque ?). Une chose sûre, il va se passer quelque chose de gros assez vite, puisque elle a signé un deal pour de la distrib' à l'internationale avec Universal.... puis avec Sony une semaine après ! J'ai pas très bien compris comment ça allait se passer du coup mais elle est armée pour break the Internet, elle a suffisamment de chansons prêtes pour faire un disque et fait déjà des concerts de 30-40 minutes. Quand à sa façon de se dandiner, à l'image du clip  "Nothing To Regret" ça va aussi faire parler... !
       

       
      Facebook - Twitter
    • By Man on the Moon
      Cigarettes After Sex est un groupe originaire d'El Paso (Texas), formé en 2002 par son chanteur, Greg Gonzalez. Avec son univers dream pop et sombre, la bande propose en 2012, I, un premier EP de 4 chansons, et s'attire une petite notoriété sur Youtube où l'univers du projet fait mouche. Ils citent parmi leurs influences, The Smith, Cocteau Twins, Velvet Underground, ou encore Mazzy Star.
      S'en suit une pause de plusieurs années durant lesquelles les membres travaillent sur leurs propres projets. Le groupe perd certains de ses musiciens, en accueille de nouveaux, et publie ponctuellement des titres - comme Affection - , sans jamais être satisfait du résultat. Un album autofinancé par Greg sera même enregistré mais supprimé par ce dernier, les pistes étant jugées pas assez bonnes.
       
      C'est finalement en juin 2017 que le quatuor propose son premier LP éponyme, duquel seront extraits les singles K, Apocalypse, Each Time You Fall in Love, et Sweet. Composé de 10 titres envoutants, il peut être considéré comme une parfaite bande son d'un film erotico-dramatique. Rien d'étonnant quand on sait que leur nom de scène vient d'une tradition qu'avait le chanteur après une partie de jambe en l'air avec l'une de ses ex.
       

       
       
       
      Enregistré dans des conditions live à partir de 2015, le disque a été influencé par les travaux de Françoise Hardy (laquelle citera une année plus tard le groupe parmi les inspirations de son nouvel album). L'univers graphique noir et blanc a été choisi pour coller un peu plus au romantisme et à la nostalgie des sons.
       
      Un an après la sortie de l'album, la bande revient avec un double single composé des titres Crush, et Sesame Syrup, deux titres issus des premières sessions d'enregistrement de l'album en 2015, et ré-arrangés pour l'occasion. Et c'est toujours aussi beau.
       

       
       
       
       
       
       
    • By gorebabygore
      Nouveau titre du groupe français Venin Carmin, qui fait suite à un premier album très réussi (Glam is gone).
       
       
    • By Man on the Moon
      Nouvelle recrue du label indé Sub Pop, Yuno est un artiste de 27 ans originaire de Jacksonville (Floride). Passionné par la culture skate et tout ce qui l'entoure, il se prend de passion pour la musique très jeune. Bercé par le Reggae, le Ska, le R&B, et la pop britannique (ses parents étant anglais) il s'ouvre peu à peu au Rock et au Rap. Au travers ces différentes influences, il sort plusieurs singles sur Bandcamp, avant de proposer en 2017, No Going Back, un tube indie pop non sans rappeler l'univers de Tame Impala.
       


      Encensé par la presse musicale indé (dont Pitchfork), il persiste et signe avec Why For, un deuxième single inspiré, prémisse d'un premier EP, Moodie, à paraître au moi de Juin.
       


      Artiste "touche à tout", Yuno, créait sa musique chez lui, en auto-production, jouant de tous les instruments. Il réalise également l'ensemble de ses pochettes, ainsi que ses vidéos, accordant une place importante à la couleur.
       

       
       
×