Jump to content
Pablo

Daft Punk - Random Access Memories

Random Access Memories  

71 members have voted

  1. 1. Votre (Vos) piste(s) préférée(s) de l'album ?

  2. 2. A propos de cet album :

    • Album de l'année, que dis-je de la décennie ! Daft Punk quoi. #BornThisWhat
    • Excellent album, enfin quelque chose pour épurer nos radios de cette merdasse electro-pop.
    • Bon album, mais on est quand même loin des précédents opus.
    • Bof, tant de hype pour ça et après 8 ans d'absence. #NotHereForThat
    • Déception de l'année. Et l'electro là-dedans ? (Et en plus ils ont un compte Vevo TRAHISOOOOOOOOON #GuessStyleOfWho)
  3. 3. Le meilleur album studio de Daft Punk, c'est :



Recommended Posts

daft-punk-random-access-memories-review.



Random-Access-Memories-daft-punk-3426026



daftpunk-unboxed-d.gif



1. Give Life Back To Music


2. The Game Of Love


3. Giorgio by Moroder


4. Within


5. Instant Crush (feat. Julian Casablancas)


6. Lose Yourself To Dance (feat. Pharrell Williams)


7. Touch (feat. Paul Williams)


8. Get Lucky ( feat Pharrell Williams)


9. Beyond


10. Motherboard


11. Fragments Of Time (feat. Todd Edwards)


12. Doin' It Right (feat. Panda Bear)


13. Contact



Allons-y, déchaînons-nous 8).




  • Like 12

Share this post


Link to post

peux tu ajouter un sondage ? :blush::P

pour qualifier l'album (chef d'oeuvre - très bon - passable - à chier)

et un pour connaitre quelle est la piste préférée des CIFeurs.

 

 

  • Like 1

Share this post


Link to post

Il s'attendait peut-être à du prout tuning. :unsure:

Je répondrai plus tard au sondage mais j'ai regardé les résultats et Bono06 devrait être récompensé pour son courage ^^ :

 

2v85vnk.png

  • Like 9

Share this post


Link to post

Allez, je me lance dans une critique plage par plage :

 

 

 

Give Life Back To Music
Et on entre dans le vif du sujet avec une intro digne d'un générique de L'amour Du Risque. Puis vient la basse funky, le piano et les voix vocodées si chères à nos têtes casquées. Ca se retient facilement, c'est efficace et ça ferait probablement un bon potentiel single. Même si ça manque cruellement d'originalité. 14/20

The Game Of Love
Dès les premières notes du morceau, je me croirais vingt milles lieues sous les mers avec Jean-Marc Barr. Vous le voyez le Grand Bleu? Puis les fameux vocoders entrent à nouveau en scène, mais l'effet prend nettement moins que sur le titre précédent, dû à la lenteur du morceau, qui aurait pu faire un bon slow en 1983, qui aurait probablement fait un tabac sur la BO de Flashdance, mais qui déçoit un peu pour du Daft Punk. 11/20

Giorgio By Moroder
Le speech parlé pendant un temps assez important du morceau me rappelle immédiatement le 19 de Paul Hardcastle avec l'intervention d'Yves Mourousi. Ca surprend à la première écoute, mais ça devient gonflant dès la seconde et je n'ai qu'une envie, c'est d'appuyer sur la touche FWD pour avancer le titre à 1'50. Et là, je suis transporté en plein coeur de la Turquie, je revis 35 ans plus tard l'odyssée Midnight Express. Dans le gimmick froid, on peut également retrouver un côté antiloopien, avec la montée finale à base d'acid music, ça, il fallait oser en 2013 sur un album funky-pop. Ensemble pas mauvais, voire carrément sympa. 15/20

Within
Assez réticent à la première écoute, j'ai appris à apprécier Within et sa mélodie magique. Piste assez déroutante pour les fans d'éléctro pure et dure, ce slow dégage une telle émotion qu'on s'imagine déjà un vidéoclip dans lequel un homme qui vient de se faire plaquer écume les bars de nuit à la recherche d'une proie facile. Les effets de l'alcool aidant, on est comme lui, on se demande pourquoi on a atterri ici. Mais on aime, quitte à avoir la gueule de bois le lendemain. 16/20

Instant Crush
Les premiers accords ressemblent étrangement à un titre de François Feldman aux paroles profondes. Les couplets paraissent d'ailleurs interminables mais la voix méconnaissable de Julian Casablancas m'entraîne de force jusqu'au refrain, digne héritier d'un If I Ever Feel Better de Phoenix. Puis les couplets retentissent à nouveau et j'ai hâte de retrouver le refrain une seconde fois pour m'évader. 13/20

Lose Yourself To Dance
Ou le présumé second single. Chose cocasse quand on sait que c'est encore Pharrell aux vocaux et que Lose Yourself To Dance est une étrange copie de Get Lucky. Le meilleur moment, c'est l'arrivée des vocoders qui switchent de gauche à droite, quand Daft Punk jouent avec la balance, ça envoie du flow! Le seul avantage que j'aurais à ce que ce titre sorte en single, c'est une version radio edit car 6 minutes de "Come on come on come on come on lose yourself to dance", c'est juste 3 de trop. 15/20

Touch
C'était la pause déjeuner, les Daft réglaient leurs niveaux et testaient de nouveaux effets. Paul Williams a commencé à improviser un boeuf sur un air disco d'Amanda Lear, puis la chorale de l'école de Saint Gibrien a suivi le mouvement en pénétrant dans le studio. A ce moment-là, nos deux français se sont rendu compte que les micros étaient restés branchés et ont stoppés net le tout (7'41). Mais c'était trop tard, l'enregistrement avait eu lieu et en bons écologistes, ils ont gardé le tout et l'ont mis tel quel sur l'album, se disant que ce côté expérimental pourrait plaire. C'était mal me connaître. 8/20

Get Lucky
Donc, on reprend là où on en était avant le déjeuner, c'est-à-dire avec Pharrell. Bon, ce n'est pas comme si je découvrais le titre pour la première fois, tant les radios l'ont multidiffusé ces derniers temps. Mais la nouveauté, c'est la version longue! Ha! Chouette, tiens! Sauf que leur version longue ressemble à s'y méprendre à leur version radio avec 15 secondes de + au début, un léger break uniquement "vocal+beat" vers le milieu et 15 secondes de + à la fin. Soit un bon gros foutage de gueule. Heureusement que Get Lucky est un morceau appréciable... 14/20

Beyond
Bienvenue dans les studios Disney! Ha non. Champs-Elysées avec Michel Drucker? Non plus. Mince! Je suis à l'écoute d'un nouveau morceau de Daft Punk et je suis effaré par l'intro. Un petit gimmick funky sympatoche vient mettre fin à ma stupeur, et les vocoders me confortent dans l'idée que finalement Beyond est taillé pour figurer sur Random Access Memories. Ouf! 13/20

Motherboard
Ce titre me fait penser dans sa structure à Veridis Quo sur Discovery. Le cool tempo, la musique lancinante et à la fois inquiètante, la durée (5 minutes et des brouettes) pour finalement mettre en boucle une seule idée... Une idée qui aurait peut-être méritée d'être aboutie. Dommage, le poussin est tué dans l'oeuf et on décroche au milieu du morceau. 12/20

Fragments Of Time
En voilà une bonne instrumentation! La voix de Todd Edwards n'est pas désagréable non plus, même s'il essaie d'imiter les intonations de Jamiroquai sans y arriver. Le refrain est classique et ce titre aurait pu être un tube des Maroon 5. Soit une chanson bon esprit, mais encrée dans un registre pop trop basique. 14/20

Doin' It Right
J'ai d'abord pensé qu'il y avait du Calvin Harris là-dessous, notamment lors de l'intro. Cette boucle vocodée qui s'étend sur 4 minutes 10 est d'ailleurs le gros point positif du morceau. Car les rajouts vocaux de Panda Bear ne me transcendent pas vraiment et le tout s'enlise dans une guimauve dégoulinante au fil des minutes. 11/20

Contact
Le seul titre à sample de l'album et pas n'importe quel sample! Un extrait de la NASA mêlé à une boucle de We Ride Tonight des australiens The Sherbs, inconnus jusqu'alors chez nous. La présence de Dj Falcon, complice de Thomas Bangalter, me rassure un temps mais le final du morceau m'oppresse quand la musique laisse place au décollage de la fusée. Probablement la pire fin pour un titre des Daft depuis celle de The Prime Time Of Your Life. Ca partait pourtant bien. 13/20

Moyenne totale de l'album : 13/20
Un bon album du duo, qui n'égale pas le brillant Discovery, mais qui séduit par son côté éclectique et multigenres, et qui pourrait devenir un classique de 2013. Reste à découvrir quels seront les singles...

  • Like 3

Share this post


Link to post

Il s'attendait peut-être à du prout tuning. :unsure:

Je répondrai plus tard au sondage mais j'ai regardé les résultats et Bono06 devrait être récompensé pour son courage ^^ :

 

2v85vnk.png

 

 

lol bah oui ! all alone !

 

non pas pour un esprit de contradiction (j'ai tendance à être un mouton), mais les sons éléctros bourrins et mainstream avec une sonorité """"rock"""", je ne peux qu'aimer, malgré sa courte durée! Et il est vrai que j'ai toujours eu tendance à plus écouter et me trémousser sur cet album que les deux précédents! Je suis fier d'aimer Human After All ! Avec un + pour Television Rules the Nation, Prime Time of Your Life, Robot Rock, Technologic, Brainwasher, Steam Machine ... ah bah en fait, la plus grande partie de l'album ^^ !

  • Like 3

Share this post


Link to post

Vais essayer de donner un avis le plus simple possible, même si pas évident.

 

Give Live Back To Music

C'est la chanson qui donne le ton à l'album, les Daft Punk qui se mettent au disco/funk. Le riff de guitare de Nile Rodgers est légendaire, digne des grands succès de Chic, quoiqu'un peu trop ressemblant à celui de Good Times justement. Mais ça reste un excellent titre. Et la force des morceaux avec une forte instrumentale, c'est que les paroles accompagnent la mélodie si nécessaire et s'effacent au besoin, ce qui est le cas ici. Et je suis bien content de pouvoir écouter un titre neuf aussi bon que la musique des années 70-80. 18/20

 

The Game Of Love

Continuer avec une chanson rapide n'est pas forcément une bonne idée mais de casser le rythme avec un titre aussi lent, c'est presque dommage. Mais elle est plaisante, elle arrive juste trop tôt. 13/20

 

Giorgio By Moroder

J'aime les morceaux électro un peu bourrins qui poussent l'instru jusqu'au bout pour arriver à un truc excellent au final, c'est ce que fait ce titre. Et les passages parlés semblent un peu guider dans l'atmosphère étrange de la chanson avant de terminer en apothéose. Je crois même que c'est mon titre préféré de l'album. 19/20

 

Within

Beaucoup trop lente, bonne mais détonne un peu trop avec le reste de l'album, un peu comme avec The Game Of Love. Mais pas dégueu. 12/20

 

Instant Crush

Le début est un peu lent mais c'est arrivé au refrain que les originalités de l'instru se font sentir et la suite n'en devient que meilleur, donnant au final un excellent titre accrocheur. 17/20

 

Loose Yourself To Dance

Probable tube de l'été. Le titre est frais, Nile Rodgers fait encore des merveilles dessus, le falsetto de Pharell Williams est bon au départ même si devenant un peu agaçant vers la fin. Les voix vocodées accompagnent toujours à merveille. 18/20

 

Touch

A croire qu'ils ont voulu casser le rythme de l'album à chaque fois qu'il démarrait. Et plus de 8min pour un titre lent, c'est un peu trop. Encore une fois, morceau pas dégueu mais clairement pas un coup de coeur. 10/20

 

Get Lucky

La version radio edit avait massacré toutes les petites subtilités de l'instru qu'ont les grandes chansons funk, la version complète les restaure. Le morceau, toujours aussi excellent, va devenir (ou même est déjà) aussi culte que One More Time, Arround The World ou Harder, Better, Faster. Bref, dommage qu'on l'ait connu à l'avance, ça aurait été la grande surprise de l'album. 18/20

 

Beyond

Premier titre où la baisse de rythme est purement logique, suivant Get Lucky de manière cohérente. Et assez bonne au final. 13/20

 

Motherboard

Deuxième délire purement instrumental voire expérimental, dommage qu'il n'intervienne qu'aussi tard, j'en ai toujours été fan. Les mélodies s'enchaînent et se mélangent harmonieusement, un must. 15/20

 

Fragments Of Time

Il aurait du changer de place avec The Game Of Love, ça aurait été mieux comme suite à Give Life Back To Music. Un peu comme Instant Crush, les petites perles électroniques dans l'instru subliment le tout, le titre en devient très bon. 16/20

 

Doin' It Right

L'album ayant deux tonalités différentes (un côté très funky, un autre plus rock), ce titre est au côté rock de l'album ce qu'est Give Life Back To Music au côté funky. Donc aussi bon que son alter égo. Avec pour une fois dans l'album la voix des DP en premier plan, accompagné de Panda Bear, ce qui donne un mélange harmonieux. 17/20

 

Contact

Un peu la façon qu'on les DP de fermer la fête et de tout remballer après que les copains s'en sont allé. Ils clôturent l'album avec un son purement DP, ce qu'on attendait d'eux depuis le début au final. Et forcément, c'est excellent. 18/20

  • Like 1

Share this post


Link to post

Je sens qu'il va y avoir une team "Touch est merdique" et une team "Touch est un chef d'oeuvre" (je fais partie de cette dernière ^^).

  • Like 7

Share this post


Link to post
Guest Querelle

"Touch" est unique. Une putain de claque. L'un des morceaux les plus enthousiasmants qui m'ait été donné d'écouter ces 5 dernières années. :throb:

  • Like 3

Share this post


Link to post

Touch a clairement été le morceau qui a retenu mon attention dès la première écoute. La deuxième écoute m'a confirmé que ce morceau est énorme.

Share this post


Link to post

À l'inverse, je trouve "Touch" horriblement pompeux: vas-y que je te sorte les violons, les choeurs qui font "hold on if loooove is the answer", les cassures de rythme pour me la jouer expérimental. Au-se-cours! Si je veux du pompeux, j'écoute Mercury Rev.

 

Concernant l'album dans sa globalité, la forme, très prétentieuse, annonce une endurance parfaite; le fond, lui, tient moins la barre. Bon album, mais trop souvent longuet et répétitif.

 

Je sauve: "Lose Yourself to Dance" et son efficacité non ampoulée, "Doin' It Right" et sa froideur mélancolique, "Contact" et son côté vaguement shoegaze et jungle. Cette dernière me fait d'ailleurs énormément penser à une autre chanson: peut-être "Burst Generator" des Chemical Brothers, mais je ne suis pas sûr.

  • Like 2

Share this post


Link to post

"Touch" fait très musique tagada-tsoin-tsoin en effet, je la trouve assez (très) kitsch. Pour se permettre de faire une chanson de cette longueur et avec plusieurs "parties" différentes, de nombreux instruments, il faut avoir une ligne directrice ; là ça part dans tous les sens, sans qu'il y ait véritablement quelque chose de construit. Pompeux mais creux en clair.

Share this post


Link to post

×