Aller au contenu

Nirvana - Discographie

Kurt cobain nevermind in utero bleach krist novoselic grunge

Voir aussi : Nirvana, clips de Nirvana, paroles de Nirvana.

  • Veuillez vous connecter pour répondre
31 réponses à ce sujet

#1
Rigodon

Rigodon

    Repéré par Universal

  • Membre
  • 808 messages
Image IPB
Nirvana : 1987 - 1994

Hello.

M'intéressant de plus en plus à ce groupe et considérant aberrant le fait qu'aucun de mes prédécesseurs n'ait eu l'idée de se lancer dans un tel topic, vous me voyez heureux de lancer le sujet Nirvana - Discographie !

L'histoire du groupe prit fin le triste jour du 5 Avril 1994, date à laquelle le charismatique leader du groupe, Kurt Cobain mit fin à ses jours. Homme torturé, passionnant et bourré de talent, il est 18 ans après sa mort l'un des musiciens les plus célèbres et adulés dans le monde. Il est aussi perçu comme étant l'âme et le moteur de Nirvana.

Image IPB

La Génèse d'un Groupe :
C'est à Aberdeen, une bourgade de 15 000 habitants dans l'Etat de Washington que naquit le groupe. Après un premier essai raté (fondation des Fecal Matter, très vite dissolu), Kurt Cobain se fait rejoindre par Krist Novoselic (basse) et Dale Crover (Batteur, qui changera maintes fois), se fonde alors Nirvana après plusieurs changements de pseudonymes.

Première maquette, mini-tournée :
Montés à Seattle où la scène Punk est très active, ils enregistrent une maquette qui retient l'attention du label Sub Pop avec comme single Love Buzz.
1 000 copies seront écoulés.
Le groupe part alors faire une mini-tournée de deux semaines en Van sur la côté Ouest. Rentrés, ils décident d'enregistrer ce qui sera leur premier vrai album...

Bleach :
L'album est bien reçu par la critique. Les rythmiques sont lourdes et puissantes, l'ensemble, d'une noirceur prononcé. L'album est inspiré par la jeunesse de Kurt Cobain (parents divorcés, ville morne). L'album eu un succès intimiste, Nirvana partit néanmoins en tournée aux Etats-Unis et au Royaume-Uni. Aujourd'hui la chanson phare de l'album demeure About a Girl, inspiré par la relation de Kurt et sa petite copine de l'époque.



Nevermind :
Dès début 1990, l'enregistrement du second album débute. C'est à ce moment que Nirvana trouva son dernier batteur, Dave Grohl. L'album sortit le 4 Septembre 1991. Plus orienté POP, il rencontra un succès monstre qui haussera le groupe à une popularité absolument innatendu. Le mouvement Grunge fit une entrée fracassante et le monde entier succomba au phénomène. Le premier single Smells like teen spirit y est pour quelque chose. Elue 9ème meilleur chanson de tout les temps, elle est reconnaissable dès les premiers riffs de guitares. C'est à ce moment là que Kurt Cobain commença à consommer de l'héroine.
Les autres titres célèbres de l'album sont Come as you are, Lithium, Breed, In Bloom et Something in the Way.



La pochette de l'album, elle, demeure l'une des plus connues. On y voit un bébé nageur nu cherchant à attraper un billet de 1 dollar. Un mythe est né...

Image IPB

Post Nevermind :
Un an s'est écoulé depuis la sortie de Nevermind. Kurt Cobain s'est entre temps marié à la chanteuse du groupe Hole Courtney Love avec laquelle il eut une fille Frances Bean Farmer, née le 18 Aout 1992. Drogué, lassé par le succès de Nevermind et toute la folie qui s'est construit autour de Nirvana (Smells like teen spirit est vu comme l'hymne d'une génération), il prépare un album moins tourné vers le grand public, lui qui voulait avoir à nouveau l'anonymat.

In Utero :
Le troisième album du groupe sort le 21 Septembre 1993. Le son est plus brut, comme un retour aux sources. Intimiste, l'album parle de la période où Nirvana vécu le succès, des médias et de la pression vécue par Kurt Cobain. Les chanson célèbres de l'album sont Heart Shaped Box, Rape Me (qui créa une grande controverse) et All Apologies. L'album connu un grand succès critique et commercial, encore une fois.



Unplugged in New-York :
C'est un album live enregistré en Novembre 1993 où Nirvana réinterprète ses chansons de manière acoustique. L'album sorta un an plus tard. Kurt Cobain reprend des chansons de Meats Puppets, groupe méconnu qu'il affectionne. L'album est très populaire auprès du grand public, montrant une facette du groupe qu'il ignorait, plus posé, plus réfléchie et surtout maîtrisée. La reprise de la chanson The man who sold the world de David Bowie est la plus connue aujourd'hui.



La fin d'un groupe :
Plusieurs cures de désintoxication n'auront pas suffit à calmer les démons qui hantaient Kurt Cobain. Après une première tentative de suicide avec médicament, il mit fin à ses jours le 5 Avril 1994 avec un fusil. Ce sont des millions d'admirateurs qui en seront touchés. C'est la fin d'une histoire, le début d'une autre.

Nirvana, un groupe mythique :
Environ 70 millions d'albums sont vendus aujourd'hui à travers le monde et les jeunes générations n'ont de cesse de découvrir et de redécouvrir la musique de Nirvana. Des mélodies éternelles, des paroles touchantes et un tout mené par la main de Maître de Kurt Cobain, homme à la sensibilité exacerbé et au talent sur. Nirvana est à ce jour l'un des groupe les plus populaires qui soit et leur musique continue de toucher des millions de gens, indémodable, comme touchée par la grâce.



A vos avis.

#2
gorebabygore

gorebabygore

    :w:

  • Membre
  • 10986 messages
  • Sexe :Homme
Nirvana me touche par rapport à mon enfance, putain d'époque, mais objectivement Kurt n'avait quasi aucun talent de musicien. C'est du punk, zéro technique, et "Come as you are" étant un des plus gros plagiats du rock (bonjour Killing Joke)...

Le plus intéressant chez Nirvana réside dans les influences de Kurt, ses obsessions (bonjour Mrs La Vulve, le poids, l'apparence, la solitude), ses peintures, sa vie, la dichotomie gloire / rejet du showbiz...
Je développerai peut-être plus tard.
Mais Nevermind ne vaut pas grand-chose (un album pareil de la part d'un autre groupe serait moqué à un point...), là où Bleach et surtout In utero sont des classiques du genre.

Bonne idée de topic en tout cas. ;)

#3
Rigodon

Rigodon

    Repéré par Universal

  • Membre
  • 808 messages
Je plussoie sur les traumats qui hantaient Kurt. Dans les émotions, dans sa voix, cet homme était un écorché vif.
De là il tirait ses plus grandes peines, ressortait alors son génie...

#4
Ludo*

Ludo*

    Artiste talentueux

  • Membre
  • 535 messages
Je suis assez d'accord. Cobain faisait partie de ces artistes qui ont une âme, une vraie, et dont la mélancolie (également bien présente dans la musique de Courtney Love) est vraiment saisissante et aide à pardonner la faiblesse de certains titres de Nevermind. Quand on voit la façon dont il a grandi musicalement au fil de ses albums, c'est un peu frustrant que sa carrière reste aussi inachevé, je pense qu'il avait encore beaucoup à revendre. Mais ça fait aussi partie intégrante du culte autour de ce rockeur torturé...

#5
Kaboom

Kaboom

    Artiste amateur

  • Utilisateur Banni
  • 119 messages
Ce que j'aime surtout chez Nirvana, c'est le mode de pensée de Kurt. Putain, j'ai lu une interview de lui dans les Inrocks qui a été faite juste avant la sortie de In Utero, le mec lâche tout, franchement tout le monde en prend pour son grade. ^^ Mais ce mec était franchement intelligent, c'est fou. Après j'aime bien Nirvana mais Hole >> Nirvana. Sinon mon album préféré est In Utero, et mes chansons préférées je dirais Lithium & Heart Shaped Box. Très original donc. ^^

#6
Butterfly Wings

Butterfly Wings

    food food food food drug food food drug food food

  • Membre
  • 4537 messages
In Utero est aussi mon album studio favori, en particulier grâce à "Heart-Shaped Box", "All Apologies", "Frances Farmer Will Have Her Revenge On Seattle", mais surtout "Rape Me" (d'ailleurs, la démo présente sur le coffret With The Lights Out est vraiment énorme). Mais pour moi, leur véritable chef-d'oeuvre, c'est l'Unplugged In New York. Ce live montre à quelle point la musique de Nirvana, et en particulier les mélodies, était forte et puissante. Et puis, la voix si reconnaissable de Cobain est à son summum sur cet album.

Pour les rêves qu'on a fait, et pour ceux qu'on fera.
Pour le poing qu'on a levé, pour celui qu'on lèvera.
Pour un idéal, pour une utopie.
Allons marchons ensemble enfants de la Patrie.


#7
Rigodon

Rigodon

    Repéré par Universal

  • Membre
  • 808 messages
Rape Me est la deuxième chanson de Nirvana que j'ai connu après Smells Like Teen Spirit, elle était complètement différente des musiques que j'écoutais alors mais m'a immédiatement plus.

Il y a quelque chose de particulier dans cette chanson, ce cynisme, ce "RAPE MEEE..." qu'il hurle comme si il en avait absolument besoin et puis cette clarté lors des couplets qui détonne, aussi violente que les refrains.

Je ne vois pas le temps passer quand j'écoute cette chanson, c'est comme un coup de poing dans le ventre. Elle est si dévastatrice mais en même temps presque "innocente", elle symbolise pour moi l'auto-destruction, presque forcée, comme quand on est dépendant de quelqu'un et ce quoi qu'il se passe.

Je dois aimer cette chanson, autant qu'elle me dérange...



#8
Rigodon

Rigodon

    Repéré par Universal

  • Membre
  • 808 messages

Nirvana me touche par rapport à mon enfance, putain d'époque, mais objectivement Kurt n'avait quasi aucun talent de musicien. C'est du punk, zéro technique, et "Come as you are" étant un des plus gros plagiats du rock (bonjour Killing Joke)...

Le plus intéressant chez Nirvana réside dans les influences de Kurt, ses obsessions (bonjour Mrs La Vulve, le poids, l'apparence, la solitude), ses peintures, sa vie, la dichotomie gloire / rejet du showbiz...
Je développerai peut-être plus tard.
Mais Nevermind ne vaut pas grand-chose (un album pareil de la part d'un autre groupe serait moqué à un point...), là où Bleach et surtout In utero sont des classiques du genre.

Bonne idée de topic en tout cas. ;)

Mais développe, fais ! ;)

Je vois ce que tu veux dire par rapport à Nevermind. Les chansons sont peut-être un peu plus faciles. Fédératrices d'un côté (Come as you are, Smells like teen spirit, In Bloom) pour plaire au grand public. Cela a permis de mettre le Grunge (ou le rock/punk appelez ça comme vous voulez) sur le devant de la scène (ce qui est une bonne chose, ça la diversifié à ce moment là).

Something in the way est particulière par contre. Après oui, il y a ce côté Rockstar, comme l'itinéraire d'un groupe qui à souffert mais qui allait se retrouver au sommet avec des mélodies et des chansons qui allaient faire sauter les foules. C'est donc plus easy listening.

#9
gorebabygore

gorebabygore

    :w:

  • Membre
  • 10986 messages
  • Sexe :Homme
Oui, cet album n'a strictement rien de grunge, voilà le problème. :mrgreen: C'est du rock californien / teenage tout ce qu'il y a de plus basique... C'est efficace, mais facile. D'ailleurs quel gamin ne se découvre pas une passion pour le rock grâce à cet album ? C'est une bonne entrée en matière car c'est... facile.
Rien à voir avec son succès, mais je ne supporte plus cet album depuis une bonne quinzaine d'années tellement ça tourne en rond. Quelques perles à retenir comme "Something in the way", "Lithium", et "Smells like teen spirit", mais sinon ça vole pas plus haut que du Green Day (je ne considère pas cela comme un compliment). Butch Vig a - s'il est vraiment le responsable, ce dont je doute très fortement malgré ce qu'on en dit car Cobain, contrairement aux conneries qu'on raconte à son sujet, cherchait le succès à cette époque - trop arrondi les angles.
Il ne me semble pas que Vig ait fait de la purée pour les Smashing par exemple.

En gros ton terme d'easy listening résume bien la chose.
Pour les influences de Kurt ça mérite un bon pavé, on verra ça plus tard. :mdr:

#10
Roméo.

Roméo.

     

  • Membre
  • 6022 messages
  • Sexe :Homme

Oui, cet album n'a strictement rien de grunge, voilà le problème. :mrgreen: C'est du rock californien / ..



OHH !! GBG !!! ... Nevermind un album de rock californien ? .. La production est plus accessible que leurs premiers essais on est d'accord, d'une efficacité pop assez remarquable ou détestable (au choix) pour un son dit "grunge", mais qui n'a rien de "californien" en soi (accords, arrangements, voix), c'est pas Dire Strait je veux dire... :( Avec le recul ce disque a permis d'envoyer au placard tous les groupes de rock fm merdiques issus des années 80 devenus has been en un claquement de doigt après l'explosion sonore de SLTS. incroyable ce titre, toujours aussi puissant.

(Dans le fond je rejoins ton avis sur la question mais sous un autre angle).
Sinon, Kurt Cobain avait de très beaux cheveux, je me devais de l'exprimer.

"Encore une entourloupe Rachel, et c'est moi qui te descend .."


#11
gorebabygore

gorebabygore

    :w:

  • Membre
  • 10986 messages
  • Sexe :Homme
Désolé de t'avoir choqué. :mdr: Mais c'est tellement lisse et superficiel (dans le son, les accords répétitifs et les mélodies) que, j'avoue, certains aspects me font penser aux Beach Boys ou, pire, aux Red Hot (...). Manque plus qu'une guitare rythmique et c'est bon.
Ça manque sûrement d'objectivité j'en conviens... Mais parfois ça m'évoque des surfeurs. Image épouvantable donc.
Après, l'impact d'un tel album sur la mode du rock alternatif (de qualité en plus) durant la même décennie n'est pas à négliger, c'est clair, mais là ça ne passe plus.

Pour les groupes pourris qui ont malheureusement survécu, tu as oublié Aerosmith, Guns N'roses et Bon Jovi (vais me faire taper, non ?).
Nous sommes d'accord pour la touffe à Kurt (je peux rajouter ses gilets ?).

#12
Ludo*

Ludo*

    Artiste talentueux

  • Membre
  • 535 messages

Cobain, contrairement aux conneries qu'on raconte à son sujet, cherchait le succès à cette époque

Tu es sûr ? Effectivement, j'ai toujours cru ce qui a été raconté sur lui, et quelque part je trouve que c'est raccord à la personnalité qu'il laisse transparaître dans ses disques. Mais c'est vrai que Nevermind s'inscrit dans une démarche plus commerciale que In Utero.

#13
Subtract

Subtract

    Revenant

  • Membre
  • 1344 messages
"Smells like teen spirit" me fait le même effet que "J'ai demandé à la Lune". Comprendra qui pourra (...gorebabygore !).

.

稲妻に.さとらぬ人の.とうととさよ

.


#14
gorebabygore

gorebabygore

    :w:

  • Membre
  • 10986 messages
  • Sexe :Homme
Oh le voyou ! :o Quand on sait ce que tu penses de la mèche... :mrgreen:

Tu es sûr ? Effectivement, j'ai toujours cru ce qui a été raconté sur lui, et quelque part je trouve que c'est raccord à la personnalité qu'il laisse transparaître dans ses disques. Mais c'est vrai que Nevermind s'inscrit dans une démarche plus commerciale que In Utero.


Pas de l'ampleur que ça a pris bien sûr, mais il faut tout de même replacer les choses dans leur contexte : signature chez Geffen (loin du petit label indé tout pourri...), promo de malade et ce dès le début, budget confortable pour enregistrement / photoshoot et compagnie, embauche de Butch Vig (ce qui n'a pas rien coûté... je vous laisse vous renseigner sur le sujet si cela vous intéresse), etc.

Quand Cobain affirmait être étonné quant au succès du single, c'était tout de même hyper hypocrite... le titre avait rencontré, quelques mois précédant sa sortie, un accueil énorme du public dès avril 1991. Le label misait probablement aussi fortement dessus.
Le tournage du clip a eu lieu bien avant la sortie du single, et là encore, on ne peut pas dire que le budget ait manqué...

Enfin pour faire court, après Bleach Nirvana a voulu signer chez un plus gros, profiter du blé, de bonnes conditions d'enregistrement et d'un producteur très hype.
Rechercher la gloire sûrement pas, mais un certain succès c'est une certitude. Quand on compare les coûts de production du premier et second album, ça ne trompe pas... Aucun groupe punk ne s'est jamais payé de tels avantages. ;)

Si Cobain a eu du mal ensuite à accepter le succès commercial qu'a rencontré son groupe, à mon sens c'est tout simplement parce que ce dernier s'est fait lyncher par tout le milieu rock (y compris les idoles de Kurt) en 91 / 92. Sans compter les groupes indépendants qui lui crachaient violemment dessus (notamment à cause de Killing Joke).

Je ne sais pas si certains d'entre vous ont connu cette époque, mais avant le live acoustique Nirvana avait encore plus mauvaise réputation que Tokio Hotel aujourd'hui... C'était la honte suprême d'écouter Nirvana, considéré comme du rock de supérette par tout le public rock / metal et indé.

#15
Roméo.

Roméo.

     

  • Membre
  • 6022 messages
  • Sexe :Homme

Désolé de t'avoir choqué. :mdr: Mais c'est tellement lisse et superficiel (dans le son, les accords répétitifs et les mélodies) que, j'avoue, certains aspects me font penser aux Beach Boys ou, pire, aux Red Hot (...).




C'est pareil pour un tas de groupe. Qui n'a jamais pas pensé aux Beatles en écoutant Oasis, Led Zep sur du Rage Against the Machine ? ou bien meme The Cure concernant Placebo, bref la liste est si longue.

Après, concernant les motivations professionnelles du groupe Il y'a une nuance à apporter entre le fait de vouloir vivre de son travail d'artiste, et finir en poster sur le mur d'une adolescente anorexique aux cotés de Jon Bon Jovi.
Cobain voulait plaire à un certain public, celui qui le suivait depuis l'album Bleach, cette obsession ne l'a jamais quittée, mais le groupe n'avait pas de projet commerciaux sur le long terme comme les Gun's, Metallica ou Green day (que tu sembles tant apprecier, remarque moi aussi :mrgreen: ).
Enchainer aprés le succés planetaire de Nevermind avec une compilation de b-sides était en soi un pied de nez à la carrière du groupe, une manière de dire :
"On ne nous y reprendra plus !!"

Bon trêve de blabla, place au son :


J'ai du recommencé ma vie un million de fois sur cette chanson

"Encore une entourloupe Rachel, et c'est moi qui te descend .."





0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 members, 0 guests, 0 anonymous users