Jump to content
Sign in to follow this  
Scampi

Julien Doré - Bichon -Dernière Promenade

Recommended Posts

Mars 2011

 

▲ Je 24/03 Paris (75) - FNAC Forum des Halles

▲ Je 24/03 Paris (75) - FNAC Montparnasse

▲ Je 31/03 Bordeaux (33) - FNAC Bordeaux

 

 

Avril 2011

 

▲ Ve 01/04 Lyon (69) - FNAC Lyon Bellecour

▲ Je 14/04 Paris (75) - Le Trianon Concert Orange

▲ Ma 19/04 Reims (51) - FNAC Reims

▲ Me 20/04 Strasbourg (67) - FNAC Strasbourg

▲ Ve 22/04 Lille (59) - FNAC Lille

▲ Me 27/04 Montpellier (34) - FNAC Montpellier

▲ Je 28/04 Marseille (13) - FNAC Marseille

 

Mai 2011

 

▲ Je 12/05 Cannes (06) - Villa Inrocks

▲ Ve 13/05 Cannes (06) - FNAC Cannes

▲ Ve 27/05 Amiens (80) - Ricard Live Music (12 000 spectateurs)

▲ Ma 31/05 Besançon (25) - Ricard Live Music ((6 000 spectateurs sous la flotte))

 

Juin 2011

 

▲ Lu 06/06 Grenoble (38 ) - Ricard Live Music (25 000)

▲ Je 09/06 Marseille (13) - Ricard Live Music (15 000)

▲ Sa 11/06 Montpellier (34) - Ricard Live Music (25 000)

▲ Ma 14/06 Bordeaux (33) - Ricard Live Music (25 000)

▲ Je 16/06 Caen (14) - Ricard Live Music (12 000)

▲ Je 23/06 Londres (UK) - Fête de la Musique

 

Septembre 2011

▲ 30/09 Angoulême (--) – La Nef

 

Octobre 2011

▲ 01/10 ISTRES (13) – L'Usine

▲ 05/10 Maubeuge (--) - La Luna

▲ 06/10 Vélizy (78 ) - L'Onde - COMPLET

▲ 07/10 JOUE LES TOURS (37) – Espace Malraux

▲ 08/10 Vichy (03) - Centre Culturel Valéry Larbaud COMPLET

▲ 12/10 Rouen - Le 106

▲ 13/10 Lausanne (CH) - Les Docks - COMPLET

▲ 14/10 Lyon (69) - La Bourse du Travail

▲ 15/10 Le Chambon Feugerolles (42) - Salle de la Forge

▲ 20/10 Reims (51) - La Cartonnerie

▲ 21/10 Lucé (--) - Centre Culturel Desouches

▲ 22/10 St Quentin (02) - Le Splendid

▲ 24/10 Paris (75) - L'Olympia COMPLET

▲ 25/10 Paris (75) - L'Olympia

▲ 27/10 Nancy (54) - L'Autre Canal

▲ 28/10 Luxembourg (LU) - Den L'Atelier

 

Novembre 2011

03/11 LE THOR (84) – Auditorium COMPLET

05/11 St Malo (35) - L'Omnibus COMPLET

▲ 08/11 Bruxelles (B) - L'Ancienne Belgique COMPLET

▲ 09/11 Lille (59) - Théâtre Sébastopol COMPLET -

▲ 10/11 Béthune (62) - Théâtre Municipal COMPLET

11/11 Charleroi (BE) - Spiroudôme (avec Suarez)

▲ 18/11 Strasbourg (67) - La Laiterie

▲ 19/11 Florange (57) - La Passerelle

22/11 PARIS (75) - Concert france télévision

▲ 24/11 Toulouse (31) - Le Bikini

▲ 29/11 VITRE (35) – Centre culturel Jacques Duhamel

▲ 30/11 Nantes (__) – Stereolux

 

Décembre 2011

▲ 02/12 Mulhouse (68 ) - La Filature COMPLET

▲ 03/12 Cannes (06) - Auditorium

 

Mars 2012

09/03 Boisseuil (87) - Espace du Crouzy

14/03 Bruxelles (B) - L'Ancienne Belgique

15/03 Liège (B) - Le Forum

16/03 Genève (CH) - Festival Voix de Fête

23/03 Enghien-les-Bains (95) - Théâtre du Casino

24/03 Marseille (13) - Festival avec le temps

26/03 La Défense (92) - Festival Chorus (complet)

29/03 Dijon (21) - La Vapeur

30/03 Brunoy (91) - Le Théâtre

 

Avril 2012

05/04 Mérignac (33) - Le Pin Galant

07/04 Rennes (35) - Festival Mythos

10/04 Courbevoie (92) - Espace Carpeaux (complet)

11/04 St Dizier (52) - Salle Aragon

13/04 Crans Montana (CH) - Caprices Festival

19/04 Boulogne s/Mer (62) - La Faïencerie (complet)

 

Mai 2012

▲ 12/05 Oyonnax (01) - Valexpo

13/05 Sin-le-Noble (59) - Salle Martel

19/05 Paris (75) - Le Trianon

 

Juin 2012

01/06 La Réunion (974) - Sakifo Festival

23/06 Clermont-Ferrand (63) - La Coopérative de Mai

24/06 Ruoms (07) - Aluna Festival

30/06 Mulhouse (68) - Place de la Réunion

 

Juillet 2012

10/07 Lunel (34) - Arènes San Juan

11/07 La Rochelle (17) - Les Francofolies

18/07 Nice (06) - Crazy Week Festival

19/07 Spa (B) - Francofolies de Spa

21/07 Brive-la-Gaillarde (19) - Brive Plage Festival

27/07 Estavayer-le-Lac (CH) - Estivale Open Air

29/07 Ronquières (B) - Ronquières Festival

 

 

10/10/12 : ALES (30) Scène Nationale du Cratère

11/10/12 : ALES (30) Scène Nationale du Cratère

12/10/12 : VILLEJUIF (94) Festival de Marne

26/10/12 : MOULINS (03) Théâtre Municipal

27/10/12 : NAMUR (BEL) Théâtre Royal

 

03/11/12 : DEAUVILLE (14) Casino Théâtre Barrière

08/11/12 : LILLE (59) Casino Théâtre Barrière

09/11/12 : TAVERNY (95) Centre Culturel

10/11/12 : MAROMME (76) Espace Beaumarchais

16/11/12 : MORGES (CH) Théâtre du Beausobre

17/11/12 : SIX-FOURS (83) Espace culturel André Malraux

27/11/12 : BEZIERS (34) Zinga Zanga

28/11/12 : TOULOUSE (31) Casino Théâtre Barrière

29/11/12 : BORDEAUX (33) Casino Théâtre Barrière

 

01/12/12 : PARIS (75) Espace Pierre Cardin

06/12/12 : AARLON (BEL) Maison de la Culture

07/12/12 : YUTZ (57) Centre Culturel

  • Like 1

Share this post


Link to post

et un CR drôle de lablonde pour le 25
Mardi 25 octobre 2011, à l'Olympia se tenait le deuxième concert consécutif de Julien Doré. L'automne est bien là et nous sommes un peu en avance alors on s'installe sur la moquette et on pique-nique en picorant des marrons chauds et des clémentines. Healthy.
Première partie annoncée :
. Rock efficace, chanté tantôt en anglais (mouais, on m'apprend à l'instant qu'il n'y avait qu'un titre en anglais et que c'était une reprise de GLB,
) tantôt en français (je préfère), musiciens qui se donnent complètement (mention spéciale au guitariste à mèche): ça chauffe. Good job.


..

"L'Olympia vous offre un entracte de 20 minutes" annonce une voix.
Le temps de changer de plateau et hop, Julien Doré entre en scène. L'homme tout de noir vêtu porte un slim ceinturé surmonté d'un marcel parfaitement décolleté lui-même partiellement recouvert d'un gilet noir à paillettes qui scintille sous les projecteurs. Glitter.
Ouverture du concert sur "Baie des anges", titre calme, posé. Julien Doré est sage. L'éclairage (sublime ce soir là, merci l'ingé lumière) permet de découvrir que le rideau de fond de scène est lui aussi complètement recouvert de sequins, joliment assorti à la tenue de l'artiste. J'aime bien.
Dès le deuxième titre, "Piano Lys"
l'artiste se révèle (réveille?) : il se munit d'une paire de cymbales et donne libre cours à son attitude féline et lascine, lâche un cri aigü de toute beauté : le concert est officiellement lancé. Je suis captivée.
En plus d'être brillant (et pas que grâce aux sequins, crois moi), Julien Doré est drôle. Et se donne de multiples occasions de le prouver. Dès l'intermède qui suit le second morceau il lance un très solennel "C'est le quatrième Olympia de ma carrière et pourtant, il a un goût très particulier, celui de la mûre du printemps..." Puis il sourit largement et avoue "ce texte est improvisé, et oui je suis un poète!", la mine enjouée et enchaîne les titres.
Mimant certains passages, se livrant à des séquences chorégraphiées qu'il interprète parfois au ralenti, s'interrompant pour entonner un début de Cabrel "mon enfant nu sur les galets..." avant de s'interrompre brusquement : "oui ben c'est mon concert alors dedans il y a aussi des moments comme ça" (j'adore!), il égrène les tubes réussissant le pari fou de faire danser toute la salle sur le refrain de "Kiss me forever" ("Bon alors c'est mon Olympia et j'ai besoin de vos bras, et ouais ça rime, c'est normal ça, j'écris des chansons!").
A la faveur d'un changement de plateau ou d'un geste de danse il lance une poignée de larges confettis dorés qui scintillent sur la salle, l'effet est simple mais esthétiquement très réussi et puis il a le bon goût d'être raccord avec la thématique visuelle du soir : c'est dit, ce concert sera glitter.
Je valide.
Bien sûr.
JD ne s'économise pas et fait le show, n'hésitant pas à surjouer les clichés pour mieux s'en amuser, faisant par exemple tourner le micro au-dessus de sa tête façon lasso. Un peu plus tard il disparait subitement de la scène, laissant les musiciens se livrer à un passage instrumental pour réapparaitre à la surprise générale au premier balcon sur lequel il se dresse pour saluer la foule qui occupe l'étage avant de se laisser glisser directement dans la fosse qui l'accueille avec ferveur. L'instant est intense : Il traverse le public qui n'en revient pas.
Son retour sur scène est salué par une ovation, les lumières sont soudain stroboscopiques, le tempo du morceau s'emballe : Frissons.
S'installant derrière le clavier il commence un morceau qui évoque une petite musique de chambre, très sérieusement
puis s'amusant franchement (à ce moment précis c'est la séquence de Mozart singeant Salieri dans l'Amadeus de Forman qui me vient (à retrouver
puis la musique devient symphonique et Julien esquisse des pas de danse et des gestes de chef d'orchestre. Théâtral et drôle. Toute la salle s'amuse avec lui.
Retour à la sobriété avec son simple ukulélé en main, les cheveux ornés d'une couronne de fleurs, la tête renversée, lumières tamisées.
L'image est presque pieuse, il s'en amusera plus tard : "Quand on veut faire une couronne de fleurs et qu'on ne veut pas utiliser de scotch, on est très vite obligé d'utiliser du fil de fer pour entortiller tout ça, sauf que le fil de fer, il ne va pas toujours dans le bon sens et là par moments il me rentre dans la peau (lui, grimaçant de douleur) alors je vais peut être saigner (lui, montrant les contours de sa couronne). Pour autant je ne suis pas Jésus Christ, hein, et non...".Puis ajoutant en souriant de toutes ses dents : "Encore que".
La température de la salle monte d'un cran, quand, maitrisant parfaitement son jeu de scène, il tombe le gilet pailleté pour découvrir son marcel dévoilant ses tatouages désormais bien connus de tous, s'épongeant au passage. Ca siffle dans la salle. Moiteur.
Certains titres surprennent, avec des choeurs et des instrumentations qui sonnent country notamment ou encore un passage proposant un vibrant hommage à la flûte à bec (trop souvent oubliée des concerts pop rock ces temps-ci, n'est-ce pas?).
Le moins qu'on puisse dire est qu'il a le sens de la rupture de rythme, faisant monter la tension très haut et la laissant retomber doucement pour lui faire à nouveau atteindre les sommets en l'espace de quelques titres. Ascenseur émotionnel. Vertige.
Vitriol
Julien est aussi rejoint par des invités, pour trois temps forts de la soirée :
D'abord (Baptiste et)
,puis Christophe avec qui il reprend magnifiquement la dolce vita (qu'on avait
)et
enfin, pour un des titres en rappel, avec Julien Clerc.
Avant dernier morceau "I need someone" une reprise de Sharko (Merci Lili pour les précieuses infos, j'ai pris des notes dans l'obscurité quasi totale si bien qu'il m'était ce matin quasi impossible de me relire...), pour lequel Julien est seul en scène. A la faveur d'un refrain, un choeur puissant se fait entendre du balcon : Ce sont ses musiciens qui s'y sont installés. Commence alors un échange entre Julien et eux, le public ayant le sentiment de se trouver "à l'intérieur du spectacle" à proprement parler. Plaisant.
Pour l'ultime titre ("
" tiré de l'EP paru dans Elle, encore une fois merci Lili), Julien vient s'installer pour jouer complètement en acoustique entouré de ses musiciens, au milieu de la fosse. Faisant participer l'ensemble de la salle, par fragments, sur les choeurs pour un final particulièrement réussi.
Proximité et partage auront été les maitres mots de cette soirée pendant laquelle Julien Doré et sa troupe ont su instaurer une ambiance chaleureuse, complice et souvent intense. 2 heures de spectacle pendant lesquelles Julien s'est donné sans compter.
Merci à lui.
C'était plus-que-parfait.
Pour finir, si ce petit reportage n'a pas suffi à te convaincre, voici de quoi te résoudre à assister à
et carrément, même, à l'adopter. Mais ouais!

Julien Doré : 5 bonnes raisons de l'adopter :

1. Tu peux piquer des fringues dans son dressing : son gilet à paillettes là, il rendrait tellement bien sur ta little-black-dress préférée...
2. Tu remportes tous les
Comment ça c'est has been? Moi je te dis qu'on va relancer la tendance et que Juju, avec sa spectaculaire souplesse lombaire, il va remporter des trophées dans tous les coins du pays.
3.Vu qu'il a le sens de la répartie et beaucoup d'esprit, il est parfait pour animer un dîner ce qui en fait le compagnon idéal de tes soirées (oh ça va, hein, il est permis de rêver!).
4. Il est capillairement intéressant : si on se pose quelques questions en le voyant arriver le cheveu (trop) parfaitement cranté on réalise bien vite que ça ne va pas durer, qu'il y a du Jim Morrison et du Mick Jagger dans sa toison mais aussi un rien de Mike Brant : cocktail détonnant, assurément.
5. Il sait faire des couronnes de fleurs jolies. Du coup avoue : tu n'envisages plus DU TOUT de la même façon ta prochaine garden party!
  • Like 1

Share this post


Link to post

Mardi 8 novembre 2011 2 08 /11 /Nov /2011 22:28

 

Julien Doré- Waterllillies à l'Ancienne Belgique- Bruxelles, le 8 novembre 2011

 

Fort d'un très réussi deuxième album intitulé Bichon Julien Doré à donné ce soir devant une Ancienne Belgique sold out un concert bien équilibré et fort sympathique.

l.jpg

Tout avait d'ailleurs extrèmement bien commencé avec un avant-programme d'excellente facture : Les Waterllillies.

 

 

l-copie-1.jpg

Le band parisien propose un rock tres frais tendance rock-indie-garage fait de belles harmonies vocales et de mélodies accrocheuses. On pense aux Lovetones ou au Real Ones et les français auront vite fait de s'attirer la sympathie d'un public conquis par ces 35 minutes d'un set fort bien enlevé.

l-copie-2.jpg

A 20h40 Julien Doré monte enfin sur scène.

Des nappes d'orgue, quelques notes de piano, l'homme, très à l'aise et décontracté , va démontrer une fois de plus que la scène est réellement sa deuxième maison.

"Ce qu'on va vous proposer ce soir c'est un mélange entre du théâtre et...Justin Timberlake !Vous pensez que je plaisante ?" lance t-il hilare.

l-copie-3.jpg

Le genre de déclaration ironique qui fera bien s§ur réagir son public.

Epaulé par d'excellents musiciens et fort d' un répertoire composé de titres comme "Laisse Avril", "Vitriol", "Les limites", "L'Eté summer" ( histoire de fêter le départ de Silvio Berlusconi), "Kiss me Forever", "Winnipeg" ou "Bleu Canard", Julien Doré fait corps avec son public, joue avec lui, pète parfois un plomb, bref sa réputation de bête de scène n'est pas usurpée. Il n'hésitera pas d'ailleurs à partir se balader dans le public, ni à sauter du premier balcon sur la scène, manquant d'ailleurs de se faire bien mal.

 

 

l-copie-4.jpg

Un petit intermède acoustique, guitare-ukulélé viendra quelque peu calmer l'atmosphère et sera prétexte à une interprétation simple et dépouillée du "I need someone" de nos compatriotes de Sharko.

" D'habitude je fais croire que ce titre est de moi, car il est excellent, mais ce soir à Bruxelles, je ne peux pas tricher !"

Tenu par un couvre-feu musical imposé pour l'A.B., à 22h30, il décidera en deuxième rappel de continuer de chanter totalement unplugged, sans amplis ni micros, perché au beau milieu de la fosse sur les épaules d'un spectateur particulièrement costaud.

Le natif d'Alès clôturera ainsi de belle manière et par un "Just a deal" jubilatoire un concert bien ficelé et placé sous le signe du fun et de cette folie douce qui le caractérise.

Un bon moment !

 

 

JPROCK

Share this post


Link to post

Cinq bonnes raisons d'aller voir Julien Doré en live

 

Julien Doré en Live :

 

index-2f18bab.png

Image : Soul Kitchen

 

Ne dites pas merci, aujourd’hui c’est cadeau, je vais vous donner gracieusement et avec le sourire 5 bonnes raisons parmi les 20 ou 30 que je collectionne en secret, pour aller voir Julien Doré en concert. J’ai en effet testé pour vous Julien Doré à la laiterie, le 18 novembre 2011 et franchement, je vous en souhaite un tas, des concerts comme celui-là.

 

Raison number First Wind and Fire : Julien Doré, avec son album « Bichon », nous a offert un délicat bijou. Il a osé évoluer, prendre de la profondeur. Et même si on aimait déjà beaucoup le premier « Ersatz », on se délectera encore plus de celui-ci. Des sonorités très lyriques, mélodies mineures comme "Baie des Anges" ou "Laisse Avril", des textes délicats, le posent un peu en petit frère spirituel d’un Arthur H. Même si j'émets un bémol pour la chanson "Glenn Close" qui me touche beaucoup moins, j'aime écouter le sublime et subtil "Laisse Avril" ou "Roubaix mon Amour", "Baie des Anges", "Vitriol" ou le fameux "Kiss me Forever" en boucle. A la manière d’un Katerine, il n’oublie toutefois pas son côté un peu loufoque, très pince-sans-rire, comme sur la chanson "Homosexuel" ou dans des clips comme "L'été Summer".

 

Raison number Tout for tea: Julien Doré est un interprète classieux et subversif comme on avait déjà pu remarquer à ses débuts dans l’émission-dont-on-ne-doit-plus-dire-le-nom où il s’appropriait les standards rock ou les rengaines adolescentes avec la même audace. Aujourd’hui, et même si on aimait ça, il a fini de crier. Il en fait moins dans les décibels mais nous transporte plus subtilement toujours aussi loin, il n’a rien perdu de ce don pour nous embarquer. Je dirais qu’il a continue à crier mais… autrement. Comme la tortue de la fable qui se « hâtait avec lenteur », il crie doucement tout au fond des ses chansons aux paroles âpres comme dans « Baie des Anges » : "Alors on les encule tous mon amour, à sec, à blanc, ils pensent toujours que Klimt et Picasso faisaient du dessin pour enfant" ou comme dans "BleuCanard" : "Le ciel est bleu connard, le ciel est bleu canard, je respire mal ce soir, je deviens fou."

 

Raison number Free comme l’air : Julien Doré est une bête de scène. Oui, on se marre à son concert, il a vraiment le sens de la répartie, de la blague, sûrement aiguisé pour planquer une certaine timidité mais ça marche. Il nous propose un spectacle complet, une espèce de couteau-suisse des spectacles, un « multi-show » comme il le dit lui-même qui serait « avant tout un spectacle de danse »… de danse comique sur musique classique par exemple, quand il joue en play-back du piano dans le plus pur style Conservatoire tandis que nous sommes invités à taper le rythme et qu’un technicien lui apporte son ukulélé en se fendant de quelques pas de danse avant de se faire adouber par la vedette. On pense à la folie théâtrale d’un Higelin. On s’amuse. Il ne faiblit jamais, danse, se jette à terre, s’évanouit (on entend alors dans le public affolé : « mais…. S’il s’était réellement évanoui ?! »), grimpe sur les enceintes, se balance sur les poutres métalliques prévues initialement pour les lumières, il est fou à lier et c’est bon ! Jamais il ne force le trait, il déborde juste tant la scène le transcende.

 

Raison number Fort Adamo : Julien Doré met le feu. Comme il donne tout, le public le lui rend et il y a une ambiance de folie, comme rarement éprouvée, une communion joyeuse, pas solennelle du tout, un vrai échange d’énergies. Il déplace son « Julien Doré Orchestra » (Matthieu Pigné, Darko Fiztgerald, Arman Méliès, Julien Noël et Édouard Marie) jusque dans le public, il invite une enfant sur scène, balance des confettis au public, ses baguettes. Le public en redemande, il chante ; sous la houlette de ce drôle de chorégraphe bouclé, il apprend même quelques petites danses. Tout le monde sourit, on est tous amis c’est sûr, on le jurerait, peace and love mes frères, faisons la fête. Julien, c’est un show-man qui fait d’une petite salle un Zénith sans gros effets ni moyens, juste en mouillant la chemise… A ce propos on vient à la cinquième raison dite aussi…

 

Raison number Cinq à sept. : Julien Doré est sexy ! Bon, quelques jeunes filles du premier rang tombent de la lune en le trouvant « plus petit qu’à la télé ». Il faut croire qu’elles n’ont pas le compas dans l’œil. Mais elles cèdent vite au charme sensuel torride du monsieur. Comme tout le monde… enfin comme beaucoup… enfin, comme moi, quoi. Je me demande bien quel homme, avec une coupe de cheveux aussi improbable, des mèches blondes qu’on jurerait faites maison sur ondulations de douteux aloi, dans une veste à sequins noires et sous une couronne virginale de fleurs, pourrait bien rester un tantinet viril. Eh bien lui si. Et pas qu’un tantinet ! Julien Doré, c’est LE sex-appeal personnifié, la sensualité dans la voix, le regard, l’animalité et la dualité, Julien Doré c’est mmrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr…

 

Toujours pas convaincus ? Vous préférez les chansons un peu lourdingues et lénifiantes, les concerts sans surprise ni intermèdes et les chanteurs à gonflette gonflants ? Je ne peux plus rien pour vous, alors… Quoi que… une petite vidéo ?

 

 

Publié par Sound Of Music

Share this post


Link to post

Le Jeudi 08 Novembre 2012 à 20h00

JULIEN DORE

Lille (59) - Hotel Casino Barriere De Lille

777 Pont de Flandres

Tarifs

de 25.80 € à 31.90 €

Share this post


Link to post
Sign in to follow this  

×