Jump to content
Sign in to follow this  
Tchoutchou

Ariel Pink | Pom Pom

Recommended Posts

 

Ariel Pink, né en 1978, à Los Angeles, auteur-compositeur ultra prolifique, a composé près de 500 morceaux, chez lui, en utilisant un enregistreur 8 pistes, datant de la préhistoire du digital, donnant à sa musique un caractère à la fois cosmique, pop et pas piqué des hannetons. Ruptures rythmiques et choeurs démentiels, en direct des toilettes pour dames d'une piscine municipale où il fait bon d'abandonner sa serviette.



L'album sort le 8 juin mais il a filtré hier soir...

tumblr_l0ki0k4ZP91qa2058o1_500.jpg
Cliquez sur la pochette wink.gif

1. Hot Body Rub
2. Bright Lit Blue Skies
3. L'estat (Acc. to the Widow's Maid)
4. Fright Night (Nevermore)
5. Round and Round
6. Beverly Kills
7. Butt-House Blondies
8. Little Wig
9. Can't Hear My Eyes
10. Reminiscences
11. Menopause Man
12. Revolution's a Lie

  • Like 2

Share this post


Link to post

L'album reçoit une note générale de 84% sur metacritic.com, basé sur 21 critiques (The Phoenix, PopMatters, Uncut, Spin, AllMusic, etc.).

Le 200ème meilleur album a une note de 85% sur metacritic.com, lol.

Share this post


Link to post
Today, 4AD has released a one-off, iTunes-exclusive single for the Ariel Pink track "Witch Hunt Suite for World III". It's a sprawling, multi-part, 16-minute-plus epic that Pink began writing and recording ten years ago today, while the events of September 11, 2001 began to unfold.

The track wouldn't reach any sort of audience until 2007, when Pink released it in two parts on a tour-only CD-R release titled Yas Dudette. To coincide with the single release, Ariel Pink has shared a new video for the track, directed by Animal Charm. Watch the video below, as well as footage of Pink performing the track at this year's Pitchfork Music Festival.

 

http://www.youtube.com/watch?v=59ZdLTVT12k

Share this post


Link to post

Ariel Pink vient d'annoncer que Pom Pom sortira le 28 novembre. Il s'agit de son premier album solo officiellement.

3 temps: Cover, tracklist, extrait.

ariel.jpg?wmode=transparent

1. Plastic Raincoats in the Pig Parade
2. White Freckles
3. Four Shadows
4. Not Enough Violence
5. Put Your Number in My Phone
6. One Summer Night
7. Nude Beach A G-Go
8. Dinosaur Carebears
9. Lipstick
10. Goth Bomb
11. Negativ Ed
12. Sexual Athletics
13. Jell-o
14. Black Ballerina
15. Picture Me Gone
16. Exile On Frog Street
17. Dayzed Inn Daydreams

 

  • Like 8

Share this post


Link to post

L'album est vraiment très sympa, même s'il part un peu dans tous les sens dans sa deuxième partie. C'est toujours délicat de faire un album aussi long sans perdre l'attention de l'auditeur, on a du mal à s'y retrouver parfois. En fait, je me serai bien passé des 3 dernières pistes.

 

Gros coup de coeur pour One Summer Night, qui sonne un peu comme du Mac deMarco.

Share this post


Link to post
Sign in to follow this  



  • Sujets récents

  • Messages

    • I NEVER LOVED A MAN (1967)     Bon on va commercer par le classique des classiques. Le disque qui a fait la renommée d’Aretha. Le principe est simple, Aretha arrive avec ses chansons et Jerry Wexler les siennes. Aretha s’assoit au piano et réinvente tout ça avec les chœurs et le band.     Dans ce disque, tout est légendaire : les chansons, la chanteuse, les producteurs, les musiciens, le studio et l’enregistrement. Aretha part dans le sud à Muscle Shoals enregistrer ce qui sera le premier single et le titre de l’album : I Never Loved A Man. Aretha s’assoit au piano, chante la chanson. Tout le studio est sous le choc. Un des musiciens trouve le “fameux” riff de la chanson. Aretha rebondit dessus et la chanson est bouclée dans la journée. Pour fêter ça, l’alcool coule à flot. Le mari d’Aretha et agent Ted White boit, les musiciens blancs aussi. Une blague raciste en entraine une autre et quelques coups de feu plus tard, Aretha disparait. Jerry Wexler met des semaines à retrouver Aretha, sous la pression d’une maison de disques trop pressée de sortir ce qu’elle pense être un hit. A juste titre.   L’enregistrement reprend et sort I Never Loved A Man, premier titre et signature de la chanteuse tout au long de sa carrière. Le succès est énorme, le titre devient rapidement un classique. La face B du 45tour tourne quasi autant en radio, Do Right Man Do Right Woman, hymne féministe. Aretha pose les bases de ce qui fera son succès pendant 50 ans.   Aretha reprend par ailleurs les deux géants de la soul de la décennie Sam Cooke et Ray Charles. Sur A Change is Gonna Come, Aretha rend explicitement hommage à Sam Cooke. “There's an old friend that I once heard say. Somethin' that touched my heart, and it began this way” entend-on au début de la chanson. A la mort de Cooke, Aretha était en concert. Elle arrête le concert et décide de ne jouer que les chansons de Sam Cooke. Elle se met au piano, improvise, chante et réarrange des chansons qu’elle connait par coeur. Son amour pour Sam Cooke ne faiblira jamais. On retrouve aussi Good Times de Cooke sur le disque.   Sur le disque se trouve aussi une de mes chansons préférées d’Aretha qui n’est pourtant pas la plus connue : Soul Serenade, écrit par le roi King Curtis qui écrit d’ailleurs sur le même album avec Aretha et sa soeur Save Me, la chanson préférée de Nina Simone. Soul Serenade commence par une petite intro a capela absolument irrésistible. Et puis Aretha présente son oeuvre: “I want to be free to fly away and sing to the world. About my soul serenade, my soul serenade”. C’est qu’elle fera toute sa vie: chanter au monde sa soul serenade!   Les compositions d’Aretha sont aussi absolument majestueuses sur le disques. Doctor Feelgood deviendra un classique, très sexuel, qu’Aretha interpréta sur scène de manière bleufante. La nana vit littéralement sa chanson. Et puis il y a Baby, Baby, Baby écrite avec sa soeur, Save me, magnifique appel au secours et le Don't Let Me Lose This Dream aux sonorités de salon qui détonne par rapport de l’album, un titre singulier, à part.   Et puis pour finir, il y a bien évidemment Respect, chanson composée par Otis Redding, réécrite et magnifiée ici par Aretha, hit absolu, et bien plus qu’un tube, un appel direct à la reconnaissance de tout un peuple. Respect devient l’hymne des révoltes de l’été 1967. Aretha rajoute un pont à la chanson, le fameux “Sock It To Me” et le refrain R-E-S-P-E-C-T qu’elle épelle comme jamais. Otis dira amicalement qu'Aretha lui a volé sa chanson. Sa propre chanson lui a échappé. Personne ne se souvient de sa version. Phénomène qui arrivera régulièrement dans la carrière d'Aretha tant son travail de réinterprétation est fort.   C'est le début d'une grande lignée de classiques. Cette période est magique. Hormis les Beatles, personne n'enchaine les tubes comme Aretha. Aretha est inspirée, la formule fonctionne, tout ce qu'elle touche devient de l'or, un Grammy par an, une vingtaine de numéros 1, une dizaine de disques d'or... Elle sort 1 à 2 albums par an et sortira en quelques années une dizaine des plus beaux disques jamais enregistrés. I Never Loved A Man reste le plus disque le plus culte. Si personne n'imaginait qu'elle puisse faire mieux, le concurrence ne se fait cependant pas attendre: Aretha Now avec Think et I Say A Little Prayer et surtout Lady Soul avec Natural Woman et Chain Of Fools viennent s'ajouter parmi les chefs d'oeuvre de l'époque dès 1968.    Lady Soul se dispute la place de meilleur album de la Queen Of Soul. Je m'attarde dessus quand je peux.
    • Comme à chaque fois.  MJ, Prince...c'est toujours le moyen de lui taper dessus.      Justify My Love 😍
    • Elle a grave déconné avec son hommage à Aretha... Twitter s'affole !
×