Mot de passe oublié ? Cliquez-ici

Accueil > Actualité > Business et économie de la musique > Anciennes stars dans la détresse : "Les artistes traités comme de la crotte"
Business et économie de la musique
jeudi 17 avril 2014 12:23
68

Anciennes stars dans la détresse : "Les artistes traités comme de la crotte"

Star de la chanson hier et tributaire du RSA aujourd'hui... Nombreux seraient les artistes dans la tourmente. Les retraites de Rika Zaraï et Georgette Lemaire sont minces, trop minces même, pour leur permettre de survivre. Ne restent que les associations, pour lesquelles plus personne - ou presque - ne donne.
Crédits photo : ABACA
Mais que s'est il passé ? Rika Zaraï affirme ne plus rien avoir sur son compte en banque. « J'ai certes gagné beaucoup d'argent mais, depuis cinq ans, je n'ai aucun revenu. Ma retraite est une honte. J'ai dû vivre sur mes économies. Je n'ai plus rien » explique-t-elle dans le journal Le Figaro paru ce matin. Même son de cloche pour Linda de Suza, qui « vit humblement à la campagne », et Georgette Lemaire, menacée d'expulsion de son HLM selon nos confrères. « Endettée à hauteur de 25.000 euros, ma retraire de 920 euros est mon seul revenu » déclare-t-elle. Il faut dire que la période faste a été de courte durée... Quant à André Schmidt, avocat de Brigitte Bardot, il affirme que « les artistes sont traités comme de la crotte ». Selon Le Figaro ces artistes seraient une centaine à vivre « d'épouvantables drames ». En revanche, dans l'article, rien n'est ne permet de comprendre précisément pourquoi ces anciennes stars de la chanson vivent aujourd'hui avec des ressources minimum. Pourtant, la mauvaise gestion des importantes sommes que ces artistes ont dû percevoir à l'époque y est sans doute aussi pour quelque chose dans certains cas...

"Les galas n'étaient pas souvent déclarés"


C'est surtout le système de retraite des interprètes et des auteurs-compositeurs qui est mis en cause. Ceux qui ont enchaîné les galas dans les années 60-70 seraient « les plus mal lotis » selon Jean-Pierre Pasqualini, directeur du magazine Platine. « Les galas n'étaient pas souvent déclarés et l'artiste inconscient était content d'être payé davantage que celui qui exigeait les vignettes ou feuillets bleus. La génération des chanteurs-hommes d'affaires comme Jean-Jacques Goldman viendra plus tard avec l'informatisation de la sécurité sociale et des services fiscaux » explique-t-il, ajoutant par ailleurs qu'il y a tout de même une minorité d'artistes qui ont gardé le sens des réalités. C'est le cas de Michèle Torr et Karen Cheryl. Les autres ont préféré flamber et se sont créé une réputation telle que « les producteurs ne veulent plus en entendre parler ». Une réponse à André Schmidt ?

"Les retraites des interprètes ne permettent pas de survivre"


Pour joindre les deux bouts, certains surfent sur la nostalgie d'un public vieillissant, en remplissant les salles de concerts. C'est ce que font Hugues Aufray, Nicoletta, Dave et Sheila. Mais encore faut-il pouvoir tenir debout ! Selon l'acteur-chanteur Marcel Amont, « Annie Cordy, Line Renaud, Juliette Gréco et moi-même sommes des exceptions. Si nous tombons malades, impossible de se montrer sur scène en tremblotant. Le robinet se fermera » lâche-t-il, avant de conclure : « Je trouve normal de payer beaucoup d'impôts mais les retraites des interprètes ne permettent pas de survivre ». Un auteur-compositeur, lui, peut espérer une retraite allant de 18.516 à 28.930 euros par an selon Louis Diringer, directeur des sociétaires de la Sacem.

Ajourd'hui, l'association "Bon appétit" qui vient en aide aux artistes en difficulté est considérée comme « l'ultime point de secours pour les anciennes gloires avec le RSA » par Le Figaro. Mais les donateurs sont de moins en moins nombreux. Ceux qui font appel à cette association repartent le plus souvent avec 50 à 100 euros par mois. La directrice Jeanine Chaponnay explique que les stars d'aujourd’hui ne veulent plus donner comme l'ont fait à l'époque Serge Lama ou Sophie Marceau. « Les jeunes artistes, même ceux de gauche comme Zaz, ne versent pas un centime à l'association » selon son porte-parole, qui oublie de mentionner que l'interprète de "Je veux" est déjà très impliquée dans l'action de Colibris.
Jonathan HAMARD
Ajoutez un commentaire
Invité
le 17/04/2014, 20:24
Citer
Voir le TÉLÉCHARGEMENT ILLÉGAL qui prive les interprétés d'une part de leurs revenus aujourd'hui et qui feront sérieusement défaut à l'avenir, d'où la nécessité pour beaucoup d'artistes de faire des contrats publicitaires pour compenser mais tout le monde n'a pas cette possibilité

Le téléchargement dit "illégal" permet d'apporter la culture à ceux qui n'ont déjà pas grand chose (et j'en sais quelque chose, je suis étudiant). Bien sûr il faut rémunérer les artistes à leur juste valeur, mais tout le monde sait aujourd'hui que la répression en la matière ne fait qu'enrichir les lobbys de la musique qui s'en mettent plein les fouilles sur le dos des artistes et du public (en plus de proposer des lois liberticides).
Pour le reste, je suis du même avis que beaucoup d'autres, elles n'avaient qu'à mieux gérer leur argent.

étudiant ? voleur !...la culture peut être gratuite, pas besoin de voler les jeunes artistes. Tu connais pas les médiathèques ? il y en a même dans les bleds. Tu vas à la FNAC, tu écoutes c'est gratuit, tu vas sur DEEZER et tu peux télécharger certains titres sont à 0,99€ .Ce que tu veux c'est que le mec qui a composé, écrit, chanté le fasse gratuitement pour toi et lui aille aux restos du cœur.


"....Bien sûr il faut rémunérer les artistes à leur juste valeur.."

Pour qu'un artiste soit rénuméré à sa juste valeur, encore faut-il qu'il touche pleinement,ce qui lui revient de droit... dans les années 1970-80 on était disque d'or avec 100 000 albums vendus, aujourd'hui 50 000 donc pour un artiste c'est 50% de ses revenus au moins perdus à cause du piratage et cela ne touche pas que les artistes tous ceux qui travaillent dans l'industries de la musique sont touchés par cela (licenciements...) ,
Invité
le 17/04/2014, 15:05
Citer
Bien sûr, ces artistes qui ont connus des heures de gloire (ce n'est pas le cas de tous, loin s'en faut) auraient dû penser à l'avenir et en mettre de coté lorsqu'ils le pouvaient. Mais ce n'est pas si simple. Ces gens furent pris dans un tourbillon qui les a grisé, une vie de saltimbanques qui n'a pas grand chose à voir avec celles de la plupart d'entre nous, qui avons tous les jours l'occasion de voir que la vie à un coût et que l'avenir est incertain. Eux étaient dans une bulle, et croyaient sans doute que la fête allaient durer éternellement.

Ceux qui étaient bien conseillé ont pu prévoir la fin du bal, mais beaucoup n'étaient pas suffisamment bien entouré. Et puis, il ne faut pas oublier que nous parlons d'artistes dont les derniers succès datent au mieux des années 80, et souvent plus anciennement encore. Cela fait donc une période de vaches maigres extrêmement longue, même quand on a quelques réserves... Il arrive donc un moment où ça peut coincer, même pour ceux qui n'ont pas tout dilapidé à leur grande époque.

Enfin, ceux qui se trouve dans ces situations sont bien plus souvent les simples interprètes, privés des revenues supplémentaires qu'apportent les droits d'auteurs.


Oui, c'est terrible de voir que les simples interprètes n'ont été que des marrionnettes, et qu'ils ne semblent plus toucher de droits.
Notre Johnny national a vraiment de la chance car il aurait pu être de ceux-là: à une époque, il était connu pour être très dépensier, au point qu'il demandait des avances à sa maison de disques. J'espère qu'il gère mieux son argent maintenant.

Mais c'est clair que les auteurs-compositeurs-interprètes tels que Cabrel ou Goldman sont l'exception des artistes qui peuvent vivre sur leurs droits. Même Polnareff, qui n'a pas sorti d'album en 25 ans, et qui vit aux USA, semble à l'abri.
Invité
le 17/04/2014, 12:37
Citer
Ces " artistes " ont gagnés ce que nous ne gagnerons jamais dans notre vie en bossant tout les jours .... on ne va pas les plaindre alors qu'ils ont vécus comme des rois une grande partie de leur vie et qu'ils n'ont pas pensé aux lendemains ....
Invité
le 17/04/2014, 12:48
Citer
la situation plutôt fâcheuse de ces artistes doit faire kiffer certains médisants
Invité
le 17/04/2014, 13:00
Citer
Il y a une association pour aider les vielles stars en détresse mais quel honte :o
Elles ont gagne des millions et après quant elles ont tout gaspiller elles viennent pleurer ...
Pourquoi ils faudrais les aider ? Ça arrive a des millions de personne dans le monde et elles sont pas la entrain de pleurer , elles restent forte !
Invité
le 17/04/2014, 13:13
Citer
wow! je vais pas en dormir de la nuit
Invité
le 17/04/2014, 13:13
Citer
ils n'avaient qu'à placer leur argent correctement au lieu d'acheter de la cok et du champagne à gogo en boite de nuit. trop facile ce genre de discours.

et sous prétexte qu'ils ont connu la gloire on devrait encore plus leur prêter attention ? MDR

y a des millions de personnes qui ne touchent que leur RSA et dont tout le monde se fout royalement.
Invité
le 17/04/2014, 13:20
Citer
zaz c'est une grosse radine
Invité
le 17/04/2014, 13:22
Citer
Ces " artistes " ont gagnés ce que nous ne gagnerons jamais dans notre vie en bossant tout les jours .... on ne va pas les plaindre alors qu'ils ont vécus comme des rois une grande partie de leur vie et qu'ils n'ont pas pensé aux lendemains ....


Parfaitement !
Invité
le 17/04/2014, 13:29
Citer
Je pense que le contexte économique n'était pas le même, a l'époque quand ils devaient avoir d'immenses rentrées d'argent, ils ne devaient pas se douter que ça n'allait pas durer. Moi j'attends de voir comment seront des artistes comme Elodie frege, Leslie... Dans 50 ans, je pense qu'ils seront autant dans la merde que elles. Faut investir les gars, quand on gagne beaucoup faut pas tout plaquer. Des personnes lambdas arrivent a être riche sans aucune notoriété et sans jamais être connu, pourquoi pas vous ?

Commentaire envoyé via l'application iPhone Charts in France : téléchargez-là gratuitement !
Invité
le 17/04/2014, 13:31
Citer
Invité
le 17/04/2014, 13:44
Citer
kkj
Invité
le 17/04/2014, 13:47
Citer
dans cette affaire ce qui est honteux, c'est la retraite de chacun, une retraite minable, pour ceux qui ont flambé pendant des années leurs royalties, c'est tant pis pour eux, mais il n'empêche que tout le monde a droit à une retraite décente. il est certains que ceux qui sont au directoire ou dans le bureau de la Sacem croyez-moi, ces gens là auront une sacré retraite et extrêmement confortable.
Invité
le 17/04/2014, 13:50
Citer
Je pense que le contexte économique n'était pas le même, a l'époque quand ils devaient avoir d'immenses rentrées d'argent, ils ne devaient pas se douter que ça n'allait pas durer. Moi j'attends de voir comment seront des artistes comme Elodie frege, Leslie... Dans 50 ans, je pense qu'ils seront autant dans la merde que elles. Faut investir les gars, quand on gagne beaucoup faut pas tout plaquer. Des personnes lambdas arrivent a être riche sans aucune notoriété et sans jamais être connu, pourquoi pas vous ?
L'époque était propice à l'insouciance, on ne pensait pas au lendemain.
Maintenant, avec la crise, les artistes sont plus concients qu'ils sont éphémères, alors ils vont peut-être plus réfléchir.

Commentaire envoyé via l'application iPhone Charts in France : téléchargez-là gratuitement !
Invité
le 17/04/2014, 13:52
Citer
zaz c'est une grosse radine


et une poisseuse aussi
Invité
le 17/04/2014, 13:54
Citer
ça s'appelle juste la réalité, la vraie vie, le quotidien de millions de personnes quoi !
Invité
le 17/04/2014, 13:55
Citer
ça doit être dur de vivre comme des pauvres

Ajoutez un commentaire

Vous aimez

... les spectacles du moment !

A ne pas rater

Nos dossiers incontournables !

  • Que devient... Faudel ? Que devient... Faudel ?
  • Clips : qui a dit qu'ils étaient fidèles ? Clips : qui a dit qu'ils étaient fidèles ?

Jeux concours

Jouez et gagnez des lots !

Charts in France

Copyright © 2002-2020 Webedia - Tous droits réservés