Mot de passe oublié ? Cliquez-ici

Accueil > Actualité > Histoire d'un tube > Histoire d'un tube : "Belle" de Notre-Dame de Paris (1998)
Histoire d'un tube
dimanche 23 décembre 2018 16:00

Histoire d'un tube : "Belle" de Notre-Dame de Paris (1998)

C’est LA chanson phare de la comédie musicale de Luc Plamondon et Richard Cocciante. « Belle » est le plus grand tube de « Notre-Dame de Paris », attendue avec impatience à chaque représentation du spectacle culte de 1998. Saviez-vous que la naissance de ce morceau remonte à 1993, avant même que le spectacle ne trouve de producteur ? Pure Charts vous raconte l’histoire de ce succès !
Crédits photo : Pochette de Belle
« Ô Lucifer ; Oh ! Laisse-moi rien qu'une fois, glisser mes doigts dans les cheveux d'Esmeralda… ». Comment ne pas avoir de frissons en se remémorant les harmonies bouleversantes de Garou, Daniel Lavoie et Patrick Fiori lors de leur trio sur "Belle". Lors des représentations de "Notre-Dame de Paris", cette chanson marque tous les spectateurs, hissant la comédie musicale au rang de spectacle culte, intemporel. "Belle" fait partie désormais de ces tubes dont le succès ne peut être ignoré, tant il est fracassant : à sa sortie en 1998, la chanson s'impose partout, restant 60 semaines dans le Top Singles France. Le trio se classe comme troisième single le mieux vendu de tous les temps dans l'Hexagone, avec plus de 2,2 millions d'exemplaires écoulés.

Un morceau né cinq ans avant la première !


Luc Plamondon est le parolier à l’origine de "Notre-Dame de Paris". Il se fait connaître du grand public à la fin des années 1970, en produisant aux côtés de Michel Berger le spectacle à succès "Starmania". Les deux artistes continuent à travailler ensemble sur plusieurs projets après cette première collaboration fructueuse, mais lors du décès de Berger en 1992, tout ce qui était en préparation part en fumée. Prêt à tout abandonner, Plamondon décide toutefois de laisser une chance au nouveau sujet qu'il a trouvé : l'adaptation de l'œuvre 'Notre-Dame de Paris" de Victor Hugo : « Les grandes comédies musicales sont basées sur de grandes œuvres. J'ai feuilleté un dictionnaire des personnages de l'Histoire et je suis tombé sur la lettre « q »… comme Quasimodo. Son histoire avec Esmeralda m'a bouleversé. Il y avait des films, mais ni opéra, ni comédies musicales » confiait Plamondon en 2017.

Ainsi, il commence à écrire les premières lignes de "Belle" : « C'est le moment où Esmeralda apporte de l'eau à Quasimodo. J'ai repensé au film Notre-Dame de Paris de Jean Delannoy, lorsqu'Anthony Quinn demande l'eau à Esmeralda. Il lui dit : "Belle". Cela a été le déclencheur de tout le reste ». Avec ce morceau, le parolier Luc Plamondon raconte le moment où Quasimodo (interprété dans le spectacle par Garou), Frollo (joué par Daniel Lavoie) et Phoebus (le personnage de Patrick Fiori) déclarent leur amour pour Esmeralda, alors qu'elle est condamnée à mort. Pour composer la musique de son spectacle, Plamondon pense immédiatement à Richard Cocciante, avec qui il a déjà travaillé. Seulement, ce dernier se montre dans un premier temps assez sceptique : « Au début, j'étais un peu douteux sur le projet, j'avais peur de ne pas être à la hauteur de l'oeuvre, exceptionnelle, de Victor Hugo ». Pourtant, Cocciante se laisse convaincre. En reprenant une musique qu'il gardait en réserve pour « un grand projet », il compose la mélodie de "Belle".




Nous sommes alors en 1993, c'est-à-dire cinq ans avant que le spectacle "Notre Dame de Paris" ne voit véritablement le jour. Pendant trois ans, Plamondon et Cocciante travaillent ensemble à intervalles réguliers pour écrire l'intégralité du spectacle, mais les deux complices sont chacun pris par des projets personnels. Lorsque le show est complet, ils essuient d'abord les refus de trois producteurs, avant que, finalement, Charles Talar n'accepte de s'occuper du spectacle. Après une écoute pendant laquelle Richard Cocciante est au piano et Luc Plamondon raconte les différents tableaux, Talar s'exclame : « Le prochain spectacle musical de Plamondon, ça m'intéresse, la musique de Cocciante c'est formidable, et Victor Hugo ça me va ! ». La comédie musicale "Notre Dame de Paris" est enfin encadrée par des producteurs, le spectacle pourra démarrer au Palais des Congrès à l'automne 1998.

Le succès est immédiat : au total, "Notre-Dame de Paris" réunit plus de trois millions de spectateurs, et ce uniquement en France. Le show porté par les chansons "Vivre" ou "Le temps des cathédrales" s'exporte alors dans le monde entier (Belgique, Canada, Italie, Liban, Chine, Russie, Japon…) et des versions étrangères se créent en parallèle. Le monde entier chante "Belle". Après la première de la comédie musicale, en 1998, Luc Plamondon déclarait : « Ça a démarré tellement fort… Ça ne peut pas durer fort comme ça pendant vingt ans ». Et pourtant ! En 2016, le spectacle a fait un retour triomphal, remonté par Luc Plamondon et Richard Cocciante avec une nouvelle équipe, et ils poursuivent leurs représentations depuis. La preuve que, même vingt-ans plus tard, les cloches de "Notre-Dame de Paris" sonnent toujours dans le coeur des spectateurs.
Ninon QUILLOT

Vous aimez

... les spectacles du moment !

A ne pas rater

Nos dossiers incontournables !

  • Que devient... Ophélie Winter ? Que devient... Ophélie Winter ?
  • Quand les actrices porno jouissent de la musique Quand les actrices porno jouissent de la musique

Jeux concours

Jouez et gagnez des lots !

Charts in France

Copyright © 2002-2014 Webedia - Tous droits réservés

  • SACEM
  • SNEP