Mot de passe oublié ? Cliquez-ici

Accueil > Actualité > Chronique d'album > Sia, Charlie Puth, Daughter : 3 albums au banc d'essai
Chronique d'album
dimanche 31 janvier 2016 15:41

Sia, Charlie Puth, Daughter : 3 albums au banc d'essai

Chaque semaine, Pure Charts passe en revue trois albums incontournables du moment pour un débrief en quelques lignes. Pour la première de l'année, Sia se la joue écolo et recycle sur "This Is Acting", Charlie Puth tente de voler de ses propres ailes avec "Nine Track Mind" et Daughter persiste et signe avec "Not to Disappear". Alors ? Verdict !
Crédits photo : Montage Pure Charts

Sia | "This Is Acting"


Coupez ! Un an et demi après "1000 Forms of Fear" et son tube planétaire "Chandelier", Sia revient avec "This Is Acting", renfermant 14 chansons écrites pour d'autres popstars... mais rejetées. Déjà le disque porte mal son nom car l'Australienne ne joue pas, elle impose sa patte et ce sont souvent les autres qui entrent dans son écrin, ce qui les conduit à la singer (Céline Dion, Britney Spears...). Et à l'écoute de l'album, forcément incohérent puisqu'il mélange plusieurs genres aux antipodes, on comprend tout de suite pourquoi Rihanna, Adele, Katy Perry, Beyoncé, Shakira ou Demi Lovato ont passé leur chemin. Globalement paresseux mais agréables, les titres, aux productions parfois datées ("Cheap Thrills"), sont tous construits sur le même schéma, avec des couplets sombres et des envolées sur les refrains ("One Million Bullets"), et ne possèdent pas la petite étincelle. A quelques exceptions près. Mais l'élément le plus époustouflant, et c'est ce qui sauve le disque, reste l'interprétation de Sia, impeccable, incarnée et musclée ("Birds Set Free", "Unstoppable"...). Caricaturale ou excessive diront certains ("Alive"). Sauf que le résultat nous laisse parfois sans voix. JG

Ça ressemble à une compilation de démos de Sia
A écouter : "Broken Glass", bluffante en tous points, et "House on Fire", accrocheuse et enivrante
A zapper : "Move Your Body", une bouillie sonore pour Shakira dont même Kat Deluna ne voudrait pas





Charlie Puth | "Nine Track Mind"


Où est Charlie ? Encore sur les bancs de l'université il y a de cela un an, Charlie Puth s'est imposé en deux tubes mondiaux comme the next big thing du paysage pop. La plume et la voix de jeune romantique qui se cachent derrière le poignant "See You Again" et l'entêtant "Marvin Gaye" ? C'est lui ! A 24 ans, le chanteur américain se jette donc dans le grand bain avec ce premier album rempli de bonnes intentions mais hélas trop consensuel. Rétro mais pas trop, "Nine Track Mind" est un disque aux influences soul et jazz mais perfusé à la pop d'aujourd'hui, qui gravite autour de l'amour et de ses tourments. Le falsetto du chanteur fait souvent des merveilles ("Up All Night") et l'interprétation est sincère. Mais trop génériques, trop lisses, les productions sonnent comme déjà entendues : "Left Right Left" est une variante du "Fuck You" de Cee-Lo Green, les effets vocaux et les touches électro de "Then There's You" rappellent le dernier album de Justin Bieber. Petit bijou, "Suffer" évoque vaguement le "Stop" de Sam Brown tandis que le fantôme de Michael Jackson plane sur "One Call Away", ersatz de "Hold My Hand". Charlie Puth est donc un bon chanteur, sensible, qui a du talent à revendre. Mais est-ce bien suffisant ? YR

Ça ressemble à un premier essai, à la fois touchant et maladroit
A écouter : "Some Type of Love", "Dangerously", tube évident, et "We Don't Talk Anymore", duo caliente partagé avec Selena Gomez
A zapper : L'insipide "As You Are", clone de One Direction






Daughter | "Not to Disappear"


Fille de tristesse. Trois ans après un premier essai convaincant, "If You Leave", Daughter revient avec sa pop folk dévastatrice et glaciale. La douceur apparente qui se dégage des mélodies électro-rock et de la voix cristallines d'Elena Tonra contraste avec des textes bruts, voire crus des chansons qui composent ce disque hivernal, humide et froid. Oh, there has only been one time where we fucked, and I felt like a bad memory chante-t-elle sur l'insolent "No Care". Parfaitement produit, "Not to disappear" ne tombe jamais dans la mièvrerie pour explorer brillamment les tourments de l'âme et procure la sensation d'avoir été touché en plein coeur.MR

Ça ressemble à James Vincent McMorrow, Sinéad O Connor, Lucy Rose, Bat For Lashes...
A écouter : "Doing The Right Thing", "Alone/With You", "No Care"...
A zapper : aucune.


La rédaction

Vous aimez

... les spectacles du moment !

A ne pas rater

Nos dossiers incontournables !

  • Les 10 lives les plus désastreux en vidéos Les 10 lives les plus désastreux en vidéos
  • Que devient... le "bébé" de Nirvana ? Que devient... le "bébé" de Nirvana ?

Jeux concours

Jouez et gagnez des lots !

Charts in France

Copyright © 2002-2014 Webedia - Tous droits réservés

  • A propos de Pure Charts
  • Publicité
  • Envoyer une info à la rédaction
  • Courrier des lecteurs
  • Nous contacter
  • SACEM
  • SNEP